AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Note moyenne 4.24 /5 (sur 19 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Châlons-sur-Marne , le 15/02/1960

Source : https://henninger-bernard.blogspot.com
Ajouter des informations
Bibliographie de Bernard Henninger   (21)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Strega   28 avril 2014
Impulsion de Bernard Henninger
J’ai été enviée, jalousée, et critiquée, et ce fut la plus belle période de ma vie ! Je riais au nez de ces inconnus pour cacher le mal qu’ils me faisaient. Je me sentais aimée par le dieu des Enfers, je l’avais charmé et je lui souriais avec impudeur, il était mon désir, mon compagnon et mon secret éclatant, il ne me reste qu’une bribe, une ruine, un bébé d’acier qui fonce dans le vide et je me demande quoi en faire.
Commenter  J’apprécie          50
soufflereve   20 janvier 2022
Pluie de pierres sur Notreterre de Bernard Henninger
Cette nuit, il avait marché jusqu’à atteindre la dune rouge. Les hommes le pistaient, il le sentait, et les ondes qu’il avait pu capter le lui avaient confirmé. Il ne savait pas

décrypter leurs messages, mais il savait reconnaître la séquence P.A.N., et il avait manqué d’être capturé trop souvent pour n’avoir pas su décrypter son signe propre : Progressif Autonome Névralgique , sans numéros, il n’était qu’un prototype, un essai, presque raté.

Une petite pièce de métal ronde et rouge sang que les stulti nommaient Soleï se levait quand il creusa son trou dans la dune, écartant doucement le sable couleur rouille de la planète, de façon à ne pas défaire ses plis lissés par mille ans de tempête, ils approchaient.
Commenter  J’apprécie          30
Anis0206   27 septembre 2018
Mon coeur pleure Léda de Bernard Henninger
Les événements qui n’arrivent jamais semblent les seuls que l’homme soit capable de prédire.
Commenter  J’apprécie          30
soufflereve   26 octobre 2022
Les Sacrifiés: Cycle de Dajê Nin de Bernard Henninger
Ce soir-là, nous installâmes le campement dans les alpages du Caucase. La journée avait été rude, à se tordre les pieds dans le lit asséché des torrents. Plus l’air rafraîchissait, plus l’effort était intense, meilleure était ma forme. À la ville, je me faisais l’effet de marcher courbé, replié sur moi, nerveux, guettant à chaque pas le voleur, la rapine, l’affamé fouillant mes poches, le délateur notant mes faits et gestes pour la police du Philosophe. Ici, au-delà des miasmes et de la mesquinerie, je m’élevai, mon corps se redressait, mes épaules s’élargissaient et semblaient appeler l’air glacé des hauteurs dans mes poumons, ma tête s’emplissait du désir d’aimer, de découvrir, et de comprendre. Malgré toutes les entraves, malgré ma vie qui végétait, ici, je me sentais libre, élancé, ouvert à mes sentiments et à la poursuite de mes rêves.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura