AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.49 /5 (sur 1607 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Cannes , le 17/03/1956
Biographie :

Brigitte Aubert est un écrivain français de romans policiers.

Elle grandit au cœur du Festival international du cinéma : ses parents exploitent le cinéma "Olympia". Après l'obtention d'une maîtrise en droit du travail, à la Faculté de Nice, elle entre, en 1977, dans l'exploitation cinématographique comme programmatrice art et essai à l'UGC Méditerranée, profession qu'elle continue d'exercer à l'heure actuelle.

Dès 1982, elle devient scénariste/dialoguiste et productrice pour une maison de courts métrages, RN7 productions.

En 1984, elle participe au concours de nouvelles organisé par Série Noire et TF1, et sa nouvelle "Nuits noires" est alors primée et éditée dans le recueil "Les contes des neuf et une nuits." Elle publie par la suite plisueurs romans, maîtrisant avec la même aisance de nombreux genres : suspense psychologique, aventure, espionnage, épouvante.

Elle a également écrit de nombreux romans pour un public plus jeune en collaboration avec Gisèle Cavali.

Elle obtient le Grand prix de Littérature Policière en 1997 pour "La Mort des bois" et ses livres sont traduits dans plus de dix-sept pays.

Son roman "Transfixions" (1998) a été adapté pour le cinéma (2001) sous le titre "Mauvais genres", par Francis Girod, scénario et dialogues de Philippe Cougrand.

+ Voir plus
Source : FNAC
Ajouter des informations
Bibliographie de Brigitte Aubert   (50)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

La chronique de Carole S - Funerarium Notre chroniqueuse du jeudi, Carole S. ne connaissait pas les ouvrages de Brigitte Aubert avant de lire "Funeraium" (éditions Points). Et on peut dire que notre serial-lectrice est tombée sous le charme de ce thriller...


Citations et extraits (285) Voir plus Ajouter une citation
Pecosa   21 octobre 2019
Projections macabres de Brigitte Aubert
Un journal coupé en morceaux n'intéresse aucune femme, alors qu'une femme coupée en morceaux intéresse tous les journaux.

