AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Citation de migdal


Jean-Jacques Rousseau et Jean-François Butini figurent parmi les premiers Genevois à écrire sur l'esclavage et la colonisation.

Ils le font à distance, sans y être impliqués, si ce n’est intellectuellement. Pour trouver des Genevois du XVIIIe siècle qui y seraient engagés et éventuellement en rendraient compte, il faut se tourner vers des propriétaires de plantations américaines.

De ces propriétaires, la «République de Calvin» en abrite un certain nombre. Même s'ils n’en font aucune mention dans leurs écrits, Rousseau et Butini devaient s'en douter. Celui-ci, car c’est un lettré curieux et un notable bien informé, celui-là parce qu'il dispose à Neuchâtel d'un défenseur indéfectible en la personne du richissime Pierre-Alexandre DuPeyrou, propriétaire de vastes plantations en Guyane néerlandaise (Surinam). DuPeyrou puisera dans sa colossale fortune, constituée en partie par les revenus de ses « habitations », pour financer la publication des premières œuvres complètes de Rousseau, sorties de presse à Genève au début des années 1780. Rousseau ne peut ignorer que son ami et protecteur neuchâtelois, affublé du sobriquet de «Monsieur de Surinam», exploite des esclaves dans la lointaine colonie hollandaise.
Commenter  J’apprécie          260





Ont apprécié cette citation (26)voir plus




{* *}