AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.89 /5 (sur 518 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Saint-Brieuc , le 07/11/1838
Mort(e) à : Paris , le 18/08/1889
Biographie :

Jean-Marie-Mathias-Philippe-Auguste de Villiers de L'Isle-Adam, dit le comte puis (à partir de 1846) le marquis de Villiers de L'Isle-Adam, est un écrivain français. Appelé Mathias par sa famille, simplement Villiers par ses amis, il utilisait le prénom d'Auguste sur la couverture de certains de ses livres.

Il fait ses études en Bretagne et vient à Paris en 1857 où il rencontre Baudelaire, qui lui fait découvrir Edgar Poe.

Villiers de l'Isle-Adam était un admirateur de Wagner et de Flaubert et par ailleurs l'un des premiers lecteurs français de Hegel. En 1859, il fait paraître, à compte d'auteur, ses "Premières poésies" qui passent inaperçues.

En 1862, il écrit son premier roman, "Isis", qu'il publie à compte d'auteur. Il écrit en 1865 et 1866 deux drames, "Elën" et "Morgane", qui n'ont jamais été représentés de son vivant. À cette époque, il se lie d'amitié avec Mallarmé.

Le 10 janvier 1881, Villiers est candidat légitimiste dans le XVIIe arrondissement aux élections pour le conseil municipal, mais il est battu avec 593 voix contre 2 147 voix. Le lendemain, naît à Paris Victor-Philippe-Auguste, fils naturel de Villiers et de Marie Brégeras Marie Brégeras, veuve illettrée d'un cocher belge. Par conséquent, il vit avec elle et éloigne ses projets de mariage.

C'est avec ses "Contes cruels" (1883) et ses "Histoires insolites" (1888), suivies, la même année, des "Nouveaux Contes cruels" (salués par Huysmans) qu'il connaît le succès en raison notamment du caractère fantastique de ces textes courts.

En 1886, il écrit "L'Ève future" et, en 1890 (un an après sa mort), c'est "Axel" qui est publié, un drame représenté pour la première fois en 1894.

Cet aristocrate monarchiste est en fait résolument moderne en esthétique et a joué un grand rôle dans la naissance du symbolisme français.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

"Villiers de l'Isle-Adam, Tragédien de la poésie" par François Ribadeau Dumas. Première diffusion 10/05/1968 sur France Culture. On cite généralement - et pour solde de tout compte : les "Contes cruels" et "l’Ève future". L’écrivain a connu la gloire à la parution des "Contes cruels", recueil publié au début des années 1880. La foi, le génie des hommes de laboratoire, le sadisme, le vampirisme, le désespoir, Richard Wagner, les expériences de spiritisme, de lévitation, les corps frappés, l’amour suprême…toute une époque : la sienne ! Source : France Culture

Podcasts (1)


Citations et extraits (169) Voir plus Ajouter une citation
Auguste de  Villiers de l'Isle-Adam
palamede   15 novembre 2018
Auguste de Villiers de l'Isle-Adam
C'est une chose de toute éternité que l'amitié intellectuelle.



(L’intersigne)
Commenter  J’apprécie          690
Auguste de  Villiers de l'Isle-Adam
Walktapus   15 mars 2015
Auguste de Villiers de l'Isle-Adam
Nous sommes de ceux qui n’oublient jamais que tonneau vide résonne toujours mieux que tonneau plein.
Commenter  J’apprécie          324
Auguste de  Villiers de l'Isle-Adam
Yzou   14 novembre 2013
Auguste de Villiers de l'Isle-Adam
L'homme qui t'insulte n'insulte que l'idée qu'il a de toi - c'est-à-dire lui même.

(Ébauches et Fragments)
Commenter  J’apprécie          280
Erik35   19 janvier 2018
Contes cruels - Nouveaux contes cruels de Auguste de Villiers de l'Isle-Adam
[Extrait de "Conte d'Amour]



I

ÉBLOUISSEMENT



La nuit, sur le grand mystère,

Entrouvre ses écrins bleus :

Autant de fleurs sur la terre

Que d'étoiles dans les cieux!



On voir ses ombres dormantes

S'éclairer, à tous moments,

Autant par les fleurs charmantes

Que par les astres charmants.



Moi, ma nuit au sombre voile

N'a, pour charme et pour clarté,

Qu'une fleur et qu'une étoile :

Mon amour et ta beauté !



II

L'AVEU



J'ai perdu la forêt, la plaine,

Et les frais avrils d'autrefois...

