AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.92 /5 (sur 77 notes)

Nationalité : Italie
Né(e) à : Rome , le 23/09/1942
Biographie :

Benedetta Craveri est professeur d’université en Italie, spécialiste de la civilisation française des XVIIe et XVIIIe siècles.

Elle est l’auteur, notamment, de "Madame du Deffand" et son monde (1987) et, aux Éditions Gallimard, de "L’âge de la conversation" (Hors série Littérature, 2002, Tel n° 334) et de "Reines et Favorites".

Elle reçoit le Prix du Meilleur livre étranger.

Source : www.lemarathondesmots.com
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Benedetta Craveri - Madame du Deffand et son monde

Podcasts (1)


Citations et extraits (28) Voir plus Ajouter une citation
gelinasguy14   25 juillet 2014
Madame du Deffand et son monde de Benedetta Craveri
Bercée par le murmure des visiteurs, Mme du Deffand sombre peu à peu dans une profonde léthargie. Son intelligence a cessé de la tourmenter; finalement, elle peut s'engloutir dans l'existence à l'état pur, «s'endormir dans cette connivence universelle des êtes sans conscience», des ormes, des chênes dont elle a envié plus d'une fois la vie végétative. Elle s'éteint doucement le 23 septembre 1780.
Commenter  J’apprécie          60
Taraxacum   25 janvier 2018
Les derniers libertins de Benedetta Craveri
Le destin manqué de Louis de Narbonne offrait également à l'illustre critique la clé de lecture de toute une époque. A bien y regarder, les occasions perdues du comte n'étaient-elles pas aussi celles de la monarchie française qui n'avait pas su se renouveler, de la Révolution qui avait trahi le rêve libéral de 1789, de Napoléon qui n'avait pas su s'imposer de limites?
Commenter  J’apprécie          50
Taraxacum   29 janvier 2018
Les derniers libertins de Benedetta Craveri
L'année précédant l'arrivée à Luneville de Voltaire et de la divine Emilie, Stanislas-Jean de Boufflers avait été admis à résider dans le paradis maternel pour se préparer à tenir sa place dans le monde. Son rang de cadet le destinait à l'Église, mais pendant longtemps personne ne sembla s'en souvenir. L'abbé Pierre-Charles Porquet, le précepteur qu'on lui avait choisi, était cultivé, aimable et spirituel et le seul reproche qu'on aurait pu lui faire était son manque absolu de dévotion. Ses connaissances religieuses laissaient tellement à désirer que, devenu chapelain de Stanislas sur les instances de Mme de Boufflers et invité par le roi à réciter le bénédicité avant le déjeuner, il n'en avait pas retrouvé la formule.
Commenter  J’apprécie          40
gelinasguy14   12 mai 2014
Madame du Deffand et son monde de Benedetta Craveri
Ce mercredi 1er octobre, avant l'arrivée du courrier, et par conséquent point en réponse à votre lettre s'il m'en apporte, et que je ne puis encore avoir reçue.

