AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.83/5 (sur 846 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Reno, Nevada , le 14/02/1931
Mort(e) à : Reno, Nevada , le 21/03/1988
Biographie :

Bruce Lowery est un écrivain américain.

Il a passé son enfance dans différentes régions des États-Unis car le travail de son père obligeait sa famille à déménager souvent.

Grand voyageur, parfaitement bilingue, il a fait la première partie de ses études aux États-Unis puis les a terminées en France, où il a passé une licence de lettres et un diplôme de journalisme.

Phénomène littéraire, il choisit de composer son œuvre en français et de la traduire ensuite dans sa langue natale.

"La Cicatrice", son premier roman, écrit en 1960, reçut l'année suivante le Prix de l'Universalité de la Langue Française (prix Rivarol), décerné par l'Académie française, remis à cette époque au lauréat par Charles de Gaulle en personne.

Bruce Lowery est aussi l’auteur d’autres ouvrages tels que "Porc-épic" (1963), "Le loup-garou" (1969) ou encore "Revanches" (1970).

Il enseigna également au collège Stanislas à Paris.

Il est mort en 1988 d'un cancer de l'estomac.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Bruce Lowery   (6)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (52) Voir plus Ajouter une citation
Certains bleus font beaucoup moins de mal que l'indifférence.
Commenter  J’apprécie          740
Comme il est difficile de vivre avec un être qu'on déteste, quand cet être, c'est vous-même.
Commenter  J’apprécie          450
Même quand papa montrait de l'impatience et préférait son journal ou la radio à mes confidences, maman écoutait toujours inlassablement.
A cette époque, je n'en étais pas encore au mensonge. Je pouvais leur dire ce qui me passait par la tête, vider mes chagrins. Je pouvais tout leur dire. Un grand privilège. Rares sont les êtres à qui l'on peut tout dire. Lorsqu'on n'a plus personne pour cela, alors on est affreusement seul.
Commenter  J’apprécie          430
Caché à l'intérieur, un œuf vert, et sur la coque, ces mots laissés en blanc :
"Je t'aime"
Je n'osais plus regarder le soleil se lever. Je m'en sentais trop indigne. L’œuf à la main, je m'enfonçai dans ce lit, me cachant la tête loin de cette lumière. Sous les couvertures, je tenais cet œuf qui se réchauffait à moi comme une chose vivante. Quelle différence y avait-il donc entre l'amour, la beauté, le bonheur ? Buddy, c'était Noël, le château de neige, c'était ce petit compagnon qui venait me chercher à la porte de l'école. Cet œuf renfermait pour moi un certain sens de la vie. Il m'a fait comprendre beaucoup de chose - Bref, tout ce qui, dans ce monde, vaut la peine d'être compris. Je relisais l'inscription. C'était peut-être ça Dieu, après tout...
Et penser que je lui avais dit qu'aimer, il ne savait pas ce que cela voulait dire...
Commenter  J’apprécie          351
Je me sentais solitaire et assez découragé. Néanmoins, j'avais ma famille. Je me réjouissais, après tout, de cet amour qui m'attendait à la maison. Cela, c'était irremplaçable.
Commenter  J’apprécie          330
Les rires diminuèrent enfin, plus par lassitude que par obéissance.
Heureuse dispense pour ceux qui la reçoivent : même la cruauté se lasse. (16-21)
Commenter  J’apprécie          330
Il est de tels moments où les êtres n'ont pas besoin de paroles ...(22)

Je pouvais tout leur dire. Un privilège. Rares sont les êtres à qui l'on peut tout dire. Lorsqu'on n'a plus personne pour cela, alors on est affreusement seul. (24)

Certains bleus font beaucoup plus mal que l'indifférence. (70)

Comme il est difficile de vivre avec un être qu'on déteste, quand cet être, c'est vous-même. (92)

Il est des questions qui désirent tellement une réponse affirmative qu'il est impossible de refuser. (110)

Ce qui rend méchant, c'est moins parfois la méchanceté d'autrui que le dégoût qu'on a de soi-même. (116)
Commenter  J’apprécie          230
J'ai, depuis toujours, une cicatrice sur la lèvre supérieure. Les médecins disaient, sans cruauté, en triturant mon visage et en tirant sur ma lèvre comme un acheteur inspecte la gueule d'un poulain, que c'était un bon travail de "raccommodage" : J'aurais pu, j'aurais dû deviner que c'était en réalité un petit bec-de-lièvre. Mais il était tellement bien réparé qu'on parlait toujours de "cicatrice".
Commenter  J’apprécie          211
Certains bleus font beaucoup moins de mal que l'indifférence.
Commenter  J’apprécie          190
Si j'avais su! Ce que j'allais découvrir,ce n'étaient pas des merveilles, c'était une bête impulsive. Et non pas à l'aute bout de la terre, mais en moi même. Là, néanmoins, dans ce moment où j'assistais au spectacle de l'aube, j'étais heureux. Je calculai l'âge qu'aurait dans vingt ans mon petit frêre Bubby.
Commenter  J’apprécie          160

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Bruce Lowery (1647)Voir plus

Quiz Voir plus

La cicatrice

Comment appelle - t-on le bec-de-lièvre que porte Jeff ?

Une cicatrice
Un lapin
Une entorse

8 questions
101 lecteurs ont répondu
Thème : La Cicatrice de Bruce LoweryCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *}