AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Note moyenne 3.29 /5 (sur 21 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 21/11/1964
Biographie :

Bruno Nassim Aboudrar est un universitaire français.

Il est né d'un père marocain et d'une mère hongroise. Il est ancien élève de l’École normale supérieure de Fontenay-Saint-Cloud (1984), étudiant à l’Institut national des sciences politiques (1986-1989) et pensionnaire de l’Académie de France à Rome (1993-1994).

Il soutient en 1996, sous la direction d'Hubert Damisch, une thèse en histoire de l'art intitulée "Voir les fous : aux marges du portrait".

Il est maître de conférences (2001-2007) puis professeur (depuis 2007) en sciences de l’art à l’Université Paris III-Sorbonne-Nouvelle, au département de Médiation culturelle.

Ses thèmes de recherche couvrent les figures du Christ après la Résurrection (peinture XVIe XVIIIe siècles), les effets esthétiques du voile, les accidents de peinture et les ciels en peinture.

Il est l'auteur de plusieurs essais, notamment "Nous n'irons plus au musée" (Aubier, 2000), "Comment le voile est devenu musulman" (Flammarion, 2014) et Qui veut la peau de Vénus ? (Flammarion, 2016).

En 2009, il publia son premier roman "Ici-bas" qui remporta le prix Senghor du premier roman francophone et francophile

+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Bruno Nassim Aboudrar   (9)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Jets de purée, de jus de tomate et de gâteaux à la crème sur des oeuvres d'art font partie des actions menées ces derniers jours par des militants du mouvement "Just Stop Oil" pour dénoncer l'inaction face au changement climatique. Cette méthode est-elle adaptée ou bien contre-productive ? Pour en parler Guillaume Erner reçoit Bruno Nassim Aboudrar, écrivain et historien de l'art, Sylvie Ollitrault, directrice de recherche au CNRS, et Elodie Nace, activiste et militante écologiste. #ecologie #climat #militant __________________ Découvrez tous les invités des Matins de Guillaume Erner ici https://www.youtube.com/playlist?list=PLKpTasoeXDroMCMte_GTmH-UaRvUg6aXj ou sur le site https://www.franceculture.fr/emissions/linvite-des-matins Suivez France Culture sur : Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture

+ Lire la suite
Podcasts (3) Voir tous


Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation

Oui, même si elle ne croyait pas à la légende, Mrs Lyon pouvait reconnaître dans La Toilette de Vénus la méditation intime d'un homme mûr. Il vit, à Rome, une année de bonheur dérobé aux contraintes de la cour et de l'atelier. Il sait, car le roi le lui fait savoir, qu'il lui faudra bientôt rentrer et reprendre, au seuil de la vieillesse, le fardeau des dignités ; il l'accepte et même il le souhaite. Mais il s'accorde encore le temps allongé de ce corps, le premier et le dernier nu. Velásquez est nonchalant : il fait traîner le désir ultime, la jeunesse qui passe. (p. 187)

Commenter  J’apprécie          120

Medius (en grec : mesos, d'une racine indo-européenne medhyo), signifie "milieu". Le mot a donné le terme latin tardif mediatio, en français "médiation", qui a d'abord signifié "division par le milieu" avant de prendre le sens contraire d' "entremise".Le médiateur est ainsi, au sens propre, un entremetteur : celui qui se met entre, dont l'action intervient entre deux entités, de manière équidistante, afin de les relier et par le moyen duquel la rencontre peut advenir.

Commenter  J’apprécie          120

On appelle "médiation culturelle" un ensemble d'actions visant, par le biais d'un intermédiaire - le médiateur, qui peut être un professionnel mais aussi un artiste, un animateur ou un proche- , à mettre en relation un individu ou un groupe avec une proposition culturelle ou artistique (oeuvre d'art singulière, exposition, concert, spectacle etc.) afin de favoriser son appréhension, sa connaissance et son appréciation.

La médiation culturelle apparaît le plus souvent comme une pratique spontanée, informelle, par laquelle un amateur, familier d'une expression artistique, en facilite l'accès à des proches : parents, amis, voire élèves dans un cadre scolaire.

Commenter  J’apprécie          60

Si le voile musulman heurte tant la sensibilité des Européens – ce que montre à l'envi le débat dont il fait l'objet, en tout cas en France, depuis plus de vingt ans – ce n'est donc pas tant en raison de l'outrage éventuel fait aux femmes (nous tolérons, hélas, toutes sortes d'outrages) que parce qu'il inquiète profondément l'ordre visuel sur lequel le monde occidental s'est, de longue date, fondé. Il inscrit en effet dans une économie du visible entièrement soumise au règne du regard le refus de se laisser voir. Au sein même de l'image, faite pour être vue, la vue est empêchée, interdite ; la forme noire montre qu'elle cache, exhibe la dissimulation.

