AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.74 /5 (sur 16 notes)

Biographie :

Auteur dramatique, agrégé d’histoire, il anime avec succès depuis plusieurs années, des stages d’orthographe selon une méthode qu’il a mise au point en 1988 et qui fut primée en 1991. Consultant au Reader’s Digest, enseignant à la Cité des Sciences, Bernard Fripiat est auteur de nombreux ouvrages, parmi lesquels Trucs et Astuces pour réussir vos concours (les Editions d’Organisation, 1993) et Se réconcilier avec l’orthographe (Editions DEMOS).

Source : http://institut.esiea.fr/Bernard-FRIPIAT
Ajouter des informations
Bibliographie de Bernard Fripiat   (13)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

On vous casse les pieds avec l'orthographe ? Ripostez !


Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaoui   26 juillet 2016
Au commencement était le verbe... ensuite vint l'orthographe ! de Bernard Fripiat
Il vaut mieux nous faire réprimander par les grammairiens que de ne pas être compris par le peuple.
Commenter  J’apprécie          60
rkhettaoui   26 juillet 2016
Au commencement était le verbe... ensuite vint l'orthographe ! de Bernard Fripiat
Les Allemands descendent des Germains et parlent une langue d’origine germanique. Les ancêtres des Italiens vivaient dans leur botte et discouraient en latin qui ; je vous le donne en mille ; était une langue latine. Les aïeux des Basques parlaient déjà le basque et nous n’avons jamais su d’où ce peuple et sa langue venaient. Mais nous qui avons la chance de parler une langue latine, nous descendons des Gaulois qui s’exprimaient en celtique. Nos ancêtres les Gaulois utilisaient un langage ayant très peu de rapports avec le nôtre. Ne mégotons pas sur notre fierté de parler une langue qui, dès l’origine, sut faire preuve d’originalité !
Commenter  J’apprécie          40
rkhettaoui   26 juillet 2016
Au commencement était le verbe... ensuite vint l'orthographe ! de Bernard Fripiat
« Septante n’est pas français… Il faut toujours dire soixante-dix, tout de même que l’on dit quatre-vingts et non octante et quatre-vingt-dix et non nonante. » Le fait qu’il croit nécessaire d’exprimer cette interdiction prouve que d’aucuns devaient dire « septante » à une époque où la Belgique ne figurait sur aucune carte routière. On ne peut s’opposer qu’à ce qui existe. Dans une lettre qu’il envoie à Boileau, Racine écrit : « Il y avait hier six vingt mille hommes ensemble sur quatre lignes. » Avouons-le ! Nous devons compter pour comprendre le petit copain de Mlle Du Parc, surnommée la Marquise !
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaoui   26 juillet 2016
Au commencement était le verbe... ensuite vint l'orthographe ! de Bernard Fripiat
Les copains de Vercingétorix nous ont aussi offert une manière de compter qui fera le bonfieur des anglophones désireux de parler la langue de Jacques Brel.

Les Romains comptaient par dix. Le fait que l’être humain possède dix doigts ne doit pas être étranger à cette technique. En effet, il est probable que les hommes ont eu tendance à d’abord compter avec les doigts. Peut-être parce qu’ils étaient plus souples ou par souci d’efficacité, les Gaulois ajoutèrent l’utilisation des orteils à leur comptabilité. Conséquence : ils changeaient à vingt.
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaoui   26 juillet 2016
Au commencement était le verbe... ensuite vint l'orthographe ! de Bernard Fripiat
La cohabitation des langues latine et celtique fut pacifique et longue. Longue car, à une époque qui ignorait la méthode Assimil, les langues évoluaient lentement. Selon les circonstances et leurs interlocuteurs, nos ancêtres s’exprimaient en gaulois ou en latin. Nos aïeux avaient-ils un don pour le bilinguisme ? Peut-être ! Mais dans ce cas, nous pouvons nous demander quand ce talent a décidé de fuir notre cerveau.
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaoui   26 juillet 2016
Au commencement était le verbe... ensuite vint l'orthographe ! de Bernard Fripiat
Le français est une langue latine parce que les Romains nous ont rendu visite. Il est incontestable que, sans leur venue, nous ne parlerions pas la langue de Messaline. Mais cette visite ne suffit pas. Pour preuve : les Romains ont géré nos affaires du ier siècle avant J.-C. au ve siècle après J.-C. En comptant très large, ils sont restés cinq cents ans. Rome s’est emparée de l’Afrique du Nord en 146 avant notre ère pour ne la quitter définitivement qu’au début du viie siècle. Ils y sont donc restés sept cents ans, deux cents années de plus pour profiter du soleil tunisien. On les comprend ! Mais deux cents ans, ce n’est pas rien. Comparativement, c’est la durée qui nous sépare du jour où Napoléon décida de développer le tourisme belge en choisissant Waterloo pour faire son pot d’adieu.
Commenter  J’apprécie          20
Virgule-Magazine   06 juin 2016
Au commencement était le verbe... ensuite vint l'orthographe! de Bernard Fripiat
Pourquoi le verbe "aller" est-il si difficile ? Pour nous inviter à la promenade ! 
Commenter  J’apprécie          40
Virgule-Magazine   06 juin 2016
Au commencement était le verbe... ensuite vint l'orthographe! de Bernard Fripiat
Pourquoi ne parlons-nous pas une langue d’origine gauloise ? Parce que son orthographe eût été probablement trop simple ! 
Commenter  J’apprécie          30
Virgule-Magazine   06 juin 2016
Au commencement était le verbe... ensuite vint l'orthographe! de Bernard Fripiat
Pourquoi ne simplifierons-nous jamais l’orthographe ? Parce que nous perdrions là un beau sujet de disputes !
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaoui   26 juillet 2016
Au commencement était le verbe... ensuite vint l'orthographe ! de Bernard Fripiat
Le latin est une langue qui fonctionne par déclinaison comme l’allemand. Lorsque nous écrivons dans la langue de Proust : « La Gaule est belle sinon César ne serait pas venu », nous écrivons le mot sujet « Gaule » de la même manière que dans un complément du nom : « les peuples de la Gaule ». En latin, nous aurions dû écrire : Gallia pulchra est – je vous laisse traduire « sinon César ne serait pas venu ». En revanche, pour exprimer « les peuples de la Gaule », Jules écrit : populorum Galliae. Le e final, marque du génitif (complément du nom), le dispense de mettre un « de ». En quoi est-ce important ? me demanderez-vous. Ces cas (c’est le nom que l’on donne aux variantes) expliquent notre pluriel.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

L'argot français (1).

L'artiche = ...

la frime
l'artichaut
l'argent
le journal

10 questions
1479 lecteurs ont répondu
Thèmes : argot , vocabulaire , langue françaiseCréer un quiz sur cet auteur

.. ..