AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4 /5 (sur 4 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Bernard Lechevalier, professeur émérite
de neurologie, praticien hospitalier, chercheur en neuropsychologie (Inserm), membre de l'Académie de médecine est aussi musicien : organiste titulaire de l'église Saint­Pierre de Caen. A ces différents titres profes­sionnels, il était particulièrement désigné pour étudier "le cerveau de Mozart" à partir des témoignages de sa vie et de son œuvre.

Source : http://auriol.free.fr/
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Bernard Lechevalier
Wiewowas   09 décembre 2020
Bernard Lechevalier
Le cerveau de Mozart

Sa conduite parfois infantile, ses facéties, son agitation, son incapacité à bien mener ses affaires et à gérer son argent, sa graphomanie et ses jeux d’écriture quasi surréalistes, sans oublier les fameuses lettres à sa cousine la Bäsle dont la piétaille a fait des gorges chaudes.
Commenter  J’apprécie          522
Wiewowas   09 décembre 2020
Le cerveau de Mozart de Bernard Lechevalier
Mozart avait une tendance maniaco-dépressive avec des accès hypomaniaques, faits d’une réduction du sommeil, d’un état d’agitation motrice permanente, d’une excitation psychique émaillée de jeux de mots.
Commenter  J’apprécie          356
gavarneur   15 mars 2017
Le cerveau de Mozart de Bernard Lechevalier
Il [Mozart] écrivait d'un coup tout le morceau en notant d'abord les parties les plus importantes, par exemple, le premier violon, ensuite il ajoutait la basse puis les parties intermédiaires. Il est prouvé cependant que des parties très travaillées comme les passages rapides et contrapuntiques de certains quatuors ou de grandes symphonies ont fait l'objet d'un travail particulier. Landon dans son dictionnaire de Mozart mentionne l'existence d'esquisses pour la symphonie Jupiter, mais d'une façon générale le compositeur, selon l'expression « jetait sur le papier » ce qu'il entendait mentalement dans son intégralité. Cette possibilité, ce don, expliquent que l'ouverture de Don Giovanni ait été « écrite » à Prague entre minuit et six heures du matin la veille de la générale ; écrite, oui sans nul doute, avec les parties de chaque instrumentiste, mais il serait préférable de dire « autodictée » et composée mentalement sans doute depuis plusieurs jours. Pas besoin d'instrument, un bon stock de papier rayé, de bonnes plumes bien taillées, de l'encre noire suffisent [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
PGilly   31 mars 2020
Le plaisir de la musique de Bernard Lechevalier
Il est possible que l'écoute de certaines musiques ait un effet favorable sur l'angoisse, la dépression, l'insomnie et même la douleur ; une telle aide ne doit certes pas être négligée. Faut-il ériger cette simple constatation en "thérapie" ? Je me pose la question. Je me permets de relater un fait personnel concernant un patient autiste de 26 ans qui n'a jamais eu de langage mais qui est assez bien adapté à la vie sociale puisqu'il accompagne souvent sa mère, animatrice des offices de l'église où je suis organiste. Il manifestait toujours des signes de contentement à l'écoute de la musique. Il y a quelques années, alors que je venais de jouer un choral de Bach chargé d'affectivité, "Ô homme, pleure sur tes lourds péchés", il m'appela à haute voix par mon prénom et me dit merci, au grand étonnement de son entourage qui n'avait jamais entendu le son de sa voix.
Commenter  J’apprécie          10
PGilly   31 mars 2020
Le plaisir de la musique de Bernard Lechevalier
Sans son propre corps, le compositeur ne pourrait pas s'exprimer, donc contrôler ce qu'il vient d'écrire. Comment se fait cette expression ? Au minimum par le "chant interne", qui lui permet de se représenter en pensée sa création, de combiner les parties entre elles pour leur donner une cohésion mais aussi par les mains pour les transcrire graphiquement et vérifier l'effet escompté sur un instrument. Ces deux moyens, la voix et l'écriture, ne sont que des modalités de matérialisation du langage intérieur en langage musical exprimé qui assurera sa pérennité. C'est ce dont Maurice Ravel a été privé à la fin de sa vie du fait de sa maladie neurodégénérative progressive qui laissa intacte sa "musique intérieure".
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

LNHI-53032

Née Audrey RUSTON en Belgique en 1929, celle qui choisit le nom de scène de HEPBURN repose depuis 1993 ..#.. .

au Père Lachaise (Paris)
au Arlington Cemetery (Washington DC)
au Hollywood Forever Cemetery (Los Angeles)
dans un petit cimetière suisse, non loin du lac Léman

8 questions
10 lecteurs ont répondu
Thèmes : star , cinema , théâtre , musique , télévisionCréer un quiz sur cet auteur