AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.13/5 (sur 4 notes)

Nationalité : Finlande
Né(e) à : Helsinki , le 25/10/1926
Mort(e) à : Espoo , le 11/02/2011
Biographie :

Bo Carpelan fut d'abord critique littéraire puis de 1964 à 1980, directeur de la Bibliothèque Municipale de Helsinki.

Il a rédigé une thèse de doctorat sur un auteur difficile, le dadaïste Gunnar Björling (1887-1960), dont l'influence est clairement perceptible sur son travail.

On le considéra comme le principal poète et écrivain finlandais de l'expression suédoise.

En mars 2007, Bo Carpelan a reçu le Prix Européen de Littérature 2007, pour l’ensemble de son œuvre.

Source : www.arfuyen.fr
Ajouter des informations
Bibliographie de Bo Carpelan   (10)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (6) Ajouter une citation
Quand j’étais plus jeune, je cherchais la réponse aux questions.
Le silence était une réponse. Si je tendais l’oreille,
j’entendais le vent en mouvement, une porte qui battait.
Les gens allaient et venaient, je me réjouissais
de l’inconnu, j’oubliais vite
et la joie et la stupeur : j’y étais comme chez moi.
À présent, j’ai commencé à parler pour moi-même,
comme si je voulais connaître celui qui parle
et écoute si mal à l’intérieur de mes pensées.
Quelques mots se cherchaient loin en moi
en quête d’un refuge contre quelque chose
de trop difficile à voir. Je les ai couchés sur le papier.
Voilà ce que m’ont appris les mots qui sont venus :
l’adieu est une part de tout ce qui vit
et, quand je rêvais de plus belle,
un retour.
Commenter  J’apprécie          250
Si un matin à l'aube, avec d'infinies précautions,
tu tentes de mesurer l'air entre deux arbres immobiles,
tu aperçois un arc de fraîcheur presque invisible, tel un chant.
Tu vois que l'été est en chemin, et peut-être peux-tu, si ton coeur,
même en pensées, est proche du coeur lumineux de quelqu'un d'autre,
être empli de la consolation heureuse venue d'une source inattendue,
invisible.
Commenter  J’apprécie          222
Bo Carpelan
Les conteurs
     
Ils contaient le paysage qui entrait dans les hommes,
les rêves qui venaient jusque dans les camps les plus pauvres.
Aucun jour gris n’était trop gris pour les contes, comme des
mains guérisseuses et rafraîchissantes sur le front des souffrants.
Et parmi les arbres du jardin, tu les entends encore parler
avec la langue du vent, avec le changement des saisons,
de la rose qui fleurissait au milieu de l’hiver, de la paix
qui brûlait comme une bougie, inextinguible.
Ils sont venus, la main à cette bougie, et ont fait que l’obscurité
soit plus supportable. Entre dans la pièce
où vécurent les conteurs ! Le strict minimum. De la fenêtre,
on voit peut-être ici au crépuscule une lueur du paradis,
comme un vent parmi les arbres, un mouvement du cœur,
comme un enfant, clairvoyant.
     
Traduit du suédois (Finlande) par Pierre Grouix
Revue Po&sie 2010/1-2 n° 131-132.
Commenter  J’apprécie          100
La lumière jaillit telle une arche et le souleva
au-dessus de l'homme usé qu'il était. Il y avait
quelque chose d'autre : un enfant curieux empli de joie
à la vue d'un espace que personne d'autre
ne voyait. Seul le vide comptait pour lui
dans son souvenir encore proche, pour longtemps
par la suite. On aurait dit qu'une part
de la lumière émanait de lui-même.
Elle l'emplissait de certitude, quelque chose
qui n'appartenait qu'à lui mais qu'il était libre d'offrir
à autrui. Alors l'inquiétude qu'il ressentait
prit sens, transparente, un cadeau.
Commenter  J’apprécie          100
Lorsque, dans les éclairs de sa fuite, l'hirondelle se jette
vers le ciel et qu'au coeur des ombres de l'arbre, les amants
voient le soir s'approfondir et la mer se mêler au silence,
les ombres de la terre attendent dans la douceur de la brise le froid
de la nuit. Le temps s'immobilise. Là-bas, par delà la baie,
quelqu'un a déjà allumé sa lampe à la fenêtre. Bientôt,
encore un jour de passé dans la vie éphémère.
Commenter  J’apprécie          50
L'été vint avec sa verdure et ses flots de chaleur débordante.
Les jours filaient, abandonnant le dégoût dans des traces d'ombres.
Vint alors un moment qui réclamait la distance et un esprit d'hiver.
La sensation était saisissable comme un jour clair, mordu de gel.
Avoir vécu sur terre était en partie un tourment, en partie un bonheur.
Etait-ce si simple ? Y avait-il, à la fin, une puissante clôture
des comptes ? Il suffisait peut-être d'un rêve éveillé, d'un repos attentif
et de pas plus de tourments que les jours n'en pouvaient supporter.

(p.115)
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Bo Carpelan (10)Voir plus

¤¤

{* *}