AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.32 /5 (sur 119 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Neuilly-sur-Seine , le 15/04/1969
Biographie :

Bruno Le Maire est un homme politique français.

Il entre à l'École normale supérieure en 1989, où il débute des études de littérature française, avec un mémoire sur La Statuaire dans « À la recherche du temps perdu » de Proust, sous la direction de Jean-Yves Tadié.

En 1992, il est reçu major de l'agrégation de lettres modernes. Diplômé par la suite de l'Institut d'études politiques de Paris (1995), il intègre l'ENA en 1996.

En 1998, à sa sortie de l'ENA, il entre au ministère des Affaires étrangères, à la Direction des Affaires stratégiques, de Sécurité et du Désarmement.

Ancien directeur de cabinet de Dominique de Villepin et député de l'Eure, il est nommé, le 23 juin 2009, ministre de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Pêche, ainsi que de la Ruralité et l'Aménagement du territoire le 14 novembre 2010.

Après plusieurs ouvrages parlant de son engagement, il publie en 2012 son premier roman "Musique absolue" (Une répétition avec Carlos Kleiber) aux éditions Gallimard.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Tourisme, transport, événementiel… Plusieurs secteurs de l'économie sont très fortement touchés par l'épidémie de Covid-19. Lundi, les bourses mondiales ont connu des chutes comparables à celles enregistrées en 2008, accentuées par la baisse des cours du pétrole. Pour aider les membres de l'Union européenne à surmonter les conséquences de la pandémie, le Conseil européen a annoncé mardi la création d'un fonds de 25 milliards d'euros. Et alors que la France se prépare au passage au stade 3 de la crise sanitaire, Bruno le Maire, Ministre de l'Économie, a dévoilé une série de mesures à destination des entreprises. Quel sera l'impact de cette pandémie sur l'économie mondiale mais aussi sur la croissance française ? Faut-il revoir les règles de la mondialisation ? Pour répondre à ces questions, nous recevons Jean-Hervé Lorenzi, président du Cercle des économistes, professeur émérite à l'université Paris-Dauphine, et Aurélie Trouvé, économiste, porte-parole d'ATTAC. L'Invité des Matins de Guillaume Erner - émission du 12 mars 2020 À retrouver ici : https://www.franceculture.fr/emissions/linvite-des-matins/saison-26-08-2019-29-06-2020 Abonnez-vous pour retrouver toutes nos vidéos : https://www.youtube.com/channel/¤££¤25Ministre de L7¤££¤6khzewww2g/?sub_confirmation=1 Et retrouvez-nous sur... Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture
+ Lire la suite
Podcasts (1)


Citations et extraits (55) Voir plus Ajouter une citation
julienraynaud   19 août 2015
Le ministre de Bruno Le Maire
Je me laissais envahir par la chaleur du bain (...) et la main de Pauline qui me caressait doucement le sexe.

p. 107
Commenter  J’apprécie          112
Maldoror   07 novembre 2012
Musique absolue : Une répétition avec Carlos Kleiber de Bruno Le Maire
Un jour où nous répétions le "Freischütz", alors que nous patinions sur l'ouverture depuis deux heures, il agite son bras gauche, hoche lentement la tête et nous pose la question : "Est-ce que vous croyez aux fantômes ?" Deux fois, il nous demande, sur un ton de voix sincère, un sourire énigmatique flottant sur ses lèvres : "Est-ce que vous croyez aux fantômes ?" Après un silence, il ajoute : "Votre musique manque de fantômes." Il lève sa baguette. Reprise. Nouvelle interruption. "Les fantômes ! Où sont vos fantômes ?" Il se passe lentement la main dans les cheveux, il les ramène en arrière. Il commence à transpirer. A chaque répétition, il transpirait abondamment. "Vous perdez le tempo ! Gardez le tempo ! On reprend à 54. Non, 55." Reprise. Nous nous efforcions de faire naître les fantômes en respectant le tempo. Les deux ensemble : les fantômes et la mesure. Une tâche impossible. Interruption. "Les violons ! Vous n'êtes pas assez nets. Pas assez détachés. On doit entendre : ta-ta-ta-ta-ta !" Il se mord la lèvre inférieure, il articule ses instructions avec le plus de netteté possible. Avec son pouce et son index, il pince le vide devant lui : "Vous entendez ? Ta-ta-ta-ta-ta et ta-ta-ta-ta-tim ! Ce sont des fantômes, mais des fantômes très mathématiques." Vous connaissez un seul chef qui ait fouillé la musique au point de dénicher des fantômes mathématiques ? Non ? Vous me faites plaisir. Pour une fois, vous me faites plaisir. Je vous disais quoi ? J'ai un trou. Qu'est-ce que je vous disais ? Les fantômes. Il fallait croire aux fantômes pour jouer correctement le "Freischütz", selon Carlos.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
mediathequelespennesmirabeau   23 avril 2014
Musique absolue : Une répétition avec Carlos Kleiber de Bruno Le Maire
Un livre prenant, étonnant, qui place le lecteur face à de nombreuses questions dont celle de cette citation extraite du roman :



« Vous voulez que je vous dise ce qu'il y a ? Vous êtes des orgueilleux ! Vous vous prenez pour des types formidables. Vous connaissez mal votre métier. Vous faites la moitié de votre travail. Vous trouvez que vous avez encore trop à faire. Si vous en faisiez dix fois plus, ce serait encore insuffisant.........

Je vous le dis tout net, votre possible ne vaut pas grand chose. Vous ne pouvez pas faire mieux ? Je le sais bien et je ne dis rien. »

(Extrait de « Musique absolue » p. 25-26)



Ce passage est une citation de « Le nègre du narcisse » de Joseph Conrad. Ces propos sont ceux que tient un capitaine à ses matelots alors que leur navire est pris dans une terrible tempête.



Dans « Musique absolue » le violoniste autrichien rapporte à son interlocuteur qu'une fois au moins l'attitude de Carlos Kleiber au cours d'une répétition aurait pu se traduire de cette manière.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Lucie16   06 février 2013
Musique absolue : Une répétition avec Carlos Kleiber de Bruno Le Maire
… la musique est une incertitude. Et Carlos a passé sa vie plongé jusqu’au cou dans cette incertitude, au point de se noyer parfois dans le doute, un doute affreux qui le privait de tous ses moyens, pourtant exceptionnels.
Commenter  J’apprécie          60
tiben   07 mars 2015
Musique absolue : Une répétition avec Carlos Kleiber de Bruno Le Maire
Haydn a raison, toutes les puissances créatrices sont plus fortes que la mort. Arrêtez de regarder votre histoire à travers les mêmes lunettes. Vos verres sont dépolis
Commenter  J’apprécie          60
Alinee   22 février 2013
Jours de pouvoir de Bruno Le Maire
En politique, comme en littérature, on ne construit rien sur la réalité, mais sur des représentations de la réalité. Elles sont le point de départ de tout.
Commenter  J’apprécie          60
JCLDLGR   12 juillet 2019
Musique absolue : Une répétition avec Carlos Kleiber de Bruno Le Maire
A Berlin, un soir, les gardiens retrouvèrent Carlos enfermé dans les archives de la Philarmonie, il avait oublié de les avertir de sa présence. Pardonnez moi messieurs, je travaillais et maintenant je cherche la sortie.
Commenter  J’apprécie          50
Alinee   04 mars 2013
Jours de pouvoir de Bruno Le Maire
Vous voyez, cher ami, ce qu'il y a de bien quand on est rien, c'est qu'on est très gentil avec vous. C'est à se demander pourquoi on veut absolument devenir quelque chose.
Commenter  J’apprécie          50
Saint-Luc   06 mars 2013
Jours de pouvoir de Bruno Le Maire
p 336

Le 11 novembre (...) une date qui me marque (...) parce que rien alors ne souillait la victoire, elle était celle de toute la France, encore unie, comme en réalité elle ne le serait plus jamais. Tous les artifices du verbe politique n'ont pas empêché la collaboration, puis la décolonisation, de creuser des plaies dans le corps social français, qui peinent à se refermer.
Commenter  J’apprécie          40
SergePlennevaux   04 avril 2013
Jours de pouvoir de Bruno Le Maire
Les responsables politiques savent que la plupart des décisions économiques leur échappent: elles sont avant tout le choix des entreprises et du marché...la main qui gouverne ne tire plus toutes les ficelles du capitalisme,elle en tient encore à peine une ou deux,et si elle ne prend pas garde à ses choix, demain elle sera la marionnette ,et le capitalisme ,la main.Un jour viendra où des entreprises,des patrons étrangers;des fonds de pension,des investisseurs diront "faites!" et nous nous exécuterons

p.230
Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Lire avec Gérard Philipe

En 1946, Gérard Philipe incarne le prince Mychkine face à Edwige Feuillère dans L’Idiot de Georges Lampin Il est une adaptation du roman éponyme de:

Alexandre Pouchkine
Léon Tolstoï
Fiodor Dostoïevski

14 questions
28 lecteurs ont répondu
Thèmes : gérard philipe , adapté au cinéma , adaptation , littérature , cinema , théâtre , acteur , acteur français , cinéma français , engagement , communismeCréer un quiz sur cet auteur

.. ..