AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.69 /5 (sur 13 notes)

Nationalité : France
Biographie :

C'est à l'Asie que Benoît Saint Girons doit ses premiers écrits : L'alchimie du succès, savant mélange de développement personnel et de sagesse bouddhiste, 1,2 milliard de Martiens, essai décapant sur les Chinois au quotidien et un site de voyage couvrant 240 localités (www.passplanet.com)

En 2002, il pose ses valises à Genève et fonde avec son épouse le Centre Oasis, l'Association Suisse Bien-Être puis l'Ecole Suisse de Thérapratique (www.lemieuxetre.ch)

En 2007, il offre avec Le mendiant et le Milliardaire (Editions Jouvence), un conte philosophique militant, suivi par le conte écologique De l'air ! et le conte alimentaire Bon appétit !, diffusés tous deux gratuitement(www.lemendiant.fr)

Avec L'Autre Choix: choisir la liberté et le bien-être, il livre - sous la forme de plusieurs guides pratiques - sa "bible" du contentement personnel
+ Voir plus
Source : Amazon
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
Sly   27 mai 2013
Le mendiant et le milliardaire : Conte philosophique de Benoît Saint Girons
C'est dans son cœur plutôt que dans le regard des autres qu'il convient d'abord de s'apprécier.
Commenter  J’apprécie          70
Sly   27 mai 2013
Le mendiant et le milliardaire : Conte philosophique de Benoît Saint Girons
Les enfants, c'est essentiel, vous savez : ce sont à la fois des sources de bonheur, de lâcher-prise et de générosité. Il faut se mettre à leur niveau et les encourager à nous dépasser, puis à nous quitter...
Commenter  J’apprécie          60
Sly   27 mai 2013
Le mendiant et le milliardaire : Conte philosophique de Benoît Saint Girons
Tenez, mon brave... - Ce n'est pas assez ! - Je vous demande pardon ? - Ta pièce, ce n'est pas assez ! - Comment ça, pas assez ? Vous devriez être content de ce qu'on vous donne ! - Mais je suis content. C'est toi qui ne le seras pas. [...] Je t'ai vu hésiter entre des centimes et des euros. Tu me donnes finalement les centimes. Ce n'est pas assez : plus tard, tu vas regretter de ne pas avoir été assez généreux. Lorsque l'on hésite, il faut toujours donner le montant le plus important. Il ne faut jamais être radin avec la générosité. - Je donne ce que je peux donner... Et qu'est-ce que vous avez d'abord à me tutoyer ? [...] - Je te tutoie parce que tu es debout et que je suis par terre, parce que tu es dans la société et que j'en suis exclu : je crée un lien entre deux postures antinomiques. Tu considères mon tutoiement comme un manque de respect alors que j'essaie simplement de me mettre à ton niveau. En acceptant cela, en ne te considérant pas comme supérieur [...] tu fais aussi preuve de générosité à mon égard. Je t'en donne encore plus pour ton maigre argent...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Danieljean   27 décembre 2016
Les sens du Tao de Benoît Saint Girons
Une légende raconte la rencontre entre les deux sages et la réaction de Confucius, tellement bouleversé qu'il resta trois jours sans prononcer un mot. L'un de ses disciples lui en demanda la raison :

«Quand je vois un homme, dit Confucius, se servir de sa pensée pour m'échapper comme l'oiseau qui vole, je dispose la mienne comme un arc armé de sa flèche pour le percer ; je ne manque jamais de l'atteindre et de me rendre maître de lui. Lorsqu'un homme se sert de sa pensée pour m'échapper comme un cerf agile, je dispose la mienne comme un chien courant pour le poursuivre ; je ne manque jamais de le saisir et de l'abattre. Lorsqu'un homme se sert de sa pensée pour m'échapper comme le poisson de l'abîme, je dispose la mienne comme l'hameçon du pêcheur ; je ne manque jamais de le prendre et de le faire tomber en mon pouvoir. Quant au dragon qui s'élève sur les nuages et vogue dans l'éther, je ne puis le poursuivre. Aujourd'hui j'ai vu Lao-tse ; il est comme le dragon ! À sa voix, ma bouche est restée béante, et je n'ai pu la fermer ; ma langue est sortie à force de stupeur, et je n'ai pas eu la force de la retirer ; mon âme a été plongée dans le trouble, et elle n'a pu reprendre son premier calme.»

«Comment cet âne de Confucius pourrait-il comprendre quoi que ce soit à des matières qui laissèrent perplexe l'empereur Jaune lui-même ?» s'interroge le Zhuang zi. Les rivalités et les piques à l'encontre du «vieux sage» abondent dans les textes taoïstes mais Lao Zi n'était apparemment pas tout jeune non plus.

