AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.34 /5 (sur 37 notes)

Nationalité : Canada
Né(e) : 1966
Biographie :

Née en 1966 sur la rive-sud de Montréal, Brigitte Pilote est titulaire d'une maîtrise en études littéraires à l'UQAM. Elle a été rédactrice, puis recherchiste et auteure dans le domaine de la production télévisuelle. Elle se consacre désormais à l'écriture de fiction.

Source : Stanké
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Brigitte Pilote en entrevue avec la Bouquineuse boulimique La Bouquineuse boulimique rencontre l'auteure Brigitte Pilote dans le cadre du Salon du livre de Québec 2012.

Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
Cielvariable   13 janvier 2019
Mémoires d'une enfant manquée de Brigitte Pilote
On ne naît pas enfant, on le devient. Suffit de laisser les grandes personnes faire leur boulot. En quelques années, le mal est fait, car tout se joue avant six ans, dit le livre de maman.



Je ne suis pas une enfant. Je n’ai rien en commun avec eux, à part l’âge.



Je veux devenir un grand homme comme Jésus Christ et Jacques Cartier, parce que le pire dans la vie, c’est d’être une ratée: une écrivaine ratée, une potière ratée ou une mère ratée, si c’est le seul métier qui s’offre à toi.



«Jacques Cartier cherchait un passage vers les Indes, nous dit la maîtresse, lorsqu’il découvrit notre pays.» Alors les sauvages qu’il aperçut sur les berges du Saint-Laurent sont devenus les Indiens.



Quelque chose ne tourne pas rond avec Jacques Cartier. Je demande à notre maîtresse comment il a pu découvrir notre pays si les Indiens étaient ici avant lui. La voilà qui fouille dans la pile de ses connaissances en prenant soin de ne rien déplacer: son beau visage se contracte sous l’effort, je l’observe étirer nerveusement son chandail pour le lisser même si aucun pli ne le traverse parce qu’il est en Fortrel, la nouvelle matière infroissable qui ravit les ménagères, dit l’annonce à la télévision. Ce simple geste l’a vraisemblablement aidée à réfléchir, car elle répond à ma question.



«Des documents doivent attester les découvertes, Jeanne, ça ne se fait pas n’importe comment. Les Indiens n’écrivaient pas, tandis que Jacques Cartier tenait un journal de bord.»



Notre maîtresse aime faire flèche de tout bois et elle enchaîne:



«Savoir écrire est très important dans la vie. Vous allez maintenant écrire quelques lignes pour me présenter votre maman.»



Autour de moi les enfants ouvrent leur cahier et s’attellent à la tâche. Pour eux, la maîtresse est Dieu le Père et sa parole est loi: ma mère est, ma mère a, ma mère fait: ils se tortillent sur leur chaise pour mieux expulser leurs idées.



Je reste là à fixer le vide, car parmi les choses que je sais se trouve cette vérité: ma mère est impossible à décrire en quelques lignes. Je n’essaie même pas. Pour le moment, la maîtresse me laisse faire parce qu’elle croit que je réfléchis lorsque j’appuie mon crayon sur mon nez, la mine vers le haut. C’est son boulot de stimuler les enfants, même ceux qui ne feront jamais rien de bon.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Cielvariable   13 janvier 2019
Mémoires d'une enfant manquée de Brigitte Pilote
«Les temps sont durs pour les écrivaines, m’a dit un jour maman, regarde à quel point Mado en arrache avec ses livres, personne n’en veut, elle sacrifie tout à son art et ne connaîtra pas le bonheur d’être mère. Elle est raide pauvre et doit quêter de l’argent à Lucien pour s’acheter des bas de nylon, ce n’est pas une vie, de toujours dépendre d’un homme.»



J’ai répondu à maman que chez nous aussi c’est papa qui paie tout parce qu’elle ne travaille pas et son visage a vite tourné à l’orage: «Jeanne, ne dis plus jamais que les mères ne travaillent pas, elles travaillent sans arrêt, elles sont débordées. Regarde la tonne de vaisselle dans l’évier, le panier à linge plein à ras bord et quand je t’explique des choses comme en ce moment, je m’occupe de toi, c’est du travail. Les mères travaillent tout le temps, le problème c’est qu’elles ne sont pas payées pour le faire.»



Ma mère n’aime pas le beau et le propre comme les autres mères. Elle préfère nettement passer son temps à refaire le monde avec ses amies Mado l’écrivaine et Monique la potière.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaoui   22 juin 2015
Motel Lorraine de Brigitte Pilote
Le confort est pour tout le monde de nos jours. Pourvu que vous puissiez vous les offrir, elles sont à vous, ces merveilles qui cuisent, malaxent, défroissent, lavent et aspirent.
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaoui   22 juin 2015
Motel Lorraine de Brigitte Pilote
On n’était pas du même monde, mais l’amour de la musique nous unissait. Sauf qu’il y a des choses qui ne s’oublient pas.
Commenter  J’apprécie          30
Elo-Dit   20 octobre 2017
Motel Lorraine de Brigitte Pilote
"Trente années vécues sous l'emprise de la haine de soi, du désoeuvrement et de la frustration, faute d'avoir pu croiser plus tôt sur sa route une personne capable de le voir autrement qu'en vaurien qui finirait toujours par décevoir."
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaoui   22 juin 2015
Motel Lorraine de Brigitte Pilote
Les temps ont changé. Les Africains-Américains doivent maintenant prendre part à la parade : c’est le labeur de leurs ancêtres qui a fait le coton roi.
Commenter  J’apprécie          20
Vivrelivre   26 septembre 2017
Motel Lorraine de Brigitte Pilote
Malgré les admonestations paternelles, Lonzie avait refusé que sa vie fût dictée par le sifflet de l’usine ou les caprices des grands propriétaires terriens du compté, comme son père qui s’était épuisé à cultiver un petit lopin de terre et à nourrir du bétail qui ne lui appartiendraient jamais. De l’autre côté de l’océan, L’Afrique entière se réveillait, avait appris Lonzie. Il était grand temps que leurs frères d’Amérique en fassent autant.

Il s’était révolté très jeune à l’idée d’étouffer sans la cage fétide de la pauvreté au milieu d’un océan d’opulence. Dans sa « Lettre de la geôle de Birmingham », c’étai en ces termes que Martin Luther King avait décrit la situation déplorable dans laquelle restait enlisée la grande majorité des vingt millions de Noirs américains, cent ans après l’abolition de l’esclavage.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   22 juin 2015
Motel Lorraine de Brigitte Pilote
Si la vie vous donne des largesses que vous n’avez pas demandées et vous refuse ce que vous voulez plus que tout, le mieux, c’est de faire comme si vous aviez vraiment désiré ce que vous réussissez à avoir sans trop de peine et de vous en contenter.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui   22 juin 2015
Motel Lorraine de Brigitte Pilote
Comment faire confiance à une femme qui n’aime pas les animaux, et pas davantage les hommes, à qui elle distribue ses fausses promesses de lendemains qui chantent ?
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui   22 juin 2015
Motel Lorraine de Brigitte Pilote
Quand j’avais ton âge, on se comptait chanceux d’avoir à manger, on ne se faisait pas prier pour finir notre assiette. Tout le monde mangeait à sa faim.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Littérature québécoise

Quel est le titre du premier roman canadien-français?

Les anciens canadiens
La terre paternelle
Les rapaillages
L'influence d'un livre
Maria Chapdelaine

18 questions
160 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature québécoise , québec , québécoisCréer un quiz sur cet auteur

.. ..