AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.07 /5 (sur 7 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Borya Zavod est un ancien mercenaire serbe. Borya a torturé et tué pour survivre, mais peut-être aussi par plaisir. C'est dans la furie des combats qu'il a menés qu'il puise son imagination pour écrire. Ceci explique peut-être la violence de ses textes. Des romans sans espoir sur l'avenir de l'humanité. Au détour d'une soirée fortement arrosée, il croise Jérémy Bouquin et Stanislas Petrosky. Les deux auteurs sont fascinés par l'homme et ses récits. Ils décident de le traduire et de faire ses textes en France.
Borya Zavod est une hydre à deux têtes née de la folie passagère qui s'est emparée de ses deux créateurs Jérémy Bouquin et Stanislas Petrosky.

Ajouter des informations
Bibliographie de Borya Zavod   (2)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
gabrielleviszs   12 juin 2021
Apocalypse Riders, tome 1 : Le tanneur de Borya Zavod
Je me cale le cul un moment sur le canapé en cuir, je ressers une rasade de son truc hors de prix à Daddy et rhabille mon verre également.

Retrouver un corps, retrouver sa mamie ? Devenir des putains de chasseurs de macchabée. Nous voilà devant un nouveau type de contrat. Je n’y crois pas, sûrement que son sirop doit faire effet, je sens qu’on va faire une connerie.

Buter des mecs, trafiquer des armes, de la dope, des filles, vendre des moutards, convoyer des clopes de contrebande… on en a fait, des trucs de dingues.

Fricoter dans l’organe, pister des fumiers de politicards pour les faire cracher, truander des casinos. On est les rois du vice, du viol, des crimes, tout ça, c’est notre quotidien. On est réputés pour les coups de pute en tout genre, mais là…

Chasseurs de prime post mortem, détectives pour macchabées, croque-mort en bécane…

Daddy, lui, est plus radical, ou moins bourré que moi, il n’est pas du genre à chercher midi à quatorze heures !
Commenter  J’apprécie          10
Borya Zavod
collectifpolar   11 novembre 2019
Borya Zavod
Le toubib est un trafiquant d'organes qui loge du côté de Calais. Le gars fait dans le boyau et la tripe de migrant qu'il revend au détail à des chirurgiens indiens qui opèrent dans des camions. Ils ont installé leur petite PME dans les anciens hangars avant le Tunnel. Comme cela, les Angliches friqués viennent se faire installer un nouveau cœur, une valve, un poumon, pour trois fois moins cher que chez eux, et la matière première est sur place !
Commenter  J’apprécie          90
collectifpolar   11 novembre 2019
Le tanneur de Borya Zavod
Dix-sept ans à peine le gamin. Des petits tatouages de taulard sur les mains, les avant-bras, les trucs qu’on se fait en maison de redressement, quand on s’emmerde.



Ce n’est pas dans la rue ou dans son centre de remise dans le droit chemin qu’on vit des trucs pareils. De toute façon, il n’aime pas l’école, le gosse, alors on l’a fait sortir. Il préfère apprendre à survivre avec nous. C’est pour cela que je lui ai proposé une petite formation maison.
Commenter  J’apprécie          20
collectifpolar   11 novembre 2019
Le tanneur de Borya Zavod
Le Cramé et son groupe se sont installés en secteur breton, il y a déjà deux ans, ils avaient repris le contrôle sur les Anglais de Brigthon, trafic de drogue, de filles, et surtout de migrants. C’est bon ça le migrant, de la viande humaine pas chère. Du temps du gouvernement français, nos élus nous ont offert un marché aux esclaves, on a juste à se servir, et on revend, aux désirs les plus fous des clients. On en a refourgué de l’esclave sexuel…
Commenter  J’apprécie          10
collectifpolar   11 novembre 2019
Le tanneur de Borya Zavod
— On fait quoi ? je demande aux gars. On se branle la nouille ou on le calme ? Je déconne !



Mais je vois bien que mes quatre lascars n’ont pas le mot pour rire. Ils en ont chié grave ! Ils ont donné tout ce qu’ils pouvaient pour immobiliser le molosse.



Je me tais.



Je prépare mon matériel : scalpel, les différents bains, les pinces hémostatiques, les pinces de dissection, les crochets et séparateurs.



— Vous... vous allez l’endormir ? la ramène le gamin.



C’est le grand jour pour lui, il va falloir passer de la théorie à la pratique. Son premier cas pratique sur un vivant. Je me souviens de moi il y a des décennies, le stress et les questions débiles.



— Non... Tu vois un anesthésiste parmi nous ? On fait dans la boucherie-charcuterie, pas dans la chirurgie esthétique, gamin.



Je clipsela lame de mon scalpel fétiche, la base du manche est un peu oxydée, la lame, elle, est neuve, pas question de bâcler le travail.



Teddy recule, lâche la pression. Il laisse Paulo tirer sur les sangles pour les régler au mieux.



— C’est bon, ça devrait le faire…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
collectifpolar   11 novembre 2019
Le tanneur de Borya Zavod
Je m’avance. Je termine mon joint en regardant le Cramé, la gueule éclatée sur la table. Il me semble plus calme, moins nerveux. On va pouvoir bosser, enfin…

Je jette ma clope.



— On va fixer une bonne fois pour toutes !



