AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.68/5 (sur 128 notes)

Nationalité : Iran
Né(e) à : Iran , le 24/02/1948
Biographie :

Bahiyyih Nakhjavani est née en Iran, mais elle a grandi en Ouganda et a fait ses études secondaires et universitaires en Angleterre et aux États-Unis.

Elle s’est consacrée durant ces vingt dernières années, dans diverses régions du monde dont la Belgique, à l’enseignement de l’anglais, des littératures anglophones et de l’art. Elle vit actuellement en France.

Son premier roman, La sacoche, paru en 2000 en anglais (The Saddlebag), a rencontré un succès international. En 2003, elle a publié son deuxième roman, Les cinq rêves du scribe (Paper. The Dreams of A Scribe) et puis chez Actes Sud, La femme qui lisait trop.

Bahiyyih Nakhjavani, écrivain et bahá’íe s’est vu distinguée pour l’ensemble de son œuvre littéraire par un titre de Docteur Honoris Causa par l’Université de Liège, Belgique.
+ Voir plus
Source : reflexions.ulg.ac.be
Ajouter des informations
Bibliographie de Bahiyyih Nakhjavani   (8)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

The Woman Who Read Too Much


Citations et extraits (48) Voir plus Ajouter une citation
Goli n’avait jamais bien appris la langue mais, au moins, elle lisait ce qu’en Californie on appelait de la littérature : des magazines chez le coiffeur, les brochures spécialisées des magasins d’alimentation diététique, le mode d’emploi de la nouvelle machine à café.
Commenter  J’apprécie          313
Son accent était un millefeuille : américain de Californie sur anglais britannique sur persan indéracinable
Commenter  J’apprécie          270
Rire est pour certains le meilleur moyen de s’en tirer. Si on vous pose une question embarrassante, vous êtes simplement supposé sourire et vous détourner et, si la personne remet ça, vous êtes censé glousser et hausser les épaules, et si elle est assez mal élevée pour répéter sa question une troisième fois, comme Mehdi, comme M. Bahman, vous pouvez éclater de rire comme si c’était cela, la plaisanterie,......
Commenter  J’apprécie          233
Elle n’était qu’une jeune fille de dix-sept ans quand l’ancien régime avait aboli le voile, et avait bien passé les soixante quand le nouveau l’avait obligée à le porter de nouveau. Une loi qui vous fait cacher votre visage, et une autre qui vous le fait montrer, pensa-t-elle vaguement. Et, toujours, c’étaient des hommes qui décidaient, des hommes qui péroraient sans fin à propos de ce que les femmes devaient porter ou ne devaient pas faire. Bibi aurait aimé que les femmes imposent une loi forçant les hommes à porter des pantalons longs en présence de leurs belles-mères.
Commenter  J’apprécie          152
Sans doute aimait-elle vivre à la dure, mais elle était assez pointilleuse en ce qui concernait sa lessive ; sans doute avait-elle voulu montrer qu’elle faisait partie du peuple, mais elle n’aimait pas en partager la saleté. La Révolution l’avait obligée à utiliser la laverie et à reconnaître les limites de ses théories politiques.
Commenter  J’apprécie          130
L'aîné de ses cousins lui en avait toujours voulu. Fils premier-né du patriarche, il trouvait particulièrement humiliant d'être surpassé par une fille. Depuis qu'on les avait fiancés, tout enfants, il lui avait envié sa supériorité et son intelligence naturelles ; il s'était irrité de ce qu'il appelait sa prétention. Elle était intolérablement sûre d'elle. Il se sentait piqué, non seulement parce qu'elle avait toujours raison, mais aussi parce qu'elle le savait. Pire encore, elle savait l'exprimer. Il aurait pu lui pardonner si elle s'était montrée plus hésitante, moins assurée. Une fille était censée pouvoir parler, mais pas s'exprimer clairement ; elle avait le droit d'être bavarde, mais pas éloquente. Il ne supportait pas, non seulement qu'elle fascinât tout le monde, mais encore qu'elle lût autant et écrivît aussi bien. Ses rancœurs envers elle s'accumulèrent ; elles s'assemblèrent, enflèrent ; sa jalousie bourgeonna et finit par porter fruit dans la brutale intimité de la chambre conjugale.
Commenter  J’apprécie          110
Quand un mariage était fidèle, il donnait naissance à la poésie, conclut-elle. Sinon, il devenait lettre morte d'un jour à l'autre.
Commenter  J’apprécie          130
C'est son père que l'on blâma d'abord : il avait éduqué sa fille comme un garçon, là était le problème. C'était assez grave, déjà, de l'avoir laissée apprendre à lire et à écrire dès son âge le plus tendre, mais lui permettre de s'asseoir avec ses frères et ses cousins, l'autoriser à étudier avec eux la philosophie et la jurisprudence, ce l'était trop. Il n 'aurait jamais dû la traiter comme leur égale, vanter sa mémoire, applaudir à ses commentaires. Il n'aurait jamais dû l'encourager à discuter de la nature de l'âme ou des limites temporelles de la justice. Elle n'avait aucun droit d'interrompre des débats théologiques, même cachée derrière un rideau. C'était passer toute pudeur, toute raison. En quoi la résurrection était-elle l'affaire d'une femme ? p 306
Commenter  J’apprécie          60
En fait, il était moins redevable aux pèlerins de sa subsistance que d'une certaine capacité, acquise à leur contact, de distinguer la piété sociale d'une foi sincère.

