AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Note moyenne 3.56 /5 (sur 293 notes)

Nationalité : France
Né(e) le : 22/05/1982
Biographie :

Aurélie Jeannin est conceptrice-rédactrice, consultante spécialisée en identité de marque. Elle est l’autrice d’un premier roman remarqué, Préférer l’hiver (HarperCollins, 2020 ; HarperCollins Poche, 2021). Elle vit avec son mari et ses enfants en forêt, quelque part en France.

Ajouter des informations
Bibliographie de Aurélie Jeannin   (3)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Marie Eugène, directrice littéraire de la collection HarperCollins Traversée, présente la rentrée d'hiver 2021. "jean-jacques", premier roman de Carine Hazan "Les Bordes", deuxième roman d'Aurélie Jeannin


Citations et extraits (174) Voir plus Ajouter une citation
Kittiwake   08 janvier 2020
Préférer l'hiver de Aurélie Jeannin
Maman distingue les écrivains et les romanciers. Elle dit que les romanciers savent raconter des histoires. Que ce qui importe aux écrivains, ce sont les mots, leur enchaînement et le rythme. Ceux qui excellent dans les deux elle les appelle les auteurs. Et j'adore la voir savourer leur œuvre auprès du feu.
Commenter  J’apprécie          450
hcdahlem   25 février 2020
Préférer l'hiver de Aurélie Jeannin
Notre conscience a des limites, et c'est précisément pour cela qu’il y a des peines insurmontables et inimaginables. Des peines dont on ne peut faire aucune œuvre, dont rien ne pourra jamais vous délivrer. On ne peut pas faire de littérature avec ce genre de deuils. Ils sont ineffables. Ce sont des événements qui appauvrissent les mots, qui les creusent. Ce sont des événements qui raclent, grattent les bords, les fonds, de vous et de la vie. Ils vous assèchent, vous lyophilisent, vous laissent comme un corps vide. Ces peines sont l’infini lui-même. Un puits sans fond. Des tristesses éternelles. On ne reprend pas une vie après la mort de son enfant, on avance emporté par le courant glacé. On flotte à la surface, on coule parfois mais on ne redevient jamais ce marcheur sur la berge, serein, qui avance à son rythme en regardant le paysage. Nous, les endeuillés sans dénomination, nous sommes charriés par les flots, nous avons le regard brumeux et l'âme lessivée. Nous ne vivons pas vraiment. Demain ne nous ramènera pas nos enfants. C’en est fini d’eux. L'histoire est celle-ci. La leur et la nôtre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          261
fertiti65   14 mars 2022
Préférer l'hiver de Aurélie Jeannin
Maman a une voix très douce et elle trouve toujours le bon rythme lorsqu'elle lit. Elle n'a pas peur de faire des pauses. C'est le seul moment de la vie, je trouve, où elle a le juste tempo. Elle s'abandonne aux mots, rentre dedans, les emmène ou se laisse emmener.
Commenter  J’apprécie          230
fertiti65   13 mars 2022
Préférer l'hiver de Aurélie Jeannin
Avant l'hiver, ceux qui passaient étaient les chasseurs et parfois, quelques marcheurs. Mais jamais de touristes. Et jamais de gens perdus. Nous sommes les perdues du coin. C'est comme ça qu'ils nous appellent, ceux du village, et surtout ceux du bar. Ceux qu'on ne voit jamais mais qui savent tout. Ceux qui pensent peu mais parlent fort. Ils croient nous connaître sans jamais nous avoir adressé la parole.
Commenter  J’apprécie          220
MarcelineBodier   13 février 2019
Préférer l'hiver de Aurélie Jeannin
Je crois qu'il y a quelque chose que notre sémantique dit mal : depuis le coup de fil, Maman et moi ne survivons pas, nous sous-vivons.
Commenter  J’apprécie          230
blandine5674   12 février 2020
Préférer l'hiver de Aurélie Jeannin
Nous parlons peu de nos lectures, solitaires ou partagées. Nous trouvons que commenter les romans les assèche. En revanche, nous aimons relever certaines phrases qui nous ont marquées.
Commenter  J’apprécie          210
Eve-Yeshe   14 janvier 2020
Préférer l'hiver de Aurélie Jeannin
On ne se relève qu’au présent, à chaque pas, à chaque geste. C’est mon sentiment. On ne tient pas vraiment debout, on se relève, on retombe et on se relève.
Commenter  J’apprécie          210
fertiti65   11 mars 2022
Préférer l'hiver de Aurélie Jeannin
Dans notre hémisphère, la durée de l'hiver est de quatre-vingt neuf jours. C'est la saison la plus courte. En réalité, le froid s'installe six mois environ. En automne, il rôde l'air de rien, avant de gagner les collines et de se rapprocher par les plaines. Là il accélère le pas et prend la forêt en étau, comme le ferait une mer qui monte.
Commenter  J’apprécie          190
fertiti65   13 mars 2022
Préférer l'hiver de Aurélie Jeannin
En restant dans le passé, on tombe en arrière, et rien ne nous retient. Si on se projette, on tombe en avant, dans ce trou incertain que représente l'avenir. Il faut être dans le présent, de façon absolue, profonde, totale, pour, à défaut de continuer de vivre, au moins ne pas mourir.
Commenter  J’apprécie          170
Cannetille   17 mars 2022
Les Bordes de Aurélie Jeannin
Elle a changé de prénom. Elle n’a plus de prénom. Même son mari dit « maman » quand il parle d’elle. Elle est une maman. Elle est maman. Elle est la leur. Elle est toutes les mamans. Elle est maman le jour la nuit tout le temps pour tout pour l’un pour l’autre pour les deux pour toujours. Ce « ma » qui précède ce « man ». Ce « ma » qui dit « à moi ». Ma-man, ma mère, ma maman.
Commenter  J’apprécie          150

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

A quels mots associer ces écrivains ? (n°2)

Jean-Christophe Rufin

musicien
archéologue
diplomate
inventeur

10 questions
65 lecteurs ont répondu
Thèmes : écrivain , jeuxCréer un quiz sur cet auteur