AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.56 /5 (sur 8 notes)

Nationalité : France
Né(e) : 1961
Biographie :

Bernard Joubert est un écrivain, journaliste et éditeur français, spécialiste de la censure et de la bande dessinée.

C'est en 1979, alors qu’il n’a que 17 ans, que paraît la première étude de Bernard Joubert sur la censure, au Centre de recherches périphériscopiques, équivalent suisse (et toujours actif) du Collège de ’pataphysique.

"Before/Après" est une plaquette d’une trentaine de pages qui compare les bandes dessinées de superhéros dans diverses éditions étrangères et proteste contre l'édulcoration qu'on leur fait subir en France. Ayant mené enquête et s’étant procuré des procès verbaux de la Commission de surveillance, l’adolescent Joubert est en profond désaccord avec les bonnes âmes qui prétendent le protéger. Le danger, c’est chez ces censeurs qu’il le perçoit.

Suivront de nombreux articles (une centaine), des conférences et des livres, la rédaction du "Dictionnaire des livres et journaux interdits", entamée en 1994, s’étant étendue sur treize années.

Bernard Joubert débute sur France Culture dans les émissions de Bertrand Jérôme avant de commencer diverses émissions jeunesse pour la télévision (Jeunesse hebdo, Malin magie et l’Académagie).

Dessinateur dans divers petits formats, Bernard Joubert devient peu à peu un des spécialistes français les plus reconnus sur le sujet de la censure, et ce quel que soit le domaine, avec une prédilection pour la bande dessinée et la littérature.

De 2002 à 2008, il anime les éditions Dynamite, label de La Musardine consacré à la bande dessinée érotique.

site officiel : http://dictionnaire.joubert.free.fr/site_dico/accueil.html
+ Voir plus
Source : http://dictionnaire.joubert.free.fr
Ajouter des informations

Entretien avec Bernard Joubert, à propos de son ouvrage Panorama de la bande dessinée érotique clandestine


07/02/2019

Vous vous intéressez à la censure des livres depuis vos jeunes années, et êtes reconnu comme un spécialiste en la matière. En quelques mots : qu’avez-vous appris de plus étonnant à ce propos, durant tout ce temps ?

Que censurer les autres est un désir profondément ancré dans la nature humaine et qu`être civilisé consiste à maîtriser ses propres désirs de censure. J`imagine les premières censures au temps de la préhistoire. Un membre de la horde voulait qu`on se dirige vers le nord, un autre vers le sud. L`un d`eux filait un coup de gourdin sur la tête de l`autre pour accélérer la conclusion du débat grogné. Avec la civilisation, on s`éclate moins fréquemment le crâne pour avoir le dernier mot. On a gagné ça.



Quelle place tiennent les ouvrages à caractère sexuel dans la longue liste des livres censurés ?

Une grande place. Les censeurs sont des obsédés sexuels. Les anticenseurs aussi.


Si le titre laisse entendre que le contenu de Panorama de la bande dessinée érotique clandestine sera assez sage, puisque « érotique », les BD et extraits proposés sont carrément pornographiques et donc explicites. Pouvez-vous nous expliquer le choix de ce terme ?

J`explique dans l`introduction que certains placent côte à côte érotisme et pornographie, avec une petite frontière un peu floue ou fluctuante entre les deux. Pour ma part, j`inclus la pornographie dans un ensemble plus vaste qui est l`érotisme, comme le jaune dans un œuf. Quand on parle de « bande dessinée érotique », on regroupe sous cette même dénomination œuvres soft et hard, Barbarella et Marie-Gabrielle de Saint-Eutrope. Mais la bande dessinée clandestine avait cette particularité : une fois prise la décision d`être dans l`illégalité, il n`y avait pas d`intérêt commercial à faire dans le timide, la demi-mesure. D`où la pornographie, systématiquement.


Quelles sont les particularités de la bande dessinée érotique, comparée aux films ou photographies clandestins ? Est-ce qu’ils remplissent la même fonction, et le même élan créatif ? Le dessin semble propice à tous les débordements, dans une grande économie de moyen…

Sitôt la photographie et le cinématographe inventés, il y a eu une production pornographique. Ce ne fut pas le cas avec la bande dessinée. Il a presque fallu attendre un siècle entre les premières « littératures en estampes », comme les appelait leur auteur Rodolphe Töpffer, et les dirty comics américains qui avaient comme particularité d`être très souvent des parodies et d`amuser tout en excitant. La bande dessinée érotique est née en rigolant, que ce soit dans les journaux d`humour de la Belle Epoque pour son versant soft, où elle apparut comme une déclinaison du dessin humoristique grivois en plusieurs images, ou, pour son versant hard, avec les dirty comics, appelés aussi Tijuana Bibles ou eight pagers.


Certaines des BD reproduites présentent des situations parfois « limites » moralement, notamment au sujet de l’homosexualité (présentée parfois comme un dérèglement), du consentement sexuel (le viol peut précéder un rapport « consenti »), sur fond de machisme ambiant. Ces BD pourraient-elles être éditées sans choquer aujourd’hui, selon vous ?

Sans choquer ? Une BD porno qui ne choquerait personne serait un couteau sans lame auquel ne manque que le manche. Cela ne peut pas exister. Quantité de gens sont choqués par l`existence même de telles images, ce sont des situations qui ne doivent pas être représentées. C`est un principe moral qu`on pourrait appeler de la pornophobie. Quand un éditeur publie une BD porno, il sait par avance qu`il va déplaire, un peu plus ou un peu moins selon les morales du moment.


Qu’est-ce qui a changé dans la BD érotico-porno depuis une dizaine d’années ? Est-ce que vous avez suivi la série BD Cul éditée chez Les Requins Marteaux, à laquelle le festival Quai des Bulles consacrait une exposition en 2018 ? Le genre est-il devenu décomplexé et encore plus attirant, au-delà d’un public restreint ?

Oui, j`ai lu tous les BD Cul, qui apportent un ton nouveau, celui de l`humour très déconnant, et parfois de la poésie graphique et de l`onirisme. Les éditeurs considèrent habituellement que le mélange sexe et humour se vend mal, en dépit de quelques exceptions comme le Happy Sex de Zep. Les BD Cul montrent qu`il y a de quoi faire vivre une collection. Mais il reste encore bien d`autres voies à explorer.


L’ouvrage se conclut sur des extraits de BD contemporaines mettant en scène notamment des personnalités politiques françaises, extraits qui doivent cette fois leur clandestinité à d’éventuelles poursuites pour atteinte à la vie privée et au droit à l’image, non plus pour atteinte aux bonnes mœurs. Quel est l’état de la censure en France aujourd’hui, en particulier concernant les ouvrages pornographiques ? Les dernières condamnations semblent dater un peu…

Des interdictions ou des condamnations de BD porno, il faut remonter au siècle dernier pour en trouver. Ça date donc beaucoup, même. Au XXIe siècle, on ne trouve plus que des autocensures. Je viens de donner une conférence au Festival d`Angoulême sur le sujet. Par exemple, les éditions Delcourt ont réédité Les Petites Filles modèles de Georges Lévis en le retitrant Les Jeunes Filles modèles. Mais cela ne doit vous faire penser que c`est une autocensure généralisée. Hachette a récemment réédité Les Exploits d`un jeune Don Juan de Georges Pichard sans rien changer à l`enfance incestueuse du narrateur.


Vous quittiez en 2008 Dynamite, la collection de BD érotique des éditions La Musardine qui édite aujourd’hui ce livre. Pouvez-vous nous expliquer pour quelle raison vous y revenez en tant qu’auteur ?

Je me suis occupé du label Dynamite de sa création, en 2002, à 2008. J`ai arrêté quand la direction de La Musardine a tenu à mettre les albums sous blister avec une mention « réservé aux adultes ». Ce genre de mention, qui n`est exigée sur un livre par aucune loi, nous replongeait dans l`ornière du produit de sex-shop dont je m`efforçais de nous démarquer. Chez Dynamite, j`ai ensuite publié deux études en tant qu`auteur, Les Carnets secrets d`Erich von Götha et ce Panorama de la bande dessinée érotique clandestine, pour lesquels j`avais une condition : pas de mention « réservé aux adultes » ou « interdit aux mineurs » !


On vous imagine volontiers collectionneur de ce type de livres. Quel est celui (ou ceux) au(x)quel(s) vous tenez le plus, et pourquoi ?

Je ne suis pas collectionneur, mais j`amasse. Archiviste, peut-être. C`est de la documentation. La bande dessinée érotique à laquelle je tiens le plus est la première que j`ai lue, enfant, Saga de Xam de Jean Rollin et Nicolas Devil, publiée par Éric Losfeld en 1967. Contrairement à Barbarella, trois ans plus tôt, la censure avait renoncé à l`interdire parce qu`il s`agissait d`un livre de luxe très onéreux. Je la prenais donc dans la bibliothèque familiale. J`en garde des souvenirs émerveillés, je voyageais dans un autre monde. Il y avait bien sûr l`héroïne nue à la peau bleue, mais aussi des séquences psychédéliques réalisées sous LSD, le traitement graphique qui changeait à chaque chapitre. Même aujourd`hui, une bonne partie de ce livre me reste incompréhensible.


Découvrez Panorama de la bande dessinée érotique clandestine de Bernard Joubert aux éditions La Musardine (collection Dynamite) :




Entretien réalisé par Nicolas Hecht.






étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Conférence de l'éditeur Thierry Magnier et de l'historien Bernard Joubert sur l'actualité de la loi de 1949 sur les publications destinées à la jeunesse.À l'occasion de l'exposition Ne les laissez pas lire ! Polémiques et livres pour enfants, la BnF invite des historiens, des auteurs et des éditeurs à évoquer les conséquences de loi de 1949 sur les publications destinées à la jeunesse. Conférence enregistrée le 26 novembre 2019 à la BnF I François-Mitterrand.Pour en savoir plus : l'exposition Ne les laissez pas lire ! (https://www.bnf.fr/fr/agenda/ne-les-laissez-pas-lire
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
Herve-Lionel   15 décembre 2018
Panorama de la bande dessinée érotique clandestine de Bernard Joubert
D'ailleurs, y aura-t-il de l'érotisme dans ce livre? Non, pour ceux qui opposent ainsi érotisme er pornographie; oui, si on considère, à notre manière, que la pornographie est un sous-ensemble de l'érotisme.
Commenter  J’apprécie          20
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

En boucle ... avec la Castafiore

La Castafiore est le rossignol milanais qui enchante les albums de

Lucky Luke
Tintin
Asterix
Gaston

17 questions
23 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature jeunesse , littérature française , bande dessinée , écrivain , opéraCréer un quiz sur cet auteur