AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.08 /5 (sur 31 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Professeur de philosophie et romancière française

"Voyage en Pays Oblique"
2002 "Les Voix du Silence"
2004 "Née à 32 ans"
2003 "Chate-moi, mon amour"
2007 "Mémoires d'écume"
2009 "L'aiguillage de la Tangente"
2012 "Le Cri du Yéti"
2013 "102670, Talion"

Site : http://brigitteguilbau.blog4ever.com/
Facebook : https://fr-fr.facebook.com/brigitte.guilbau

Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
nathavh   25 octobre 2020
Un papillon sur la banquise de Brigitte Guilbau
Le bonheur n'existe qu'en nous, et nulle part ailleurs. Nous avons beau courir pour le trouver dans des instants fugaces avec les autres, s'il ne croît pas en nous, il est un leurre. La porte ne s'ouvre que de l'intérieur.
Commenter  J’apprécie          30
Camille_Pixie   20 juin 2016
La quatrième fée de Brigitte Guilbau
Je veux que cette troisième fée dérape et se casse la gueule, je veux qu'elle aille voir ailleurs après un autre pigeon. Je veux que la vie de mon fils continue.
Commenter  J’apprécie          30
gabrielleviszs   18 décembre 2016
La quatrième fée de Brigitte Guilbau
– Le silence, Nat, il n’y a rien de pire. Aujourd’hui, tu vis un drame et je sais bien que nous avons tous tendance à penser que nos malheurs sont plus importants que ceux des autres mais tu reproduis les mêmes jugements à l’emporte-pièce. C’est à ce que ta fille aurait souhaité que tu dois réfléchir. Tu as quelque part la chance de vivre dans un pays où tes choix seront respectés même si ça n’aidera personne mais tu peux aussi utiliser la chirurgie moderne pour soutenir, aider et offrir la vie à ceux qui ont cette chance de pouvoir la recevoir. C’est vrai que c’est un vrai déluge et on sera tous éclaboussés avec les choix que tu feras. Si un jour tu es disposée à te mouiller, dis-le-moi.
Commenter  J’apprécie          10
Camille_Pixie   20 juin 2016
La quatrième fée de Brigitte Guilbau
Elle est déjà là, la liberté de l'homme dans la désobéissance.

Savoir désobéir !

Dire "non" pour être en harmonie avec ses considérations, en sybiose avec son devenir.

Natasha en était convaincue.
Commenter  J’apprécie          20
lilym.book   27 octobre 2015
Mémoires d'écume de Brigitte Guilbau
"

« Et c’est ainsi que la petite sirène se transforma en

écume… »



La fin de l’histoire est-elle triste ?

Oui, si l’on associe le dénouement à la fracture ou à la mort, la séparation à jamais. L’écume, lugubre, devient alors cris, plaintes, suppliques d’où tentent

désespérément de s’échapper de fiévreux spectres.



Si l’écume reste frivole et roule loin des obsèques aux exhalaisons de soufre, elle n’est alors qu’un frou-frou, une allégresse, une métaphore où l’ensorceleuse sirène devient plaisante et rassurante, pétillante et libre.

Curieux sentiment, au souvenir de mon enfance, où je me revois, heureuse, sautant dans les vagues, fracassant avec bonheur l’écume mourant sur le rivage, sabrant le ressac en riant. Ai-je donc ainsi tué des esprits de sirènes ?

Sans le savoir ? Avec l’étourderie de l’innocence, dans la joie de l’instant ? Aurions-nous si peu de clairvoyance au point de disloquer ainsi, en nos plongées impertinentes, leurs mémoires englouties ?"
Commenter  J’apprécie          00
gabrielleviszs   18 décembre 2016
La quatrième fée de Brigitte Guilbau
La femme, en devenant sa femme doit oublier qu’elle a été capable un jour de penser par elle-même. Elle doit se comporter en subalterne qui supporte les corvées et trouve cela normal, écoute les conseils ou les plaintes avec sagesse et soutient le repos du guerrier. Sinon, c’est pas une épouse ! Logique. Fastoche ! Et si c’est pas une épouse, ça devient quoi ?



