AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.88/5 (sur 292 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Chartres , le 07/02/1975
Biographie :

Alors qu'elle est traitée dans une clinique pour trouble des conduites alimentaires et pour tentatives de suicide, Barbara Samson tombe amoureuse d'Antony, patient comme elle. Antony lui écrit des poèmes d'amour, qu'elle découvrira plus tard être des traductions de poèmes de Jim Morrison, chanteur des Doors. Tout en lui cachant sa séropositivité, il la contamine dès le premier rapport.

En 1994, après avoir rencontré le Dr Éric Chapeau-Åslund, un médecin très engagé dans la lutte contre le sida, ils organisent un programme éducatif de prévention dans les collèges, les lycées, les universités et les entreprises en France, en Suède, en Suisse, aux USA, au Japon…, à un moment où le SIDA reste méconnu et objet de mythes.

Remarquée par des journalistes de Canal+, Barbara est invitée à ouvrir la première soirée Sidaction le 7 avril 1994. Son témoignage galvanise les français devant le petit écran qui se montrent très généreux (300 millions de francs soit près de 50 millions d'euros récoltés lors de cette soirée).

Barbara Samson relate son histoire dans une autobiographie réalisée en collaboration avec Marie-Thérèse Cuny et éditée chez Robert Laffont, On n'est pas sérieux quand on a dix-sept ans. De cet ouvrage a été tiré un téléfilm « Mes 17 ans », réalisé par Philippe Faucon avec Valentine Vidal (dans le rôle de Barbara).


+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
Bibliographie de Barbara Samson   (1)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (31) Voir plus Ajouter une citation
Ma mère me poursuit dans la chambre, le flan à la main en criant toujours :
- Tu vas bouffer, tu vas bouffer? Tu vas voir si tu ne vas pas le bouffer! T'as joué avec lui pendant dix minutes, maintenant, c'est moi qui joue avec toi !
Je la traite de folle, de tarée, de débile, de vieille peau. Je l'insulte avec une volupté mauvaise. "Vieille peau", c'est mon mot préféré. C'est l'insulte qui percute, qui fait mal. Entre un "Fous-moi la paix" et un "Lâche-moi", il y a "Connasse" ou "Salope", ou "Vieille peau". Toujours le même dialogue.
Elle, de son côté :
- Merci, merci beaucoup, toujours aussi gentille à ce que je vois ! Mais qu'est-ce que je t'ai fait? Pourquoi toujours moi? Pourquoi? Je n'en peux plus !
Il y a derrière nous, depuis des années, une accumulation de bagarres et d'insultes, mais aujourd'hui, c'est la guerre, et c'est la première fois que nous en arrivons là. Si loin.
Commenter  J’apprécie          220
Je ne savais pas que ma mère était aussi inquiète. Je croyais avoir caché suffisamment de choses pour la rassurer. On ne peut pas rassurer une mère en se taisant et en cachant.
Commenter  J’apprécie          180
J’ai une fille à moi,
Une fille qui m’attend au moment tendre,
Une fille à moi,
Elle est le monde,
Elle est mienne.


Filles de garages, dévêtues…
Arquées, sautées, nées pour souffrir,
Destinées à se dépouiller dans un lieu déserté.


Nous pourrions être si bien ensemble, je sais que nous le pourrions,
Des mensonges, je te dirais d’affreux mensonges.
Laisse-moi te parler du monde que nous inventerons,
Ni entreprise, ni expédition, invitation ou invention.
Nous pourrions être si bien ensemble.
Le temps perdu à attendre est soustrait du plaisir,
Il décapite les anges que tu détruis ;
Les anges se battent, les anges pleurent ;
Les anges dansent et les anges meurent, affolés par ta beauté.


Libère-moi mon amour, libère-moi.
Tu me rends réel.
Tu me donnes la raison d’être des amants.
Tu m’arraches aux souffrances égarées.
Libère-moi mon amour, libère-moi.
Toi seule peux me rendre réel.
Jim MORRISON


C’est peut-être cela que l’on cherche toute sa vie,
Rien que cela, le plus grand chagrin possible,
Pour être soi-même avant de mourir.
Louis-Ferdinand CELINE
Commenter  J’apprécie          120
« « Maintenant, nous deux, c’est à la vie à la mort. » C’est bien plus tard cette nuit-là que j’ai réalisé pourquoi il l’avait dit en me prenant la main. Ce n’était pas anodin, cette phrase. J’avais cru à une déclaration classique, genre « Je suis amoureux de toi, je veux qu’on reste ensemble, que l’on fasse un bout de chemin tous les deux ». C’était une phrase de mort. Elle m’est restée plantée dans le cœur. Elle y est toujours. »
Commenter  J’apprécie          90
J'aime l'idée de l'amour. Pas l'acte. Mais l'amour se fait, il ne se rêve pas.
Commenter  J’apprécie          100
Et puis, j'ai la pilule. Ma mère m'a permis de la prendre à quatorze ans, non par précaution maternelle, en prévision de turpitudes quelconques, mais tout simplement pour régulariser un cycle trop perturbé. Les gamines anorexiques comme moi ont ce genre de problèmes, comme si elles avaient du mal à être femmes. Du mal à vider une assiette, du mal à suivre les lunes, du mal à vivre.
Commenter  J’apprécie          70
C’est le plus dur. Personne ne pourra comprendre qu’après avoir appris du médecin du centre qu’il était séropositif je l’aie rejoint quand même, aimé quand même. Pas même moi, je ne comprends pas.

Commenter  J’apprécie          60
La mort me tente toujours comme un galop de liberté sur un cheval fou.

Commenter  J’apprécie          60
Cet amour-là était à mort. Une volonté, consciente ou non, de détruire, de tuer
Commenter  J’apprécie          40
Voyou poète, poète voyou. Tendre et respectueux, vulgaire et séduisant, inconnu et pourtant si proche. Homme.
Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Barbara Samson (669)Voir plus

Quiz Voir plus

Charade pour un auteur

Héroïne d'un roman français

Julie
Emma
Eve
Tess

7 questions
167 lecteurs ont répondu
Thèmes : moravieCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..