AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.01 /5 (sur 165 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Saint-Claude, Jura , le 03/05/1961
Biographie :

Bruno Doucey est un écrivain, poète et éditeur.

Il a été longtemps professeur de lettres et formateur à l'Institut Universitaire de Formation des Maîtres (IUFM).

Il est auteur de nombreux ouvrages pédagogiques à destination des enseignants, proposant une réflexion essentielle sur la pédagogie de la poésie à l'école, ainsi que d'études critiques consacrées à Marivaux, Patrick Modiano, J.M. G. Le Clézio, Francis Ponge, Claude Roy, Jean Tardieu, etc.

Bruno Doucey est également auteur d'anthologies, de récits et de poèmes qui ont accompagné des expositions de peinture en France et à l'étranger et maître d’œuvre du "Livre des déserts", publié en 2006 dans la collection Bouquins des Éditions Robert Laffont.

Il a dirigé les Éditions Seghers pendant huit ans jusqu'à leur mise en sommeil. Actuellement installé à Paris, il a fondé, en mai 2010, sa propre maison d'édition, les Éditions Bruno Doucey, qui ont déjà publié plus d'une centaine de titres.

Il est également l'auteur d'une œuvre personnelle poétique et romanesque abondante. Son roman "Le carnet retrouvé de monsieur Max" est paru en 2015 dans la collection Sur le fil.

On lui doit plusieurs biographies de poètes dans la collections pour enfants "Des graines et des guides" des éditions A dos d'âne, dont celle de Pablo Neruda en 2017.

Il est le compagnon de l'écrivaine Murielle Szac.
+ Voir plus
Source : http://www.sef-bale.ch
Ajouter des informations
Bibliographie de Bruno Doucey   (71)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (173) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

C'est avec beaucoup de joie que nous vous présentons la bande annonce du recueil "Mes forêts" d'Hélène Dorion, à paraître le 14 octobre 2021. Un recueil de la collection Soleil noir, aux Éditions Bruno Doucey. Lecture et réalisation par Hélène Dorion.

Podcasts (18) Voir tous


Citations et extraits (267) Voir plus Ajouter une citation
isanne   26 novembre 2021
Des voix pour la Terre de Bruno Doucey
Pour la plupart des Amérindiens - ceux que l'on surnomme au Québec des autochtones, c'est-à-dire littéralement ceux qui appartiennent à la terre - la nature n'est pas un décor, ni un bien immeuble que l'on peut vendre et exploiter. L'être humain - l'Innu est simplement un homme - est indissociablement lié à la terre, à chaque instant de sa vie. La forêt, les lacs et les rivières, les animaux qui les habitent, et les pierres, les sources, le vent et les nuages sont nos parents, nos alliés même lorsqu'ils nous tuent.



J.M.G. Le Clézio
Commenter  J’apprécie          290
Fandol   02 mars 2021
Ne pleure pas sur la Grèce de Bruno Doucey
Si je suis ici, se répète-t-il, c’est parce que mes poèmes ressemblent au pollen que transporte le vent. On brûle mes livres, on m’interdit d’écrire, on enferme mon corps dans une prison, on me retient loin des lieux où ma parole se fait entendre, mais cela n’empêchera pas ma poésie d’atteindre d’autres rivages. On n’arrête pas le vent. Demain, lorsque la dictature tombera, comme tombe un fruit pourri de l’arbre, je serai à nouveau un homme libre… (pages 122-123)
Commenter  J’apprécie          461
fanfanouche24   23 mai 2014
La Résistance en poésie : Des poèmes pour résister de Bruno Doucey
-Poèmes de circonstance-



A mon corps



Ils ne m'auront ni par la faim ni par la peur

Et s'ils m'avaient un jour, ce serait mon squelette

Et s'ils faisaient un jour ma dernière toilette

Ils trouveraient changé mon corps, mais non mon coeur.



Mais nous serons bien un ou deux



Le monde usé jusqu'à la corde

découvre son envers hideux

Et l'univers se désaccorde

mais nous serons bien un ou deux



pour ne pas nous soucier des hordes

et pour lever encor les yeux. (p.56-57)

Jean Wahl (1888-1974)



Commenter  J’apprécie          440
isanne   26 novembre 2021
Des voix pour la Terre de Bruno Doucey
J'ai les poumons comme deux banquises

Personne à bord pour respirer

Je me secoue

Vagues

Haut le coeur

J'ouvre la bouche

Crache une bouée



*



Je serre un glaçon dans mon poing

Ma chaleur le dégèle et j'ai mal



J'ouvre la main



Dans ma paume un ours blanc se dresse

et crie sa soif



*



Florentine Rey
Commenter  J’apprécie          190
TerrainsVagues   29 janvier 2018
Passagers d'exil de Bruno Doucey
Regardez-les, ces hommes et ces femmes qui marchent dans la nuit.

Ils avancent en colonne, sur une route qui leur esquinte la vie.