Donne tes lèvres : leur haleine,

Ce sera le souffle des bois !



J'ai perdu l'Océan morose,

Son deuil, ses vagues, ses échos ;

Dis-moi n'importe quelle choses :

Ce sera la rumeur des flots.



Lourd d'une tristesse royale,

Mon front songe aux soleils enfouis...

Oh ! cache-moi dans ton sein pâle !

Ce sera le calme des nuits !



III

LES PRÉSENTS



Si tu me parles, quelque soir,

Du secret de mon cœur malade,

Je te dirai, pour t'émouvoir,

Une très ancienne ballade.



Si tu me parles de tourment,

D'espérance désabusée,

J'irai te cueillir, seulement,

Des roses pleines de rosée.



Si, pareille à la fleur des morts

qui se plaît dans l'exil des tombes,

Tu veux partager mes remords...

Je t'apporterai des colombes.



[...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
Auguste de  Villiers de l'Isle-Adam
coco4649   15 décembre 2014
Auguste de Villiers de l'Isle-Adam
L’AVEU





J’ai perdu la forêt la plaine

Et les frais avrils d’autrefois...

Donne tes lèvres : leur haleine,

Ce sera le souffle des bois !



J’ai perdu l’Océan morose,

Son deuil, ses vagues, ses échos ;

Dis-moi n’importe quelle chose :

Ce sera la rumeur des flots.



Lourd d’une tristesse royale,

Mon front songe aux soleils enfuis...

Oh ! cache-moi dans ton sein pâle !

Ce sera le calme des nuits !

Commenter  J’apprécie          210
Musardise   01 novembre 2017
La révolte de Auguste de Villiers de l'Isle-Adam
FÉLIX (après un grand silence) : Quelle heure ?

ELISABETH : Très tard.

FÉLIX (très froidement) : Déjà minuit ? (II remonte la lampe en clignant des yeux.) Diable de lampe ! qu‘est-ce qu'elle a donc ce soir ?... On n'y voit pas !... Baptistin !... François !... François !

ELISABETH (reprenant sa plume) : Comme ils étaient fatigués, je leur ai dit qu'ils pouvaient monter dans leur chambre.

FÉLIX (entre les dents) : Fatigués !... fatigués !... Eh bien ! et nous ? Tu t'en laisses imposer, ma chère amie. Ces gaillards-là ne valent pas la corde pour les pendre. Ils abusent. (Il se lève et allume un cigare à un candélabre sur la cheminée; puis, le dos au feu. les basques relevées sur les mains, il fume.) Ils abusent. D'ailleurs, assez pour aujourd'hui... tu te feras mal.

ELISABETH : (souriante) Oh ! vous êtes trop bon...

FÉLIX (lent et glacial) : As-tu fait passer les quittances Farral, Winter et Cie ?

ELISABETH (tout en écrivant) : Les reçus en sont épinglés, deuxième tiroir, à la caisse.

FÉLIX : Et l'assignation Lelièvre ?

ELISABETH : Insolvables. Ce sont de pauvres, de très pauvres gens.

FÉLIX (secouant la cendre de son cigare) : L’immeuble vaut toujours bien quelque chose.

ELISABETH (après un instant) : En ce cas, expédiez vous-même l’ordre d'assignation.

FÉLIX (d'un ton léger) : Hein ?... (A part : ) Ah oui !... l'attendrissement ? Pas de ça !... (Haut : ) Écoute, il faut des yeux secs pour y voir clair, en affaires. Si nous attendons l'expropriation, nous ne serons payés qu'au prorata.

ELISABETH (un peu moqueuse) : Ce serait horrible, il est vrai.

FÉLIX : Oui... au prorata! au prorata des dividendes !... après homologation du concordat !... et cætera ! et cætera ! et cætera !... Comprends-moi bien, mon enfant, je n'actionne impitoyablement ces pauvres Lelièvre que par principe. Je puis pleurer sur leur sort, mais, sarpejeu ! il faut être sérieux en affaires !...



