AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.16/5 (sur 814 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : East Brunswick, New Jersey , le 14/07/1966
Biographie :

Brian Selznick est un illustrateur et un écrivain.

Diplômé de l'École de design de Rhode Island, il commence à travailler dans une librairie pour enfants, "Eeyore's Books for Children" à New York, et se met à illustrer ses premiers livres, dont il écrit parfois le texte.

"La Boîte magique d'Houdini" ("The Houdini Box", 1991), son premier livre pour enfants, a été publié sous le titre "Le secret du magicien" par Calligram en 1993 et par Bayard Jeunesse en 2016.

Il a illustré "The Dinosaurs of Woterhouse Hawkins" (2001), lauréat du prix Caldecott, et obtenu le prix de la meilleure illustration décerné par le New York Times pour "Walt Whitman: Words for America" (2004), écrits tous deux par Barbara Kerley.

Il a également reçu le prix Sibert pour "When Marian Sang" (2002) de Pam Munoz et de nombreux autres albums et romans illustrés.

Il signe son premier grand succès en 2007, le roman graphique "L'invention d'Hugo Cabret" ("The Invention of Hugo Cabret"), pour lequel il reçoit la prestigieuse Médaille Caldecott. Le film "Hugo Cabret", réalisé par Martin Scorsese en 2011, est l’adaptation cinématographique du roman.
Brian Selznick a été influencé par Maurice Sendak (1928-2012), l'auteur de "Max et les maximonstres" (Where the Wild Things Are, 1963) et par Remy Charlip (1929-2012), qui l'a inspiré pour son personnage de Georges Melies.

En 2013, il remporte le Prix Sorcières (catégorie Roman junior) pour "Black Out" ("Wonderstruck", 2011), publié également sous le titre "Le Musée des Merveilles". Le livre a été adapté au cinéma en 2017, réalisé par Todd Haynes.

En 2015 il signe "Les Marvels", qui à l’instar des ses précédents ouvrages, mêle écriture et dessins au crayon.

Brian Selznick partage sa vie entre Brooklyn, à New York et San Diego, en Californie, avec son compagnon David Serlin.

son site : http://www.theinventionofhugocabret.com/index.htm
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Brian Selznick   (14)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (20) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Baby Monkey, Private Eye book trailer


Citations et extraits (125) Voir plus Ajouter une citation
Je m’imagine que le monde est une machine géante. Tu sais, dans les machines, il n’y a pas de pièces en trop. Elles ont exactement le nombre et le type de pièces qui leur sont nécessaires. Alors, je me dis que, si l’univers entier est une machine, il y a bien une raison pour que je sois là. Et toi aussi tu as une raison d’exister.
Commenter  J’apprécie          380
"Nous sommes tous au fond d'un trou, mais certains regardent les étoiles."
Commenter  J’apprécie          350
- Tu as remarqué que toutes les machines sont créées dans un but précis? demande-t-il à Isabelle. Elles sont conçues pour nous amuser, comme cette souris ; pour donner l'heure, comme les horloges ; pour nous émerveiller, comme l'automate. C'est peut-être ce qui m'attriste quand je trouve une machine cassée. Qu’elle ne soit plus en état de remplir sa fonction.
Isabelle prend la souris, la remonte de nouveau et la pose.
- Au fond, c'est peut-être pareil pour les gens, continue Hugo. Quand ils n'ont plus de but dans la vie... en un sens, ils sont cassés.
Commenter  J’apprécie          200
Une nouvelle idée lui est venue quand il a lu qu'Houdini pouvait traverser des murs de briques. Victor était sûr d'y arriver aussi. Il a d'abord essayé en avançant lentement jusqu'au mur du salon puis en poussant de toutes ses forces pour s'y enfoncer. Sans résultat. Ensuite, il a reculé à l'autre bout de la pièce pour prendre son élan et s'est précipité dans le mur. Il a failli cassé la lampe, la table, quelques tableaux, et se fracturer le nez... mais il n'est pas passé au travers. Plus tard dans la soirée, après plusieurs heures de tentatives infructueuses, Victor s'est enfin retrouvé de l'autre côté du mur. En passant par la porte.
Commenter  J’apprécie          150
Quand je regarde cette assemblée, je tiens à vous dire que je ne vois pas une salle remplie de Parisiens en hauts-de-forme, parrures de diamants et robes de soie. Je ne vois pas de banquiers, de ménagères, ni de commis. Non. Je m'adresse ce soir à ce que vous êtes vraiment : des sorciers, des sirènes, des voyageurs, des aventuriers, des voyageurs, et des magiciens.

Vous êtes d'authentiques rêveurs.
Commenter  J’apprécie          150
S'il est pénible d'échouer, il est bien pire de ne jamais avoir tenté de réussir.
Commenter  J’apprécie          161
si tu te demandes parfois d'où viennent les rêves que tu fais la nuit, regarde bien autour de toi. C'est ici que nous les créons.
Commenter  J’apprécie          150
Au cours des années qui suivirent, tu rencontreras des artistes, des scientifiques, des rêveurs, tu te lanças dans de longues discussions et des correspondances pleines d'enthousiasme avec des auteurs et des philosophes. Dans un sens, je pense que cela te sauva la vie... et je vais te confier un secret : c'est précisément dans ce but que je t'avais soufflé ton rêve.
Page 70
Commenter  J’apprécie          120
-Un jour, j'ai joué Lady Capulet dans Roméo et Juliette.C'était dans une école de garçon, où il n'y avait pas de filles.
-Oui, c'est une vieille tradition.Ensuite, Billy m'a appris que quand les théâtres ont été édifiés aux XVIIIe et XIXe siècles, des marins aidaient à les construire et à les équiper du système qui permettait de monter et de descendre les décors.Tu savais ça ?
-...Parce que les marins n'avaient pas peur de monter tout en haut, qu'ils savaient utiliser les cordages et faire des noeuds ?
-Exactement.Tu as bien écouté.C'est pourquoi il y a dans le vocabulaire théâtral anglais des mots qui sont empruntés à ceux de la marine.
Commenter  J’apprécie          100
Un vrai coup de coeur! Deux récits se chevauchent, aux univers sensoriels distincts qui finissent par se rejoindre. L'alternance de textes et d'images offre une lecture surprenante.
Ne pas se laisser avoir par l'épaisseur du livre, ni l'aspect ''austère'' des dessins, il se lit d'une traite, en peu de temps. Et avec beaucoup d'émotion.
Je le conseille, ne serait-ce que pour goûter la sensation de lire en ayant l'impression de regarder un film en noir et blanc, dont la bande sonore nous arriverait assourdie...
Commenter  J’apprécie          100

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Brian Selznick (976)Voir plus

Quiz Voir plus

Le grimoire d'Elfie, tome 1 : L'île presque

Quel est le présom de la grande soeur

Delphine
Louette
Elfie

8 questions
41 lecteurs ont répondu
Thème : Le grimoire d'Elfie, tome 1 : L'île presque de Audrey AlwettCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..