AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.21/5 (sur 162 notes)

Nationalité : Serbie
Né(e) à : Pogdorica , le 19/04/1937
Mort(e) à : Belgrade , le 30/11/2020
Biographie :

Branimir Šćepanović (en serbe Бранимир Шћепановић) est un écrivain serbe d'origine monténégrine.

Dès 1961, il publie des nouvelles puis des récits et romans, notamment "L'Été de la honte" ("Sramno leto", 1965) et "Le Rachat" ("Iskupljenje", 1980). En 1974, il obtient un succès international avec son deuxième roman intitulé "La Bouche pleine de terre" ("Usta puna zemlje"), qui a traversé le temps et les générations de lecteurs.

Šćepanović est l'auteur de recueils de nouvelles et de poésie écrits en serbo-croate et ayant généralement pour cadre son Monténégro natal.

Il est considéré aujourd'hui comme un classique de la littérature serbe et universelle.

+ Voir plus
Source : http://sybilline.canalblog.com/archives/scepanovic_branimir_/index.html
Ajouter des informations
Bibliographie de Branimir Šcepanovic   (9)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Vidéo de Branimir Scepanovic


Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
“le ciel semblait un chapiteau de cirque et flamboyait de couleurs bigarrées, violet, rouge, jaune, argent, et dans leur tourbillon, son oeil pénétrant pouvait reconnaître jusqu’aux couleurs inconcevables de l’oxygène, de l’azote, de l’hélium, tandis que son oreille perçante, soudée au sol brûlant, entendait au loin respirer la terre, comme une femme enceinte, de façon sourde et mystérieuse.”
Commenter  J’apprécie          250
En cet instant merveilleux, tandis que, dévoré du désir de la mer, il aimait en réalité l’univers entier, parce qu’il lui appartenait et qu’il savait qu’il lui appartiendrait jusqu’à son dernier souffle, il ne se doutait même pas que ses pieds et ses chevilles lacérés laissaient derrière lui dans l’herbe foulée une trace de sang rougeâtre. Il n’avait plus mal aux yeux et n’éprouvait plus le besoin de leur faire écran avec sa main ; et dans l’espace ondoyant, dont les limites ne cessaient de s’élargir, il ne se sentait plus, comme avant, seul, sans défense et minuscule.



Commenter  J’apprécie          100
Toujours rampant, il fourrait dans sa bouche et avalait avec une avidité désespérée toutes les plantes médicinales qu’il parvenait à identifier, ou du moins qu’il croyait reconnaître […]. Il était heureux, car aux goûts qu’il percevait, il pouvait se convaincre qu’il ingérait, sous leur forme naturelle, de la coumarine et du tanin, de la saponine et d’autres glucosides, des composés du phénol, de la chlorophylle et des acides organiques, du mucus et des huiles essentielles, de l’arbutine, du sucre et bien d’autres substances chimiques encore inconnues, et il espérait que tout cela, dissous et mélangé par la salive, se combinerait pour donner une substance nouvelle et miraculeuse, qui le guérirait tout à fait.
Commenter  J’apprécie          82
Il savait seulement que jamais il ne reverrait ces petits villages monténégrins où il avait connu jadis le bonheur et la souffrance, car, en cet instant, il plongeait ses regards en lui-même comme dans les profondeurs de la nuit et faisait, sans une larme, ses adieux au monde entier.
Commenter  J’apprécie          70
Avions-nous, dans ces conditions, d’autre ressource que de le haïr ? Bien entendu, quand nous commençâmes à le haïr, nous ne doutions pas, tout d’abord, que ce sentiment puissant et merveilleux qui nous situait par rapport à lui, avait tout de suite effacé les différents motifs qui nous avaient jusque-là poussés à le poursuivre : nous fûmes soudain plus proches les uns des autres, presque identiques, nous nous ressemblions, jusque dans notre aspect extérieur : trempés de sueur, le visage crispé, courbés en avant, nous courions au même rythme et respirions du même souffle, comme une meute de chiens harassés qui ne puisent leur force que dans la fureur et la haine.
Commenter  J’apprécie          60
Il pensa alors que tout n’était peut-être pas perdu : s’il vivait pleinement chacun des instants à venir comme s’il était le seul et le dernier, peut-être finirait-il par avoir l’impression d’avoir eu sa part de vie.
Commenter  J’apprécie          70
En fait, cette haine que nous avions pour lui était comme un désir terrifiant et merveilleux.
Commenter  J’apprécie          64
« Alors là, il va trop fort ! il ne fait même pas attention à nous ! »
Commenter  J’apprécie          60
2nde nouvelle :

-allons, pour la dernière fois dites nous pourquoi vous avez choisi notre ville?
-et si je refuse?
-nous en conclurons que vous préparez un mauvais coup. Vous avez peut être l’intention de tuer quelqu’un!
-vous trouvez que j’ai une tête à tuer quelqu’un d’autre?
-quelqu’un d’autre? Mais on ne tue que les autres mon cher monsieur.
-allons-donc, un homme digne de ce nom doit être capable de se tuer lui-même.
Commenter  J’apprécie          40
-pardonnez moi de vous déranger, mais la porte était ouverte et j'ai pensé....
-vous croyez qu'il n'y a pas assez de moi pour penser, dans ce misérable petit hôtel?
-vous réfléchissez encore à la chose?
-bien entendu marmonna t-il d'un ton acide. Et dites aux parieurs qu'ils ont tous perdu; personne ne peut décider de ma mort ou la prévoir; elle viendra de ma seule inspiration.
Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Branimir Šcepanovic (226)Voir plus

Quiz Voir plus

Le quiz des prénoms (niveau facile)

Le titre du recueil de poèmes d'Aragon s'intitule ...

Le Fou d'Anna
Le Fou du Roi
Le Fou d'Elsa
Le Fou d'Estelle

10 questions
5118 lecteurs ont répondu
Thèmes : prénomsCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..