AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.75 /5 (sur 12 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Marseille , le 26/8/1955
Biographie :

Après quelques recueils de poésies, un livre jeunesse et un premier roman L'aigo Boulido ; mon roman "Sakura les fleurs de l'éphémère" édité par Sudarènes a été "Coup de coeur RCF Méditerranée" 2009 et a fait l'objet d'une interview filmée par le conseil général du Var en 2010 lors de la fête du livre de Toulon.
Je suis par ailleurs, membre du comité de lecture de la Médiathèque de Bandol. Productrice d'émissions Radio, sur RCF Méditerranée(105.1 et internet), j'anime, également, une émission de vingt cinq minutes avec la philosophe et prof de fac Laurence Vanin Verna. Cette émission, qui s'appelait "Pensées Sensées" (à présent en double CD : à commander moyennant 10 euros aux Editions RCF Méditerranée 68 Impasse de Beaulieu 83100 Toulon) en partenariat avec les librairies Charlemagne,a changé de nom "Rue des Sages".
Cette émission reprend pour la 3° année consécutive.
Les horaires restent à préciser.
+ Voir plus
Source : autobiographie
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Retrouvez l'interview de Brigitte Lascombe lors de sa venue à la Fête du livre du Var 2010


Citations et extraits (36) Voir plus Ajouter une citation
brigittelascombe   10 décembre 2010
Sakura : Les fleurs de l'éphémère de Brigitte Lascombe
Extrait

Là-bas, la terre a des couleurs d'écorce. Des milliers de pas blancs la foulent chaque jour. Ce sont les soques des geishas du quartier de Gion Kobu.

Au coeur du printemps, les bras des cerisiers vibrent doucement au rythme de la musique du vent.Ils sèment leurs pétales de soie aux pieds des promeneurs.

Un simple pont de bois aux jointures grinçantes enjambe une rivière. Les bambous assoiffés, trempent leurs racines emmêlées dans l'eau claire. Ils abritent une grande maison austère à la façade défraichie.

Courbé au sein des herbes folles, un homme entre deux âges, efflanqué, les doigts perclus d'arthrose, active le four avec du petit bois. Il vit de ses mains, mais elles le trahissent. Fatigué, il se penche vers le tas d'argile, y plonge religieusement les paumes et scelle chaque fissure du four à la barbotine. L'air s'emplit d'une senteur de résine. La chaleur monte enfin. Du revers de sa manche, il essuie son front emperlé de sueur. Du rebord de sa veste, il frotte les verres de ses lunettes fendus et embués. Un sourire furtif éclaire enfin son visage. Il est potier comme son père. Comme le père de son père. Il est potier depuis la nuit des temps.

Puis, il attend, assis en tailleur, dans l'allée du jardin à l'abandon où foisonnent les iris en fleurs. Il attend la fin de la cuisson des pièces enfournées. Tel un moine zen, il se réfugie dans son silence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
andman   14 août 2013
Sakura : Les fleurs de l'éphémère de Brigitte Lascombe
"Au seuil de l'hiver

L'amour espère toujours.

Ultimes frissons."
Commenter  J’apprécie          150
brigittelascombe   09 décembre 2010
Sakura : Les fleurs de l'éphémère de Brigitte Lascombe
Extrait

"L'étoffe blanche enrobant ses épaules laisse entrevoir ça et là quelques parcelles de peau nue.Peau claire, signe de distinction. Peau délicate et parfumée.Elle joue de son éventail. Peau d'ange. L'ange gaine ses jambes de soie. Edo, la séductrice. Edo la femme enfant aux rêves futuristes prend des poses lascives. Son regard innocent ancré sur le passé semble plus lourd et me trouble plus que de raison.Impudique, elle soulève les pans de son kimono broché. Je sursaute, piqué à vif. Je me penche. Mon doigt effleure sa nuque élancée, frôle son cou de cygne. Je défais la large obi qui enserre sa taille. Mon visage s'approche, impatient. Son chignon complexe se déroule. Mèches folles, cheveux épars qui faseyent comme une immense voile sous les baisers froids du petit jour. Elle prend peur soudain. Elle se dérobe. Elle fuit et je crains la perdre.

-Je suis Tokyo me lance-t-elle haletante, laisse moi. Tu n'es qu'un voleur d'âme.

Elle court. Elle pleure. Elle cache son corps sous un rideau de pluie. Elle foule par inadvertance les pétales duveteux d'avril. Les yeux voilés de poussières d'étoiles, la chevelure piquée d'iris, elle enjambe les rives de la Sumida pour rejoindre l'ailleurs.

