AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.81 /5 (sur 148 notes)

Nationalité : France
Né(e) le : 21/05/1967
Biographie :

Bruce Bégout est un philosophe et écrivain français né en 1967. Il est maître de conférences à l'université de Bordeaux.

Il a publié plusieurs ouvrages philosophiques, quatre essais aux éditions Allia (Zéropolis. L'expérience de Las Vegas, 2002 ; Lieu commun. Le motel américain, 2003 ; La Découverte du quotidien. Éléments pour une phénoménologie du monde de la vie , 2005 ; De la décence ordinaire, 2008), mais aussi un « documentaire fiction » à la manière de certains cinéastes tiré de son roman L'Éblouissement des bords de route (Éditions Verticales, 2004). Par ailleurs, il est membre du comité éditorial de la revue Inculte qu'il quitte dans le courant du mois de février de l'année 2008, et dirige la collection « Matière étrangère » aux éditions Vrin.

Ses travaux s'inscrivent dans la tradition de la phénoménologie. Spécialiste de Edmund Husserl, il se consacre à l'exploration du monde urbain, des lieux communs, mais aussi au quotidien.
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Lecture de "Microscopie du caddie" un texte extrait du livre "L'éblouissement des bords de route" de Bruce Bégout, édité par Verticales en 2004. Lecture par Grégoire Courtois pour la librairie Obliques.

Podcasts (2) Voir tous


Citations et extraits (76) Voir plus Ajouter une citation
Piatka   09 mars 2016
De la décence ordinaire de Bruce Bégout
L'homme d'aujourd'hui ressemble assez à une guêpe coupée en deux qui continuerait à se gaver de confiture en faisant comme si la perte de son abdomen n'avait aucune espèce d'importance.



G. Orwell - Essais, articles, lettres. I, 200
Commenter  J’apprécie          162
Bruce Bégout
Lucillius   02 mai 2017
Bruce Bégout
NOUS sommes faits de ce qui nous ronge : la nuit, le silence, la solitude.
Commenter  J’apprécie          160
steka   14 septembre 2015
L'accumulation primitive de la noirceur de Bruce Bégout
Mais, pour que le possible puisse un jour éclore, encore faut-il que le réel soit au minimum conservé. Or, c'est là que se situe exactement, à mon sens, le problème. La dissolution du monde actuel provoque inévitablement un holocauste des possibles qui auraient pu le transformer dans le sens d'une plus grande justice sociale et d'une amélioration durable du sort du plus grand nombre. De nos jours, tout révolutionnaire doit se faire conservateur afin de préserver la possibilité même de la révolution.
Commenter  J’apprécie          130
vonio   05 octobre 2014
L'accumulation primitive de la noirceur de Bruce Bégout
Sur les murs de la ville basse, il inscrivait de nuit toujours la même phrase : "Quelque chose manque."
Commenter  J’apprécie          110
steka   31 janvier 2014
L'accumulation primitive de la noirceur de Bruce Bégout
Au fond du salon de thé encalminé dans une pénombre brune d'ambiances surannées où de vieilles rombières, tannées comme des peaux de bête ayant connu les alternances éprouvantes des hivers rudes et des étés caniculaires, font goûter à leur kiki le thé au lait qu'elles ont commandé et que ledit kiki lape avec une indifférence narquoise qui fait peine à voir, estompant dans un nuage blanc les contours de sa gueule stupide d'être sans esprit, Kate Moss feuillette un magazine de mode : l'exhibition sereine de la fausse conscience.
Commenter  J’apprécie          70
steka   17 septembre 2015
L'éblouissement des bords de route de Bruce Bégout
L'acte précède la puissance. Tout ce que je peux faire à chaque instant de mon corps, de ma pensée et de ma vie provient de ce que moi, ou un autre, a déjà fait. C'est l'activité qui établit la nouveauté dans le monde. Elle est l'institution originaire de toutes choses. Nos facultés ne servent à rien sans l'effectivité d'un passage à l'acte qui, seul, décide de ce qui est.
Commenter  J’apprécie          73
steka   09 avril 2015
Suburbia de Bruce Bégout
La culture de la seconde moitié du XXe siècle est avant tout un enfant de la suburbia : elle a grandi dans son espace hétéroclite et bon marché, fait de centres commerciaux, de stations-service, de motels, de magasins discount, de zones géantes d'activité, de quartiers résidentiels, d'échangeurs d'autoroutes et de terrains vagues.
Commenter  J’apprécie          70
steka   31 janvier 2014
L'accumulation primitive de la noirceur de Bruce Bégout
Le capitalisme n'était pas un système économique qui, depuis deux siècles, avait prouvé son efficacité, mais un lent, profond et implacable enlaidissement du monde qui appauvrissait l'expérience de tout un chacun pour lui substituer une gangue ridicule de désirs mesquins et jamais satisfaits.
Commenter  J’apprécie          72
steka   14 septembre 2015
L'accumulation primitive de la noirceur de Bruce Bégout
Je n'ai pas renoncé à l'espoir ni au désir d'éclairer un chemin non frayé vers l'avenir. Et je sais très bien par ailleurs qu'il n'y a pas de logique implacable à l'œuvre dans l'histoire, de sorte que le caractère contingent des affaires humaines laisse toujours ouverte la possibilité de l'inattendu.
Commenter  J’apprécie          60
Bruce Bégout
alzaia   30 avril 2017
Bruce Bégout
TROP DE CLAIRVOYANCE ?



