AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.75/5 (sur 212 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Sauk City, Wisconsin , le 24/02/1909
Mort(e) à : Sauk City, Wisconsin , le 04/07/1971
Biographie :

August William Derleth est un écrivain et anthologiste américain.

Écrivain précoce et doué, il voit sa première nouvelle publiée dans le magazine de science-fiction "Weird Tales" en 1925, alors qu'il n'a que 16 ans. Il obtient son diplôme de littérature de l'Université du Wisconsin, en 1930, à la suite de quoi il travaille brièvement pour le magazine de science-fiction "Mystic Magazine", dont il est le rédacteur en chef pendant quelques mois.

August Derleth gagne sa vie comme enseignant, nouvelliste, romancier et animateur de séminaires d'écriture. Il collabore régulièrement à "Weird Tales". Il devient, alors, un des auteurs les plus publié du magazine avec plus de 120 nouvelles. Durant tout ce temps, la production littéraire de Derleth s'oriente essentiellement vers le fantastique, tout en commençant à se tourner vers l'écriture romans policiers et des biographies.

Après la mort de son idole H.P. Lovecraft en 1937, avec lequel il avait entretenu une correspondance pendant 12 ans sans jamais le rencontrer, il s'attacha à terminer ses manuscrits inachevés et a continuer son œuvre. C'est notamment grâce à l'intervention de Derleth que Lovecraft publie dans le magazine "Weird Tales" "La Maison de la sorcière" (The Dreams in the Witch House) en 1933.

Il fonda avec Donald Wandrei en 1939, la maison d'édition Arkham House pour perpétuer et faire connaître l'œuvre de Lovrecraft.
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
Bibliographie de August Derleth   (24)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (9) Ajouter une citation
La lampe d'Alhazred

Il était témoin de ces choses comme s'il les voyait par une porte ou une fenêtre ouverte, et elles semblaient l'inviter à abandonner son monde terrestre, à explorer ces royaumes enchantés et magiques. La tentation devint de plus en plus lancinante. Il tremblait du désir d'obéir, de renoncer à ce qu'il pourrait être. (p. 101)
Commenter  J’apprécie          180
La lampe d'Alhazred

En conclusion de cette longue lettre, le vieux Whipple avait écrit : Cette Lampe apporte avec elle la joie, allumée ou éteinte. Aussi bien peut-elle être mère des douleurs. Elle est fontaine d'extase, ou au principe de toutes les épouvantes.
(p. 92)
Commenter  J’apprécie          70
Le survivant

Certaines demeures, comme certaines personnes, savent, d'une façon ou de l'autre, affirmer dès l'abord leur caractère maléfique. Ce sont peut-être les émanations d'actes néfastes, accomplis précisément sous tel ou tel toit, bien longtemps après que leurs responsables ont disparu, qui vous font frémir et vous crispent. Quelque chose de la fureur primitive du scélérat, de l'horreur ressentie par sa victime, pénètre jusqu'au coeur de l'innocent spectateur ; il se sent frissonner jusqu'aux nerfs, sa peau se hérisse et son sang se glace.

Algernon Blackwood (p. 5)
Commenter  J’apprécie          60
Nous devons nous féliciter, pleins de reconnaissance, de ce que l'esprit humain soit incapable d'établir des rapports entre les divers éléments de l'univers. Nous vivons sur une île d'ignorance, au milieu des noirs océans de l'infini, où il ne nous est pas donné de nous aventurer bien loin...
Commenter  J’apprécie          30
Je me garderai donc de porter un jugement définitif fondé uniquement sur une impression, car lorsqu'un homme s'est forgé une opinion, favorable ou défavorable, sur une chose donnée, il lui est deux fois ou trois fois plus difficile de réviser cette opinion, même si des preuves ultérieures l'infirment totalement.
Commenter  J’apprécie          20
Ce nouveau climat que je rêvais de créer autour de moi ne s'instaura pas aussi facilement que j'avais espéré, car je sentis très tôt que la vieille "tanière" de mon cousin faisait peser son atmosphère sur tout le logis. Certains prétendent que les demeures s'imprègnent immanquablement du caractère de leurs propriétaires. Peut-être les Wharton, qui avaient occupés si longtemps la vielle demeure, y avaient-ils laissé des traces de leurs personnalité. En tout cas, par ses restaurations, Wilbur Akeley les avait effacées. C'était sa présence à lui, Wilbur Akeley, qui se faisait le plus souvent sentir dans la maison. Ce n'était pas un sentiment accablant,rien que la certitude gênante que je n'étais pas seul - que j'étais épié, guetté, surveillé par... je ne sais qui.
Commenter  J’apprécie          10
Assis dans les ténèbres, je me sentais plus que jamais oppressé par l'aura de la vieille maison. Les ténèbres elles-mêmes semblaient respirer: on avait peine à croire qu'au-dehors s'agitait la ville de Providence, vivant son présent. Dans la maison, au contraire, l'ombre étouffait sous le poids des années, de leurs résidus psychiques, s'asphyxiait de l'odeur persistante de moisissure, mêlé à ce musc qui empeste le pavillon des reptiles au zoo, au remugle du vieux bois, de la chaux qui coulait des voûtes, tout cela en décomposition sous le poids des siècles. Et je perçus, en outre, comme une faible allusion à quelques présence animale - et qui ne cessait de croître à chaque instant.
Commenter  J’apprécie          10
[…] lorsqu'un homme s'est forgé une opinion, favorable ou défavorable, sur une chose donnée, il lui est deux fois ou trois fois plus difficile de réviser cette opinion, même si des preuves ultérieures l'infirment totalement.
Commenter  J’apprécie          21
Sir Hilary James vit l'apparition pour la première fois au crépuscule, à son retour d'une promenade à travers les marais.
"Je dois être fatigué", dit-il à mi-voix en se passant une main sur les yeux ...
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de August Derleth (586)Voir plus

Quiz Voir plus

LOGIQUE ET AMUSANT (LE RETOUR)

Je suis dans le noir complet, dans une pièce où se trouve une commode contenant des chaussettes. Celles-ci sont seulement bleues ou roses. Quel est le nombre minimum de chaussettes que je dois prendre (dans l'obscurité totale) afin d'être certain de me retrouver dehors avec une paire de chaussettes de la même couleur ?

2
3
4

7 questions
664 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *}