AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Note moyenne 3.58 /5 (sur 190 notes)

Nationalité : France
Né(e) : 1974
Biographie :

Écrivain il donne également des cours d'alphabétisation à des adultes du XIXème arrondissement de Paris. B.a-ba est le roman de cette expérience. Il est également l’auteur de Hors jeu (Le dilettante, 2007, son premier roman), d’un recueil de nouvelles, Le métro est un sport collectif (rue fromentin, 2012) et de Sous les couvertures où il réalise son fantasme de passer une nuit dans une librairie.


Ajouter des informations
Bibliographie de Bertrand Guillot   (6)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Le métro, sa grisaille, ses retards, sa déprime... Les clichés ont la peau dure. Mais il est parfois possible de leur tanner le cuir et de voir au travers. Pour Bertrand Guillot, le métro est avant tout une scène sur laquelle nous défilons tous à tour de rôle (et le prix de la place défie toute concurrence). La comédie n'est pas exclue, la romance non plus, le drame pointe parfois... Bref, aujourd'hui, le romanesque est dans le métro, bien plus que dans les séries ou la télé-réalité. C'est aussi l'un des derniers lieux du « lien social », où les frontières et les séparations si solides en surface s'évanouissent subitement sur les quais. Tout est permis. Dans le métro, il n'y a plus de première classe depuis longtemps. Dans la vie « à l'air libre », c'est un peu différent... Paradoxalement, on étouffe là-haut. Le métro est un sport collectif est le fruit d'une année d'observation, de reportage, de chroniques. Bertrand Guillot traduit, avec justesse et humour, l'ambiance des stations. Son sens du portrait -- particulièrement du portrait féminin --, sa science du détail juste font merveille dans ce recueil où la délicatesse du trait n'atténue en rien le réalisme des personnages et des situations. © éditions rue fromentin, 2012.

+ Lire la suite

Citations et extraits (99) Voir plus Ajouter une citation
sebastolivre   02 avril 2022
L'Abolition des privilèges de Bertrand Guillot
Dans tous les manuels scolaires, c'est une date incontournable. 4 août 1789 : Abolition des privilèges. On l'apprend au collège. On l'apprend au lycée. Mais l'étudier ? Jamais.



Peut-être parce qu'elle vient juste après le 14 juillet, et que la suite est forcément mineure. Peut-être aussi parce que c'est le mois d'août et que le mois d'août, c'est les vacances : que pourrait-il bien s'y passer de sérieux ? Peut-être, surtout, parce qu'on ne connaît aucun des acteurs de ce 4 août.



Pour le 14 juillet, c'est simple : la rue s'est soulevée (autant dire, nous), c'est héroïque, c'est romanesque, aujourd'hui la date résonne en feux d'artifice et bals des pompiers. Le 4 août a pour seul décor l'Assemblée nationale tout de suite on sent la distance. Et parmi les députés, pas une seule vedette à mettre en avant ! À la limite, Sieyès. Ou alors Mirabeau, mais il est de ces héros de l'Histoire qu'on interdit aux mineurs. De toute façon, ce soir-là, Sieyès et Mirabeau avaient séché la séance. Non, vraiment, pas une seule tête connue.



Page 7, Les Avrils.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          492
sebastolivre   03 avril 2022
L'Abolition des privilèges de Bertrand Guillot
Et pourtant, ça ne disparaît pas comme ça, des privilèges. Qu'on demande aux militants qui tentent depuis des années d'imposer une taxation des transactions financières, aux féministes qui luttent contre le privilège masculin, aux écologistes qui ferraillent contre le carbone subventionné, aux élus qui s'échinent en vain pour soumettre à l'impôt les multinationales du numérique. Il est de petites victoires, des bastilles miniatures qui chutent ici ou là, mais les privilèges contemporains se portent plutôt bien.

C'est en pensant à ces combats épuisants et à notre monde à bout de que je me suis demandé ce qui s'était vraiment passé, cette fameuse nuit du 4 août 1789.



