AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Citation de migdal


Tout aussi symptomatique, surtout de la part d'un ex-candidat aux études de médecine, est son silence sur les maladies épidémiques (fièvre jaune, choléra, paludisme) qui, dans la colonie, déciment colons blancs et esclaves noirs. Il est pourtant de notoriété publique au XVIIIe siècle que les Caraïbes sont un véritable mouroir pour tous ceux qui s’y rendent. Les Européens qui s'y installent et les captifs africains qui y sont déportés voient leur espérance de vie chuter de façon dramatique. Aussi, le renouvellement des populations blanche et noire ne peut être assuré que par un flot continu de nouveaux arrivants. Fièvres, dysenteries et insectes agressifs font des Antilles un milieu pathologique extrêmement hostile pour leurs habitants jusqu'au premier tiers du XIXe siècle.

L’expédition avortée de reconquête française de Saint-Domingue, lancée entre 1791 et 1803, tourne à la catastrophe épidémiologique : sur un total de 59 000 soldats envoyés de France pour mater la révolte des esclaves, 49000, soit 80%, meurent de maladies. À aucun moment, Trembley, qui aime tant endosser les habits de l'observateur scientifique, ne dit mot de cette version effrayante de la roulette russe où Européens, de gré, et Africains, de force, jouent avec leur vie en faisant tourner le barillet d'un revolver dans lequel il y a trois à quatre fois plus de chambres chargées que vides.
Commenter  J’apprécie          220





Ont apprécié cette citation (22)voir plus




{* *}