AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.28 /5 (sur 54 notes)

Nationalité : Allemagne
Né(e) : 1967
Biographie :

Né en 1967 de parents allemands et suisses-allemands, Balthasar Thomass grandit à Munich avant de s'installer en France.

Il s'investit d'abord dans la musique, et s'illustre comme pianiste de jazz sur les scènes des clubs et festivals de jazz en France et à l'étranger, accompagnant des musiciens comme Lee Konitz, Toots Thielemans, Clark Terry, Barney Wilen, Daniel Humair, Jerry Bergonzi, Franco Ambrosetti.

En 1988, il remporte le concours Paris-Défense avec le sextet de Michel Zenino et devient membre de l'Orchestre National de Jazz allemand. Avec Barney Wilen, il enregistre le CD "Le Grand Cirque" au Palais du Congrès du Mans, en compagnie de Philippe Catherine, Enrico Rava et Palle Danielson, et il enregistre ses propres compositions avec le saxophoniste T.Pagano pour le label allemand ACT, "Double Mind".

A l'approche de la trentaine, il décide de se consacrer complètement à sa passion pour la philosophie, et après un détour par l'esthétique de la musique, passe le concours de l'Agrégation de Philosophie, où il est reçu 7ème.

Aujourd'hui, il partage son temps entre l'enseignement, l'écriture, la photographie et la musique qu'il continue à pratiquer.