Tokyo cosmopolite, un peu Paris, un peu New York, se colore et se farde. Etrange patchwork! Ses quartiers s'imbriquent comme les pièces d'un puzzle. Ses tours pointent jusqu'à toucher le ciel du doigt pour partir sur orbite."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
brigittelascombe   11 décembre 2010
Sakura : Les fleurs de l'éphémère de Brigitte Lascombe
"En tout un chacun

Coule une source d'eau vive.

L'entends tu chanter?"
Commenter  J’apprécie          120
brigittelascombe   10 décembre 2010
Sakura : Les fleurs de l'éphémère de Brigitte Lascombe
Le miel de l'enfance

Se butine au fil des jours.

Douceur du cocon.
Commenter  J’apprécie          100
brigittelascombe   11 décembre 2010
Sakura : Les fleurs de l'éphémère de Brigitte Lascombe
Extrait

"Mère et moi vivions en parfaite harmonie.

Une simple minka au toit de chaume, comme un cocon tissé, nous enveloppait de son aura bienfaisante. Somme toute ordinaire, vue de l'extérieur, chacune de ses pièces s'ouvrait sur un patio central fleuri de magnolias. Mes jeunes yeux percevaient le sens sacré de ce lieu. Comme le bambou qui plie mais jamais ne se casse, nous résistions à la violence des vents du dehors. Préposé jardinier, je taillais chaque massif au ciseau comme les facettes d'une lune diamantée. Ondes suaves et parfumées se distillant au coeur du jardinet.

Dans ce puits de lumière, les rayons jouaient avec les ombres pour mieux les sculpter. Une merveille!

Dans ce havre de paix, je démêlais jour après jour les vagues d'un océan de pierres. Comme pour y graver ces mots:'Le sage se contente de ce qu'il a.'

Formes visibles et invisibles à la présence intense et pourtant cachée, les rochers étaient îles. L'énergie du 'ki', originelle et créatrice de l'univers, pénétrait les pleins et les vides pour s'immiscer dans chaque cellule de mon corps.

A la fois fort et fragile,d'ici et d'ailleurs,je m'asseyais à même le sol,les jambes en tailleur,sous l'unique cerisier aux allures de parapluie géant.Protégé de tout et de tous,je peignais,je peignais,peignais..."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
brigittelascombe   14 décembre 2010
Sakura : Les fleurs de l'éphémère de Brigitte Lascombe
Une main sur mon ventre rempli de promesses, je me remémorais quelques lignes écrites dans mes années 'poésie'. Ca disait quoi déjà? Oui: "Les oiseaux migrateurs, ces gracieuses cigognes au long bec, se sont posées au faite des palais roux de Marrakech. Sur un lit de brocard bleu, leurs palmes agiles ventilent les nids en attente d'éclosion. "

Voilà la carte postale, qui a cueilli mes rêves neuf mois durant. Et après. L'accouchement. Difficile. A hurler. Et ce foutu cordon. Pas un cri. Juste le silence. L'agitation des soignants. L'affolement. La consternation. Et les pleurs. Et la souffrance qui te tenaille et enfonce sa lame dans tes entrailles. Et les insomnies.

Ne restez pas sur un échec, nous a encouragés Philibert, paternaliste. Réessayez!

Et te voilà ma Pauline. Un sacré coup du sort! Un an jour pour jour après notre pauvre Ti-Paul!
Commenter  J’apprécie          40
Brigitte Lascombe
brigittelascombe   07 décembre 2012
Brigitte Lascombe
http://rcfmed.net/sons/fetelivre/12-11-17-RCF_Marek_Halter.mp3



Interview de Marek Halter par Brigitte Lascombe lors de la fête du livre du Var 2012 dont une partie a été restransmise dans les infos matinales de RCF Méditerranée.
Commenter  J’apprécie          50
brigittelascombe   05 décembre 2010
Sakura : Les fleurs de l'éphémère de Brigitte Lascombe
Envol de pétales

Sur le fil de l'éphémère.

Sacre du printemps!
Commenter  J’apprécie          60
andman   28 janvier 2013
Sakura : Les fleurs de l'éphémère de Brigitte Lascombe
Il faisait froid. Il faisait triste. Le petit jour en cache-nez de brume, sautillait d'un pied sur l'autre pour me réchauffer, tenant serré entre ses paumes, le pâle soleil naissant. Les falaises, insolentes, se moquaient sans doute de cette danse de Saint-Guy, mais les barques s'entrechoquaient pour signer la tempête.
Commenter  J’apprécie          40

Auteur membre de Babelio voir son profil
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Centenaire Romain Gary - un titre Folio à gagner !

En quelle année est né Romain Gary ?

1914
1924
1954
2014

6 questions
488 lecteurs ont répondu
Thème : Romain GaryCréer un quiz sur cet auteur