AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.56 /5 (sur 143 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) le : 26/06/1939
Biographie :

Poètesse, sculptrice et romancière, née à Philadelphie, diplômée de l'université de Yale, Barbara Chase-Riboud est l'autrice de quatre grands best-sellers internationaux : La Virginienne, La Grande Sultane, Le Nègre de l'Amistad et La Fille du président (tous publiés chez Albin Michel).

Elle est l'épouse du photographe Marc Riboud.
Elle partage aujourd'hui son temps entre Paris, Rome et les États-Unis.

Source : livre de poche
Ajouter des informations
étiquettes
Video et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo

L'histoire et le roman font bon ménage
Ce numéro d'Apostrophes est consacré au roman historique. Barbara CHASE RIBOUD présente son livre :"La Virginienne", relation des amours de Thomas JEFFERSON, un président sudiste des Etats Unis et d'une esclave Sally HEMINGS ; Maurice DENUZIERE pour son livre : "Bagatelle"; Marguerite GURGAND pour :"Les Demoiselles de Beaumoreau"; à l'époque napoléonienne, trois demoiselles venues de...
+ Lire la suite

Citations et extraits (27) Voir plus Ajouter une citation
jeunejane   23 janvier 2018
La Virginienne de Barbara Chase-Riboud
Elle-même avait préparé sa propre fille, son enfant favorite, à la triple servitude d'esclave, de femme et de concubine, ...

Comment avait-elle su que son image d'une parfaite esclave coïncidait avec l'image qu'il avait d'une femme parfaite.

Et Sally Hemings aimait Thomas Jefferson. C'était cela la tragédie. L'amour, pas l'esclavage. Et Dieu sait ce qu'il y a d'esclavage dans l'amour...
Commenter  J’apprécie          320
jeunejane   25 janvier 2018
La Virginienne de Barbara Chase-Riboud
Pourquoi Jefferson avait-il cessé de s'opposer à l'esclavage après son retour de Paris ? Qu'est-ce qui l'avait enchaîné à une contradiction si profonde et si durable? Il ne croyait pas en Dieu, ses idées d'obligation et de rétribution se bornaient donc à ce monde.

Commenter  J’apprécie          230
jeunejane   13 octobre 2017
Vénus hottentote de Barbara Chase-Riboud
Mon cercueil sortit du ventre de la machine.

Etonnée, je vis des milliers de gens de couleur...Ils se levèrent tous pour m'acclamer.

"Maman Sarah...Maman Sarah...

Un océan de sons...

Moi, Sarah Baartman, la non-humaine, devenue un symbole de toute humanité.

...Je découvris que mon squelette sans larmes pouvait quand même en verser...
Commenter  J’apprécie          160
ladesiderienne   12 juin 2013
La Virginienne de Barbara Chase-Riboud
Elle n'avait jamais cherché à dépasser sa triple servitude. Elle s'était attachée obstinément à la seule chose qu'elle eût jamais trouvée d'elle-même dans sa vie : l'amour, et l'amour pour elle avait été plus réel que l'esclavage. Elle avait survécu aux deux, c'était la vérité de son existence.
Commenter  J’apprécie          150
kuroineko   01 juin 2019
Vénus hottentote de Barbara Chase-Riboud
Les livres parlent à tout le monde, sans tenir compte de la couleur. C'est toute l'idée d'un livre. Un livre est un pays tout entier. Un livre te sort de la prison de ton esprit. Et lire, c'est écrire. Et écrire, c'est s'appartenir.
Commenter  J’apprécie          140
KRISS45   17 février 2018
La Virginienne de Barbara Chase-Riboud
Il avait désormais une sorte d'indifférence, de calme, apporté par la satisfaction de tous ses désirs. Sous les manières suaves, sereines et glacées, sous la politesse presque exagérée, il restait cette brutalité particulière aux Virginiens habitués aux privilèges du despote n: n'être jamais contredit, mener les chevaux à coups d'éperons, contrôler les ambitieux, régner sur un royaume privé et se voir occuper une place dans l'Histoire. Il s'était tout pardonné et ne se souciait pus qu'elle pardonne ou non.
Commenter  J’apprécie          110
litolff   05 novembre 2010
La Grande Sultane de Barbara Chase-Riboud
"Elle s'appelait Euphémia David, expliqua Naksh-i-dil à l'Eunuque noir et à la Kiaya étonnés. C'était l'Obeah la plus connue de la Martinique. C'est elle qui m'a prédit mon destin. Elle détenait le secret de la vie, de la médecine, des poisons, des remèdes contre le mauvais oeil. Elle savait lire le futur, le passé et le présent. Tous la craignaient, les Noirs comme les Blancs. Tuer un homme blanc était aussi facile pour elle que de briser un fétu de paille... avec sa magie noire..."
Commenter  J’apprécie          60
MarieLovesBooks   27 février 2018
La Virginienne de Barbara Chase-Riboud
« D’un côté ils haïssent et méprisent les Noirs, d’un autre ils en font l’objet de leurs désirs les plus violents, de leurs obsessions les plus intimes… » p.241
Commenter  J’apprécie          70
gill   30 novembre 2012
Le nègre de l'Amistad de Barbara Chase-Riboud
En 1839, des guerriers du pays Mendé sont enlevés en Sierra-Léone et emmenés en esclavage. Puis la révolte éclate à bord de l'Amistad. Menée par Sengbe Pieh, alias "Joseph Cinque", la petite troupe se défait de ses geôliers et débarque sur la côte -est des États-Unis.

Doivent-ils être considérés comme libres, du fait que la traite des noirs est interdite depuis 1815 ?

Ou restitués aux espagnols en tant que "marchandises" ?

Politiciens esclavagistes et abolitionnistes, conservateurs blancs et noirs émancipés s'affrontent.

Et de leur procès à leur libération - et au retour vers l'Afrique -, Joseph et ses compagnons font l'apprentissage d'un monde en pleine mutation, dont ils ignoraient tout.

C'est à partir de faits réels que l'auteur de "la Virginienne" et de "la grande Sultane" brosse cette magnifique fresque de l'esclavage.

(quatrième de couverture de l'édition de poche parue en 1989)
Commenter  J’apprécie          50
ClaireG   16 avril 2017
La fille du président de Barbara Chase-Riboud
Je regardai l'abbesse. Elle était tout ce que je détestais. Je la détestais parce qu'elle était blanche. Je la détestais parce que mon père l'avait aimée autrefois. Je la détestais parce que, peut-être, il l'aimait encore. Je la détestais parce qu'elle avait partagé davantage la vie de mon père à travers ses lettres, en vivant à cinq mille kilomètres et absente depuis plus de trente ans, que je ne l'avais fait en dormant pendant vingt-et-un ans dans sa maison.



P. 188
Commenter  J’apprécie          50

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Au ciné avec Elmore Leonard

A quelle heure part le train pour Yuma dans le film réalisé par Delmer Daves en 1957 d'après une nouvelle d'Elmore Leonard?

3 h 10 pour Yuma
10 h 30 pour Yuma
5 H15 pour Yuma

9 questions
27 lecteurs ont répondu
Thèmes : polar noir , romans policiers et polars , littérature américaine , adapté au cinéma , cinema , cinéma americain , westernCréer un quiz sur cet auteur

.. ..