Page 9, Les Avrils.
Commenter  J’apprécie          450
sebastolivre   04 avril 2022
L'Abolition des privilèges de Bertrand Guillot
Ces hommes sont presque tous des inconnus. Pour la plupart, ils le resteront. Ce sont eux, pourtant, qui sont en train d'inventer notre jeu politique. Eux qui s'apprêrent à changer la face de la France plus encore que les héros de la Bastille. Eux qui, bientôt, vont faire tomber en quelques heures un régime vieux de dix siècles. Eux qui, en une nuit, vont poser les fondements d'un nouveau système basé sur le progrès, la liberté individuelle, l'égalité publique et la propriété privée - ce système si révolutionnaire en 1789 et qui est le nôtre aujourd'hui, ce système dont nous savons maintenant qu'il ne peut pas durer, et qui pourtant a la vie dure. Mais il est déjà tard.



Page 13, Les Avrils.
Commenter  J’apprécie          380
Gwen21   18 novembre 2014
Sous les couvertures de Bertrand Guillot
- Savez-vous ce que disait Confucius ? [...]

- Non.

- Lorsque tu entreprendras quelque chose, sache que tu auras contre toi, ceux qui voudraient faire la même chose, ceux qui voulaient faire la même chose... et l'immense majorité de ceux qui ne voulaient rien faire du tout.
Commenter  J’apprécie          343
fanfanouche24   25 septembre 2014
Sous les couvertures de Bertrand Guillot
A voix basse, ils (les livres) partageaient leurs rêves: certains se voyaient passer leur vie en noble compagnie sur les étagères bien rangées d'une bibliothèque; d'autres aspiraient à passer de main en main, voir le monde, traîner sur des bancs publics et finir la nuit dans un bar, avant d'être oubliés un jour sur la banquette d'un train en route vers d'autres aventures. (p.13)
Commenter  J’apprécie          290
fanfanouche24   30 septembre 2014
Sous les couvertures de Bertrand Guillot
- Et tu ne sais pas quelle fin il a choisie ??

-Non. qui s'en soucie ? La vie est dans le début des histoires, Junior. Les fins ne sont jamais que de la morale. (p.57)
Commenter  J’apprécie          260
Hulot   31 janvier 2022
L'Abolition des privilèges de Bertrand Guillot
Necker joue volontiers de sa popularité dans l'opinion car aussi étrange que cela puisse paraître il arrive parfois aux Français de s'enticher d'un banquier.
Commenter  J’apprécie          245
manU17   28 décembre 2014
Sous les couvertures de Bertrand Guillot
Depuis que Mathilde tenait une chronique régulière au journal, elle ne mettait plus guère les pieds dans une librairie qu'à l'occasion de soirées dédicaces avec auteur, éditeur, cacahuètes et vin blanc. Et elle n'avait sans doute plus acheté de roman depuis des mois. Que pouvait bien devenir l'industrie du livre si les plus grands lecteurs ne concevaient plus les livres que gratuits ?
Commenter  J’apprécie          230
fanfanouche24   24 septembre 2014
Sous les couvertures de Bertrand Guillot
Les livres portaient les espoirs démesurés et les doutes abyssaux de leurs auteurs, ce qu'ils avaient vécu et ce qu'ils auraient aimé vivre, ainsi que d'infimes morceaux d'âme dont ils n'avaient pas conscience. (p.12)
Commenter  J’apprécie          230
fanfanouche24   25 septembre 2014
Sous les couvertures de Bertrand Guillot
La vie littéraire est, comme la vie, soumise aux lois de la sélection naturelle. On y est donc en état de guerre perpétuelle. Mais l'art est de vivre sur le champ de bataile sans se battre et sans être blessé. (p.66)
Commenter  J’apprécie          230

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Elizabeth II - Séquence 2

Elle était plus grande que son mari

VRAI
FAUX

9 questions
8 lecteurs ont répondu
Thèmes : royauté , actualitéCréer un quiz sur cet auteur