Je cherche mes outils dans la caisse rouge en ferraille, elle traîne toujours à mes pieds quand je bosse. J’ai beau chercher, je ne la trouve pas. Elle est où ?

Paulo capte de suite, il file alors dans l’arrière-fond et pioche dans une malle. Il débarque à la rescousse avec la visseuse sans fil.

Paulo, Teddy et Daddy ne se font pas prier, ils compressent mon client de tout leur poids. Daddy sur les cuisses, Teddy sur le torse et Paulo tire sur les sangles. Je me concentre alors sur le bras gauche et plaque l’épaule du cramé assommé sur le billot.

Seul l’apprenti ne bouge pas, il ne se doute pas, ne peut pas savoir.

Quand il faut, il faut, je vérifie que l’embout Torx soit le bon, une vis de 6/110 dessus, une rondelle de cuir au bout, histoire de pas traverser la viande.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
collectifpolar   11 novembre 2019
Le tanneur de Borya Zavod
Bon, ça y est, c’est à moi de jouer, je m’avance. Et là, crois-moi si tu veux ou pas, mais voilà que le Cramé se réveille !

L’instinct.

Le mec se met à gesticuler de plus belle, il secoue les bras, envoie valdinguer les câbles, les sangles sautent d’un coup. Il est doté d’une force surhumaine.

Je manque me prendre un coup de pied dans la gueule. Un des gars lui balance de justesse un coup de batte de base-ball dans le buffet. Lui défonce d’un coup trois côtes au passage, il relance un deuxième coup, en plein dans le bas-ventre. Pour se reproduire, j’espère que c’est fait, parce que là, ça ne va plus être possible.

Les coups pleuvent de tous les côtés, Teddy attaque carrément à coups de barre à mine, lui défonce le bide, pendant que Paulo lui colle la tête contre le bois de la table, ce con manque se faire bouffer le pouce.

Daddy lui fracasse la mâchoire avec la crosse de son fusil à pompe. Le Cramé tombe dans les vapes.

— On va bien finir par y arriver, bordel de merde !
Commenter  J’apprécie          00
collectifpolar   11 novembre 2019
Le tanneur de Borya Zavod
Le cri du motard résonne dans la maison, il tente de se débattre, mais pas facile avec ce que je lui fais subir. Je dégage la visseuse, Paulo me tend une deuxième vis armée de sa rondelle de cuir. On est synchros. Le gros jubile, il ricane comme un dingue. Lui aussi aurait un peu trop abusé du chimique que cela ne m’étonnerait pas !

Je me positionne au-dessus de l’autre épaule, la pointe de bichromate de zinc entame la chair doucement. Je fais durer le plaisir. Le Cramé se met alors à m’aboyer dessus, m’insulte, parle de ma mère comme d’une péripatéticienne de merde, roumaine ou bulgare, qui aurait sucé des bites de manouches... je n’ai pas très bien capté le sens de sa réplique.



— Tu vas souffrir pour avoir insinué que môman suçait des bougnoules !



Putain, j’ai pris mon temps, mon pied et j’ai enfoncé... très lentement, très très lentement...
Commenter  J’apprécie          00
collectifpolar   11 novembre 2019
Le tanneur de Borya Zavod
— On prend nos précautions ! je lance aux autres.



Daddy hoche la tête. J’enchaîne, réarme ma visseuse, et j’entame les cuisses, comme pour les bras je prends soin de ne pas toucher les artères, qu’il nous colle pas trois litres de raisin partout.

Un gros papillon le Cramé…

Paulo vérifie son rythme cardiaque, il pose l’oreille sur la cage thoracique lardée de coups. Il vit, c’est un costaud le garçon. La douleur, la souffrance, tout le monde a un seuil de tolérance, le Cramé, c’est quatre immenses vis. Pas mal, certains lâchent la rampe dès la première, et encore, je ne cause pas des coups qu’il a pris dans la gueule, rien que pour ça, respect…

Je dépose ma jolie visseuse au mandrin couvert de barbaque dans ma caisse à outils. Entre les marteaux de boucher et la masse pour broyer les genoux. Mon petit matériel de chirurgien personnel.
Commenter  J’apprécie          00
collectifpolar   11 novembre 2019
Le tanneur de Borya Zavod
Daddy continue son shooting, rigole gras. Il adore ce moment.

— Taillé aussi fort qu’un ours, mais des couilles plus petites que celles d’un écureuil !

— Et une petite bite de lapin !

Teddy lève la queue avec la lame de son couteau, connaissant la perversité de mon comparse, je suis certain qu’il a envie de cisailler l’ensemble.

— Tu crois que ça porte chance, les couilles de Cramé ?

Tout le monde rigole.

Le gamin cherche un moment le patch, un tatouage précis.

Il fait le tour du billot.

— C’est celui-là ?

Daddy vérifie.

— Ouais, c’est celui-ci que je veux comme trophée…

Une tête d’aigle, du grand art, des traits fins, couleurs magnifiques, et dans un ruban en dessous son blase : « Cramé » et surtout, son grade : lieutenant.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

🥳 Fête ou ....

" Fête " ou .......

ammusement
amusement
amusemen
amusemment

13 questions
48 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , vocabulaire , orthographe , fêtesCréer un quiz sur cet auteur