Une autre légende raconte en effet la naissance de Lao Zi, vieillard à la barbe blanche, à l'âge de 72 (6 x 12) ou 81 (9 x 9) ans, d'où le découpage en 81 chapitres de l'oeuvre ! Témoignage du respect des Chinois pour la vieillesse, traditionnellement associé à une sagesse supérieure ? Il pourrait inversement s'agir de souligner que Lao Zi a réussi, tout au long de ses 160 années mythiques, à conserver la souplesse d'un enfant. «Peut-on, en cultivant son Qi, devenir aussi souple qu'un nouveau-né ?» demandera le chapitre 10.

[lăozi] signifie littéralement «vieil enfant» ce qui nous gratifie, dès le nom de plume de l'auteur d'un magnifique paradoxe à la chinoise. Le texte les multipliera.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Danieljean   30 septembre 2017
Les sens du Tao de Benoît Saint Girons
Quand chacun comprendra le Beau, le vice disparaîtra.

Quand chacun comprendra le Bon, le non-bon disparaîtra.

Ainsi, il y a et il n'y a pas s'engendrent,

Difficile et facile s'entremêlent,

Qualités et défauts se complètent,

Supérieur et inférieur s'inversent,

Bruits et voix s'harmonisent,

Avant et après se suivent.

Ainsi, le sage s'affaire à non-agir,

Transmet sans parler,

Ne refuse rien,

Vit sans se posséder,

S'accomplit sans rien attendre,

OEuvre sans s'attacher.

Solitaire, sans attache, présence.
Commenter  J’apprécie          10
Sly   27 mai 2013
Le mendiant et le milliardaire : Conte philosophique de Benoît Saint Girons
Mais bien sûr que j'ai le temps ! Comment sinon ne pas le perdre ? Comprenez-le bien, jeune homme, la vie ne donne du temps que si nous en donnons au préalable.
Commenter  J’apprécie          20
Sly   27 mai 2013
Le mendiant et le milliardaire : Conte philosophique de Benoît Saint Girons
Nous pensons que l'homme est bon et en bonne santé par nature. C'est le système qui le corrompt et en fait un être faible, malheureux et dégénéré.
Commenter  J’apprécie          20
Danieljean   30 septembre 2017
Les 8 clés de la mémoire et de la concentration / Guide pratique de Benoît Saint Girons
Au cours des vingt dernières années, la puissance des mémoires des ordinateurs a suivi une croissance exponentielle. La mémoire de l’homme n’a malheureusement pas profité du mouvement. Au contraire. La mémoire artificielle s’est développée aux dépens de la mémoire naturelle.



« La mémoire se cultive par l’usage » dit le dicton. Or, la vie moderne sollicite de moins en moins nos neurones. Les ordinateurs retiennent tout pour nous, les calculatrices donnent les résultats avant que nous ayons posé l’opération. Les bibliothèques ou internet mettent le savoir du monde à notre disposition et la photocopie permet de « fixer la mémoire sur le papier ». A la limite, photos et vidéos nous dispensent même de nous souvenir de nos vacances ! La vie en société semble s'accommoder très bien d’une mémoire inexploitée
Commenter  J’apprécie          00
Danieljean   30 septembre 2017
Les 8 clés de la mémoire et de la concentration / Guide pratique de Benoît Saint Girons
Nous avons l’impression, en grandissant, que notre mémoire diminue. S'il est vrai que notre cerveau perd tous les jours quelques-uns de ses neurones, la quantité perdue se révèle au final négligeable : 10% seulement à l’âge de 90 ans. Hors maladie neurodégénérative, le problème réside donc moins dans la perte de l’instrument que dans la rouille qui le paralyse et restreint les connexions (les « synapses ») entre nos quelques 100 milliards de neurones: l’utilisation intensive de notre mémoire durant notre enfance a fait place à l’utilisation intensive des habitudes et facilités du monde moderne. Notre mémoire est toujours là, mais elle est grippée. Faute de soins et d’entretien.
Commenter  J’apprécie          00
Danieljean   30 septembre 2017
Les sens de la vie / Le bien-être durable de Benoît Saint Girons
La vie pourrait être parsemée de milliers de petits bien-être fugaces : je rentre chez moi et je me sens bien, je bois un verre d’eau fraîche et je me sens bien, je m’assois et je me sens bien,… J’expliquais dans Les clés du bien-être comment multiplier ces pointillés en travaillant notamment sur ses sens. Nous allons voir ici, non pas comment tirer une ligne droite puisque le bien-être ne saurait être constant sans s’affadir, mais comment lui rajouter une troisième dimension afin de lui donner un peu plus de stabilité…
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

TUBERCULOSE

Au XIXème siècle, à quoi attribuait-on à tort l'origine de cette maladie?

maladie sexuellement transmissible?
maladie psychosomatique?
maladie héréditaire?
maladie neurologique?

1 questions
5 lecteurs ont répondu
Thèmes : médecineCréer un quiz sur cet auteur

.. ..