AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Note moyenne 3.47 /5 (sur 15 notes)

Nationalité : Russie
Né(e) à : Oryol , le 10/02/1881
Mort(e) à : Paris , le 22/01/1972
Biographie :

Boris Zaïtsev (en russe : Зайцев, Борис Константинович) est un écrivain, romancier, nouvelliste, dramaturge, traducteur russe.

Il est contraint à l’exil en 1922. C’est en France qu’il poursuit son œuvre jusqu’à sa mort. "L’Étoile bleue" est unanimement reconnu comme son chef-d’œuvre.

Source : www.editions-syrtes.fr
Ajouter des informations
Bibliographie de Boris Zaïtsev   (7)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Un écrivain émigré, Boris Zaitsev.


Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
nadejda   05 août 2015
Rencontres et solitude de Boris Zaïtsev
Le plus souvent il choisissait des endroits déserts et isolés, des routes peu carrossables, des lisières, des bordures. Il y avait une combe où il allait très fréquemment, qu’il appelait le vallon de Josaphat et qui n’avait rien d’exceptionnel hormis des buissons épineux et de petites pâtures. Mais c’était un coin tellement perdu dans la campagne et si délaissé après le coucher du soleil ! Le cheval avançait, peureux, quelques canards attardés surgissaient parfois d’un champ, l’absinthe embaumait l’air et l’on ne voyait que les confins de la dépression avec le ciel au-dessus, tel un couloir d’étoiles. On aurait pu facilement y tuer un voyageur. Mais nulle part ailleurs Kazmine ne ressentait une telle sensation, à la fois vive et voluptueuse, d’être seul à exister…p 28
Commenter  J’apprécie          281
nadejda   07 août 2015
Rencontres et solitude de Boris Zaïtsev
Kazmine était installé à la fenêtre. Les champs défilaient encore, peu différents de ceux de chez lui : malgré tout, c'était bien la Russie. Les villages étaient importants mais rares, les églises aux coupoles argentées, un peu massives. Des groupes de paysans partaient labourer, loin de chez eux, toujours avec des araires. Les freux les suivaient. L'horizon s'ouvrait lointain et plat, et à l'est, les terres semblaient très étendues : c'était la steppe, pays des Scythes, des nomades, des tumulus. Depuis la Caspienne, au sud, des nuées accouraient. Le train s'enfonça dans un ruban de pluie puis le soleil se remit à briller sur les coupoles des églises et dans les flaques d'eau des petites gares. L'horizon bleuté apparut. L'éternel laboureur russe marchait derrière son antique charrue. Les moujiks succédaient aux moujiks, les champs aux bosquets de chênes, aux ravins. Les gares s'éloignaient avec leur marmaille qui proposait du lait. C'était sans fin. p 50
Commenter  J’apprécie          130
5Arabella   15 juillet 2018
Anna de Boris Zaïtsev
Le parc de Sérébrianoïé était, ce jour-là, particulièrement argenté, plein de givre, de paisible enchantement, avec ses allées envahies par la neige et la somnolence. Quelque part, à travers les nuages, filtrait le soleil. Non pas le soleil, mais un pâle soupçon, un signe amical, disant que le monde n'était pas complètement abandonné. Ce signe cependant suffisait à faire étinceler sur les clairières et dans le calme des avenues d'étonnants diamants, aux feux délicats et menus. Il prêtait à la neige une vie raffinée, immatérielle ; et mystérieusement, au sein de cette vie, crépitaient les voix des pies, de branche en branche. Anna ne s'attardait guère à tout cela ; pourtant la paix, le chatoiement des espaces exerçaient sur elle une action étrange, la plongeant dans une existence à part.
Commenter  J’apprécie          60
5Arabella   02 mai 2018
Une maison à Passy de Boris Zaïtsev
C'était une matinée très calme, il faisait gris, humide. Les dernières feuilles sur les marronniers étaient complètement brunes ; et tellement détrempées que des gouttes en tombaient de temps à autre. Les chaussées goudronnées brillaient. Les chauffeurs y roulaient dans un froufrou plus lent : par crainte de déraper. Mais Paris élégamment gris menait son maelström éternel - dans un flux incessant de passants, une vague glissante de voitures, dans l'odeur de l'humidité, de vapeurs d'essence, de parfums pour dames.
Commenter  J’apprécie          62
5Arabella   15 juillet 2018
Anna de Boris Zaïtsev
Anna s'était mise en retard. Le soir venait ; la bande de laiton du couchant froid s'étendait au loin, étroite, par-dessus les forêts bleuissantes. Le cheval avançait au petit trot. Dans le panier, les porcelets glapissaient ; les roues de la charrette, que les herbes sèches balayaient au passage, suivaient l'ornière inégale. Il y avait dans l'air une odeur amère et pénétrante, d'absinthe, de harnais, de cheval, de sombre fraîcheur automnale.
Commenter  J’apprécie          40
5Arabella   20 avril 2019
L'étoile bleue de Boris Zaïtsev
Quelque part dans la rue, des patins de traîneaux grinçaient. La neige crissait sous le pas des passants. Des voix leur parvenait. Mais tout semblait l'écho d'un autre monde. Et il est vrai qu'il avait dans le jeu adamantin de la neige, dans son scintillement calme et ininterrompu, dans l'or mystérieux de la lune, dans le vêtement neigeux des arbres, comme une hallucination.
Commenter  J’apprécie          30
Danieljean   30 mai 2017
Mont Athos et Valaam : Pèlerinages d'un écrivain russe de Boris Zaïtsev
Le voyage dans l'espace est aussi voyage dans le temps dans lequel le souvenir reste maître : l'écrivain est à la «recherche du temps perdu» comme il le dit lui-même. En se remémorant le passé, les personnages font ressurgir dans le présent leurs prédécesseurs qui ont vécu dans ces grottes séculaires ou au plus profond des forêts et qui sont vénérés aujourd'hui pour leurs exploits ascétiques. Ces figures des temps anciens sont comme des familiers qui nous accompagnent toujours.
Commenter  J’apprécie          20
5Arabella   19 avril 2019
L'étoile bleue de Boris Zaïtsev
A cet instant, Christophorov ressentit physiquement le passage d'une nuée suspendue au-dessus de tout cet attroupement - une nuée de désirs et d'avidité. Le nom de Kohlov parcourait la foule, haïssable pour la plupart et pour les autres sonnant comme une douce musique. En dépit de tout, Kohlov gagnait. Cela devient évident dans la dernière ligne droite.
Commenter  J’apprécie          20
5Arabella   19 avril 2019
L'étoile bleue de Boris Zaïtsev
La salle de spectacle du Bolchoï, avec son or, sa soie et son damas rouges, dégage quelque chose de pompeux. Les tapisseries des loges pendent en de lourds plis de pourpre aux fleurs brodées. Et, dans ces plis, se niche une poussière séculaire.
Commenter  J’apprécie          20
hlmrsbernard   11 juillet 2014
Une maison à Passy de Boris Zaïtsev
Les lapins gambadaient dansle jardin. Les poules caquettaient. Monsieur Janin, vieux, tout maigre, en pantoufles et redingote élimée, sarclait un groseillier à maquereau. Les marronniers habillaient d'une ombre verdoyante, ondoyante, le toit de sa maison et ses poules dans leurs cages, ainsi que sa femme avec son ruban de velours autour du cou. Les marronniers étaient en fleur : l'un s'était couvert de chandelles blanches rebondies, l'autre, de chandelles roses.

Le facteur frappa à la porte du général. "une lettre de Russie !". Cette pensée se glissa furtivement dans l'esprit de Mickaïl Mickhaïlytch lorsqu'il aperçut le registre des accusés de réception. Et son coeur se figea, comme sous l'effet d'une étreinte glaciale. Mais la lettre ne venait pas du tout de Russie, tandis que derrière le feacteur à la mine rougeuade et aux joues avinées apparut une barbe grisonnante et vaporeuse surmontant une soutane monacale.

-Ah ! Bienvenue ! Entrez, je vous en prie, père Melchisédech !
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Défi Science-fiction

Qui est l'auteur du roman "le meilleur des mondes" ?

Ernest Hemingway
Aldous Huxley
Ray Bradbury
Orson Scott Card

11 questions
38 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur cet auteur