AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.79 /5 (sur 192 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Beaune , le 22/06/1947
Biographie :

Bruno Latour est un sociologue, anthropologue et philosophe des sciences français.

Après avoir été assistant de Jean-Jacques Salomon au CNAM, puis avoir enseigné à l'École des mines de Paris, il est depuis septembre 2006 professeur à l'Institut d'études politiques de Paris (Sciences Po). En septembre 2007, Bruno Latour a été nommé directeur scientifique et directeur adjoint de ce même institut. En 2010, il initie au sein de Sciences-Po, le programme d'expérimentation en arts et politique (SPEAP).

Agrégé de philosophie, Latour a été profondément influencé par la pensée de Michel Serres. Il s'intéresse à l'anthropologie et entreprend une enquête de terrain dans un laboratoire de l'ORSTOM en Côte d'Ivoire à Abidjan dont le résultat est une brève monographie sur la décolonisation, la notion de race et les relations industrielles. Parallèlement, il mène une recherche sur l'exégèse biblique des textes portant sur la résurrection pour une thèse de troisième cycle.

En 1979, il publie avec Steve Woolgar "Laboratory Life: the Social Construction of Scientific Facts" (traduit en français en 1988 sous le titre "La Vie de laboratoire : la Production des faits scientifiques"). Après un projet de recherche sur la sociologie des primatologues, Latour poursuit ses recherches entreprises dans "La Vie de laboratoire" avec "Les Microbes : Guerre et paix" (1984).

Latour se tourne ensuite vers des travaux plus théoriques et programmatiques. À la fin des années 1980, il devient un des principaux défenseurs de la théorie de l'acteur-réseau aux côtés notamment de Michel Callon et de John Law.

Ses ouvrages les plus connus sont "La Vie de laboratoire" (1979), "La Science en action" (1987), "Nous n'avons jamais été modernes" (1991) et "Politiques de la nature" (1999).

Bruno Latour est membre du comité d'orientation de la revue Cosmopolitiques.

site officiel : http://www.bruno-latour.fr/

+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Bruno Latour   (49)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (28) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Dans la deuxième partie de cette émission, le dessinateur Étienne Davodeau rejoint Bruno Latour. Il publie une bande-dessinée absolument remarquable, intitulée "Le droit du sol" chez Futuropolis. Cette dernière est le récit d'un périple entre la grotte préhistorique Pech Merle dans le Lot et le site d'enfouissement nucléaire de Bure dans la Meuse.  Retrouvez l'intégralité de l'interview ci-dessous : https://www.france.tv/france-5/la-grande-librairie/