Tristan Bernard.
Commenter  J’apprécie          313
Brigitte Aubert
genou   07 juillet 2013
Brigitte Aubert
Est-ce que l'espèce humaine aurait survécu si elle n'avait pas connu la peur ? Et donc la prudence ? Et donc la ruse ?
Commenter  J’apprécie          290
Pecosa   21 novembre 2018
La rose de fer de Brigitte Aubert
Une phrase de Boileau-Narcejac me revint en mémoire, à propos de l'impossibilité d'utiliser de nos jours le thème des jumeaux dans une intrigue policière, tant il était éculé.
Commenter  J’apprécie          210
collectifpolar   28 novembre 2021
Le chant des sables de Brigitte Aubert
Omar s’était plongé dans la lecture d’un vieux numéro de National Geographic et contemplait avec délice la faune marine des Caraïbes. Il n’avait jamais vu la mer ailleurs qu’à la télé et, en fils du désert, l’idée d’étendues de sable où on se laissait rôtir au soleil lui semblait totalement incongrue. Tournant la page, il tomba sur une publicité pour du rhum blanc et se transporta une fois de plus dans son fantasme préféré : la barbe rasée, en short et en tee-shirt, comme l’homme sur la photo, il sirotait un verre d’alcool à la terrasse d’un grand hôtel en regardant des filles à moitié nues nager dans les vagues. Il avait bien essayé de s’imaginer en maillot, mais il se sentait mal à l’aise à l’idée de se montrer à des femmes, lui que seul ses camarades de l’armée avaient entrevu à demi dévêtu.
Commenter  J’apprécie          00
collectifpolar   28 novembre 2021
Le chant des sables de Brigitte Aubert
’alcool ? Personne chez lui n’en avait jamais bu, sauf un de ses oncles, qui avait vécu en Turquie. Un de ses professeurs d’université lui avait promis de l’emmener au bord de la mer Caspienne, la prochaine fois qu’ils iraient passer le week-end à Ramsar. Mais pas question de siroter du rhum en lorgnant les filles. Hommes et femmes se baignaient séparément, les femmes ne quittant bien sûr jamais le hidjab, le foulard islamique. Il soupira et passa à la page suivante, où une jolie blonde à grosse poitrine nageait avec un dauphin.
Commenter  J’apprécie          00
collectifpolar   28 novembre 2021
Le chant des sables de Brigitte Aubert
Cinq parallélépipèdes évoquant de gros morceaux de sucre candi. Roman se pencha de nouveau sur le premier. Oui, c’était bien des entailles, régulièrement disposées de part et d’autre de l’arête centrale. Sortant son carnet, il en recopia le motif, puis il passa au bloc suivant. Là encore, des entailles de chaque côté de l’arête, alternance de stries parallèles et de petits trous ronds. Il nota que les stries, des barres d’environ quatre centimètres, étaient tantôt horizontales, tantôt inclinées vers la droite ou vers la gauche.
Commenter  J’apprécie          00
collectifpolar   28 novembre 2021
Le chant des sables de Brigitte Aubert
Ils contemplèrent quelques secondes les araignées velues. Leurs poils blancs accrochaient la lumière et elles reculaient vivement, se dressant parfois sur leurs pattes arrière, en posture d'attaque, pédipalpes tâtant l'air, crochets prêts à s'enfoncer dans une peau tendre pour y injecter la rubotoxine, cette protéine qui peut entraîner un arrêt cardiaque. Curieusement, seuls les primates - l'homme et le singe - sont sensibles à leur venin, les autres mammifères étant apparemment immunisés
Commenter  J’apprécie          00
collectifpolar   28 novembre 2021
Le chant des sables de Brigitte Aubert
Pendant qu’Omar, Uul, Vlad et Li s’activaient autour du motor-home, Ian et Tatiana s’étaient rendus dans la maisonnette où avaient péri les enfants. Debout près du minibus, Roman entendait leurs voix basses et tendues. Matteo Salvani, assis sur son sac de voyage, caressait un jeune chiot sous les regards méfiants du reste de la meute. Antoine d’Encausses fumait sa pipe, l’air morose. Leila, elle, continuait à prendre des photos, déambulant lentement d’une scène de crime à l’autre.
Commenter  J’apprécie          00
collectifpolar   28 novembre 2021
Le chant des sables de Brigitte Aubert
Roman, le braqueur. Roman, le tueur. À dix-neuf ans. Un tueur. Qui risquait la peine de mort. Et qui avait eu de la chance. Quinze ans de réclusion. Il n’avait pas voulu tirer, il avait juste riposté aux coups de feu affolés du jeune gendarme. Il n’avait pas visé. La balle avait donné la mort d’elle-même. Elle avait traversé la poitrine de l’homme étendu, Luc Joubert, vingt-huit ans, marié, deux enfants, était allée se ficher dans une voiture garée là, une 404 grise.
Commenter  J’apprécie          00
collectifpolar   28 novembre 2021
Le chant des sables de Brigitte Aubert
Le vent s’était levé, soulevant des tourbillons de poussière ocre. Roman ramena un pan de son écharpe devant son visage émacié et buriné. Il était temps de regagner le camp avant que la tempête se déchaîne, ensevelissant tout sous un nuage de sable aussi piquant qu’un essaim d’abeilles. Il redescendit le long de l’éperon rocheux où il s’était juché pour contempler le panorama, les cailloux roulant sous ses bottes éculées.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Lecteurs de Brigitte Aubert (1567)Voir plus


Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Le couturier de la mort" de Brigitte Aubert.

Quel chien a la petite vieille de la ruelle au début du roman ?

un teckel
un caniche
un yorshire

10 questions
0 lecteurs ont répondu
Thème : Le couturier de la mort de Brigitte AubertCréer un quiz sur cet auteur

.. ..