AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.26 /5 (sur 236 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Draguignan , le 28/09/983
Biographie :

Baptiste Morizot est un enseignant-chercheur en philosophie et un écrivain.

Il entreprend des études de philosophie en classe préparatoire littéraire, et étudie en tant qu'auditeur à l'École normale supérieure de Lyon, où il obtient l'agrégation de philosophie puis soutient en 2011 une thèse de doctorat sur le rôle du hasard dans le processus d'individuation, à la lumière de l’œuvre de Gilbert Simondon.

Après un an comme ATER à l'Université de Nice, il est nommé maître de conférences dans le département de philosophie de l'Université d'Aix-Marseille.

Ses recherches en philosophie se tournent alors vers la place des humains dans le vivant. Il se fait notamment connaître pour son ouvrage "Les diplomates. Cohabiter avec les loups sur une autre carte du vivant" qui reçoit le prix du livre de la Fondation de l'écologie politique en 2016 et le Prix de la Fondation François Sommer en 2017.

Son ouvrage "Sur la piste animale" (2018), qui aborde également le pistage à travers différents récits, reçoit le prix Jacques-Lacroix de l'Académie française en 2019. Son livre "Esthétique de la rencontre. L'énigme de l'art contemporain" (2018), écrit en collaboration avec Estelle Zhong Mengual, reçoit le prix des Rencontres philosophiques d'Uriage en 2019.

Dans les "Manières d'être vivant: Enquêtes sur la vie à travers nous" (2020), Baptiste Morizot approfondit une série d’enquêtes philosophiques fondées sur la pratique du pistage.

+ Voir plus
Source : www.loup.org/spip
Ajouter des informations
Bibliographie de Baptiste Morizot   (13)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

À l'occasion de leur venue à la librairie Dialogues pour une rencontre autour de leur livre, "Escale en Polynésie" publié aux éditions Au vent des îles, Titouan et Zoé Lamazou nous ont confié plusieurs conseils de lecture ! La femme de Parihaka de Witi Ihimaera : hhttps://www.librairiedialogues.fr/livre/6737338-la-femme-de-parihaka-witi-ihimaera-au-vent-des-iles le baiser de la mangue d'Albert Wendt : https://www.librairiedialogues.fr/livre/702160-le-baiser-de-la-mangue-albert-wendt-au-vent-des-iles Diadorim de Doão Guimarães Rosa : https://www.librairiedialogues.fr/livre/999016-diadorim-joao-guimaraes-rosa-editions-10-18 Pina de Titaua Peu : https://www.librairiedialogues.fr/livre/20130193-pina-titaua-peu-au-vent-des-iles Au temps des requins et des sauveurs de Kawai Strong Washburn : https://www.librairiedialogues.fr/livre/18956184-au-temps-des-requins-et-des-sauveurs-roman-kawai-strong-washburn-gallimard Manières d'être vivant de Baptiste Morizot : https://www.librairiedialogues.fr/livre/16090590-mondes-sauvages-actes-sud-manieres-d-etre-vi--baptiste-morizot-actes-sud Calanques, Les entrevues de l'Aiglet de Karin Huet : https://www.librairiedialogues.fr/livre/16651719-calanques-les-entrevues-de-l-aigle-karin-huet-parc-national-des-calanques-glenat-livres Belles découvertes !

+ Lire la suite
Podcasts (1)


Citations et extraits (133) Voir plus Ajouter une citation
PGilly   19 mai 2020
Manières d'être vivant : Enquêtes sur la vie à travers nous de Baptiste Morizot
Osons ici le mode "slogan de manif" : il ne s'agit pas de faire converger fin du mois et fin du monde. Mais bien de précipiter la fin du moi pour activer la fin de l'immonde. Et d'ouvrir ainsi à une faim du monde, une soif de s'y inscrire en complice, en tisseur, en convive. Il est donc temps de changer les banderoles, camarades, et d'y graffer : Fin du moi - faim du monde : même combo !
Commenter  J’apprécie          250
Aventurenaturaliste   13 juin 2018
Sur la piste animale de Baptiste Morizot
C'est peut-être un invariant de la rencontre animale : quand on croise un animal sauvage par hasard dans la forêt, une biche qui lève les yeux vers soi, on a l'impression d'un don, un don très particulier, sans intention de donner, sans possibilité de se l'approprier. C'est ce qu'en phénoménologie on appelle un don pur : personne n'a voulu donner, personne n'a rien perdu en donnant, et le don ne vous appartient pas, il pourra se donner à d'autres. On sent monter dedans une improbable gratitude. Juste l'envie de rendre grâce pour cet imprévu aussi beau qui en cet instantexiste et se donne aux yeux.
Commenter  J’apprécie          240
PGilly   15 mars 2020
Manières d'être vivant : Enquêtes sur la vie à travers nous de Baptiste Morizot
Car les animaux ne sont pas seulement dignes d'une attention infantile ou morale : ils sont les cohabitants de la terre avec lesquels nous partageons une ascendance, l'énigme d'être vivant, et la responsabilité de cohabiter décemment. Le mystère d'être un corps, un corps qui interprète et vit sa vie, est partagé par tout le vivant : c'est la condition vitale universelle et c'est elle qui mérite d'appeler le sentiment d'appartenance le plus puissant.
Commenter  J’apprécie          220
PGilly   04 mars 2020
Manières d'être vivant : Enquêtes sur la vie à travers nous de Baptiste Morizot
Par "crise de la sensibilité", j'entends un appauvrissement de ce que nous pouvons sentir, percevoir, comprendre, et tisser comme relations à l'égard du vivant. Une réduction de de la gamme d'affects, de percepts, de concepts, de pratiques nous reliant à lui. Nous avons une multitude de mots, de types de relations, de types d'affects pour qualifier les relations entre humains, entre collectifs, entre institutions, avec les objets techniques ou les œuvres d'art, mais bien moins pour nos relations au vivant. Cet appauvrissement de l'empan de sensibilité envers le vivant, c'est-à-dire des formes d'attention et des qualités de disponibilité à son égard, est conjointement un effet et une part des causes de la crise écologique qui est la nôtre.
Commenter  J’apprécie          160
PGilly   15 mars 2020
Manières d'être vivant : Enquêtes sur la vie à travers nous de Baptiste Morizot
Les pollinisateurs font littéralement, ce que nous appelons, candides, "le printemps", comme si c'était un cadeau de l'univers, ou du soleil : non, c'est leur action bourdonnante, invisible et planétaire, qui appelle chaque année au monde, à la sortie de l'hiver, les fleurs, les fruits, les dons de la terre, et leur retour immémorial. Les pollinisateurs, abeilles, bourdons, oiseaux, ne sont pas posées comme des meubles sur le décor naturel et immuable des saisons : ils fabriquent cette saison dans ce qu'elle a de vivant.
Commenter  J’apprécie          140
Baptiste Morizot
darkdays   10 janvier 2021
Baptiste Morizot
Car les loups, à part dans les fables, ne se vengent pas des bergers, et c'est du fait de leur panique que les brebis dérochent: parce qu'elles sont incapables de se défendre face au loup, de lutter ou fuir intelligemment comme le faisaient très bien leurs ancêtres les mouflons sauvages. Et si elles sont folles de terreur face au loup, au point de sauter dans le vide, c'est parce que les bergers les ont rendues inoffensives depuis des milliers d'années, par la domestication, pour pouvoir plus facilement les diriger, les tondre, et les manger. De sorte que haïr le loup lorsque des brebis sautent dans le précipice, c'est oublier dans cette affaire la responsabilité des hommes qui les ont désarmées pour leur propre intérêt.
Commenter  J’apprécie          110
Haulle   01 janvier 2021
Manières d'être vivant : Enquêtes sur la vie à travers nous de Baptiste Morizot
Un premier symptôme de cette crise de la sensibilité, peut-être le plus spectaculaire, est exprimé dans la notion d'"extinction de l'expérience de la nature" proposée par l'écrivain et lépidoptériste Robert Pyle : la disparition de relations quotidiennes et vécues au vivant. Une étude récente montre ainsi qu'un enfant nord-américain entre 4 et 10 ans est capable de reconnaître et distinguer en un clin d’œil expert plus de mille logos de marques, mais n'est pas en mesure d'identifier les feuilles de dix plantes de sa région. p18
Commenter  J’apprécie          110
Baptiste Morizot
Unhomosapiens   05 juillet 2020
Baptiste Morizot
Notre culture hérite d'un dualisme qui sépare l'humain et les autres animaux. Pourtant, depuis Darwin, on sait que toutes les formes de vie sont apparentées, mais cette thèse n'a finalement jamais été menée à son accomplissement philosophique. Qu'est-ce que cela change d'intérioriser cette ascendance commune ? Qu'est-ce que cela implique pour nos relations envers les autres êtres vivants ? C'est l'une des raisons pour lesquelles nous faisons face à tant de crises écologiques.



Science et vie n°1233
Commenter  J’apprécie          100
karkarot   21 mars 2021
Sur la piste animale de Baptiste Morizot
Un seul ours debout peut faire se lever le vivant tout entier derrière lui.
Commenter  J’apprécie          100
Baptiste Morizot
darkdays   10 janvier 2021
Baptiste Morizot
Quand le loup revient, il faut changer sa manière de travailler, il faut s'adapter, alors même que la profession est déjà dans une situation économique compliquée à cause de la mondialisation, qui fait que chez nous, l'agneau anglais ou néo-zélandais, transport compris, est moins cher en supermarché que celui élevé dans la prairie derrière le supermarché.
Commenter  J’apprécie          80

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura