AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.06 /5 (sur 15 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Loudun , 1959
Biographie :

Bruno Laurioux est un historien médiéviste français né en 1959 à Loudun.

Élève de l'École normale supérieure de Saint-Cloud (1979), Bruno Laurioux passé l'agrégation d'histoire (1982) et un doctorat à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne consacré à « Les Livres de cuisine en Occident à la fin du Moyen Âge » (1992)[1].

Enseignant-chercheur, il enseigne comme maître de conférence à l'université Paris 8 - Vincennes-Saint-Denis (1993-1998), à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (1998-2005) puis comme professeur université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines (depuis 2005), où il est directeur adjoint de l'équipe d'accueil ESR Moyen Âge–temps modernes[1].

Après avoir été directeur scientifique adjoint pour les mondes anciens et médiévaux au département des sciences humaines et sociales du CNRS (2006-2008) puis directeur par intérim du département des sciences humaines et sociales du CNRS (2008), il est depuis février 2009 directeur de l'Institut des sciences humaines et sociales du CNRS[1].
+ Voir plus
Source : Wikipedia
Ajouter des informations
Bibliographie de Bruno Laurioux   (8)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
LydiaB   12 avril 2014
Manger au Moyen Age de Bruno Laurioux
Jamais - sauf peut-être durant le Paléolithique ! - les Européens n'ont mangé autant de viande et ils mettront des siècles à retrouver les niveaux atteints dans les villes allemandes des XIVe et XVe siècles : 400-500 g par personne et par jour gras, soit environ 100 kg par an. Mais la consommation carnée est déjà inférieure de moitié à Tours où l'on mange pourtant deux fois plus de viande qu'à Carpentras. Dans une région aussi peu carnassière que la Sicile (16-26 kg par an et par personne seulement), certains salariés agricoles ont droit à 1,4 kg par semaine et les garçons bouchers jusqu'à 2,8 kg. La viande est donc plutôt le privilège des travailleurs de force ; mais aussi des classes fortunées : chacun des convives de la reine d'Aragon Maria de Luna s'en voit offrir quotidiennement jusqu'à 3 kg ! A l'intérieur même des couches dominantes, les différences sont sensibles : près d'un kilo par personne et par jour gras à la cour du comte d'Auvergne à Vic, 600 g chez le petit seigneur voisin, Guillaume de Murol, et encore plus de 500 g pour une prieure qui vit conventuellement dans les monts du Cantal et n'a que des femmes à sa table. (P72-73)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Il suffit de passer le pont !

Nous allons donc franchir le pont avec Georges Brassens .... Et légers comme des cabris Courons après les sons de cloches. Ding ding dong, les matines sonnent En l'honneur de notre bonheur Ding ding dong, faut 1' dire à personne, J'ai graissé la patte ...

au carillonneur
au sonneur
au facteur

11 questions
23 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , chanson , bataille , ponts , géographieCréer un quiz sur cet auteur