En toutes ces années où il avait été voleur, il n'avait guère trouvé de pèlerins qui attachaient plus de valeur à leur foi qu'à leur poids financier. La plupart paraissaient s'adresser à un chiffre secret dans lequel il ne pouvait reconnaître l'Unique qui le faisait frémir d'ardeur sur la berge de sables mouvants ou trembler de peur au bord d'un précipice. Leur religion exigeait abondance de gestes extérieurs, et pourtant il n'y voyait guère de signes de cette terreur à laquelle il reconnaissait la présence du Divin. En ayant conclu que le dieu des pèlerins n'était pas son dieu, il n'éprouvait aucun scrupule à voler.
Commenter  J’apprécie          50
[Le jeune homme] était le dernier-né d'une famille où tous craignaient Dieu et se montraient scrupuleux en ce qui concernait leurs obligations religieuses. Tous ses oncles et ses frères aînés avant lui avaient terminé leurs études de théologie et de jurisprudence à Karbalâ et comptaient en Perse parmi les plus notables mujtahid et érudits chiites. Toutes les femmes de sa famille étaient renommées pour leur vertu impeccable et toutes avaient de longs pedigrees d'une égale distinction. On disait, chez certains envieux de leur ville, que chacune de ces incarnations de la pudeur devait sans aucun doute être pareille à la Vierge Marie qu'adoraient les chrétiens, sinon comment lui eût-il été possible de concevoir le moindre enfant ? Dernier des privilégiés nés d'une union aussi chaste, le religieux était plutôt disgracieux, avec une tendance à l'eczéma prurigineux. Il avait aussi hésité, lui disait-on, du mauvais caractère de sa mère, Dieu ait son âme, laquelle était morte de respectabilité avant qu'il atteignît l'âge de treize ans, le laissant orphelin et entouré de tantes endeuillées. Dès lors, on l'envoya à la medersa de Karbalâ, où il bénéficia de l'enseignement des plus distingués des ulémas de l'époque. Lorsqu'il décida d'entreprendre son pèlerinage à la Mecque, il avait à peine vingt ans et une incurable virginité.
Commenter  J’apprécie          40

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Bahiyyih Nakhjavani (202)Voir plus

Quiz Voir plus

Littérature et médecine

Lequel parmi ces écrivains ne fut pas médecin ?

Rabelais
Céline
Tchékhov
Faulkner

9 questions
122 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *}