AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Critiques de Béatrice Taupeau (699)
Classer par:   Titre   Date   Les plus appréciées


Le secret du mari
  29 juin 2016
Le secret du mari de Béatrice Taupeau
Voilà un roman qui ne payait pas de mine à la maison de la Presse de la Clusaz, au titre gnangnan, à la couverture niaiseuse, au résumé cent fois lu, et dont le succès planétaire rabaché ne prouvait a priori en rien la qualité. Et pourtant !





Bienvenue à Melbourne, Victoria the place to be, c'est écrit sur les plaques minéralogiques des voitures. Ses quartiers à perte de vue de maisons toutes de plain-pied, la place ne manque pas sur l'île continent, leurs jardins en version grands espaces sans clôture, ses mères de famille très bénévolement investies dans les écoles privées et souvent cathos de leurs enfants, préparant des petits déjeuners avec du Vegemite, cette pâte noire au goût et à la texture de mélasse mâtinée de goudron, et de bons gâteaux à l'huile de sésame. Cecilia Fitzpatrick appartient à cette catégorie de femmes, classe moyenne, un bon et beau mari gagnant correctement sa vie, trois filles. Sa vie semble gravée dans le marbre, rangée hermétiquement dans une boîte Tupperware qui ne laisse pas s'échapper les mauvaises odeurs, et dont elle fait avec succès le commerce.





S'il n'y avait pas eu un grain de sable pour dynamiter ce parfait ordonnancement familial, Liane Moriarty n'aurait même pas eu besoin d'écrire un roman, car c'est la vie de millions de gens, de couples, de familles qu'elle aborde dans les premiers chapitres, d'une plume leste et humoristique mais connue de tous. Le grain de sable se nomme Esther, c'est l'une des trois filles du couple Fitzpatrick. Elle possède la particularité de développer des lubies. Après les dinosaures, elle s'intéresse à l'histoire du mur de Berlin, de son érection à son démantèlement, et collecte obsessionnellement toutes les informations susceptibles d'enrichir ses connaissances historiques. C'est ainsi que Cecilia monte au grenier chercher un morceau du honteux mur qu'elle a acheté lors d'un voyage adolescent en Allemagne pour l'offrir à sa fillette. Ce faisant, elle découvre une lettre rédigée puis oubliée par John-Paul, son mari : “à n'ouvrir qu'après ma mort”.





Ouvrir ? Ne pas ouvrir ? Là n'est pas la question (Cecilia ouvre) puisque l'on peut rapidement deviner ce que contient cette lettre pré-posthume.





A tort ou à raison, j'ai trouvé que ce roman baigne dans une atmosphère religieuse. Ses sept parties correspondent aux sept jours de la semaine sainte, du lundi au dimanche de Pâques. L'école catholique des enfants occupe une place importante y compris à travers le décès d'une bonne soeur y officiant, les interventions d'un prêtre, les évocations de messes, parsèment le récit ici ou là. Et c'est bien, ce n'est que mon avis, un questionnement sur le sens de leur foi et leur morale que nous offrent à partager Cecilia, “catholique jusqu'au bout des ongles” (p. 103) et les deux autres personnages principaux et féminins du récit, Tess et Rachel, toutes les deux en recherche de réponses à des questions existentielles qui peuvent concerner Dieu puisque sans réponse humaine. Avec sensibilité, légèreté, humour, Liane Moriarty pose des questions graves sur le deuil, l'adultère, la sexualité, le pardon, l'absolution, le poids des secrets familiaux et le sens de la famille. Mais la plus essentielle de toutes est peut-être celle-ci : peut-on expier, payer, monnayer, et si oui comment, une faute commise quelques vingt ans plus tôt ?





Liane Moriarty fournit une tentative de réponse ouverte dans les dernières pages de son roman, magistrales, qui permet à chaque lecteur de donner la sienne personnelle et intime, en fonction de ses convictions. Un grand roman qui n'en a pas l'air. Mais il en a les paroles...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1198
Le secret du mari
  07 novembre 2017
Le secret du mari de Béatrice Taupeau
♪ Selon la mythologie,

Jadis, les hommes vivaient sans femmes

Ne connaissaient ni fatigue ni vieillesse, ni souffrance

Zeus donna naissance à une créature du sexe féminin

Parée de tous les dons

Belle, intelligente, rusée, futée et désirable

Mais Pandora, c'est son nom, ouvre les Jars,

De ce vase jallit la souffrance, la mort, le vol et puis le crime

Sa main à ouvert la boite de Pandore

Et je suis sure que son coeur aurait voulu la refermer ♪

intro La Boîte de Pandore, Julie Zenatti, 2007



Une brise vivifiante avait chassé la grisaille matinale propre au Vendredi saint et la journée s'était finalement parée de ses magnifiques couleurs d'automne.

p391 texto

Je connaissais Noël au balcon, Pâques au tison

Vanités, complaisances et petites trahisons

Mais Pâques en automne !, in petto

je m'étonne !!

Trop mariée ou le pied To-Tal

brosse à dent mauvais pour l'émail

ce qui t'attend c'est Ta Taule

in petto, à chacun ses casseroles...

Cécilia va payer très cher tout son fatras

choisir entre la peste et le choléra

Soulever un couvercle de Tupperwar bien trop tôt

comme extirper un ver exotique in petto...



Roman au mille destins,

m'a en balai c'est certain

digressions coulent à flot

on n'utilise plus de plumeau

le monde est il plus poussiéreux ?

Lisez le ...avant de finir en vieux.

Frissons du désir, papillons dans le ventre

♫oh Cécilia, you're breaking my heart♫

Syndrome de Marfan, dilemme pour un flirt



that's all folks !!!



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1049
Le secret du mari
  13 janvier 2017
Le secret du mari de Béatrice Taupeau
Eh bien...des secrets comme celui-là, je ne voudrais jamais que mon mari m’en révèle !

Quelle histoire, bon dieu, quelle histoire !

Une petite précision pour commencer : j’ai A-DO-RE.



Oui ! Nous sommes en Australie, d’abord. A Sidney. La semaine avant Pâques. L’automne, quoi. Ben oui...changement d’hémisphère.

3 familles, 3 femmes de tête et de cœur. Elles ne se connaissent pas ou à peine. Et puis, à cause d’un bouleversement survenu chez 2 des femmes les plus jeunes -la quarantaine toutes les 2, mariées avec enfant(s)-, bouleversement dû à leurs maris respectifs, elles se retrouvent toutes les 3 en contact, voulu ou non. Et je peux vous assurer que ça va swinguer ! Haut les cœurs, haut les corps !



Dit comme ça, ça parait superficiel, « desperate housewifes », et pourtant...ça ne l’est PAS DU TOUT. Nous plongeons en apnée dans plusieurs drames à la fois :

• Rachel, la femme plus âgée, est une mère en deuil depuis des années et des années, sa fille a été assassinée lorsqu’elle avait 17 ans. Elle ne pense qu’à ça, évidemment, tout le temps. Et tous ceux face à elle ne peuvent qu’imaginer l’atroce douleur qu’elle ressent chaque jour : « Même si on essaie de se mettre à la place de celui qui se noie dans les eaux glaciales de l’Atlantique ou qui vit séparé des siens à cause d’un mur, seule la tragédie qui nous frappe personnellement - pire, celle qui frappe nos enfants - , nous fait vraiment souffrir ».

• Cecilia, la maman toujours prête, la femme toujours apprêtée, allergique au désordre, la pro des Tupperware et de l’étiquetage-maison, ouvre une vieille lettre de son mari cachée dans le grenier, et la tempête déferle dans son crâne.

• Tess, la « phobique sociale » qui se soigne, femme, amie, maman heureuse, voit son univers basculer par le biais de sa cousine adorée et complice depuis toujours.

Et c’est là que la force féminine montre toute son ampleur. Malgré les doutes, malgré les rancoeurs, malgré les bouleversements et les tragédies intimes, elles luttent, ces femmes. Elles craquent souvent, mais elles font face toujours. Et j’adore.

« Apprendre à être souple », voilà la leçon que je pourrais tirer de ces tranches de vie.



« Non ! », allez-vous rétorquer. Pas encore une histoire tourmentée, y en a marre de ces tragédies qui nous entourent. Un peu de légèreté, que diable !

Vous n’avez pas tort.

Mais ici, je tiens à vous persuader que ce livre en est rempli. J’ai ri : plusieurs fois. J’ai souri : d’innombrables fois. J’ai jubilé intérieurement. Car ces femmes ont fort à faire avec leurs familles et même leurs relations anciennes (tous ces personnages sont savoureux, soi dit en passant).

Ce livre est une somme d’humanité tragico-comique, où la psychologie féminine ultra-fouillée a la part du roi – ou plutôt de la reine-.



Merci à Canel qui m’a proposé une lecture commune de cette auteure que je ne connaissais pas du tout et que je lirai dorénavant avec un immense plaisir.



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10323
Le secret du mari
  20 février 2017
Le secret du mari de Béatrice Taupeau
À Sydney, Cecilia mène une vie paisible et sereine au sein d'un foyer aimant. Épouse chérie, mère comblée de trois filles charmantes, déléguée des parents d'élèves et conseillère à temps partiel chez Tupperware. Son mari, John-Paul est, quant à lui, un père adorable et un mari attentionné. Une existence équilibrée qui va du jour au lendemain vaciller à cause d'une lettre trouvée par hasard dans le grenier. Si ce n'était ce petit mot écrit sur l'enveloppe de la main de son époux, "Pour ma femme, Cecilia Fitzpatrick, à n'ouvrir qu'après ma mort", elle n'y aurait pas prêté attention. Que faire ? Respecter le souhait de John-Paul ? Ou lire cette lettre bien mystérieuse ?

Rachel vit toujours dans la douleur depuis l'assassinat de sa fille, Janie, il y a de cela plus de 20 ans. Heureusement que son petit-fils, Jacob, lui apporte de la joie. Malheureusement, lorsque son fils et sa bru lui annoncent qu'ils déménagent à New-York, Tess est plus que jamais ébranlée...

Loin de là, à Melbourne, Tess ne s'attendait pas à cette terrible nouvelle : son mari et sa cousine adorée, Felicity, sont tombés amoureux. Choquée, effarée et en colère, elle décide de partir in petto pour Sydney, là où elle a grandi et où vit sa maman...



Liane Moriarty tisse des portraits de femmes attachantes, combattives et profondément humaines qui, à Sydney se croiseront immanquablement. Cecilia qui, après avoir découvert le terrible secret de son mari, sera en proie à de nombreux doutes. Jusqu'où sera-t-elle prête à aller pour protéger sa famille ? Rachel, rongée par la douleur, et Tess qui voit son mariage se déliter. L'ambiance, paisible d'apparence, va peu à peu s'alourdir et s'opprimer dès lors que la vérité refait surface. Chacune de ces femmes porte en elle des doutes, des rancoeurs, de la colère ou de l'amertume. L'auteure, décrivant parfaitement le lien si ténu qui unit deux personnes, nous offre un roman juste et équilibré sur les relations familiales et amoureuses, mais aussi sur le pardon, la culpabilité ou le deuil. Alternant les chapitres consacrés à chacune d'elle, l'intrigue s'installe ainsi gentiment. Des histoires de femmes à la fois émouvantes et tragiques, des intrigues dramatiques mais aussi des sourires, des dialogues ciselés et un épilogue qui donne à réfléchir sur nos actes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1018
Le secret du mari
  26 mars 2016
Le secret du mari de Béatrice Taupeau




Ça commence comme une bluette, limite chick lit (un mariage à la dérive pour cause d'adultère, une mère en deuil de sa fille disparue brutalement dix sept ans plus tôt ). Oui mais voilà. Une lettre égarée et retrouvée va provoquer l'écroulement de la pyramide fragile des liens qui unissent ce petit monde.



Cécilia vend avec efficacité et succès des Tupperware tandis que son mari réussit dans les affaires. Leurs trois enfants sont superbes. Tout va bien. Sauf que la maniaque du rangement qu'est Cécilia découvre par hasard dans les archives de son mari une lettre qui lui est adressée, accompagnée d'une recommandation : à n'ouvrir que s'il décède...Cécilia n' a peut-être pas lu Barbe-bleue, en tout cas la curiosité l'emporte sur la prudence et ce qu'elle y découvre bouleverse profondément l'image qu'elle pouvait avoir de celui qui partage sa vie depuis de nombreuses années . D'autre part, les conséquences impliquent aussi d'autres personnages, ceux-là même dont on se demandait quels liens pouvaient exister entre eux.



Et l'on se retrouve peu à peu au coeur d'une intrigue sordide, qui refait surface après des années à la manière d'une lame de fond qui va tout emporter sur son passage.

Les personnages sont intéressants parce qu'ordinaires, et leurs réactions face à l'adversité est bien traitée. Cécilia m'a beaucoup fait pensé à Evelyn , l'héroïne de Beignets de tomates vertes, dans son apparente aisance qui cache un questionnement et une remise en cause permanente.

Les relations dans les couples, qu’ils soient récents ou plus anciens sont passées au crible pour mieux en cerner les dysfonctionnements.



L’histoire se déroule en Australie, de Sydney à Melbourne, mais aurait pu prendre place à peu près n’importe où, là ou la civilisation est inondée de boites de plastique qui sont censées vous changer la vie



Une remarque sur le prologue, qui reprend un épisode de la mythologie , très revisité, et qui donne le ton du récit, et incite à poursuivre avec enthousiasme



Liane Moriarty est devenue rapidement un auteur à succès.



Même si ce n'est pas un critère absolu, (on a connu de grosses daubes caracolant en tête des ventes), Le secret du mari a tout de même tenu un an dans la liste des best-sellers du New-York Times, a été traduit en 35 langues et CBS a acquis les droits pour une adaptation ciné, pas mal pour une jeune australienne. Et il est très tentant de confirmer cette bonne première impression en explorant Big little lies, même s’il n’est pas traduit en français à ce jour.
Lien : http://kittylamouette.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          961
À la recherche d'Alice Love
  17 mai 2019
À la recherche d'Alice Love de Béatrice Taupeau
Il ya un truc qui déclenche le défilement compulsif des pages chez Liane Moriarty. A chaque fois c’est la même chose, pas besoin d’arriver à la page 80, deux à trois paragraphes et c’est parti, impossible d’arrêter.



Sont-ce les personnages, terriblement ordinaires, avec ce petit grain de folie que l’on retrouvait avec le même plaisir un peu coupable dans la série télévisée Desperate Housewives? Est-ce l’art de générer des questionnements sur le déroulement de l’intrigue? Il faut dire que dans A la recherche d’Alice love, la ficelle est bien visible, mais ça marche!



Donc Alice Love, sort d’une perte de connaissance traumatique avec la certitude d’être en 1998, c’est à dire 10 ans plutôt. Force est de constater que sa vie n’a pas évolué comme elle l’imaginait alors, puisque tout autour d’elle est méconnaissable. Ne serait-ce que la présence de ses trois enfants, elle qui en était restée à son statut de tout début de sa première grossesse. Et comment peut-elle être en train de divorcer de l’amour de sa vie?



Au rythme d’Alice, le lecteur va reconstituer le puzzle, allant comme elle de révélations en découvertes. Tirant ou non des leçons de ce qu’elle observe de sa nouvelle vie, avec la chance de pouvoir influer sur les événements futurs, c’est une étonnante perspective sur sa vie passée, et une opportunité unique de redresser la barre.



On ne va pas chipoter sur l’interprétation les mécanismes de la mémoire, car on n’est pas dans un essai de neurophysiologie, et juste exprimer le plaisir de cette lecture aussi réjouissante que Petits Secrets, Grands Mensonges ou Le Secret du mari





Rendez-vous au prochain opus, avec impatience


Lien : https://kittylamouette.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          853
Le secret du mari
  05 avril 2019
Le secret du mari de Béatrice Taupeau
Que dire de ce roman ? Pour être honnête, j'ai failli le refermer dès le départ, bien avant le secret !! Les 100 premières pages sont une accumulation de personnages et l'on passe de l'un à l'autre sans avoir le temps de bien les situer. Enfin, à la découverte du secret du mari, j'ai trouvé un petit intérêt à cette histoire et aux personnages. L'action arrive… et le livre se laisse lire.

Je n'ai pas vraiment compris l'engouement populaire de ce roman...

Le seul passage que j'ai vraiment apprécié est la conclusion à cette histoire !

Cette histoire, je l'oublierai très vite. Ma sensation est d'avoir lu une version littéraire australienne de Desperate Housewifes. Série américaine pour laquelle je n'ai vraiment pas accroché et donc pas du tout suivi.

Bon, je passe à autre chose !!
Commenter  J’apprécie          854
Neuf parfaits étrangers
  22 février 2020
Neuf parfaits étrangers de Béatrice Taupeau
Les quatre romans de Liane Moriarty traduits en français m’ont tous totalement séduite. Alors bien sûr, j’ai abordé celui-ci avec confiance et conviction de ne pas déroger à la règle. Bingo, carton plein encore une fois!



Le premier chapitre met en scène une executive woman, une cheffe dans l’âme, qui n’a sans doute pas su interpréter les alarmes que son corps en surpoids a dû lui adresser… En pleine activité, une crise cardiaque la terrasse.



Puis ce sont les autres personnages, les neuf annoncés dans le titre. D’horizons divers, mais cependant appartenant à une catégorie sociale plutôt favorisée (il le faut pour se permettre de s’offrir un séjour de remise en forme tel que celui où ils feront connaissance), ils arrivent au Tranquillum House avec des problèmes existentiels plus ou moins occultés.



Le centre se propose de transformer leur vie, de régler tous leurs problèmes, de faire d’eux des êtres différents. Et la femme à l’origine de ce concept semble avoir les épaules pour mener à bien ce défi.



Pas besoin d’en dire plus, la suite des événements ne va pas bousculer que les pensionnaires en mal de bien-être.



C’est encore une fois remarquable. C’est comme un paquet de Bretzels : on en mange un, on vide le paquet. L’auteure a le don de brosser des portraits de personnages à partir de détails triviaux qui font tout leur charme. On marche dans la combine et on se laisse balader au gré des rebondissements et des surprises qui animent le récit. D’autant que la situation de huis-clos induite par le programme, en révèle long sur la fragilité de la solidarité quand la survie est en question.





Partagée entre le désir de connaître la suite et le souhait de rester dans ces pages, je n’attends qu’une chose, que l’un des deux autres romans restant ne soit rapidement traduit.



Challenge pavés Babelio 2020


Lien : https://kittylamouette.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          825
À la recherche d'Alice Love
  18 décembre 2019
À la recherche d'Alice Love de Béatrice Taupeau
Alice a la mémoire qui flanche. Après une commotion cérébrale due à une chute, elle ne se réveille pas au pays des merveilles lorsqu'elle comprend qu'une brèche de dix ans s'est ouverte dans sa vie sous la forme d'une amnésie. Son mari, ses trois enfants, sa mère, sa soeur, ses amis, tous ces infimes détails sont passés aux oubliettes et nécessitent un sérieux travail de remise à niveau pour un rapide retour vers le futur.





Après avoir aimé Le secret du mari puis adoré Petits secrets, grands mensonges, j'ai éprouvé une déception lors de la lecture de Un peu, beaucoup, à la folie. Les barbecues entre voisins, l'investissement bénévole de mamans débordées dans les écoles privées de leurs rejetons m'ont semblé répétitifs et lassants, tout comme les scenarios quasi-superposables. Mais Liane Moriarty est habile, elle sait y faire pour toucher son lectorat, et lorsque A la recherche d'Alice Love, son quatrième roman, m'a tendu les bras à la médiathèque, je m'en suis emparé. A peine ouvert, comme j'étais surprise que l'intrigue se déroule en 2008, j'ai jeté un oeil sur la première date de parution : 2009. Ah ! D'accord ! Il ne s'agit pas de son quatrième roman mais de son premier, que les Editions Albin Michel ont fort judicieusement décidé de traduire en 2019 pour surfer sur le succès de l'australienne. Cette petite duperie par omission (ça ferait un excellent titre !) qui consiste à faire passer du vieux pour du neuf a d'emblée suscité ma méfiance et l'histoire d'Alice n'a hélas pas gommé cette première sensation. Pourtant, en créant des femmes lambda, ordinaires, aux vies banales pleines de boulot, d'enfants, de séparations ou autres problèmes matrimoniaux et scolaires, de disputes familiales, l'auteure séduit car le lecteur s'identifie facilement aux héroïnes qu'elle analyse avec finesse et humour.





Mais Alice m'a déçue. L'intrigue est lente à se mettre en place, les digressions sont nombreuses. La super-Frannie blogueuse préoccupée par l'euthanasie n'apporte pas grand-chose à l'histoire, et la vie d'Elizabeth en mal d'enfant, relatée sous la forme d'une auto-analyse adressée à son psy, bien qu'émouvante n'en est pas moins indigeste... Au final, un roman beaucoup trop long, qui aborde beaucoup trop de thèmes, qui suis-je et dans quel état j'erre, d'où viens-je et où vais-je ? Que sont mes amis devenus ? Pourquoi mon couple s'est-il usé ? Qu'ai-je fait de ma vie ? Et si c'était à refaire...

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          722
À la recherche d'Alice Love
  16 septembre 2019
À la recherche d'Alice Love de Béatrice Taupeau
Une mauvaise chute et c'est toute la vie d'Alice Love qui s'en trouve bouleversée... Aussi, lorsqu'elle reprend conscience, elle se rend qu'elle se trouve dans une salle de sport (elle qui déteste le sport) et que la présence de Jane Turner (du travail !) , à ses côtés, l'étonne (qu'est-ce qu'elle fout là ?). Certainement un évanouissement dû à sa grossesse... Les pompiers arrivent très vite, lui demandent son nom, le lieu où elle se trouve et la date du jour. Ce à quoi la jeune femme répond aussitôt 1998. Et c'est là que l'inquiétude s'affiche sur les visages puisque l'on est en 2008. Alice va rapidement se rendre compte qu'elle a oublié les 10 dernières années de sa vie et que celle-ci a pris une tournure à laquelle elle ne s'attendait pas... Elle n'est, évidemment, pas enceinte de son premier enfant, qui a maintenant 10 ans, que deux autres ont suivi, que sa relation avec Nick, son amour de toujours, n'est absolument pas au beau fixe, que la relation avec sa soeur paraît tendue et, surtout, qu'elle ne se reconnaît pas en la Alice de 39 ans...



Liane Moriarty signe là une comédie douce-amère au cours de laquelle l'on suit Alice Love, qui, à cause d'une chute au cours de step, n'a absolument aucun souvenir de ses 10 dernières années passées. Se croyant toujours en 1998, enceinte de Madison, son premier enfant, passionnément amoureuse de Nick, elle va, à sa plus grande surprise, découvrir ce qu'est devenue sa vie. Et, apparemment, celle-ci ne lui correspond pas et Alice apprendra, au fil des heures et des jours, combien elle est loin de s'imaginer la (mauvaise) tournure qu'elle a prise. Où est donc passée Alice Love ? Qu'a-t-elle fait de sa vie ? Comment en est-elle arrivée là ? L'auteure redessine, au fil des pages, les contours d'un passé oublié et montre combien, en seulement 10 ans, l'on change ainsi que notre entourage, combien l'on peut se perdre en chemin et briser des rêves et des espoirs. Outre le destin de la jeune femme, Liane Moriarty s'attarde sur celui d'Elizabeth, la soeur d'Alice, qui, après de nombreuses FIV et fausses-couches, n'arrive pas à tomber enceinte. Ponctué des confidences de cette dernière qui écrit à son psy et du blog de Frannie, la grand-mère adoptive des deux soeurs, ce roman savoureux, saupoudré d'humour noir, se révèle tout à la fois léger et plus grave, notamment en traitant de l'infécondité, de la mort ou encore de l'amour qui s'effiloche.



Une évocation fine et pertinente du décalage entre la vie rêvée et celle que l'on vit...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          712
À la recherche d'Alice Love
  22 juin 2020
À la recherche d'Alice Love de Béatrice Taupeau
C'est frais, c'est vivant, c'est un très bon roman.

C'est, selon moi, le meilleur de Liane Moriarty. Je n'ai pas ressenti le côté série télévisée à succès des précédents romans, qui était certes plaisant, mais un peu trop bling bling.

Niveau histoire, Alice vit un véritable break dans sa vie, indépendamment de sa volonté. Une amnésie qui lui permet de voir la vie différemment. Revenir sur le passé, avoir un regard plus critique ou plus naïf, mais dans tous les cas un regard différent ; cela permet de se remettre en question, ou de se poser d'autres questions, et de voir la situation par le regard des autres.

Sans dire qu'on devrait tous passer par une amnésie temporaire pour pouvoir faire le point, il peut être intéressant de prendre un peu de recul dans certaines situations de la vie quotidienne.

Ce roman est actuel et c'est un vrai plaisir de se plonger dans l'histoire d'Alice et de ses proches. Quelque part, on se retrouve tous dans ce roman, à un moment ou à un autre de notre vie...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          700
À la recherche d'Alice Love
  03 décembre 2019
À la recherche d'Alice Love de Béatrice Taupeau
Au cours de step, Alice, 39 ans, fait une chute et tombe sur la tête.

Elle est emmenée en ambulance et rapidement se rend compte grâce à ses proches qu'elle a oublié 10 ans de sa vie.

Elle se croit enceinte de son premier enfant alors qu'elle en a 3. Elle est amoureuse de son mari alors qu'elle est sur le point de divorcer.

Ce qu'elle découvre d'elle-même ne la ravit pas : une femme superficielle, vivant pour la façade.

Elle a une sœur, Elisabeth qu'elle snobait depuis un petit temps. Celle-ci essaie désespérément d'avoir un enfant. Son combat humain la rend très sympathique et vulnérable à la fois.

Le thème de l'amnésie est très souvent exploité dans les romans mais ici, le style est original avec une narration très vivante ainsi que la construction entrecoupée par les lettres de la sœur à son psy, les réflexions de l'arrière -grand-mère sur la toile.

C'est un roman bien agréable à lire, le premier de Liane Moriarty que j'apprécie, je l'avoue. Il faudra peut-être que j'approfondisse la lecture de l'auteure.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          666
Le secret du mari
  19 mars 2017
Le secret du mari de Béatrice Taupeau
Si le titre évoque un mari au bien lourd secret, le livre parle surtout de femmes, et avec brio. Celle qui réussit tout à la perfection, ses enfants, son mariage, son job, sa maison et qui agace tout le monde. Celle qui a perdu une fille il y a bien longtemps et ne s'en remet pas. Celle qui doute de tout tout le temps, et encore plus depuis qu'elle a découvert la liaison de son mari avec sa presque-soeur.



Ca, c'est pour les héroïnes, mais il y en a plein d'autres dans les personnages secondaires : celle qui ne sait plus quoi faire pour se faire apprécier de sa belle-mère dépressive et hargneuse, celle dont la vie s'arrête tous les weekends dans la solitude, celle qui a toujours vécu dans l'ombre à cause de ses kilos en trop... Ce sont ces portraits de femmes, tout en nuances, ou parfois assez ironiques et mordants, qui m'ont intéressée et séduite.



L'intrigue m'a semblé un peu convenue au début, encore une histoire de secret dans une banlieue chic avec des femmes vaguement désœuvrées... Jusqu'à ce qu'elle devienne, vers les deux tiers du livre, nettement plus originale et plus intéressante, rendant floue la frontière entre le bien et le mal, et prônant indirectement la mesure, la souplesse et la finesse...



Bref, j'ai aimé, je l'ai déjà recommandé autour de moi et je le recommande maintenant aux babeliautes qui me liront !



Challenge Multi-Défis 19/52
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          662
Le secret du mari
  13 janvier 2017
Le secret du mari de Béatrice Taupeau
Cecilia est une femme comblée dont la maison impeccable, les trois filles bien élevées, le mari aimant et la foi catholique sont les raisons d'exister et de croire à un avenir radieux. Mais voilà, derrière cette atmosphère ordonnée et rassurante, il existe des ombres menaçantes. Il est des secrets qu'il vaut mieux ignorer. Tel un acte impensable du mari de Cecilia, révélé dans une lettre qu'elle n'aurait pas dû lire.



Tess et sa cousine Felicity sont inséparables depuis leur plus jeune âge. Au point qu'elles ont monté une agence de publicité avec le Will, le mari de Tess. Quand Tess apprend que Felicity et Will s'aiment, elle tombe des nues. Profondément blessée, elle se réfugie avec son fils chez sa mère. Janie, la fille de Rachel, a été assassinée alors qu'elle n'avait que dix-sept ans. Rachel, inconsolable, espère toujours qu'on trouvera le coupable qui a brisé sa vie et celle de son mari.



Liées par le secret du mari, les vies de Cecilia, Tess et Rachel vont se croiser à Sydney pendant la semaine pascale.



Dans ce roman qui se dévore, jusqu'à un épilogue surprenant, il est question d'amour, de couple, d'expiation, de deuil impossible, de sentiment de culpabilité et de bien d'autres choses. C'est prenant, tragique et drôle à la fois, c'est la vie quand elle bascule révélant la fragilité de nos certitudes.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          652
Le secret du mari
  13 janvier 2017
Le secret du mari de Béatrice Taupeau
Vous connaissez certainement des mamans comme ces trois-là, vous ressemblez peut-être même à l'une d'elles.

• Cecilia : femme au foyer très engagée dans la vie de l'établissement scolaire, tirée à quatre épingles, bien coiffée/maquillée, sa grande maison rutile du sol au plafond et sent bon les gâteaux ; ses trois filles sont polies, ravissantes, intelligentes, son superbe mari mène une brillante carrière, elle-même arrive à fourguer des Tupperware comme personne, etc. Certes sa pré-ménopause et sa sexualité en berne l'inquiètent, mais digne comme elle est, elle n'en laisse rien paraître. Vous l'enviez autant qu'elle vous agace.

• Tess : elle rase les murs, vous ne la remarquez pas : timide, elle évite les grands rassemblements. D'ailleurs, il se murmure que son fils n'est pas plus dégourdi qu'elle - la preuve, il se fait harceler par un gamin...

• Rachel : la voir, ou même seulement penser à elle, ça vous tord le ventre. Elle a perdu un enfant. Mais comment fait-elle pour tenir encore debout ? Pour travailler où sa fille était scolarisée ? Et vous, que pouvez-vous bien lui dire sans gaffer ? le plus simple : l'éviter, détourner le regard...



Parce que le mari de Tess a des envies d'aventures, parce que celui de Cecilia a un secret très lourd, leurs chemins vont se croiser, leurs destins basculer.

Quand de telles rencontres se passent sous la plume de Liane Moriarty, le résultat est savoureux, comme j'avais pu le constater avec 'Petits Secrets et grands Mensonges'.

Comme Joyce Maynard, JC Oates, J. Courtney Sullivan (et même encore mieux, à mon avis, c'est dire !), cette auteur australienne est très douée pour décortiquer les réactions, interactions et pensées féminines, allant jusqu'à dévoiler nos idées les plus inavouables - mesquinerie, jalousie, désir de vengeance et de meurtre, fantasmes sexuels...

On s'y croit, on s'y voit, on en rit, on en frissonne, on s'en émeut, a fortiori si on partage la vision de l'auteur et ses questionnements sur le couple, la famille, la maternité et la féminité, la séduction, le vieillissement, la solitude...



Toutes ces femmes sont touchantes, parfois bouleversantes, et leurs mecs qu'on trouve souvent insupportables, voire minables, en-dessous de tout (comme les nôtres certains jours, ou ceux des copines dans la vraie vie), arrivent à nous attendrir et à nous émerveiller aussi.



Il paraît que les romans de Liane Moriarty ressemblent à 'Desperate Housewives'. Je ne peux pas comparer, je n'ai jamais regardé cette série.

Ce sont des histoires de femmes, certes, mais pas girly. Les personnages sont finement observés, présentés tout en nuances et paradoxes. Pas de clichés, pas de manichéisme, la roue tourne pour tout le monde, c'est le grand tourbillon de la vie où le pire et le meilleur de chacun se révèle.



♥ Un grand merci à Latina/Cécile pour cette lecture commune sur les chapeaux de roue. D'emblée séduites par le ton du récit et les histoires de ces femmes, super motivées par-delà les kilomètres et une frontière, on a dévoré ces cinq cents pages de concert ! Cette fois j'avais un peu d'avance sur ma co-lectrice, c'est rare. Je m'amusais, en lisant ses remarques en 'off', à redécouvrir ce que je pensais de tel ou tel personnage quelques heures plus tôt. 😉
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          6311
Le secret du mari
  08 octobre 2016
Le secret du mari de Béatrice Taupeau
Un de mes critères pour noter un livre est le degré d'impatience que j'ai à retrouver ma lecture après une journée de travail.

Pour le secret du mari, j'ai mis un peu de temps avant de me sentir impliquée par ces histoires de femmes. Lorsque j'ai posé le livre pour la première fois, je n'ai pas eu hâte de retrouver tous ces personnages que j'avais d'ailleurs du mal à identifier.

A partir du moment où Cécilia ouvre la lettre, j'ai été happée et le livre m'a alors accompagné dans le tram pour aller au travail. Oui, j'étais accroché au devenir de ces familles.

L'épilogue fait réfléchir et renforce toutes les questions que l'on se pose au cours de cette lecture.
Commenter  J’apprécie          615
Le secret du mari
  19 mai 2019
Le secret du mari de Béatrice Taupeau
Un succès international. Bravo! Tant mieux pour l'autrice et je me réjouis pour tout ceux qui ont aimé. Perso, petit roman lu dans l'avion. Les heures de vol ont été moins longues puisque j'étais dans la tête de Cécilia, Tess et Rachel. Ces femmes presque parfaites d'une banlieue presque parfaite de Sydney.

Donc un mari parfait qui a un gros secret, un deuxième avec des angoisses de pertes de cheveux et de crise de la quarantaine et puis...c'est presque tout. Les hommes s'effacent. Pourtant, tout tourne autour d'eux.

Alors, Cécilia, la parfaite, l'organisée, la bien cadrée, puis Tess quittant précipitamment Melbourne pour revenir à Sydney, puis Rachel survivant de peine et misère à un immense chagrin.

Et nous nous promenons ainsi dans la tête de chacune.

Écrit simplement, narration convenue, quelques longueurs mais on se prend au jeu de vouloir savoir.....

Finalement, un "Deseperate housewifes" australien avec qui nous passons un agréable moment. Comme lorsque qu'on nous reçoit pour le thé et que celui-ci ainsi que les biscuits et gâteaux sont parfaits.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          600
Neuf parfaits étrangers
  13 février 2020
Neuf parfaits étrangers de Béatrice Taupeau
J'aime beaucoup Liane Moriarty.



Enfin, d'habitude, j'aime beaucoup Liane Moriarty…



Je lis ces romans comme on regarde une bonne série. LE SECRET DU MARI et PETITS SECRETS, GRANDS MENSONGES me laissent le souvenir de lectures prenantes et piquantes…



Ici, mon séjour à Tranquillum House fut loin d'être une partie de plaisir.



J'etais pourtant plutôt bien disposé envers ces neufs étrangers qui se retrouvent, chacun avec leurs petits secrets, pour une cure de santé, dans un endroit perdu dans le bush australien.



Je ne peux en dire trop pour ceux qui oseront enfiler un peignoir et se lanceront dans cette cure thermale d'un drôle de genre.



Je dirai juste que je n'ai pas réussi à vraiment m'attacher à ces personnages, un peu stéréotypés… Et lorsque tout bascule, j'ai eu le sentiment de lire une Agatha Christie sous amphetamines… C'est un peu gros et même pas drôle…



Je ne sais pas où se situe ce roman dans la bibliographie de Liane Moriarty, mais j'ose espérer qu'elle n'était pas très inspirée, sous la pression d'un éditeur dans l'attente du prochain manuscrit.



Je n'ai pas retrouvé le sel de sa plume, je me suis même vu boire la tasse, tant ce fut laborieux d'arriver au bout de ma lecture…



Je suis pourtant plutôt bon public et je n'attendais pas grand-chose de cette lecture.

Pourtant, je reste persuadé que ce roman ressemble à une vaste fumisterie aux situations improbables… Peut-etre se lit-il au 18 même degré?



J'ai lu, ici ou là, que certains avaient passé un bon moment alors faites-vous votre propre avis… Je dois être passé à côté du truc …
Lien : https://labibliothequedejuju..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5716
À la recherche d'Alice Love
  08 avril 2019
À la recherche d'Alice Love de Béatrice Taupeau
Après une chute dans un club de gym, une femme approchant des quarante ans, est atteinte d'amnésie. Tout un pan de sa vie, ses dix dernières années se sont envolées… Son esprit lui dit qu' elle a 29 ans, et s'apprête à devenir mère.

Problème : Elle en a 39, est sur le point de divorcer de son mari adoré (d'elle à 29 ans...) et a trois charmants , (et dynamiques) enfants . Son (futur ex-) mari est hyper froid avec elle, sa soeur est hyper froide avec elle, et sa meilleure amie (d'il y a 10 ans ) l'ignore royalement !

Mais qu'est ce qu' à foutu Alice Love pour en arriver là ? !

C'est un roman qui, sous le couvert de l'amnésie, traite du bilan de nos vies. Qu'a t-on accompli en dix années? Qu'y a t-il de changé ? de quoi est-on fières ? Est-on la même qu'il y a dix ans ?

Visiblement Alice, non ! Et sous couvert de la comédie , Liane Moriarty nous parle du couple, de l'usure du couple, du désir, de la fatigue des jeunes mamans qui n'ont plus un moment à elle, du manque de sommeil, des concessions que l'on fait à son conjoint et à soi - même…

Mais ce serait réducteur de s'attacher seulement aux pas hésitants d'Alice , le personnage principal, car il y a trois autres femmes qui comptent , dans ce roman .

La soeur d'Alice, Elisabeth, qui après "X" tentatives de FIV ratées , n'en peut littéralement plus , et est au bord du " craquage" et de la folie . Cette obsession d'avoir un bébé, prend toute la place dans la vie de cette femme, dans son couple, ( toute la place dans son cerveau aussi …) . Cette obsession attrape la lectrice par les tripes tellement elle est bien rendue .

La mère d'Alice qui dix ans après, a changé de vie et qui démontre que la roue tourne, et que tout est possible…

Et la grand- mère adoptive d'Alice , si positive, qui tient un blog .

Liane Moriarty signe encore ici, une tragi- comédie fine et perspicace sur notre quotidien, nos dérapages, nos erreurs et la prise de conscience de ce qui est le plus important dans nos vies . Alors, ♫ qu'est ce que vous avez fait de toutes ces annéééées ♫ ?

Un roman amusant , ultra agréable et lucide qui fait le même effet qu' un bonbon acidulé et coloré …

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          570
Le secret du mari
  11 mai 2016
Le secret du mari de Béatrice Taupeau
Cela commence comme un roman à l'eau de rose, le destin croisé de trois femmes dont les vies s'entremêlent malgré elles.....trois personnages féminins, Cécilia, mére de famille parfaite, reine des Tupperware et des goûters maison, épouse de John Paul dont la lettre à "n'ouvrir qu'après sa mort, " oubliée au grenier, bientôt ouverte .....va précipiter leur destin, sinon déliter certains liens, bouleverser le cours de leur vie.......

Tess, en déséquilibre amoureux et Rachel, une grand- mére meurtrie par le décès de sa fille Janie des années plus tôt, qui renaît grâce à son petit fils Jacob .

Fallait-il ouvrir cette missive à l'enveloppe jaunie ?

Quelle décision prendre?

Fallait -il se taire et protéger ses enfants ou dénoncer celui qui vit avec vous depuis vingt ans ?

Roman à l'américaine qui pourrait être décliné en feuilleton avec une chute pour le moins surprenante dont je ne révélerai rien.......

Pas mal malgré quelques longueurs, agréable, facile à lire, passionnant surtout vers la fin, amusant, troublant, léger parfois avec des personnages vrais et attachants, mêlant d'une façon très habile ,émotion intense et suspense, secret, jusqu'à la fin, l'auteur usant d'un sens acéré de l'observation.

Rien à voir avec les ouvrages dont j'ai l'habitude d'où peut - être la maladresse de mon commentaire .

Merci à Marie , ma libraire de "la taverne du livre".

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          572




Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Rhinocéros

Qui est l'auteur de cette pièce de théâtre?

Ionesco
Molière
Camus
Shakespeare

16 questions
938 lecteurs ont répondu
Thème : Rhinocéros de Eugène IonescoCréer un quiz sur cet auteur