AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4/5 (sur 2265 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Alma , le 9 juin 1945
Biographie :

Betty Mahmoody (née le 9 juin 1945 à Alma dans le Michigan) est une écrivaine américaine. Elle est connue surtout pour son livre Jamais sans ma fille et sa lutte pour les droits des enfants.

En 1977, elle épouse Sayyed Mahmoody, médecin Iranien exerçant aux Etats-Unis. Dans 'Jamais sans ma fille ' elle raconte ses années de calvaire pour récupérer sa fille, enlevée par son époux qui est retourné vivre en Iran.
Après son combat pour la liberté, elle représente les Etats-Unis à la Conférence de La Haye sur les enlèvements internationaux d'enfants en 1992. L’ouvrage fait l’effet d’une bombe et réveille les consciences sur un problème fréquent. Deux ans plus tard, elle publie ‘Jamais sans ma fille, Tome II’. Présidente de ‘Un monde pour enfants’, elle publie un collectif ‘Kidnappés !’, puis ‘Au nom de tous les enfants’ en 1999.
En 2006, ‘Jamais sans ma fille’ est réédité. Aujourd'hui, Betty Mahmoody vit quelque part en Amérique avec sa fille, sous un nom d'emprunt.
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
Bibliographie de Betty Mahmoody   (5)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (76) Voir plus Ajouter une citation
Je n'ai pas fait attention. Mais on ne vit pas en "faisant attention".
Commenter  J’apprécie          290
Ellen a pris sa décision poussée par la peur et non par l'amour. Pour des motifs plus matériels que sentimentaux. Elle se sentait incapable de faire face à l'insécurité qui est le prix de toute émancipation. En fait, elle a choisi une existence horrible au quotidien, mais qui lui offre un semblant de ce qu'elle appelle la sécurité.
Commenter  J’apprécie          250
Je me dis que je suis en train de commettre une erreur, que je voudrais pouvoir sauter de cet avion à la minute. Je m'enferme dans le cabinet de toilette et jette un oeil dans le miroir, pour apercevoir une femme au dernier stade de la panique. Je viens tout juste d'avoir trente-neuf ans, et à cet âge une femme devrait avoir sa vie en main. Je me demande comment j'ai pu en perdre le contrôle...
Commenter  J’apprécie          190
"L'incertitude augmente la tension mais entretient l'excitation de l'espoir."
Commenter  J’apprécie          180
Ma première et dernière pensée consciente chaque jour, c'est de dresser le plan de mon évasion. Rien de concret pour l'instant. Mais je fais mon possible pour garder le plus de contacts possible. Je vais voir Hélène à l'ambassade. Et presque chaque jour j'appelle Amahl.
Chaque détail de ma vie quotidienne est axé sur le grand but. je suis déterminée à me montrer une épouse et une mère aussi exemplaire que possible. Pour trois raisons. La première est de consolider l'illusion de bonheur et de normalité, de façon à ôter tout soupçon de Moody. La seconde est de faire plaisir à Mahtob et d'éloigner de son esprit l'idée qu'elle est prisonnière. Parfois elle demande :
- Est-ce qu'on pourra retourner en Amérique, maman ?
- Pas maintenant. Peut-être qu'un jour, dans l'avenir, papa changera d'idée, et nous irons tous les trois.
Ce genre de mensonge soulage un peu sa tristesse, mais pas la mienne.
Ma troisième raison de créer un foyer "heureux", c'est de me préserver moi-même, de ne pas devenir folle. Je n'ai aucun moyen de savoir ce qui nous tombera sur la tête lorsque nous déciderons enfin de nous évader. Je ne veux pas insister sur les dangers possibles.
Commenter  J’apprécie          130
3 août 1984... Dans l'avion qui l'emmène à Téhéran avec son mari, d'origine iranienne, et sa fille, pour quinze jours de vacances, Betty a le sentiment d'avoir commis une erreur irréparable... Quelques jours plus tard, son existence bascule dans le cauchemar. Le verdict tombe : "Tu ne quitteras jamais l'Iran ! Tu y resteras jusqu'à ta mort." En proie au pouvoir insondable du fanatisme religieux, son mari se transforme en geôlier. Elle n'a désormais qu'un objectif : rentrer chez elle, aux Etats-Unis, avec sa fille. Quitter ce pays déchiré par la guerre et les outrances archaïques : ce monde incohérent où la femme n'existe pas. Pour reconquérir sa liberté, Betty mènera deux ans de lutte incessante. Humiliations, séquestration, chantage, violences physiques et morales. Rien ne lui sera épargné.
Commenter  J’apprécie          130
Ellen a pris sa décision poussée par la peur et non par l'amour. Pour des motifs plus matériels que sentimentaux. Elle se sentait incapable de faire face à l'insécurité qui est le prix de toute émancipation. En fait, elle a choisi une existence horrible au quotidien, mais qui lui offre un semblant de ce qu'elle appelle la sécurité.
Commenter  J’apprécie          110
J'ai commencé à prier, mais je doute de ma sincérité vis-à-vis de Dieu. Je suis coupable. J'ai ignoré la religion pendant des années, me tournant vers Dieu uniquement pour lui demander de l'aide. Uniquement parce que je suis gardée en otage dans ce pays étranger. Pourquoi m'écouterait-il maintenant ?
Commenter  J’apprécie          110
- Ils prendront votre argent, vous amèneront à la frontière, ils vous violeront, vous tueront, ou bien vous vendront aux autorités.
Mais les mises en garde n'ont plus cours. Mes choix sont clairs.
Vendredi, je peux prendre un avion vers l'Amérique et rentrer chez moi, retrouver mon confort, sans jamais revoir ma fille. Ou bien, demain, je peux prendre ma fille par la main et entamer le voyage le plus dangereux que je puisse imaginer.
En fait il n'y a pas de choix. Je mourrai dans les montagnes qui séparent l'Iran du Pakistan, ou je ramènerai ma fille saine et sauve en Amérique.
Commenter  J’apprécie          100
Je me dis que je suis en train de commettre une erreur, que je voudrais pouvoir sauter de cet avion à la minute. Je m'enferme dans le cabinet de toilette et jette un oeil dans le miroir, pour apercevoir une femme au dernier stade de la panique. Je viens tout juste d'avoir trente-neuf ans, et à cet âge une femme devrait avoir sa vie en main. Je me demande comment j'ai pu en perdre le contrôle...
Commenter  J’apprécie          100

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Betty Mahmoody Voir plus

Quiz Voir plus

Jamais sans ma fille.

Combien de temps Betty et sa famille devaient-ils rester en Iran?

2 jours
2 semaines
2 mois
2 ans

8 questions
38 lecteurs ont répondu
Thème : Jamais sans ma fille de Betty MahmoodyCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..