AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.34 /5 (sur 64 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Valenciennes , 1974
Biographie :

Né en 1974 à Valenciennes, Benjamin Berton est diplômé de Sciences Po. et titulaire d’un D.E.A. d’histoire sociale et culturelle. Son livre "Sauvageons" lui a valu la Bourse Goncourt du Premier Roman et le prix Littéraire de la Vocation 2000 décerné par la Fondation Marcel Bleustein-Blanchet.
Son huitième roman, "J'étais la terreur", sort en octobre 2015 chez Christophe Lucquin éditeur. Il s'appuie sur les attentats de janvier 2015.
Benjamin Berton est également critique littéraire et musical pour le site Fluctuat/Premiere et pour le webzine Sun Burns Out.



Source : http://www.etonnants-voyageurs.net/spip.php?article1664
Ajouter des informations
Bibliographie de Benjamin Berton   (10)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Présentation de l'Ile Merveilleuse ( Edition Hiver Nucléaire), Benjamin Berton - 2021


Citations et extraits (30) Voir plus Ajouter une citation
julienraynaud   26 juin 2015
J'étais la terreur de Benjamin Berton
Je ne peux pas vous exposer le détail de notre préparation. Je ne veux pas vous décrire avec précision l’horreur de ce que nous avons commis, ni l’immense plaisir que j’y ai pris. Je n’esquiverai pas les sentiments que j’éprouvai ce jour-là et que je sens encore battre en moi. Il y a des survivants pour cela dont la parole est probablement beaucoup plus importante que la mienne et dont le témoignage mérite bien plus que le mien d’être rapporté.
Commenter  J’apprécie          110
carre   29 mai 2012
Sauvageons de Benjamin Berton
La douleur d'être pauvre était enivrante et le faisait frissonner. Il vidangea et tourna son rêve sept fois dans la tête. Baiser comme Brad Pitt et pêcher des poissons de dix mètres : cela lui irait bien.
Commenter  J’apprécie          110
julienraynaud   10 juillet 2015
La chambre à remonter le temps de Benjamin Berton
Les banquiers auraient prêté aisément, à cette époque, 100 000 euros à un chien qui se serait engagé à rembourser en croquettes sur quatre-vingts ans.

Commenter  J’apprécie          110
julienraynaud   19 décembre 2015
J'étais la terreur de Benjamin Berton
La presse commet tellement d’erreurs au sujet de mon frère et moi. Il est impossible de toutes les rectifier. Celle qui est la plus communément admise est de considérer que nous sommes des gamins, des gamins qui ont mal tourné ou qui sont victimes des circonstances. Cette façon de voir les choses est emblématique de la manière dont vous, je veux dire les Occidentaux, traitez ce qui vous échappe.
Commenter  J’apprécie          80
mandarine43   29 août 2011
La chambre à remonter le temps de Benjamin Berton
D'après mes calculs et mes précédents séjours dans la chambre, trois semaines devraient suffire pour nous emmener à une autre époque. Il est tout à fait probable, compte tenu des dispositions que j'ai prises (nous sommes entrés dans la pièce vers 19h30), que nous atterrissions, après 20 jours, dans un futur assez éloigné de notre point de départ. La fourchette pourrait aller de 200 à 1 000 ans. C'est d'une imprécision affolante […]. Si l'air est respirable (le contraire affecterait mes plans), nous ne serons que trois dans notre genre et forcés à revenir les uns vers les autres. Ana aura sa chance. À son âge, et quel que soit notre point d'arrivée, elle fera sensation et saura s'adapter. Céline et moi démarrerons une nouvelle vie. Je ne prétends pas que notre amour pourra renaître. Ce ne serait pas réaliste. Je veux bien parier que nous saurons nous pardonner et passer sur nombre de choses. Revivre ensemble. Se confier l'un à l'autre. Être proches. Je ne vois pas beaucoup plus loin.
Commenter  J’apprécie          60
Fannynova   18 février 2020
Le nuage radioactif de Benjamin Berton
L'âge et la vie viendraient à bout des sources de joie. Ils n'en laisseraient aucune.
Commenter  J’apprécie          70
julienraynaud   01 juillet 2015
Classe Affaires de Benjamin Berton
Au bord de la piscine, les cadres supérieurs se relaxaient en fumant. Ils cooptèrent la jeune femme et l'invitèrent à jouer au ballon. Entre les échanges, les manchettes et les passes lobées, ils comparaient leurs cabinets, leurs revenus, leurs potentiels de séduction. Les seins d'Éléonore étaient sans équivalent sur la planète Terre, et elle se demandait comment, dans ces conditions, son imbécile d'ex-copain pourrait lui résister.
Commenter  J’apprécie          50
YvPol   30 octobre 2015
J'étais la terreur de Benjamin Berton
Est-ce que je fais amende honorable ? Au risque de décevoir, ce n'est pas aussi simple. Nous sommes la succession de nos actes, leur somme et leur multiplication. La soustraction ne fait pas partie de l'ordre de nos passions. Vous pouvez vous couper un doigt, une jambe ou les cheveux mais pas des épreuves, des joies et des peines qui ont fait de vous l'homme que vous êtes à présent. (p.49/50)
Commenter  J’apprécie          50
christopheLC   06 juillet 2015
J'étais la terreur de Benjamin Berton
« En circulant dans les rues de Paris, j’essayais de voir si la vie avait changé, si quelque chose s’était produit et je fus déçu de constater que ce que mon frère et moi avions enclenché n’avait pas laissé de marques profondes dans la manière dont le réel s’ordonnançait. Tout était en place et inchangé. Il n’y avait ni lézardes, ni traces d’un bouleversement de l’ordre des choses. Quand bien même, je me disais. Le temps de la transformation excède le temps du geste. Il ne saurait en être autrement. Je souriais : l’Action m’avait rendu plus intelligent que je ne l’avais jamais été jusqu’à présent. Mes pensées me paraissaient plus complexes, plus aériennes comme s’Il avait choisi de me récompenser par un supplément d’âme avant de me relâcher. Je gagnai la Place des Fêtes où après avoir acheté de nouveaux vêtements dans un bazar, j’allai me nettoyer aux bains publics. J’avais prévu de ne rester que quelques heures en ville avant de reprendre la route. Il ne fallait pas qu’on me reconnaisse et le plus sûr était probablement de ne pas me montrer dans les quartiers où mon ancienne vie m’avait déjà mené. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
bookmaniac   10 mars 2021
L’île merveilleuse de Benjamin Berton
La première impression était qu’il s’agissait d’une ville en apparence assez semblable à d’autres villes construites au bord de l’eau. New Cap avait de faux airs de Venise et de Miami. Elle n’avait pas de bords à proprement parler, pas de remparts ou de murs d’enceinte mais une série de bâtiments, de jardins et de pontons qui venaient s’abattre directement sur l’océan. Depuis l’Apollo, on distinguait les plateformes alvéolaires qui abritaient les constructions, attachées les unes aux autres, et constituant le corps même de la ville. New Cap était composée sur sa longueur, qui dépassait le kilomètre, de cinq ou six modules de deux ou trois cent mètres de long et dont la forme géométrique n’était pas perceptible depuis le navire. Ses compartiments abritaient eux-mêmes des cellules plus petites d’une soixantaine de mètres de côté qui recevaient chacune une destination. Une cellule était composée d’un immeuble de deux ou trois étages ; une autre abritait un jardin ; une autre encore ce qui ressemblait à un ensemble commercial. L’ensemble de ses constructions formait une alvéole, associée à une alvéole voisine et à une autre encore pour donner vie à la ville. Le style des constructions était moderne, lumineux et aérien. Les immeubles étaient bas, deux ou trois étages au maximum, graciles et bâtis à partir de formes simples avec des matériaux qui paraissaient légers, en carbone ou en bois. L’alignement des maisons qui donnaient sur le front de mer évoquait pêle-mêle les maisons de brousse de l’époque coloniale, la légèreté et l’insouciance de Pondichéry, mais aussi les bungalows faussement élégants d’un Center Parcs ou les résidences écologiques des Pays Bas. Le tout était peint ou couvert de couleurs claires : des gris légers, du blanc et des teintes boisées. Des arbres et une végétation touffue, de très belle taille, prospéraient un peu partout, ce qui ne manqua pas bien sûr d’intriguer les navigateurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Harry Potter à l'école des sorciers

La famille Dursley vit à Privet Drive, à quel numéro exactement?

3
4
6
8

15 questions
5624 lecteurs ont répondu
Thème : Harry Potter, tome 1 : Harry Potter à l'Ecole des Sorciers de J. K. RowlingCréer un quiz sur cet auteur

.. ..