AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.06 /5 (sur 63 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Bretagne , 1978
Biographie :

Après des études dans le Sud de la France dans le domaine des Métiers du Livre, Blanche Monah a pris une année sabbatique pour voyager en Asie. A la suite de quoi elle est partie travailler dans l'humanitaire, à Madagascar, pendant un an et demi.

Depuis, elle a exercé divers métiers (cuisinière, restauratrice, gérante d'une boutique d'artisanat,...)

Blanche Monah fait partie de ces auteurs en herbe à qui internet ouvre de nouveaux horizons. Elle a mise en ligne son premier roman, "La Cage dorée" en 2016. En trois semaines le roman a déjà comptabilisé 200 lecteurs, 250 emprunts et 52 ventes sur Amazon qui le classe cinquième en littérature érotique.

Elle vit à Dinan avec son compagnon et son fils depuis 2010.

son blog : http://blanchemonah.blogspot.fr/

+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
KellyAddictionLivresque   01 septembre 2017
La cage dorée de Blanche Monah
Ma tension intérieur grandit à mesure que je m'approche du grand appartement que mon père et moi partageons dans le 16e arrondissement. Les battements de mon coeur accélèrent progressivement et résonnent dans ma cage thoracique. Ma gorge se noue. Mes mains deviennent moites sur le volant. Quand je me gare dans l'allée privative, à ma place habituelle, tous mes muscles sont raides d'appréhension. Je déglutis pour essayer de dissiper la boule qui m'obstrue la gorge, mais bien sûr ça ne marche pas. Allons, ça ne sert à rien de tergiverser. Plus j'attendrai pour rentrer, plus je serai punie durement pour mon retard.



J'attrape mon sac à main sur le siège passage et ouvre la portière de mon Audi. Je me prépare psychologiquement à ce qui m'attend : je m'absente de moi-même, je me retire petit à petit dans les profondeurs de mon esprit, mes pensées s'effacent. Je met un pied devant l'autre sans penser à rien, jusqu'à arriver devant la porte de l'appartement. Je sors la clé, déverrouille et entre.



Le salon est plongé dans la pénombre, mais je sens l'odeur de son cigare, et je sais qu'il est là. Peu à peu je distingue sa silhouette sur le fond caramel de son fauteuil préféré, tourné vers la porte. Je suspends mon sac à man et ma veste au porte-manteau, machinalement, et ôte mes escarpins avant de les ranger dans le petit placard de l'entrée.



- Tu sais depuis combien de temps je suis là à t'attendre?



Sa voix, comme je m'y attendais, est chargée de colère. J’aperçois l'extrémité rougeoyante de son cigare, et frémis d'appréhension. De son autre main, il tient un lourd verre en cristal avec un fond de scotch. J'essaie d'estimer combien il a bu. La bouteille est presque vide, mais je ne sais pas depuis combien de temps il l'a entamée. Papa ne boit pas tant que ça, je ne pense pas qu'il l'ait ouverte ce soir.



-Viens ici!



Son ordre claque comme un coup de fouet et je sursaute avant de m'avancer vers lui. Mes pieds, dans mes collants, s'enfoncent dans l'épais tapis. Je m'arrête à un mètre de lui.



- Tu t'es faite sauter? demande-t-il avec agressivité.



La même question rituelle, chaque soir. Et il semble toujours redouter que je réponde oui.



- Non papa, je réponds doucement.

- Montre-moi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
armand7000   18 août 2019
La cage dorée de Blanche Monah
En me changeant au milieu des autres filles de mon cours, j’écoute distraitement les conversations. Elles parlent de garçons, de bars et de boîtes de nuit, de leurs études. Mais surtout de garçons. La manière parfois très crue dont certaines relatent leurs conquêtes me choque un peu, par moments. Je me demande ce que ça doit faire comme effet d’avoir une attitude normale envers les hommes, de ne pas redouter leurs attentions, de se sentir libre d’accepter leurs avances, de ressentir du désir. Tout cela m’est totalement étranger. J’observe le ballet de la vie autour de moi de derrière la vitre opaque de ma souillure. Je suis irrémédiablement différente, marquée par le sceau invisible de la honte et du secret, incapable de me lier intimement à qui que ce soit, ne serait-ce que pour avoir une amie. Ce serait trop risqué. Comment expliquer pourquoi je ne peux pas sortir ? Comment expliquer que je n’ai jamais eu de petit ami, et que je n’en veux pas ? Ma vie n’est qu’un vaste mensonge, un vaste secret honteux, que je ne peux partager avec personne, même si j’en avais envie, ce qui n’est pas le cas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
gabrielleviszs   05 février 2017
La cage dorée de Blanche Monah
Et ça signifie, évidemment, de retourner vivre avec mon bourreau. Je l’ai supporté des années durant, j’en suis capable. Je m’effacerai en moi-même pour ne rien ressentir. Et si ça devient trop difficile, il me restera toujours une solution. Ma solution de secours, mon recours ultime. Je n’ai pas peur de la mort. C’est la vie qui est terrifiante. Elle peut être merveilleuse aussi, j’y aurai goûté une semaine. Sept jours de bonheur, c’est déjà pas si mal. En tout cas, mieux que tout ce que j’avais pu imaginer. Un beau cadeau que Phénix m’aura fait. Un souvenir à chérir, auquel m’accrocher dans les pires moments à venir. Alors, mon choix me semble moins pénible, même si des sueurs froides m’humectent le dos et le front, même si mon ventre se tord de douleur et d’angoisse. Je prononce lentement les mots qui me ramèneront à ma prison personnelle : ...
Commenter  J’apprécie          20
armand7000   18 août 2019
La cage dorée de Blanche Monah
bourgeoises. Et elle, c’est tellement la petite princesse pourrie-gâtée que c’en est un cliché ambulant. Au déjeuner, elle est assise avec Stéfie, qui se fait toujours un devoir de se montrer gentille avec les stagiaires. Il faut voir comment la nouvelle joue les mijaurées en picorant dans sa salade, que bien sûr elle ne termine pas, parce qu’il ne faudrait surtout pas prendre du poids.

Pourtant, pour autant que je puisse en juger à travers son atroce chemisier en soie écrue, véritable offense pour les yeux, elle pourrait largement se le permettre. Elle a l’air maigre comme un coucou. Mais ces filles des beaux quartiers ont toutes comme ambition suprême de rentrer dans une taille zéro. À vue de nez, celle-ci doit pouvoir s’en enorgueillir.

Elle se tient bien droite sur son tabouret, comme si elle avait pris des leçons de maintien, et elle s’essuie la bouche entre chaque bouchée avec sa serviette en papier. Chacun de ses gestes est étudié, élégant, mesuré. On dirait qu’elle est en train de bouffer chez l’ambassadeur, nom de Dieu. Rien que de la regarder, ça m’énerve. J’espère presque qu’elle va faire tomber de la vinaigrette sur son haut, mais bien sûr mademoiselle est trop parfaite pour que cela puisse se produire. D’ailleurs, elle en ferait sans doute une maladie.

J’en ai vu défiler, pourtant, de ces filles nées avec une cuillère en argent dans la bouche, mais celle-ci m’agace particulièrement. Je ne sais pas trop pourquoi. Peut-être à cause de notre rencontre ce matin, quand, dans la cage d’escalier, elle avait l’air tellement terrifiée par mon apparition. On aurait dit qu’elle pensait que j’allais l’agresser ou la violer. Évidemment, elle ne doit pas avoir souvent l’occasion de croiser des types dans mon genre dans le 16e. Là-bas, dès qu’on n’a pas le teint blanc comme neige, on fait tache. Bon, ici aussi, je fais un peu tache, mais je me suis battu et j’ai mérité ma place, alors que cette fille, pour accéder à son stage, il a juste fallu que son papa allonge un chèque.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
gabrielleviszs   05 février 2017
La cage dorée de Blanche Monah
- Non, princesse. Non, ce n’était pas ça. Quand on aime une femme, on ne la frappe pas. On la caresse – il passe doucement sa grande main sur mon crâne – on l’embrasse – je sens sa bouche sur mes cheveux – on prend soin d’elle, et on fait tout pour qu’elle soit heureuse. On ne l’enferme pas, on ne restreint pas ses libertés, on la veut épanouie, on veut l’aider à accomplir ses ambitions, à réaliser ses rêves. C’est ce que je veux pour toi. Être avec toi, t’accompagner, te soutenir, te chérir. Je te montrerai.
Commenter  J’apprécie          10
armand7000   18 août 2019
La cage dorée de Blanche Monah
- Non, princesse. Non, ce n’était pas ça. Quand on aime une femme, on ne la frappe pas. On la caresse – il passe doucement sa grande main sur mon crâne – on l’embrasse – je sens sa bouche sur mes cheveux – on prend soin d’elle, et on fait tout pour qu’elle soit heureuse. On ne l’enferme pas, on ne restreint pas ses libertés, on la veut épanouie, on veut l’aider à accomplir ses ambitions, à réaliser ses rêves. C’est ce que je veux pour toi. Être avec toi, t’accompagner, te soutenir, te chérir. Je te montrerai.
Commenter  J’apprécie          10
KellyAddictionLivresque   04 novembre 2017
Rédemption d'un Ange Déchu, tome 2 : Dévotion Profane de Blanche Monah