Podcasts (7) Voir tous


Citations et extraits (113) Voir plus Ajouter une citation
Jean-Daniel   24 février 2021
Où suis-je ? de Bruno Latour
Il y a bien des façons de commencer. par exemple en disant, comme un héros de roman qui s’éveille après un évanouissement en se frottant les yeux, l'air hagard, et qui murmure : "Où suis-je ?" Pas facile, en effet, de reconnaître où il se trouve, surtout après un si long confinement, le visage masqué, en sortant dans les rues aux rares passants dont il ne voit que le regard fuyant.
Commenter  J’apprécie          210
BurjBabil   16 janvier 2022
Mémo sur la nouvelle classe écologique de Bruno Latour
La nature n’est pas une victime à protéger, elle est ce qui nous possède.
Commenter  J’apprécie          170
lanard   18 août 2010
Nous n'avons jamais été modernes : Essai d'anthropologie symétrique de Bruno Latour
p. 156 L’erreur des modernes sur eux-mêmes est assez facile à comprendre une fois que l’on a rétabli la symétrie et que l’on prend en compte à la fois le travail de purification et le travail de traduction. Ils ont confondu les produits et les procédés. Ils sont cru que la production de rationalisation bureaucratique supposait des bureaucrates rationnels ; que la production de science universelle dépendait de savants universalistes ; que la production de techniques efficaces entraînait l’efficacité des ingénieurs ; que la production d’abstraction était elle-même abstraite, que celle de formalisme était elle-même formelle. Autant dire qu’une raffinerie produit du pétrole de façon raffinée, ou qu’une laiterie produit du beurre de façon laitière ! Les mots science, technique, organisation, économie, abstraction, formalisme, universalité désignent bien des effets réels que nous devons en effet respecter et dont nous devons rendre compte. Mais ils ne désignent en aucun cas les causes de ces mêmes effets. Ce sont de bons substantifs mais de mauvais adjectifs et d’exécrables adverbes. La science ne se produit pas de façon plus scientifique que la technique de manière technique, que l’organisation de manière organisée ou l’économie de manière économique. Les scientifiques de paillasse, descendants de Boyle, le savent bien, mais dès qu’ils se mettent à réfléchir à ce qu’ils font, ils prononcent les mots que les sociologues et les épistémologues, descendants de Hobbes, placent dans leur bouche.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
julspirit   10 avril 2022
La fabrique du droit de Bruno Latour
La situation de l'ethnographe est inverse selon qu'il étudie le lointain ou le proche. Là-bas, c'est le pullulement de la pratique complexe et contradictoire qui le frappe, et il n'a de cesse d'en trouver, par de puissantes constructions intellectuelles, la structure cachée. Mais ici, chez lui, c'est au contraire la puissance des constructions intellectuelles déjà proposées par les acteurs eux-mêmes pour définir leur activité - la Science, le Droit, la Religion, la Politique, l'Économie, chacune distincte des autres -, qui fait écran à la compréhension des pratiques multiples, hétérogènes, le plus souvent contradictoires. S'il faut à l'ethnographe, là-bas, tant de sueur pour comprendre ce que les gens font, il lui faut au contraire, ici, se donner un mal de chien pour oublier les raisons trop raisonnables que les agents donnent de leur comportement ; pour aller chercher dans les balbutiements de l'explication, dans les hésitations de la parole, dans les atermoiements de la décision, la raison des liens ténus créés par toutes ces activités mêlées les unes aux autres et dont la séparation en sphères séparées, pures et propres, ne rend aucunement compte. (p. 205)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          111
julspirit   16 mars 2022
La fabrique du droit de Bruno Latour
Comme je n'appartiens pas à ces écoles de sociologie critique qui ne se croient savantes qu'en pratiquant la dénonciation et qui ne se croient justes que lorsqu'elles laissent dans leur sillage des ruines fumantes et des secrets éventés, je n'ai pas eu de peine à faire l'apologie du Conseil d'État, au risque d'être accusé de sympathie exagérée. (p. 8)
Commenter  J’apprécie          110
Bruno Latour
mosaique92   07 décembre 2019
Bruno Latour
La justice sociale, c’est comme l’amour maternel, tout le monde est pour. Cela veut dire quoi, d’un point de vue pratique ?
Commenter  J’apprécie          122
Jean-Daniel   29 mars 2020
Face à Gaïa. Huit conférences sur le nouveau régime climatique de Bruno Latour
Agir signifie faire venir son existence [...] du futur vers le présent.
Commenter  J’apprécie          110
Bernacho   22 juillet 2016
Nous n'avons jamais été modernes : Essai d'anthropologie symétrique de Bruno Latour
Que faire si nous ne pouvons plus avancer ni reculer ? Déplacer notre attention. Nous n’avons jamais ni avancé ni reculé. Nous avons toujours trié activement des éléments appartenant à des temps différents. Nous pouvons trier encore. C’est le tri qui fait le temps et non pas le temps qui fait le tri. Le modernisme – et ses corollaires anti- et postmodernes – n’était qu’une sélection faite par un petit nombre au nom de tous. Si nous sommes plus nombreux à récupérer la capacité de trier nous-mêmes les éléments qui font partie de notre temps, nous retrouverons la liberté de mouvement que le modernisme nous déniait, liberté qu’en fait nous n’avions jamais vraiment perdue. Nous n’émergeons pas d’un passé obscur qui confondait les natures et les cultures pour parvenir à un futur où les deux ensembles se sépareront enfin nettement grâce à la continuelle révolution du présent. Nous n’avons jamais été plongés dans un flux homogène et planétaire venu soit de l’avenir, soit du fond des âges. La modernisation n’a jamais eu lieu. Ce n’est pas une marée longtemps montante qui refluerait aujourd’hui. Il n’y a jamais eu de marée. Nous pouvons passer à autre chose, c’est-à-dire revenir aux multiples choses qui ont toujours passé de façon différente.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          86
deuxquatredeux   16 décembre 2017
Où atterrir ? Comment s'orienter en politique de Bruno Latour
Chacun de nous se trouve donc devant la question suivante : " Est-ce que nous continuons à nourrir de rêves d'escapade ou est-ce que nous nous mettons en route pour chercher un territoire habitable pour nous et nos enfants ?"



Ou bien nous dénions l'existence du problème, ou bien nous cherchons à atterir. C'est désormais ce qui nous divise tous, bien plus que de savoir side droite ou de gauche. (p. 15)
Commenter  J’apprécie          90
paulhaderach   27 août 2015
Face à Gaïa. Huit conférences sur le nouveau régime climatique de Bruno Latour
Ils savent, ils entendent, mais au fond, ils n'y croient pas. C'est là, je crois, qu'il faut aller chercher l'origine profonde du climato-scepticisme. Ce n'est pas un scepticisme qui porte sur la solidité des connaissances mais un scepticisme sur la position dans l'existence. S'ils doutent ou s'ils dénient, c'est parce qu'ils prennent ceux qui crient à temps et à contre temps qu'il faut changer totalement et radicalement de mode de vie pour des zozos dans plus de crésdit que Philippus le Prophète qui effraie Tintin dans l'Etoile Mystérieuse avec son gong et son drap blanc. "Le changement de vie total et radical", mais ils l'ont déjà accompli, justement, en devenant résolument modernes ! Si la modernité n'était pas si profondément religieuse, l'appel à s'ajuster à la Terre serait facilement entendu. Mais comme elle a hérité de l'Apocalypse simplement décalée d'un cran dans le futur, elle ne suscite qu'un haussement d'épaules ou qu'une réposne indignée. "Comment pouvez-vous venir nous prêcher encore une fois l'Apocalypse. Où est-il écrit dans les Livres qu'il y aura une apocalypse après la première ? La modernité est ce qu'on nous a promis, ce que nous avons conquis, parfois par la violence, et vous prétendez nous l'arracher ? Nous dire que nous nous sommes trompés sur le sens de la promesse ? Que la Terre promise de la modernité devrait rester promise ! C'est insensé".

Et en effet, il n'est écrit nulle part que l'Apocalypse puisse être suivie d'une autre. D'où cette certitude indéracinable, ce calme total, cette froideur de marbre, de ceux qui lisent pourtant tous les jours l'annonce de catastrophes diverses. Il semble qu'ils aient droit à cett terre qu'on leur a en effet promise, mais cette terre n'a rien de terrestre, puisque ce qui est nié, justement, c'est qu'elle ait une histoire, une historicité, une rétroaction, des capacités, bref, des puissances d'agir. Tout tremble, mais pas eux, pas le sol sur lequel ils ont les pieds posés.Le cadre où se déroule leur histoire est forcément stable. La fin du monde n'est qu'une idée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Tintin : jurons, insultes, injures du capitaine Haddock

Trouvez la bonne insulte :

espèce d'analphabète diplômé!
espèce de crème d'anchois diplômée!
espèce de potimarron diplômé!

10 questions
262 lecteurs ont répondu
Thème : HergéCréer un quiz sur cet auteur