«Vous avez raison, vous avez raison, enfin toute raison; je ne suis plus soumise, mais je suis véritablement convertie. Un rayon de lumière m'a frappée à la manière de saint Paul; il en fut renversé de son cheval, et moi je le suis de mes chimères.
Commenter  J’apprécie          30
Taraxacum   31 janvier 2018
Les derniers libertins de Benedetta Craveri
Pour insolite qu'elle soit, sa décision de contrevenir aux habitudes et de publier de son vivant ses Mémoires ou Souvenirs et Anecdotes n'est pas si étonnante. Comme Mme de Genlis, qui releva tout de suite la nouveauté de cette initiative dont elle avait été la première à donner l'exemple, Ségur n'avait assurément pas brillé par la cohérence de ses opinions politiques et il voulut s'en expliquer avant de mourir. Mais il adopta une stratégie opposée à celle de la comtesse. Au lieu de se placer dès le début des Mémoires au centre de la scène en parlant de lui, de ses convictions et des choix qui l'avaient marqué dans les années cruciales de sa jeunesse, Ségur se cacha derrière un portrait collectif. Sa façon de penser et de sentir, affirmait-il, avait été commune à toute sa génération. Ce qui laissait entendre que les erreurs de jugement dont il avait pu se rendre coupable était le fruit d'un aveuglement collectif.
Commenter  J’apprécie          20
Taraxacum   17 janvier 2018
Les derniers libertins de Benedetta Craveri
D'ailleurs, y compris avec une touche de sarcasmes, le strict respect des formes était de mise jusque dans les mariages les moins bien assortis, comme le montre l'anecdote que rapporte Chamfort : «On demandait à M. de Lauzun ce qu'il répondrait à sa femme (qu'il n'avait pas vue depuis dix ans), si elle lui écrivait: "Je viens de découvrir que je suis grosse. " Il réfléchit, et répondit" Je lui écrirais: Je suis charmé d'apprendre que le Ciel ait enfin béni notre union. Soignez votre santé; j'irai vous faire ma cour ce soir".»
Commenter  J’apprécie          20
kuroineko   05 décembre 2017
Les derniers libertins de Benedetta Craveri
Jeune et moins jeune, la noblesse libérale qui accueillit la convocation des états généraux comme l'occasion d'entamer les réformes nécessaires au pays et d'instaurer une monarchie constitutionnelle sur le modèle anglais manquait-elle réellement du sens des réalités et s'aperçut- elle trop tard qu'à manier avec témérité des théories philosophiques dont elle ne mesurait pas toute la portée, elle avait couru à sa propre perte?
Commenter  J’apprécie          20
AuroraeLibri   26 juin 2019
L'âge de la conversation de Benedetta Craveri
Dans les premières décennies du XVIIe siècle, l'élite nobiliaire découvrit l'existence d'un territoire jusqu'alors inexploré, à égale distance de la cour et de l'Eglise ; elle en dessina les frontières et le dota de lois autonomes et d'un code de comportement marqué par le culte rigoureux des formes. Nul ne se souciait de lui donner un nom, se contentant de l'appellation générique de monde : bientôt ce terme ne désignerait plus seulement la sphère de l'humain -le lieu de l'exil et du péché où tout semblait devoir concourir à la perdition de l'âme- opposée à la sphère du divin, mais une réalité sociale circonscrite où une poignée de privilégiés s'essayait à un projet esthétique rigoureusement séculier qui ne nécessitait aucune caution théologique pour se réaliser. Si, au cours du XVIIe siècle, nombre de ceux qui appartenaient au monde finirent, à travers des conversions exemplaires, par sacrifier à l'appel de Dieu cet idéal trop terrestre, le siècle suivant, en libérant l'homme de l'angoisse religieuse, le livrerait sans remords à sa vocation purement mondaine.



Avant-propos
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
AuroraeLibri   28 juin 2019
L'âge de la conversation de Benedetta Craveri
Chacune des figures féminines présentes ici se mesure à un modèle de comportement idéal et l'adapte à ses ambitions, à ses intérêts, au cercle de ses familiers, ses aspirations les plus profondes. Ce faisant, elle souligne l'importance du modèle dans la vie de l'époque et le transmet à la génération suivante enrichi de son apport personnel. Ainsi défilent : la duchesse de Longueville, incarnant les deux figures inverses et exemplaires de la séduction mondaine et du renoncement au monde; la marquise de Sablé, nous initiant à la collaboration qui s'instaure entre mondanité et littérature; Mademoiselle de Montpensier déclinant la gamme complète des loisirs nobles; la marquise de Sévigné illustrant, dans la vie comme dans les lettres, la fougue de l'enjouement, la gaieté euphorique, si nécessaires au succès en société; Madame de Lambert et Madame de Tencin présidant à un type nouveau de conversation intellectuelle et préparant les représentants du beau monde au débat des Lumières.



Avant-propos
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
gelinasguy14   18 juillet 2014
Madame du Deffand et son monde de Benedetta Craveri
Mme du Deffand à Walpole

Paris, mardi 23 juin 1772

«Votre plume est de fer trempé dans le fiel. Bon Dieu! quelle lettre! Jamais il n'y en eut de plus piquante, de plus sèche et de plus rude; j'ai été bien payée de l'impatience que j'avais de la recevoir. J'espérais de l'indulgence pour une faute qui ne regardait que moi et qui ne pouvait jamais retomber sur vous.
Commenter  J’apprécie          22

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Historiettes historiques ...

"Souviens-toi du vase de Soissons !" aurait dit Clovis, à l’un de ses soldats qui n’avait pas voulu rendre un vase précieux. En représailles, Clovis aurait ...

fendu le crâne du soldat avec une hache
fait enfermer le soldat dans un vase à sa taille
condamné le soldat à faire de la poterie

10 questions
51 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , historique , anecdotesCréer un quiz sur cet auteur