Ils ont le dos vouté par la peur d’être pris

Et dans leur tête,

Toujours,

Le brouhaha des pays incendiés.

Ils n’ont pas mis encore assez de distance entre eux et la terreur.

Ils entendent encore les coups frappés à leur porte,

Se souviennent des sursauts dans la nuit.

Regardez-les.

Colonne fragile d’hommes et de femmes

Qui avancent aux aguets,

Ils savent que tout est danger.

Les minutes passent mais les routes sont longues.

Les heures sont des jours et les jours des semaines.

Les rapaces les épient, nombreux.

Et leur tombent dessus,

Aux carrefours.

Ils les dépouillent de leurs nippes,

Leur soutirent leurs derniers billets.

Ils leur disent : « Encore »,

Et ils donnent encore.

Ils leur disent : « Plus ! »,

Et ils lèvent les yeux ne sachant plus que donner.

Misère et guenilles,

Enfants accrochés au bras qui refusent de parler,

Vieux parents ralentissant l’allure,

Qui laissent traîner derrière eux les mots d’une langue qu’ils seront contraints d’oublier.

Ils avancent,

Malgré tout,

Persévèrent

Parce qu’ils sont têtus.

Et un jour enfin,

Dans une gare,

Sur une grève,

Au bord d’une de nos routes,

Ils apparaissent.

Honte à ceux qui ne voient que guenilles.

Regardez bien.

Ils portent la lumière

De ceux qui luttent pour leur vie.

Et les dieux (s’il en existe encore)

Les habitent.

Alors dans la nuit,

D’un coup, il apparaît que nous avons de la chance si c’est vers nous qu’ils avancent.

La colonne s’approche,

Et ce qu’elle désigne en silence,

C’est l’endroit où la vie vaut d’être vécue.

Il y a des mots que nous apprendrons de leur bouche,

Des joies que nous trouverons dans leurs yeux.

Regardez-les,

Ils ne nous prennent rien.

Lorsqu’ils ouvrent les mains,

Ce n’est pas pour supplier,

C’est pour nous offrir

Le rêve d’Europe

Que nous avons oublié.



Laurent Gaudé
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          337
Dionysos89   26 novembre 2014
Aimé Césaire : Un volcan nommé poésie de Bruno Doucey
Ce matin-là, sur les bancs de l’école, Aimé est assis à côté d’un garçon plongé dans un livre. « Que lis-tu ? » lui demande-t-il. « Un livre sur nos ancêtres les Gaulois, répond le petit enfant nègre. Tu sais qu’ils avaient les cheveux blonds et les yeux bleus ? » Aimé, en colère, lui arrache le livre des mains : « Pauvre crétin ! Va te voir dans une glace ! »



Commenter  J’apprécie          330
Piatka   23 avril 2018
L'ardeur : ABC poétique du vivre plus de Bruno Doucey
LEVÉE EN MASSE



Ne serait-ce qu’une fois, si tu parlas de liberté,

Tes lèvres, pour l’avoir connue, en ont gardé le goût du sel,

Je t’en prie,

Par tous les mots qui ont approché l’espoir et qui tressaillent,

Sois celui qui marche sur la mer.

Donne-nous l’orage de demain.



Les hommes meurent sans connaître la joie.


Les pierres au gré des routes attendent la lévitation.

Si le bonheur n’est pas au monde nous partirons à sa rencontre.


Nous avons pour l’apprivoiser

les merveilleux manteaux de l’incendie.



Si ta vie s’endort,


Risque-la.



JEAN MALRIEU - Une ferveur brûlée, 1995.
Commenter  J’apprécie          322
TerrainsVagues   05 mai 2019
S'il existe un pays de Bruno Doucey
Écrire de feu l'eau claire

la pente du sourcil

la traque du jaguar

Écrire d'un bond ta peau

le sable des lisières

l'aube des sentinelles

Écrire sans fin de rage

de peur et de brisures

écrire de bric et de broc

de soc et de pollen

Pourvu qu'en son passage

le vent te laisse nue

à la pointe des mots.
Commenter  J’apprécie          290
Dionysos89   06 février 2015
Aimé Césaire : Un volcan nommé poésie de Bruno Doucey
L’imagination est un cheval fou qui court sur la mer.



Commenter  J’apprécie          300
Fandol   27 février 2021
Ne pleure pas sur la Grèce de Bruno Doucey
Qu’ils s’estiment heureux de n’avoir pas été abattus comme des chiens pour entrave au bon fonctionnement de l’État. Le nouvel ordre grec leur offre une occasion unique de changer. Yaros n’est pas un bagne mais un camp de purification sociale.

Un lieu de dératisation de l’esprit.

Un centre de décoloration idéologique. (page 48)
Commenter  J’apprécie          280

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Le Père Goriot

Dans quelle partie de la Comédie humaine s'inscrit ce roman ?

Scènes de la vie privée
Scènes de la vie de province

10 questions
858 lecteurs ont répondu
Thème : Le Père Goriot de Honoré de BalzacCréer un quiz sur cet auteur

.. ..