AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.79 /5 (sur 19 notes)

Nationalité : France
Né(e) : 1970
Biographie :

Benoît Collombat est un journaliste français né en 1970, grand reporter à France Inter.

En 2003, il réalise pour France Inter une contre-enquête sur la mort de l'ancien ministre Robert Boulin, intitulée "Affaire Boulin, un homme à abattre", prélude au livre du même nom qui sortira en 2007, quatre ans plus tard. Il apporte, à nouveau, des éléments inédits -témoignages et documents- sur l'affaire Boulin en octobre 2009.

En 2007, Benoît Collombat enquête sur la disparition en Polynésie française du journaliste d’investigation Jean-Pascal Couraud, dit JPK.
En 2008, il enquête sur les rumeurs d'assassinat du premier ministre Pierre Bérégovoy. Puis sur l'affaire du "cabinet noir" d'Yves Bertrand, directeur des Renseignements généraux entre 1992 et 2004. Et sur l'affaire Ali Mécili[l’affaire Ben Barka, version algérienne.
Il enquête également sur les paradis fiscaux, notamment auprès de Daniel Lebegue (ancien directeur général de la Banque nationale de Paris, puis de la Caisse des dépôts et consignations et président de l'ONG Transparence International France) et des juges Renaud Van Ruymbeke, Bernard Bertossa et Jean De Maillard.
En 2009, après la polémique suscitée par le livre de Pierre Péan Le monde selon K mettant notamment en cause l’activité de consultant de Bernard Kouchner au service de potentats de la "Françafrique", Il apporte également de nouveaux éléments dans l'enquête sur le naufrage du Joola au Sénégal, en septembre 2002, la plus grande catastrophe maritime civile.
En mars 2009, il réalise un reportage en Afrique "Cameroun: l’empire noir de Vincent Bolloré".
En août 2010, Benoît Collombat publie une nouvelle et retentissante enquête sur Éric de Sérigny, l’un des conseillers d’Eric Woerth nouvel élément de l’affaire Bettencourt.
Poursuivant son enquête sur l’affaire Bettencourt, il publie quelques jours après d’autres éléments sur un nouveau volet sur lequel Eric Woerth pourrait avoir à se justifier: l’affaire Wildenstein.

En 2011-2012, Benoît Collombat travaille en collaboration avec David Servenay pour Les Inrocks où ils tiennent un blog "Carnets d'enquêtes".
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Retrouvez vos "Live Books" du cinquième numéro saison 2 de Gérard Part En Live ici : Toute la vérité Toute la vérité de Karen Cleveland et Johan-Frédérik Hel-Guedj aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/138394-... Dans les angles morts de Elizabeth Brundage aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/136565-... Ces rêves qu'on piétine de Sébastien Spitzer aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/136576-... Les amis de Aja Gabel et Cyrielle Ayakatsikas aux éditions Rivages https://www.lagriffenoire.com/137083-... La Goûteuse d'Hitler La Goûteuse d'Hitler de Rosella Postorino aux éditions Albin Michel https://www.lagriffenoire.com/135848-... Requiem pour une République de Thomas Cantaloube aux éditions Gallimard https://www.lagriffenoire.com/137646-... Dragon noir de Frédérick Rapilly aux éditions Critic https://www.lagriffenoire.com/?fond=p... Le Chant des Ames de Frédérick Rapilly aux éditions Critic https://www.lagriffenoire.com/139679-... Apocryphe de René Manzor aux éditions Calmann-Lévy https://www.lagriffenoire.com/126631-... Etat de nature de Jean-Baptiste de Froment aux éditions Forge Vulcain https://www.lagriffenoire.com/136682-... Xox et Oxo de Gilles Bachelet aux éditions Seuil Jeunesse https://www.lagriffenoire.com/132764-... Une histoire d'amour de Gilles Bachelet aux éditions Seuil Jeunesse https://www.lagriffenoire.com/99418-d... Traquemage Tom 3 Entre l'espoir et le fromage de Wilfrid Lupano et Degreff aux éditions Delcourt https://www.lagriffenoire.com/138978-... Les vieux fourneaux - tome 5 - Bons pour l'asile de Lupano Wilfrid et Cauuet Paul aux éditions Dargaud https://www.lagriffenoire.com/132147-... Apre coeur de Jenny Zhang et Santiago Artozqui aux éditions Philippe Picquier https://www.lagriffenoire.com/135876-... Sarkozy-Kadhafi de Fabrice Arfi et Geoffrey Le Guilcher aux éditions Delcourt https://www.lagriffenoire.com/139512-...

+ Lire la suite

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Woland   22 mai 2012
Un homme à abattre : Contre-enquête sur la mort de Robert Boulin de Benoît Collombat
[...] ... Un pharmacien, ancien stagiaire de l'Ecole d'application des services de santé pour l'Armée de terre, au Val-de-Grâce, à Paris, m'explique que, quelques semaines après l'autopsie de Robert Boulin, "le professeur titulaire de la chaire de Chimie, Toxicologie & Expertises dans les armées, le professeur Jean Meunier [aujourd'hui décédé], toxicologue réputé", lors d'"un cours aux jeunes médecins et pharmaciens militaires sur la conduite à tenir en cas de tentative de suicide au casernement" a tenu à préciser que "les benzodiazépines, employées seules, ne pouvaient amener à une issue fatale." "Il a même ajouté, avec un peu d'emphase," me précise l'ancien stagiaire aux armées, "que s'il était commis comme expert toxicologique dans une affaire où un décès semblait imputable au diazépam seul, il se faisait fort de démontrer le contraire. Je crois que la totalité de l'assemblée a compris qu'il faisait allusion à l'affaire Boulin."



Dans son arrêt de non-lieu, la chambre d'accusation de la Cour d'Appel de Paris considère pourtant qu'"il ne saurait être sérieusement contesté qu'une telle quantité" de diazépam "a entraîné de façon très importante les effets du produit, à savoir une sédation intense, un relâchement musculaire et également une dépression respiratoire qui expliquent la noyade dans une eau peu profonde."



Le dictionnaire médical Vidal indique effectivement que la "dépression respiratoire" fait partie des conséquences possibles d'un surdosage en diazépam. Mais le Vidal précise bien qu'un surdosage ne peut qu'"exceptionnellement" provoquer "un décès." Pour "espérer" se noyer dans si peu d'eau, il aurait fallu choisir un médicament aux effets nettement plus radicaux, comme les barbituriques.



Ce n'est sans doute pas un hasard si, comme on l'a vu, immédiatement après la mort de Robert Boulin, les premières "fuites" dans la presse parlent - faussement - de l'absorption de barbituriques par le ministre. Même les policiers du SRPJ de Versailles qui concluent sans barguigner à "un suicide par noyade, précédé d'une forte absorption de Valium", se sentent obligés d'écrire que, "lors des constatations effectuées, il paraissait peu vraisemblable que le ministre ait pu se noyer dans soixante centimètres d'eau, sans adjonction extérieure." (Rapport de synthèse du SRPJ de Versailles - 29 novembre 1979). C'est donc sur cette "adjonction extérieure", c'est-à-dire le Valium, que repose la thèse du suicide par noyade.



Même en imaginant que Boulin ait réellement absorbé de son plein gré 80 milligrammes de Valium avant de se laisser choir dans l'étang Rompu, le simple contact avec une eau à température de 10 degrés [= température constatée par les enquêteurs sur procès-verbal, le 29 octobre 1979, sur indication des plongeurs] aurait instantanément annulé l'effet décontractant et soporifique du médicament. Le réflexe de survie aurait mécaniquement fonctionné. D'autant que Robert Boulin était excellent nageur ...



On s'explique mal pourquoi le ministre aurait choisi une substance relaxante aux effets mortels quasi nuls comme le diazépam pour tenter de se noyer dans 60 centimètres d'eau. Malgré ces invraisemblances, le SRPJ de Versailles conclut sans rire qu'"une prise massive de Valium, accidentelle ou volontaire, provoque des signes de somnolence ou de vertige tels qu'ils peuvent expliquer le fait qu'une fois dans l'eau M. Boulin n'ait pu se défendre de la noyade, alors même qu'il avait pied." ... [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Woland   22 mai 2012
Un homme à abattre : Contre-enquête sur la mort de Robert Boulin de Benoît Collombat
[...] ... Dès son retour au gouvernement, fin 1976, Robert Boulin est l'un des ministres RPR les plus actifs pour réagir aux attaques de Jacques Chirac contre l'Elysée et Matignon*. Il n'a aucun estime politique pour celui qu'il considère comme "un homme de droite du genre : "Pas de réformes. Pas de vagues." Un homme qui a des vérités, des sincérités successives."



Le 25 mars 1977, Chirac est élu maire de Paris après avoir ridiculisé le candidat de Giscard, Michel d'Ornano. Avec les réseaux africains de Foccart [= M. Afrique depuis De Gaulle], Paris constitue pour lui une citadelle pour partir à l'assaut de l'Elysée.



Les hommes du SAC, le service d'ordre gaulliste, également sous l'autorité de Foccart, se mettent également en ordre de bataille. Le "Monsieur Afrique" du gaullisme "met en place des hommes et des organismes à la mairie de Paris qui est, dès 1977, le fer de lance de la politique africaine des chiraquiens," explique l'un de ses fils spirituels, Jean-François Probst. "Foccart a poussé Chirac à créer, en 1979, l'AIMF (Association Internationale des Maires Francophones) dont celui-ci est le président et Pierre Figeac, le secrétaire général. A l'occasion de voyages organisés par cette association, l'ex-éminence du Général a fait rencontrer tous les présidents africains et les maires des grandes capitales africaines au maire de Paris. Le système Foccart, quoique allégé, reste en place, pour le plus grand bénéfice de Jacques Chirac."



A plusieurs reprises - en septembre 1976, novembre 1977, puis septembre 1978 - Robert Boulin dit clairement à Jean Mauriac ce qu'il pense de Chirac : "Un poujadiste au petit pied. Un super-Nicoud** qui attaque la diligence tous les matins. Il tire des coups de feu de tous les côtés en ne pensant qu'à une seule chose : être candidat à la présidentielle de 81. Chirac ne pense qu'à son avenir personnel. C'est à la fois un bulldozer et un voltigeur de pointe. Le démagogue des démagogues."



* : "Le Chef de l'Etat [= Giscard] a clairement choisi de jouer les "barons" contre son ancien Premier ministre", écrit Serge Bernstein dans son "Histoire du Gaullisme" (...) "et, par conséquent, de "déchiraquiser" l'UDR. Les personnalités les plus représentatives du mouvement gaulliste au sein de la nouvelle équipe ont été choisis parmi d'ardents partisans de Jacques Chaban-Delmas, Olivier Guichard et Robert Boulin."



** : Héritier du Poujadisme, Gérard Nicoud dirige, dans les années soixante-dix, le CID-UNATI, un mouvement de défense des artisans et petits commerçants, qui appelle à la grève de l'impôt. ... [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Bibliotekana   15 janvier 2018
La Revue Dessinée #07: Printemps 2015 de Benoît Collombat
Selon les chiffres de l'OIM, basés sur les incidents répertoriés par les gouvernements, plus de 40 000 migrants sont morts dans le monde depuis 2000. Mais le nombre réel est certainement plus élevé. Certains experts estiment que pour chaque corps retrouvé, deux resteront introuvables.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Lire avec Gérard Philipe

En 1946, Gérard Philipe incarne le prince Mychkine face à Edwige Feuillère dans L’Idiot de Georges Lampin Il est une adaptation du roman éponyme de:

Alexandre Pouchkine
Léon Tolstoï
Fiodor Dostoïevski

14 questions
30 lecteurs ont répondu
Thèmes : gérard philipe , adapté au cinéma , adaptation , littérature , cinema , théâtre , acteur , acteur français , cinéma français , engagement , communismeCréer un quiz sur cet auteur