AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.4 /5 (sur 121 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Brigitte Varel est l'une des rares romancières françaises à s'être fait une spécialité du genre, le suspens.

Profitant d'un repos forcé, elle écrit pour le plaisir un premier roman qui rencontre un vrai succès. Forte de cette heureuse expérience, elle récidive avec "Un village pourtant si tranquille", "Les Yeux de Manon", "Emma", "L'Enfant traqué" (prix de l'Oisans 2000), "Le Chemin de Jean" et "L'Enfant du Trièves", et "Le Déshonneur d'un père" qui témoignent tout de ces ambiances troubles et inquiétantes que la jeune romancière affectionne.

Ses sujets de prédilection : les enfants, dont la maturité la fascine, les coïncidences qui n'en sont pas et le paranormal.

Brigitte Varel place ses personnages dans ce Trièves où elle a grandi. Situé en Dauphiné, ce pays verdoyant, que le monde moderne semble avoir oublié, est déjà teinté de couleurs provençales. Il est l'âme et le cœur de cette romancière pleine de talent.
+ Voir plus
Source : http://www.pressesdelacite.com
Ajouter des informations
étiquettes
Citations et extraits (36) Voir plus Ajouter une citation
genou   11 août 2015
L'enfant traqué de Brigitte Varel
Une chose lui était nécessaire, la solitude, la grande solitude intérieure, pour rassembler ses forces et entendre à nouveau en elle des notes manquantes.
Commenter  J’apprécie          201
kielosa   08 septembre 2019
Un village pourtant si tranquille de Brigitte Varel
Ce n'est pas la souffrance de l'enfant qui est révoltante en elle-même, mais le fait qu'elle ne soit pas justifiée.



Camus



(Page 7).
Commenter  J’apprécie          140
ladesiderienne   25 juin 2013
Une vérité de trop de Brigitte Varel
J'ai décidé de quitter la compagnie des hommes lorsque j'ai compris qu'ils ne rempliraient jamais ce vide qui m'aspire chaque jour.

"Quitter la compagnie des hommes" est à prendre au figuré. Je n'ai ni l'âme, ni le courage d'un suicidaire, même si l'idée d'en finir m'a taraudé.
Commenter  J’apprécie          130
ladesiderienne   04 octobre 2012
Un village pourtant si tranquille de Brigitte Varel
S'il vous arrive un jour d'emprunter la route du Midi en passant par Sisteron, vous traverserez la magnifique région du Trièves, pays des quatre saisons, situé à une quarantaine de kilomètres au sud de Grenoble. Sans aucun doute charmé par la splendeur du paysage, vous ne manquerez pas de vous attarder dans cette contrée aux avant-goûts de Provence, et peut-être arriverez-vous, émerveillé, jusqu'à ce petit village de moyenne montagne.

Alors, arrêtez-vous aux premières maisons et tentez de vous faire conter une histoire qui a privé ses habitants de sommeil pendant bien longtemps.
Commenter  J’apprécie          80
ladesiderienne   24 mai 2013
Le chemin de Jean de Brigitte Varel
Il était trop tard. Pour tout.

Son histoire avait ressemblé à celle de ces enfants embarqués malgré eux dans les méandres abscons d'une vie scabreuse ; avec des instants bons ou mauvais qui l'avaient conduit à conjuguer le droit avec l'interdit, l'amour avec la haine.

Devait-il accuser le destin implacable, invoquer la méchanceté ou la bêtise humaine, une justice laxiste, la malchance ou même le hasard inconstant ? A moins qu'il ne sût reconnaître que le mal engendre le mal.
Commenter  J’apprécie          80
ladesiderienne   09 janvier 2013
L'Enfant du Trièves de Brigitte Varel
Les lavoirs réunissaient les femmes, et Catherine les flattait en prenant photo sur photo. Ces moments de lessive représentaient aussi bien une récréation qu'une corvée. Les rires fusaient et les commérages se portaient bien. Les jeunes gens,mine de rien, tentaient toujours d'orienter les discussions sur les enfants et leur cadre de vie.

Mais c'était dans les cafés, en fin de journée, que les langues se déliaient le plus. C'était là que les histoires et que les récits battaient leur plein. Les rides rudes accompagnaient les ragots et les plaisanteries. Ils retrouvaient un peu partout la même ambiance, avec la fumée lourde du tabac et la pugnacité des mouches. Souvent les cafés ne devaient leur nom qu'à l'enseigne au-dessus de leur porte. Les salles, vastes mais sombres, ressemblaient plutôt à des hangars ou à d'anciennes écuries, dans lesquels on avait dû percer deux ou trois fenêtres et jeté au sol un carrelage déclassé.
Commenter  J’apprécie          70
ladesiderienne   09 janvier 2013
L'Enfant du Trièves de Brigitte Varel
La pluie avait cessé de tomber. Les nuages s'écartaient comme à regret, laissant quelques lambeaux de leurs voiles accrochés au mont. Le soleil se hasardait à reprendre possession des lieux, élargissant les taches claires sur la forêt encore humide. Un rayon, plus téméraire que les autres, s'enhardit jusqu'à se poser en conquérant sur le roc, fendant la pierre d'une large mimique espiègle.

Puis le mont Aiguille reprit son attitude altière, conscient de son titre de Merveille, sûr de son pouvoir sur l'éternité.
Commenter  J’apprécie          70
ladesiderienne   09 janvier 2013
Les yeux de Manon de Brigitte Varel
Attente inquiète liée à la destruction des médicaments. Attente du mal sournois tapi quelque part dans sa tête, dont les gélules, qui avaient été ses compagnes de route, ne calmeraient plus la douleur qu'elle se mit à craindre. La nuit, tout autour d'elle, accentuait sa peur et son malaise de ne plus compter sur rien, après ne plus avoir compté sur personne. Et l'angoisse fut là, brutale, enveloppante, jusqu'à lui couper le souffle, mais sa raison interceptait les chiffres rouges qui flottaient devant elle, seul lien avec la réalité.
Commenter  J’apprécie          50
NicolasV   17 février 2020
Emma de Brigitte Varel
Chaque brindille, chaque oiseau dans l'azur, des nues qui s'effilent, un bruit sous les feuillages, une pierre qui roule sous mes pieds, tout avive ma sensibilité et me ramène à toi, mon amour.
Commenter  J’apprécie          50
milamirage   20 juillet 2011
Emma de Brigitte Varel
La guerre...! Un mot si terrible que même ceux d'idéal et de liberté ne peuvent en atténuer l'horreur. Je pense à tous ces innocents, à tous ces jeunes de même pas vingt ans, écrasés par un destin sauvage, soumis à une loi, que l'on me dise laquelle! La loi des hommes est-elle pire que celle de Dieu?
Commenter  J’apprécie          40
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Trouvez l'intrus dans les séries policières !

Agatha Christie : les enquêteurs

Miss Marple
Irène Adler
Tuppence Beresford
Hercule Poirot

13 questions
33 lecteurs ont répondu
Thèmes : polar noir , policier français , policier anglaisCréer un quiz sur cet auteur
.. ..