Scène I
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Auguste de  Villiers de l'Isle-Adam
Piatka   03 décembre 2015
Auguste de Villiers de l'Isle-Adam
Comprendre, c’est le reflet de créer.
Commenter  J’apprécie          210
Fleitour   07 novembre 2017
Contes cruels de Auguste de Villiers de l'Isle-Adam
Ah! Les idées sont des êtres vivants!

p 33 Véra
Commenter  J’apprécie          200
Musardise   06 novembre 2017
La révolte de Auguste de Villiers de l'Isle-Adam
ELISABETH : Je veux vivre ! Entendez-vous, insensé que vous êtes ! Vous ne comprenez pas cela, vous, qu'on puisse raisonnablement vouloir vivre ? Enfin ! J'étouffe ici, moi ! Je meurs de mon vivant ! J'ai soif de choses sérieuses ! Je veux respirer le grand air du ciel ! Emporterai-je vos billets de banque dans la tombe ? Combien croyez-vous donc qu'on ait de temps à vivre ? (Un silence ; puis, pensivement) Vivre ? ... Est-ce même là ce que je désire ? Ce que je puis désireraujourd'hui ?... — Un amant. disiez-vous ? ... Hélas, non ! Je n'en ai pas, je n'en aurai jamais ! J'étais faite pour aimer mou mari, entendez-vous ? Je ne lui demandais qu'une lueur d'humanité !... Aujourd'hui, ne comprenez-vous pas que c'est fini, et que l'orgueil de l'amour s'est éteint dans mes veines ?... Que je ne puis revenir sur mes pas? Que vous m'avez pris, comme rien, à moi stupide et dans l'angoisse, tout ce que j'aurais voulu donner, oh ! follement ! et pour toujours ! Et sans regrets ? Je ne vous souhaite pas de vous douter jamais de ce que vous avez perdu !... Vous êtes comme un juif aveugle qui a laissé tomber ses pierreries sur le chemin.

FELIX (la regardant avec inquiétude, à part) : Je la crois atteinte !... (Haut, d'un ton lent et glacial) Voyons, voyons, calme-toi ! .... Ce sont des mots, tout cela, vois-tu. Il ne faut pas, comme cela, se monter la tête avec des phrases... Si tu allais un peu dormir, hein ? ... C'est une idée, cela ?...

ELISABETH (impassible) : Des mots ?... Et avec quoi voulez-vous que je vous réponde ?... Avec quoi me questionnez-vous ... Je n'entends sonner que l'argent dans vos paroles : si les miennes sont plus belles et plus profondes, plaignez-moi ! C’est un malheur irréparable, mais, enfin, c'est ma manière de parler. Et puis, qu'importe cela, désormais ! Nous avons raison tous les deux, vous dis-je ! Mais il ne s'agit plus seulement d'avoir raison ici ! Je sais bien que ce sont «des mots » pour vous, l'immense désir d'aimer, au moins, la lumière et la splendeur du monde, lorsqu'on ne peut plus rien aimer socialement, pas même le lucre !... Je sais bien que cela vous fait hausser les épaules, l'espérance, le soir et la solitude auprès d'une belle jeune femme silencieuse !... Je sais bien que le mystérieux univers ne fera naître éternellement sur vos lèvres qu'un sourire frais et reposé (car rien ne fut jamais triste ou mystérieux pour vous, même la Science, ni même la Mort !) Je sais bien qu'en esprit éclairé, vous ne dédaignez pas, « une fois le temps », l'espace, le vent de la haute mer. Les rochers, les arbres des montagnes, le soleil, les bois, l'hiver et la nuit. Et les cieux étoilés, si toutefois il est encore, pour vous, des cieux ! Vous trouvez cela « poétique » ? Vous appelez cela « la campagne » ? Moi, j'ai une autre façon de regarder ces choses ! Et comme le monde n'a de signification que selon la puissance des mots qui le traduisent et celle des yeux qui le regardent, j'estime que considérer toutes choses de plus haut que leur réalité, c'est la Science de la vie, de la seule grandeur humaine, du Bonheur et de la Paix.



Scène I
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Auguste de  Villiers de l'Isle-Adam
coco4649   14 décembre 2014
Auguste de Villiers de l'Isle-Adam
RENCONTRE





Tu secouais ton noir flambeau ;

Tu ne pensais pas être morte ;

J’ai forgé la grille et la porte

Et mon cœur est sûr du tombeau.



Je ne sais quelle flamme encore

Brûlait dans ton sein meurtrier

Je ne pouvais m’en soucier :

Tu m’as fait rire de l’aurore.



Tu crois au retour sur les pas ?

Que les seuls sens font les ivresses ?...

Or, je bâillais en tes caresses :

Tu ne ressusciteras pas.

Commenter  J’apprécie          150

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Auguste de Villiers de l`Isle-Adam (1006)Voir plus



.. ..