Tout aussi fastoche: ça devient une maîtresse envisageable car c’est bien connu que la femme qui n’appartient pas à un seul homme est une femme facile et si elle se refuse, c’est une pétasse ! Il y a celles qu’on désire et celles qu’on épouse ! Celles qu’on attrape et les autres sont forcément des frustrées. Elle n’est pas d’accord ? Ah, mais ça, la société - comprenez société masculine qui érige les lois et les applique- n’en a cure. C’est comme ça et puis c’est tout !
Commenter  J’apprécie          00
gabrielleviszs   18 décembre 2016
La quatrième fée de Brigitte Guilbau
Beau réagit immédiatement à ses injonctions et fila vers le premier obstacle. Chelsea lui murmurait ses ordres. La fusion entre la femme et son cheval était totale. Beau l’écoutait, ses oreilles se rabattaient légèrement en arrière quand elle disait un mot, il n’en fallait pas plus. Ils avaient des codes précis entre eux et il suffisait parfois d’un claquement de langue ou d’un « oui » murmuré... Elle sentait la foulée s’allonger. Beau doubla le premier cheval sur l’extérieur et le laissa sur place, puis, l’encolure projetée, il dépassa les deux autres au pied de la colline. Beau amorça la remontée comme s’il était doté d’une énergie sans bornes. Chelsea était au paradis, un paradis de naseaux frémissants, de bruits de galops, de respirations saccadées, simultanées entre le cavalier et son cheval. D’osmose parfaite.
Commenter  J’apprécie          00
Aglae64   14 mai 2017
Mémoires d'écume de Brigitte Guilbau
Pour les enfants, tout est tellement important, tout a tant de valeur !

Ils connaissent intuitivement la différence entre l'essentiel et l'accessoire, le primordial et le minime, ils regardent ce que nous ne faisons que voir. Ils rient de la mousse dans l'évier, de faire pipi dans l'eau du bain, de jouer avec leurs orteils, de mettre leurs doigts tout gras sur nos verres de lunettes en faisant "Bouh !" quand nous sommes concentrés par notre lecture d'adulte. Et elle nous semble tellement importante cette lecture que nous n'avons pas vu l'oiseau décrire ses cercles dans le ciel qui n'a pas de panneau de signalisation et ne nous sommes pas inquiétés de savoir s'il retrouverait ses petits.

La mousse dans l'évier et le pipi tout chaud qui coule sur nos cuisses dans le bain ne nous amusent plus et il y a longtemps que nos orteils ne servent plus à porter un chips à notre bouche et que nos lunettes ne lisent plus que des factures.
Commenter  J’apprécie          00
nathavh   25 octobre 2020
Un papillon sur la banquise de Brigitte Guilbau
Parce que l'amour, se disait-elle, quand il n'a plus de puissance et de raison d'être, c'est comme bouffer du carton en disant que c'est du steak. C'est dégueulasse, et on se demande si finalement on a, un jour, eu quelque chose dans son assiette.
Commenter  J’apprécie          10
IdeesLivres   30 janvier 2020
Jörg Oeuil de Brigitte Guilbau
– On lui donne un nom et c’est tout ! […]

Jörg Oeuil retourna le chat sur le dos dans ses bras et écarta la queue.

Jules demanda :

– Que fais-tu ?

– Pour le prénom…

- Tu penses que c’est tatoué sur son cul ?

– Mais non, Jules, tu es insupportable, je veux connaître son sexe.

Le jeune homme bougea les doigts sur la fourrure, vérifia et se tut. Il cherchait un prénom. Son mutisme énerva Jules.

– Alors, c’est quoi ?

– À ton avis ?

– Ah non, ne me dis pas ça !

– Je ne le dis pas.

– Une filoute, il ne manquait plus que ça. Ah, on fait une fine équipe tous les trois. Un épouvantail, une femmelette et maintenant une femeu, une gamoss, une gazelle.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

la Promesse de l'aube de Romain Gary

En quel lieu Romain Gary a-t-il rédigé ces souvenirs?

Big Sur
Tanger
Bordighera
une île suédoise

10 questions
304 lecteurs ont répondu
Thème : Romain GaryCréer un quiz sur cet auteur

.. ..