AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.46 /5 (sur 126 notes)

Nationalité : France
Né(e) le : 01/04/1952
Mort(e) à : Villebon-sur-Yvette (Essonne) , le 06/08/2020
Biographie :

Bernard Stiegler est philosophe de formation.

Docteur de l'École des hautes études en sciences sociales, il est actuellement directeur du département du développement culturel au Centre Georges-Pompidou, où il dirige également l'Institut de recherche et d'innovation (IRI), créé à son initiative en avril 2006. Préalablement, il a été directeur de recherche au Collège international de philosophie, professeur et directeur de l'unité de recherche qu'il a fondée en 1993 « Connaissances, organisations et systèmes techniques » à l'Université de technologie de Compiègne (UTC), directeur général adjoint de l'Institut national de l'audiovisuel (INA) puis directeur de l'Institut de recherche et coordination acoustique/musique (Ircam) jusqu'en fin 2005.
Bernard Stiegler a révélé en 2003, dans Passer à l'acte, qu'il a passé cinq années en prison à Saint-Michel de Toulouse, puis au centre de détention de Muret, entre 1978 et 1983, pour des attaques à main armée.
+ Voir plus
Source : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb123809990
Ajouter des informations
Bibliographie de Bernard Stiegler   (51)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (19) Voir plusAjouter une vidéo
Podcasts (3) Voir tous


Citations et extraits (32) Voir plus Ajouter une citation
Bernard Stiegler
dancingbrave   09 mai 2016
Bernard Stiegler
Les gens croient qu'en étant informés, ils savent quelque chose. Or pas du tout !

Un savoir n'est pas seulement une information, mais la transformation de celui qui sait par ce qu'il apprend (aux autres)



Interview in Telerama 27/04/2016
Commenter  J’apprécie          320
volubilae   05 février 2017
La technique et le temps, tome 3 : Le temps du cinema et la question du mal-être de Bernard Stiegler
Durant la décennie 1960 ... aux rites religieux, aux fêtes laïques, aux jours de culte et de rassemblement familial, viennent se surimposer les "rendez-vous" des émissions de radios de télévision et les tranches horaires élaborées par les responsables de ce que l'on commence à appeler les grilles de programmes {...} le principal "rendez-vous", le journal télévisé! {...} évènements planétaires strictement télévisuels {...}un processus d'adoption de masse ... les millions de consciences qui peuvent s'enlacer simultanément au même flux d'un objet temporel peuvent être soumises aux mêmes effets de croyances et d'adoption
Commenter  J’apprécie          120
Tom_Otium   16 novembre 2016
L'emploi est mort, vive le travail ! de Bernard Stiegler
Aujourd'hui, l'emploi (…) ne produit que standardisation, répétition machinale et stupide, démotivation, et ne se fait désirer que sous la menace permanente d'un chômage toujours plus brutal et angoissant.
Commenter  J’apprécie          100
Bernard Stiegler
dancingbrave   09 mai 2016
Bernard Stiegler
Nous avons besoin de nous "individuer" car nous ne sommes, à la naissance, qu'une promesse. Et nous avons besoin de tenir nos promesses en existant devant les autres.

La reconnaissance des autres nous donne le sentiment d'exister.

interview in télérama 27/04/2016
Commenter  J’apprécie          90
Bernard Stiegler
blanchenoir   11 février 2020
Bernard Stiegler
J’étais tiré, hissé par mes aînés. Un des amis de mon grand frère, alors en classe prépa de philo, très brillant, nous a fait découvrir à mes frères et moi la poésie de Rimbaud, Baudelaire, la littérature, et aussi la philosophie. Nous lisions des poèmes, en musique, nous composions sur de l'Apollinaire, nous développions une culture comme ça, une culture surréaliste. A cette époque j’ai commencé à consommer de l’alcool. Mais c’était une pratique littéraire. L’alcool donnait du relief à nos vies. Nous passions nos soirées à écouter du jazz, lire des textes, et picoler.
Commenter  J’apprécie          70
hubertguillaud   29 avril 2008
Economie de l'hypermatériel et psychopouvoir de Bernard Stiegler
Ni la mémoire sociale ni la mémoire individuelle ne sont simplement dans les cerveaux des gens : elles sont dans les artefacts, et dans les relations que les corps et les esprits nouent entre ces artefacts, et à travers ceux-ci, entre eux-mêmes. (...) Les hypomnémata sont les objets engendrés par l'hypomnesis, c'est-à-dire par l'artificialisation et l'extériorisation technique de la mémoire...

(...) C'est ainsi que pour Platon, l'anamnésis (la connaissance vraie née d'un processus de ressouvenir) n'est pas du tout l'hypomnésis : il faut non seulement les distinguer, mais les opposer radicalement. Il condamne en conséquence le livre - avec ce paradoxe qu'il écrit des livres. Or, la question du rapport entre anamnésis et hypomnésis est plus actuelle que jamais : nous vivons à l'époque d'une extension extraordinaire des mnémotechnologies hypomnésiques dans tous les domaines et dans tous les aspects de la vie, aussi bien à travers le téléphone portable, les réseaux numériques, le GPS qu'avec les systèmes d'aide à la décision, les médias en général, les puces RFID et la bionique. Nous vivons une véritable révolution hypomnésique, et une très grande partie des tensions qui traversent en ce moment même le monde est induite par cette révolution.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
deuxquatredeux   24 février 2017
Dans la disruption de Bernard Stiegler
Quatorze plus tard - en passant par 2008 et en attendant les élections de 2017 en France -, cette époque apparaît pour ce qu'elle est : l'époque de l'absence d'époque.
Commenter  J’apprécie          70
deuxquatredeux   24 février 2017
Dans la disruption de Bernard Stiegler
Lorsque la raison est perdue, toutes les puissances technologiques qui sont entre nos mains comme autant de « progrès de la civilisation » deviennent des armes de destruction par où cette « civilisation » relève de la barbarie qu'elle contient - et cela constitue l'enjeu majeur de la question pharmacologique à l'époque de la disruption.
Commenter  J’apprécie          60
volubilae   05 février 2017
La technique et le temps, tome 3 : Le temps du cinema et la question du mal-être de Bernard Stiegler
.Tandis que naissait à peine la télévision, Horkheimer et Adorno voyaient déjà dans le cinéma hollywoodien associé à la radio et aux magasines l'imminence d'un sinistre de l’esprit, produit d'un dispositif d'aliénation où "les autos, les bombes et les films assurent la cohésion du système", barbarie esthétique "subordinant de la même façon tous les secteurs de la production intellectuelle, à cette fin unique : marquer les sens des hommes de leur sortie de l'usine, le soir, jusqu'à leur arrivée à l'horloge de pointage, le lendemain matin"
Commenter  J’apprécie          50
deuxquatredeux   16 août 2015
Digital studies de Bernard Stiegler
Leroi-Gourhan met alors en regard l'ouverture de l'éventail cortical et l'évolution des outils lithiques - et il montre qu'au cours de ces deux millions d'années, l'évolution technique s'émancipe de la pression de sélection biologique, et s'engage en quelque sorte dans une pression de sélection technologique.
Commenter  J’apprécie          50

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Citations philosophiques célèbres

Je pense donc je suis

Pascal
Einstein
Aristote
Descartes

10 questions
83 lecteurs ont répondu
Thèmes : citations philosophiques , pensées , petites phrasesCréer un quiz sur cet auteur