Commenter  J’apprécie          20

L’usage du terme « médiation » ne provient pas du champ de la culture. Généralement, la fonction du médiateur est liée à un conflit potentiel que ce dernier, par sa position de neutralité, est censé résoudre. Dans le monde des entreprises ou des administrations, le médiateur intervient comme tierce personne qui, sans parti pris, tente de dénouer un conflit entre l’organisation et les usagers ou les clients : factures impayées, réclamation sur la qualité du matériel fourni, service défectueux, etc. Dès les années 1970, des actions de médiation sont mises en place par les pouvoirs publics, à commencer par la création d’un poste de Médiateur de la République, ombudsman chargé d’améliorer les relations entre le citoyen et son administration. Au gré de l’évolution du système économique et politique, la médiation apparaît comme une solution appropriée pour résoudre tous les conflits : en entreprise, à l’école, puis dans les banlieues, qui s’embrasent de plus en plus régulièrement. Pourquoi avoir choisi un mot aussi fortement lié aux conflits, en matière de culture ? Au milieu des années 1990, de nombreux emplois-jeunes de médiateurs sont offerts, la plupart dans les zones sensibles. Parmi eux, aussi, des médiateurs culturels.

« Comme toute notion à la mode, le terme de médiation culturelle devient difficile à cerner. Sa définition oscille entre deux extrêmes : d’un côté, une approche théorique très générale, de l’autre, des descriptions, des comptes rendus d’expériences très pragmatiques, centrés sur des réalisations novatrices du moment », écrit Paul Rasse.

Commenter  J’apprécie          10

Qu’on ne s’y méprenne pas. La médiation demeure encore régulièrement traitée comme un sujet auxiliaire, face à l’art ou aux sciences. Nous pensons que sa place est nettement plus importante, pour autant que l’on ne veuille pas la percevoir comme une succession de visites-conférences ânonnées et d’ateliers de coloriage, ce qu’elle n’est pas. Elle s’inscrit au contraire au cœur du processus de développement de la personne et de la constitution de la société. Ancrée au sein des processus d’apprentissage (et d’auto-apprentissage), elle constitue un vecteur de dépassement tout au long de la vie. Qu’elle soit soutenue par des organismes publics ou issue du cercle familial, qu’elle passe par des rencontres impromptues, elle constitue un moteur de notre existence.

Commenter  J’apprécie          10

Mrs Lyon avait, certes, vécu ses plus belles années (au moins les plus nombreuses) sous le règne de la reine Victoria, mais, ses amies pouvaient en témoigner, elle n'était pas bégueule. Aussi, elle y insistait, ce n'était pas de sa part un réflexe d'hypocrite pudeur si elle considérait que la place d'une femme entièrement nue, peinte d'assez près, de dos, n'était pas dans une salle commune de musée. Car il s'agissait d'une femme. Vénus - mais l'appelait-on Vénus du temps de Velásquez ? les premiers documents, en tout cas, ne l'attestaient pas - était peut-être la seule vraie femme nue, peinte, du siècle. Et il avait fallu que cela fût dans le pays où le nu féminin était le plus sévèrement prohibé. (p. 182)

Commenter  J’apprécie          10

Comparée au catholicisme sombre des Habsbourg et de l'inquisiteur à Madrid, la Rome papale, avec ses cardinaux raffinés et leurs secrétaires humanistes, ses putains, ses petits prêtres en aubes tuyautées, ses portefaix déguenillés, ses ruffians et ses castrats, constituait le foyer des équivoques baroques. Velásquez y fit quelques portraits, encore plus libres, et par là plus profonds (si c'est possible) que les figures de bouffons et de nains qu'il peignait en Espagne. (p. 185)

Commenter  J’apprécie          10

Un homme n'a tout simplement pas à se trouver enfermé dans une chambre avec une femme. Son espace à lui est l'extérieur : c'est la rue, la mosquée, le marché ; aux femmes la maison, à plus forte raison la chambre. Et, dans cet ordre d'idée, dans sa chambre et en présence de son mari une femme n'a pas à se voiler. Si elle se voile, c'est qu'elle est étrangère à l'homme.

Commenter  J’apprécie          10

D'une certaine manière, la fonction de médiateur, comprise comme celle d'intermédiaire entre une oeuvre ou une production artistique et le public à laquelle celle-ci est destinée, existe depuis toujours. Devrait-on conclure, à la manière d'un Joseph Beuys pour l'art, que tout homme est médiateur ?

Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Le quiz fou

Il était une fois un malheureux matou, maltraité par ses maîtres, qui se prenait sans arrêt des coups de fou.....

r
et
ace
rrière
rgon
le

18 questions
40 lecteurs ont répondu
Thèmes : mots , humour , vocabulaire , histoireCréer un quiz sur cet auteur