Un peu plus tard, alors que j'étais debout près de Pénélope à mon poste de travail, et que je me penchais en avant pour bien voir l'écran de l'ordinateur, où mon aînée me montrait différentes fonctionnalités dont j'aurais besoin pour accomplir correctement mon travail, je sentis le regard d'Ariel sur mes fesses. Je me tendis, sans bouger, le souffle court et le cœur dans la gorge. Mon derrière picotait et chauffait, comme si ma chair percevait son regard à travers mes vêtements. Comme s'il me touchait.



Je fût tentée de me recroqueviller, de me détourner, pour que ces sensations perturbantes s'arrêtent, mais je ne pouvais pas bouger au risque que Pénélope, qui n'avait déjà pas très bonne opinion de moi à cause de ma tenue relâchée, ne me trouve très bizarre. Alors je restai immobile, paralysée, tandis que ce regard... se poursuivait, et que les sensations s'accentuaient. Elles... se diffusaient sous ma peau, dans mes muscles et dans mes os, comme une vague de lumière chaude, entraînant une relaxation dangereuse, une faiblesse coupable, une langueur insidieuse et sournoise.



C'était... physique. Charnel. Ariel était en train d'éveiller mon désir... en me regardant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
KellyAddictionLivresque   23 octobre 2017
Rédemption d'un ange déchu, tome 1 : Obsession Charnelle de Blanche Monah
Durant tout ce temps, elle ne cessa de me regarder. C'était comme si elle ne pouvait se rassasier de mon image, comme si, après s'être retenue si longtemps, elle se laissait enfin aller. Et elle souriait, heureuse, irradiant la joie et la satisfaction, complètement comblée. Elle semblait ravie de me laisser m'occuper d'elle, fermant les yeux à chaque fois que j'effleurais sa peau, allant parfois jusqu'à pousser un petit gémissement de plaisir. C'était tout juste si elle ne ronronnait pas.



Ne se rendait-elle pas compte qu'en affichant ainsi ses sentiments, en me les avouant si ingénument, elle me tendait ses propres armes, elle me donnait la possibilité de les retourner contre elle.

Que je pourrais la manipuler et la blesser plus facilement, maintenant que je connaissais ses sentiments envers moi? Était-elle à ce point naïve? Je ne savais pas si je devais l'admirer pour son courage, ou railler son manque de jugeote. Personnellement, l'idée de montrer une telle vulnérabilité à quelqu'un me filait des frissons de terreur et d'horreur.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   08 janvier 2017
Des étoiles à l'infini de Blanche Monah
Maman avait un beau sourire, quand elle était vraiment heureuse, mais ils étaient plus rares que des arcs-en-ciel. Ça me faisait mal de voir ce sourire forcé sur son visage prématurément vieilli. Elle n'avait pas quarante ans, mais sa vie avait été si difficile qu'un faisceau de rides creusait profondément le contour de ses yeux, certaines rejoignant celles qui encadraient sa bouche.
Commenter  J’apprécie          10
Lalitote   29 décembre 2016
La cage dorée de Blanche Monah
Je m’en veux aussi de ne pas pouvoir m’empêcher de loucher sur son cul quand elle



me tourne le dos et se penche. Il faut dire que dans sa jupe moulante, il est sacrément bien mis



en valeur. Et putain, qu’est-ce qu’elle est jolie ! Son visage est l’un des plus fins, des plus



délicats que j’ai jamais vu. Avec sa peau de blonde à la pâleur translucide, ses traits sont



magnifiés, et il émane d’elle une fragilité qui me fait un effet détestable. Putain, j’ai horreur



de réagir comme ça, comme tous les types qui doivent se faire prendre au piège de sa beauté



vulnérable et gobent l’hameçon avec l’appât. Je suis bien placé pour savoir que les apparences



sont trompeuses et qu’en général, les filles qui semblent les plus fragiles sont les pires garces



du monde. Je me suis fait avoir une fois, pas question qu’on m’y reprenne.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Le carcan d'une rose

Quel âge à Perrine, au début du livre?

12 ans
16 ans
17 ans
14 ans

10 questions
0 lecteurs ont répondu
Thèmes : amours impossibles , amour , romanceCréer un quiz sur cet auteur

.. ..