AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.71 /5 (sur 55 notes)

Nationalité : Espagne
Né(e) à : Asteasu, Guipuscoa , le 27/07/1951
Biographie :

Bernardo Atxaga, de son vrai nom José Irazu Garmendia, est un écrivain basque espagnol.

Après une licence en Sciences Economiques à l'Université de Bilbao et des études de philosophie à l'Université de Barcelone, il exerce différents métiers tels que scénariste radio, enseignant de basque, libraire, économiste, ... jusqu'en 1980 où il se consacre à temps complet à l'écriture.

Il publie son premier texte en 1972 dans une anthologie d'auteurs basques. Son premier roman "Ziutateak", est paru en 1976; son premier recueil de poèmes "Etiopia" parait en 1978.

Il a écrit des pièces, des chansons, des romans ainsi que des nouvelles. Son recueil de nouvelles, "Obabakoak", publié en 1988 a eu un grand succès et lui a valu de nombreux prix. Le livre a été traduit dans une vingtaine de langues et a été porté à l'écran en 2005 par Montxo Armendáriz sous le nom d'"Obaba".

"Le fils de l’accordéoniste" ("Soinujolearen semea", en version castillane "El hijo del acordeonista", 2004) porte sur la disparition de l'univers nostalgique précédemment développé dans "Obabakoak", un monde qui, selon l'auteur, a cessé d'exister. Il a été adapté au cinéma en 2019.

Atxaga écrit en général en langue basque (Euskara) mais traduit également ses œuvres en espagnol. Nombre de ses œuvres ont été traduites dans d'autres langues.

Il réside dans un village d'Álava.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Bernardo Atxaga   (17)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
orbe   20 octobre 2013
Urkizu de Bernardo Atxaga
- Ecoute bien ce que je vais te dire, Urkizu. Quand la faim te tenaillera, ne laisse personne s'approcher de ce trou qui est là-haut. Mange seul les galettes et le poisson. Mais... à quoi bon parler ! Tu n'en seras pas capable ! Tu vas prendre tous les sacs et les distribuer dans le campement. Tu entends ce que je te dis ! Tu n'est pas aussi malin que je le croyais !
Commenter  J’apprécie          90
SeriallectriceSV   16 juillet 2016
Séjour au Nevada de Bernardo Atxaga
Aujourd'hui, nous sommes allés chez Borders. J'ai feuilleté un album de photos intitulé The Way We Were édité par l'université de Toronto. Le livre essaie de comparer le sort des soldats canadiens lors de la Seconde Guerre mondiale, concrètement pendant le débarquement en Normandie, et celui des personnes d'aujourd'hui ou d'il y a quelques années. On y voit par exemple, une photo en noir et blanc de la plage de Dieppe, prise en 1944 : des dizaines de soldats morts, étendus sur le sable dans des positions qui n'auraient jamais pu être celles d'un être vivant. Les tanks brûlent. Les bateaux du débarquement sont à moitié enfouis au bord de l'eau. Puis, à la page suivante, une photo de la même plage de Dieppe, mais prise dans les années 1980 : une famille prend le soleil, un couple lit des magazines sous un parasol, des enfants tournent autour d'un château de sable. [...] Après avoir feuilleté le livre, j'ai pensé : " Ce que nous appelons destin est un problème de calendrier. Tout dépend de la nature de la grosse ligne qui croise la fine qui est à nous." Il est, bien sûr, facile d'accepter cette vérité à Reno. Ce le serait moins si j'étais en Irak ou en Afghanistan. p. 218
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
SeriallectriceSV   16 juillet 2016
Séjour au Nevada de Bernardo Atxaga
"Je suis un Soldat américain. Je suis un guerrier, un membre de l'équipe. Je sers le peuple des Etats-Unis, je vis selon les valeurs militaires. Pour moi, la mission sera toujours primordiale. Je n'accepterai jamais la défaite. Je ne céderai jamais. Je n'abandonnerai jamais un compagnon tombé à terre. Je suis discipliné, fort mentalement et physiquement, entraîné et compétent dans mes tâches et mes exercices guerriers. Mes armes, mon équipement et moi-même sommes toujours prêts. Je suis un expert et un professionnel. Je suis prêt à me déplacer, affronter, anéantir les ennemis des Etats-Unis d'Amérique dans le combat commun. Je suis le gardien de la liberté, du style de vie américaine. Je suis un Soldat américain."

p.336 (The Soldiers's Creed) => texte imprimé sur une carte souvenir officielle distribuée lors de l'enterrement d'un soldat mort en Irak.
Commenter  J’apprécie          20
SeriallectriceSV   16 juillet 2016
Séjour au Nevada de Bernardo Atxaga
La vie, c'est la vie, pas ses résultats. Ni la grande maison en haut de la montagne ni les couronnes et les médailles d'or ou d'imitation qui occupent les rayonnages. La vie n'est pas que cela. La vie, c'est la vie et ce qu'il y a de plus grand. Celui qui la perd, perd tout.

p.338
Commenter  J’apprécie          30
SeriallectriceSV   16 juillet 2016
Séjour au Nevada de Bernardo Atxaga
J'étais une toute petite fille quand les premiers Blancs apparurent dans notre pays. Ils arrivèrent comme des lions, oui des lions rugissants, et ils continuèrent ainsi jusqu'à présent, et moi, je n'oublierai jamais leur arrivée. Mon peuple était dispersé sur tout le territoire qui porte aujourd'hui le nom de Nevada. Mon grand-père, chef de la nation païute tout entière, était dans un campement près du lac Humboldt avec une petite partie de sa tribu quand une bande armée venant de Californie et se dirigeant vers l'est fut aperçue. [...]

- Je ne veux pas entendre cette histoire, a dit Sara.

- Pourquoi ? lui ai-je demandé.

- Parce qu'elle est sûrement très triste, a-t-elle répondu. p.247
Commenter  J’apprécie          20
Pixie-Flore   17 mai 2012
Shola et les sangliers de Bernardo Atxaga
Mais qu'est ce que tu crois Shola ? Qu'on vit tous comme toi, à faire toujours ce qu'on a envie de faire ? Et bien non, Shola, la plupart des gens n'ont pas cette chance. On doit, qu'on le veuille ou non, respecter certains engagements.
Commenter  J’apprécie          30
SeriallectriceSV   16 juillet 2016
Séjour au Nevada de Bernardo Atxaga
Le silence règne toujours à Reno, même le jour. Les casinos sont étanches, leur intérieur recouvert de moquette, aucun son ne sort des pièces où s'alignent les machines à sous et les tables de jeu. On ne remarque pas non plus la circulation dans la rue la plus fréquentée, Virginia Street, ni celle des autoroutes qui traversent la ville, la 80 et la 395, comme si elles étaient, elles aussi, moquettées ou si les voitures et les camions passaient en catimini.

Quand tombe la nuit, le silence, ou ce qui est subjectivement ressenti comme tel, devient encore plus profond. Le tintement d'une clochette pourrait éveiller l'attention des vigiles urbains. Si un pétard explosait dans une maison, ils se dirigeraient à toute vitesse vers elle, gyrophare allumé.

Le silence est la première chose que nous ayons perçue le jour de notre arrivée à Reno, le 18 août 2007, après que le taxi eut quitté l'aéroport pour nous laisser seuls devant ce qui serait notre maison, 145, Collège Drive. Il n'y avait personne dans la rue. Les conteneurs à ordures semblaient en pierre. p.9
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Crocodyll   19 juillet 2012
Mémoires d'une vache de Bernardo Atxaga
Neige sur les cimes, la vache déprime.
Commenter  J’apprécie          40
Lyne55   27 septembre 2016
Obabakoak de Bernardo Atxaga
... un conte prophétique, excellent. A mon avis le meilleur de la soirée.

Je souris en écoutant les paroles de mon ami. Il se souvenait enfin du récit que je lui avais fait au Restop. Le moment était arrivé de lui montrer la carte que j'avais cachée dans ma manche.

- Oui, qu'il soit bon ne fait aucun doute. Mais toujours est-il que je changerais la fin. Un tel fatalisme ne me plaît guère, lui dis-je.

Mon ami prit un air surpris.

- Je parle sérieusement, je n'aime pas le fatalisme de ce conte. Je le trouve implacable, le même fatalisme qui transparaît lorsqu'on dit que la vie ressemble à un coup de dés. Ce qu'on veut dire par là, c'est qu'à la naissance, nous sommes dépositaires d'un destin, et que notre volonté ne compte pour rien. Nous devons accepter notre destin, que nous le voulions ou non. La mort s'achemine-t-elle vers nous ? Mourir, il faut bien en passer par là.

En haussant les épaules, mon ami me laissa entendre qu'il ne voyait pas d'autre voie.

- Tu penses ce que tu veux. Mais moi, en ce qui concerne ce conte, je ne vois pas d'autre dénouement possible, m'expliqua-t-il.

- Moi, je lui en ai donné un autre.

- Tu as écrit une variante ? dit-il en levant les sourcils.

- Exactement. Je l'ai ici.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
abseil   25 avril 2008
Shola et les Lions de Bernardo Atxaga
-Ne m'appelle pas petite chienne ! Je ne suis pas une petite chienne ! Tu te trompes de A à Z.

-Mais qu'est ce que tu es, alors ?

-J'appartiens à la famille des lions !
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Système solaire

Notre système solaire est situé dans quel galaxie ?

La grande ourse
La voie lactée
Andromède
La voie barrée

10 questions
4 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur

.. ..