AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.19/5 (sur 152 notes)

Nationalité : Belgique
Né(e) à : Herentals , le 01/02/1973
Biographie :

Bart Van Loo est un écrivain belge néerlandophone et francophile.

Après avoir enseigné le français, langue étrangère à Anvers, il se consacre à l'écriture. Van Loo a été un des lauréats de la Villa Marguerite Yourcenar en 2008. Conférencier et homme de spectacle : c’est un conteur.

Ajouter des informations
Bibliographie de Bart van Loo   (3)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Nous avons le plaisir de recevoir l'écrivain et conférencier belge Bart van Loo pour son ouvrage Napoléon : l'ombre de la Révolution paru aux éditions Flammarion. Il s'est fait connaître du grand public grâce à ses mini-conférences virtuoses dans de Wereld Draait Door, mais van Loo est bien sûr avant tout un écrivain. Il a publié la trilogie France, très appréciée, ainsi que les best-sellers Chanson et Les Téméraires.


Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
Orphelin de son cavalier détraqué, le destrier noir poursuivit seul son chemin. Slalomant entre les cadavres, il disparut dans le brouillard. La bannière ducale gisait à côté du Téméraire. La neige qui tourbillonnait recouvrit la devise brodée en fil d'or. De ce légendaire cri de ralliement : Je lay emprins (je l'ai entrepris), il ne resta bientôt plus aucune trace.
Commenter  J’apprécie          220
Dans le célèbre Viandier (paru en 1380), premier chef-d’œuvre culinaire de l’histoire de France, l’auteur et cuisinier Guillaume Tirel ne dit pratiquement pas un mot de la durée de préparation des plats, en dehors d’exhortations religieuses appelant à laisser mijoter un plat en égrenant dix-huit Notre Père ou vingt-trois Je vous salue Marie.
Commenter  J’apprécie          220
[Au cours du XIVe siècle] La démocratisation de la foi déclencha une vulgarisation de l’art catholique. Le symbolisme complexe dut céder la place à un réalisme pur et simple; il s’agissait bien plus de vivre la foi que de la professer. Les gens ressentirent par ailleurs le besoin d’en porter des signes sur eux. Ceux qui en avaient les moyens glissaient un livre de psaumes ou de cantiques dans leur poche, les autres un simple chapelet. En ayant laissé la foi entrer dans la sphère privée, en la trimbalant partout et en se mettant à la vivre à sa guise, l’homme occidental permettait à l’individualisme de bourgeonner.
Commenter  J’apprécie          110
Plein de déférence, ils regardaient ce roi sans couronne de la monarchie théâtrale bourguignonne, un Philippe le Bon resplendissant, au sommet de son pouvoir. 417.
Commenter  J’apprécie          90
Ce qui est sûr, c'est que Charles, qui a quelque chose d'un Napoléon raté, paya bien plus tôt le prix de son hubris que le Corse trois bons siècles plus tard. L'histoire enseigne que les souverains aux ambitions démesurées finissent inévitablement par mordre un jour la poussière. La question est de savoir quand; p. 548.
Commenter  J’apprécie          70
Nous sommes tous Flamands et, par Dieu, nous le resterons, quelle que soit la langue que nous parlons !
Commenter  J’apprécie          60
Pour combler son souhait d'obtenir une descendance, Philippe le Bon entendait prendre son temps et s'assurer de choisir une épouse désirable. Une raison supplémentaire de recruter, dans son entourage, le meilleur portraitiste de l'époque. Si le tableau représentait un beau visage, il pourrait s'y fier les yeux fermés : cela signifiait que la dame était d'une réelle beauté.
Commenter  J’apprécie          30
Il s'agit là d'une pensée exaltante : le fondateur de fait des Plats Pays fit des beaux-arts l'une de ses priorités. L'intimité et les affinités que Philippe le Hardi partageait avec ses artistes, Philippe le Bon les reprit à son compte pour les porter à maturité. Après l'annexion du duché de Bourgogne, la cour de France fera sienne cette tradition. Caractéristique de ce pays, elle traversera les siècles, de François Ier à François Mitterrand. La vérité réclame son dû : cette tradition qui s'est épanouie avec une rare intensité est bien une invention bourguignonne.
Commenter  J’apprécie          20
A la fin du Moyen Age, la mort était une affaire d'une importance vitale.
Commenter  J’apprécie          40
L'entretien des des fossés, des canaux, des écluses, des digues et des moulins était si coûteux que la population et les agriculteurs devaient systématiquement se montrer rationnels et pragmatiques. Ils s'efforçaient de respecter scrupuleusement les consignes et les règles convenues et consentaient à répartir le pouvoir de décision et les contributions financières en proportion de la surface des terres utilisées. Plus tard, cette mentalité serait considérée comme une caractéristique hollandaise. Associée aux habitants du pays au fil des siècles, elle deviendra une des composantes essentielles de l'esprit capitaliste néerlandais. Cette spécificité, loin de pouvoir être imputée au seul protestantisme, était diamétralement opposée à la tendance naturelle bourguignonne au gaspillage et à l'ostentation.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Bart van Loo (210)Voir plus

Quiz Voir plus

Hunger Games Tome 1

Qui est l'auteur de la trilogie Hunger Games ?

J.K.Rowling
Suzanne Collins
Stephen King
Stephenie Meyer

15 questions
2962 lecteurs ont répondu
Thème : Hunger Games, tome 1 de Suzanne CollinsCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..