AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.76 /5 (sur 174 notes)

Nationalité : Allemagne
Né(e) à : Munich , 1984
Biographie :

Benedict Wells est né en 1984 à Munich. A l’âge de 6 ans il commença son parcours dans trois internats bavarois. Après son diplôme en 2003, il emménagea à Berlin.

C’est là qu’il décida de se consacrer à l’écriture plutôt qu’à des études universitaires.

Pour assurer sa subsistance, il fit plusieurs petits boulots.

En 2008, il publia un premier roman applaudi par la critique Becks letzter Sommer, qui lui valut le prix Bayerischer Kunstförderpreis, prix Bavarois des arts et de la littérature. Le roman a été adapté à l’écran et projeté dans les salles de cinéma en 2015. Son troisième roman Fast genial a acquis une grande notoriété et s’est retrouvé au classement des meilleures ventes pendant plusieurs mois. Après des années passées à Barcelone, Wells est récemment rentré à Berlin.

http://www.euprizeliterature.eu/fr/author/2016/benedict-wells

+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Auteur prodige de 34 ans, Benedict Wells est d'ores et déjà une star de la littérature en Allemagne. Il nous présente ici son premier roman traduit en français et disponible au Livre de Poche, "La Fin de la solitude", une saga familiale au croisement entre "Harry Potter" sans la magie et "Six feet under". En savoir plus sur La Fin de la solitude : https://www.hachette.fr/livre/la-fin-de-la-solitude-9782253074243 À lire aussi, son tout premier roman tout juste paru chez Slatkine &Co, "Le dernier été" : http://www.slatkineetcompagnie.com/catalogue/le-dernier-ete/
+ Lire la suite

Citations et extraits (77) Voir plus Ajouter une citation
Kittiwake   05 décembre 2017
La fin de la solitude de Benedict Wells
Est-ce que ça serait vraiment mieux si ce monde n’existait pas? Au lieu de ça, on vit, on crée de l’art, on aime, on observe, on souffre, on est heureux et on rit. Nous existons tous sous des millions de formes différentes pour que le néant n’existe pas, et le prix à payer, c’est la mort.
Commenter  J’apprécie          310
Kittiwake   06 décembre 2017
La fin de la solitude de Benedict Wells
Quand je lui demandai s’il aimait, Marty déclina d’un geste. L’amour , dit-il , un stupide concept littéraire, Jules. Il ne s’agit que de réactions chimiques.
Commenter  J’apprécie          251
thedoc   13 mai 2019
La fin de la solitude de Benedict Wells
J'ai pensé : une enfance difficile est comme un ennemi invisible. On ne sait jamais quand il se retournera contre vous.
Commenter  J’apprécie          200
blandine5674   11 mai 2019
La fin de la solitude de Benedict Wells
- Pour découvrir son véritable moi, il faut remettre en cause tout ce qu’on a reçu à la naissance. Et même en perdre une partie, car c’est souvent dans la douleur qu’on comprend ce qui nous appartient vraiment… C’est dans les ruptures qu’on apprend à se connaître.
Commenter  J’apprécie          170
missmolko1   30 septembre 2018
Le dernier été de Benedict Wells
Beck garda le combiné dans la main pendant quelques minutes. Il devenait jaloux. De ce Marc Schumann, mais surtout de Lara. Elle se bougeait les fesses et allait au-devant d'une vie meilleure. Quant à lui, il alla vers le réfrigérateur. Beck considéra dans sa main la bière qu'il s'apprêtait à boire. Lara était déjà si loin, presque impossible à rattraper. Il fallait qu'il mette un terme à ces beuveries du soir s'il voulait rester à la hauteur.

Comme il se savait faible, il vida sa bière dans l'évier et fit de même avec les bouteilles restantes. Sinon, il avait peur qu'elles ne l'appellent alors qu'il serait déjà au lit en train de s'endormir.
Commenter  J’apprécie          140
gonewiththegreen   16 avril 2019
La fin de la solitude de Benedict Wells
Je n'avais jamais eu le courage de la séduire, mais j'avais toujours eu peur de la perdre.
Commenter  J’apprécie          130
thedoc   19 mai 2019
La fin de la solitude de Benedict Wells
Ils ne lui donnaient plus que quelques semaines. Je l'ai répété pour moi-même. Plus que quelques semaines.

Nous avions beau nous y attendre depuis longtemps, nous avions gardé jusqu'au bout l'espoir d'une guérison miraculeuse. Et même après ce diagnostic impensable, je n'arrivais pas à y croire. C'était sûrement une hallucination, l'instant d'après, nous allions tous nous retrouver à table pour le dîner, puis nous jouerions à des jeux de société. Ça ne pouvait pas être vrai. Ça ne devait pas.
Commenter  J’apprécie          80
MadameTapioca   29 août 2017
La fin de la solitude de Benedict Wells
(moi: "Etre tout le temps seul, ça me tue." Alva: "Oui, mais l'antidote à la solitude, ce n'est pas de chercher au hasard la compagnie de n'importe qui. L'antidote à la solitude, c'est un sentiment de sécurité." Moi, faisant signe au serveur: "ça s'arrose!")
Commenter  J’apprécie          70
blandine5674   20 septembre 2019
La vérité sur le mensonge de Benedict Wells
Nous étions trop jeunes pour savoir conserver nos amitiés.
Commenter  J’apprécie          80
Olivia-A   04 février 2019
La fin de la solitude de Benedict Wells
En fait, j'ai toujours lu pour m'échapper, pour être consolée par quelques phrases ou par une histoire. Autrefois, je voulais absolument devenir un personnage de roman. Être immortelle et vivre pour toujours dans un livre, où chacun pourrait me déchiffrer et m'observer de l'extérieur. C'est dingue, je sais. (Un regard gêné.) Quoique, en toute franchise, je préfèrerais encore être un personnage de roman.
Commenter  J’apprécie          60

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Littérature allemande... ou pas?

...

Elias Canetti
Katarina Mazetti

10 questions
46 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature allemande , littérature germanique , germanophoneCréer un quiz sur cet auteur

.. ..