Parfois notre clairvoyance nous inquiète. Il ne faut pas avoir peur de l'avouer : nous ne sommes dupes de rien. Les conditions cachées de notre propre existence n'ont plus de secret pour nous. Tout ce qui nous détermine et rend possible notre expérience appartient désormais au champ du bien connu. Nous savons tout de l'inconscient et de ses mécanismes obscurs, des préjugés métaphysiques, du langage et de ses pièges, des arrières-pensées des agents économiques et politiques, des présupposés de toutes sortes qui nous permettaient avant de méditer en toute quiétude; nous avons amené la critique à un point extrême d'acuité. Même tout ce qui résiste à l'explication conceptuelle s'est rendu. La vie, l'activité, l'existence, dans leur absence apparente de raisons ont connu la réassurance du concept, la maîtrise des mots et des arguments. Nous avons établi la généalogie détaillée de la morale, de la conscience, du sentiment, du savoir et du pouvoir, et le monde caché des déterminations à, sous la contrainte de notre entreprise de révélation totale, enfin levé le voile. La fabrique du social et du mental nous a divulgué tous ses mystères, à tel point que nous n'osons plus agir de peur de participer au mal que nous venons tout juste de comprendre.

Dès qu'une nouvelle injustice surgit dans le lot commun de nos souffrances, nous nous empressons de nous tourner vers nos démystificateurs professionnels qui nous ont pour ainsi dire déniaisés à propos des affaires du monde. Nous avons lu Marx et Orwell, Adorno et Marcuse, Lukàcs et Kracauer, Klemperer et Bourdieu, nous avons médité sur la culture de masse et ses séductions faciles, nous avons publiquement anatomisé le cors gisant du grand capital et ausculté avec stupeur ses entrailles fumantes, ses organes de fonctionnement sanguinolents. Nous connaissons mieux que nos pères toutes les manigances de la puissance sans but qui cherche à nous soumettre. Rien n'échappe à notre perspicacité, cette synthèse lexicographique de la perspective et de l'efficacité.

Depuis Léopardi et Nietzsche, le massacre des illusions a été notre lait quotidien et nous sommes sevrés jusqu'à l'ivresse de son ironie dévastatrice. Personne ne peut désormais le contester : nous sommes devenus objectivement des êtres hyper-intelligents, des êtres d'une finesse d'esprit folle, au courant de tout ce qui se trame, flairant dans ce qui nous entoure les entourloupes auxquelles nous ne voulons pas accorder sans reste notre crédit. Toutes les formes de tyrannie, nous les avons décortiquées; toutes les fausses promesses, nous les avons renvoyées à leurs auteurs; toutes les espèces de consolation, nous les avons contrariées. Rien n'a pu ainsi résister à notre regard perçant, à notre ton aigu et désabusé, à notre soif de savoir. Aussitôt qu'une nouvelle sorte d'imposture s'est présentée et a cherché à emporter la mise, il s'est toujours trouvé quelqu'un pour la dénoncer. Nous ne sommes donc plus dupes de rien ni de personne. Mais qu'est-ce que cela change ? Le monde tourne comme avant et même plus mal, les inégalités se creusent et les miséreux s'impatiente. A un certain stade la clairvoyance absolue confine à la soumission pure et simple. La lucidité de l'homme moderne est impotente à partir du moment où sa connaissance du mensonge ne l'incite pas à dire la vérité et surtout à vivre selon elle. Il a beau comprendre les rouages et les roueries du système qui exploite de manière éhontée sa crédulité et perpétue l'inégalité, il n'en tire aucune conséquence, mais, plein de suffisance que lui procure sa sagacité invalide, il fait "comme si de rien n'était".

De nos jours les dirigeants des multinationales citent en conseil de direction Debord, et les affaires ne s'en portent pas plus mal. Nous sommes du même acabit. Nous, les hommes sans pouvoir ni capital, nous sommes devenus des animaux ergoteurs, enfermés dans les cages dorées du discernement critique. Il n'est pas un pauvre dans le monde qui ne découvre en trépignant à sa porte, un sociologue ou un psychologue pour lui expliquer scientifiquement sa déveine.

Alors qu'elle aurait dû toucher en premier notre affectivité et susciter ce sentiment de révolte qui, seul, est le point légitime de toute action, l'injustice n'est que le prétexte au déballage de notre culture critique. Nous devons le reconnaître : nous avons tous mis notre capacité de désillusion au service du statu quo. La douleur que nous a coûtée la démystification de la société dans laquelle on vit nous a en quelque sorte exemptés de la modifier.

Notre conformisme nous a dédommagés de l'affront que notre "Kulturkritik" a fait subir à nos croyances. Mais nous n'en sommes pas quittes pour autant. Car nous souffrons d'un trop-plein de savoir, d'une overdose d'analyses, qui jamais ne débouchent sur la moindre action concrète et durable. Tout juste gesticulons-nous dans quelques manifestations printanières qui nous permettent d'inscrire en lettres majuscules sur des banderoles blanches les belles phrases que nous avons apprises.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          33

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Sartre t'apprendra !

Quelle est la date de naissance de Jean-Paul Sartre ?

Le 21 juin 1895
Le 21 juin 1905
Le 21 juin 1915

10 questions
32 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , littérature , écrivain homme , philosopheCréer un quiz sur cet auteur

.. ..