"Être heureux avec Spinoza" est le premier volume de la collection "Vivre en Philosophie" qu'il a fondé aux éditions Eyrolles en 2008. En mars 2010 parâit dans la même collection "S'affirmer avec Nietzsche", son second livre.
+ Voir plus
Source : http://www.myspace.com/balthasarthomass
Ajouter des informations
Bibliographie de Balthasar Thomass   (5)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (37) Voir plus Ajouter une citation
Hekla_38   13 septembre 2015
Être heureux avec Spinoza de Balthasar Thomass
Faisons donc face à nos vices, sans pour autant les juger ou les combattre. Faisons le pari avec Spinoza, que c'est la connaissance de nos passions, de nos faiblesses et de nos vices qui est capable de les transformer. Faisons le pari que la connaissance adéquate transforme une passion en action, un vice en vertu, et une faiblesse en force.
Commenter  J’apprécie          110
Hekla_38   19 décembre 2015
S'affirmer avec Nietzsche de Balthasar Thomass
Il faut du chaos dans l'homme pour faire naître une étoile dansante.
Commenter  J’apprécie          60
lrntv   27 juillet 2020
S'affirmer avec Nietzsche de Balthasar Thomass
N’est-ce vraiment qu’en cessant de croire en Dieu que nous sommes devenus nihilistes, que nous avons perdu le but et les valeurs de la vie ? Au contraire, n’avions-nous pas plutôt besoin de croire en Dieu parce que étions déjà nihilistes, parce que déjà nous ne trouvions ni but ni valeurs dans la vie ? Voilà l’intuition fondamentale, proprement géniale, de Nietzsche : le nihilisme ne commence pas avec la mort de Dieu. Le nihilisme, ce n’est pas tant la chute des valeurs suprême que le besoin initial de les ériger, ce n’est pas tant le faite de cesser de croire que le besoin de croire.
Commenter  J’apprécie          20
lrntv   27 juillet 2020
S'affirmer avec Nietzsche de Balthasar Thomass
Être “égoïste” n’est pas agir véritablement pour soi, car “l’égoïste” n’a pas la moindre idée de ce qui sommeille en lui. En réalité, il ne possède qu’une image faussée et schématique de lui-même et de ses désirs, qui correspond à la manière dont le troupeau conçoit le moi et l’intérêt personnel. Quand on condamne l’”égoïsme” des traders, par exemple, qui empochent des millions en ruinant de petits épargnants, on oublie qu’il s’agit d’un égoïsme particulièrement pauvre et superficiel, réduit aux aspirations les plus basiques et les plus communes : l’argent, le pouvoir, le statut social. Ce type d’égoïste se contente des catégories du troupeau. Il croit vouloir pour lui-même en voulant ce que tous les autres veulent. Au lieu de vociférer contre l’”égoïsme” des traders, il vaudrait mieux les plaindre pour leur manque de souci de soi, d’un réel intérêt personnel, leur manque d’imagination dans la quête de leurs désirs.
Commenter  J’apprécie          10
Danieljean   07 mars 2018
S'affirmer avec Nietzsche de Balthasar Thomass
Fais ce que toi seul peux faire. Deviens sans cesse celui que tu es, Sois le maître et le sculpteur de toi-même.
Commenter  J’apprécie          30
lrntv   27 juillet 2020
S'affirmer avec Nietzsche de Balthasar Thomass
La construction de l’idéal présuppose toujours la destruction, l’avilissement, la calomnie de la réalité. Il est pourtant facile de reconnaître que la réalité vaut toujours mieux que l’idéal, car la réalité même la plus médiocre a l’immense avantage d’exister. Rien que pour cela, le monde réel, avec ses souffrances, ses drames, ses injustices, a infiniment plus d’intérêt que le paradis chrétien ou l’utopie communiste. Car l’homme réel est aussi plus riche en détails, en surprises, en nuances que l’abstraction creuse d’une idée. De la même façon, le pire criminel, l’imbécile le plus prévisible a infiniment plus de valeur que la fiction d’un homme “bon”, d’un homme “parfait”, d’un homme tel qu’on souhaiterait qu’il existe.
Commenter  J’apprécie          10
lrntv   27 juillet 2020
S'affirmer avec Nietzsche de Balthasar Thomass
Malgré toutes les critiques que l’on peut adresser au christianisme, il faut admettre que ses idéaux ont imposé à l’homme une discipline qui l’a obligé à se dépasser : l’architecture monumentale des cathédrales, la finesse des portraits de la Vierge de la Renaissance italienne, la complexité de la musique religieuse, l’Offrande musicale de Bach n’en sont que quelques preuves. Cependant cette grandeur passée nous confronte à notre propre médiocrité. Voilà pourquoi le nihiliste passif se félicite de la disparition de tous les idéaux qui ne lui inspirent tout au plus que des “moqueries” incessantes.C’est aussi pourquoi le nihiliste passif ne supporte aucune forme d’inégalité, de différence, de distance entre les individus et pourquoi il a besoin de se frotter sans cesse à ses semblables. L’égalité parfaite des hommes le dispense de devoir se mesurer aux autres. L’éventuelle supériorité de son voisin ne l’oblige plus à se remettre en question et à chercher à se dépasser. Pire, il pourrait arriver qu’en voyant l’excellence d’autrui, il en vienne à se mépriser lui -même. Or si l’on n’est plus capable de mépriser, on est tout aussi incapable d’admirer. Les hommes semblent avoir banni ces deux sentiments, pourtant indispensables à toute conquête de soi.Cette notion d’égalité - mais il y a bien sûr d’autres conceptions qui peuvent avoir l’effet contraire - a pour conséquence le rétrécissement général de l’homme. Puisque celui-ci n’a plus rien qui le dépasse - ni Dieu ni maître -, rien vers quoi grandir, il ne peut que s’amenuiser jusqu’à disparaître. Aux yeux de Nietzsche, cet homme est donc le dernier. En effet, quand l’être humain cesse de grandir, il touche à sa fin même si cette fin est interminable. Féru de santé comme il l’est, le dernier homme est dans l’histoire humaine celui qui vit le plus longtemps, mais la longévité est le seul but qui lui reste.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Danieljean   07 mars 2018
S'affirmer avec Nietzsche de Balthasar Thomass
Devenir ce que l'on est, c'est sculpter la matière brute de nos pulsions, organiser le chaos de nos affect, donner forme au bouillonnement de nos désirs. Il s'agit d'imposer une volonté plus forte au faisceau de volontés divergentes qui nous constitue.
Commenter  J’apprécie          20
lrntv   27 juillet 2020
S'affirmer avec Nietzsche de Balthasar Thomass
Pour Nietzsche, la deuxième ombre de Dieu est la science. Non pas le goût de l’expérimentation, l’art du doute ou de l’hypothèse audacieuse - aspects essentiels de la culture scientifique que Nietzsche revendique pour lui-même -, mais la foi aveugle et la croyance inflexible en une vérité absolue qui résoudrait tous nos problèmes sur une unique voir de salut. Les prétentions scientifiques les plus récentes, depuis la volonté de mener l’homme vers la vie éternelle jusqu’aux tentatives pour l’améliorer par la médication ou la manipulation génétique, donnent raison à Nietzsche : la science tend à occuper la place laissée vacante par la religion.
Commenter  J’apprécie          10
lrntv   27 juillet 2020
S'affirmer avec Nietzsche de Balthasar Thomass
Tout autant que par la crainte du prochain, la morale est motivée par la crainte de soi-même. Il peut être commode de se cacher derrière des principes moraux pour ne pas devoir affronter ses propres désirs, comme il peut être commode d’exécuter aveuglément ses devoirs - moraux, sociaux ou professionnels - pour ne pas avoir à chercher sa propre voie. Il y a ainsi une forme de paresse derrière toute morale : celle-ci offre des schèmes d’action préfabriqués, des buts et des valeurs interchangeables, valables pour tous et pour personne, le refuge idéal pour qui veut s’épargner l’effort de s’interroger sur ses propres objectifs.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

avez vous lu la boite à merveilles

que s'appelle l'auteur de ce roman?

ahmed sefrioui
victor hugo
mohemed kamal
najib mahfoud

18 questions
697 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur

.. ..