AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.57 /5 (sur 134 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Annecy , 1963
Biographie :

Bruno D’Halluin est un navigateur, un voyageur, un bourlingueur, un écrivain et… un informaticien ! Il nourrit dès l’enfance une grande passion pour la géographie, l’astronomie et l’histoire des grandes découvertes.

C’est à l’age de vingt ans qu’il commence à voyager, d’abord en Océanie, puis en Europe et en Amérique. Il multiplie également les régates, les traversées à la voile, les voyages au long cours…

Ainsi, il publie en 2004, La Volta, Au cap Horn dans le sillage des grands découvreurs (Transboréal), livre dans lequel il raconte son extraordinaire expérience de 14 mois de navigation, qui l’a mené de France au cap Horn en 1997-1998.

Amoureux de la mer et passionné des grandes découvertes, il publie en 2010 son premier roman, Jòn l’islandais, aux éditions Gaïa.

Dans le XVe siècle des grands explorateurs, Bruno d’Halluin retrace le destin de Jón, dernier héritier des Vikings du Groenland, arraché à sa famille à l’âge de sept ans, et qui, devenu un marin d’exception, sillonne les océans auprès des plus grands aventuriers de son temps.
+ Voir plus
Source : www.etonnants-voyageurs.com
Ajouter des informations
Bibliographie de Bruno d`Halluin   (4)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

À l'occasion du festival international 2019 du livre et du film "Etonnants Voyageurs" de Saint-Malo, rencontre avec Bruno d'Halluin autour de son ouvrage "Juste le tour du monde" aux éditions Gaïa. Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2306727/bruno-d-halluin-juste-le-tour-du-monde Notes de Musique : Youtube Audio Library. Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/

+ Lire la suite

Citations et extraits (28) Voir plus Ajouter une citation
Acoun   13 février 2014
L'égaré de Lisbonne de Bruno d'Halluin
Je laisserai peut-être ma peau en mer, aux Indes ou dans une île perdue, mais au moins j'aurais vécu.

Rien ni personne ne m'empêchera de partir où je veux. Et ceux qui restent à terre n'ont qu'à prier pour nous.
Commenter  J’apprécie          170
Acoun   12 février 2014
L'égaré de Lisbonne de Bruno d'Halluin
je me remémorai les mots du philosophe athénien Anacharsis, à qui l'on demandait si les vivants étaient plus nombreux que les morts.

"Dans quelle catégorie, répondait-il, placez-vous ceux qui voent sur la mer ? "
Commenter  J’apprécie          150
michelekastner   08 décembre 2014
L'égaré de Lisbonne de Bruno d'Halluin
Au retour de mon horrible voyage, j'avais senti sous mes pieds, avec un énorme soulagement, la fermeté du sol. Après les affres de la mer, je m'en étais remis à la protection de la terre. J'allais souvent marcher dans la campagne proche, au-delà des remparts. Là, le vent ne servait qu'à faire tourner les moulins, la pluie à abreuver les vignes et les oliviers. Parfois je me déchaussais, afin de mieux sentir la terre sous la plante de mes pieds.

Mais la terre protectrice se dérobait, trahissait ma confiance, me menaçait même.
Commenter  J’apprécie          70
litolff   23 juin 2010
Jón l’Islandais de Bruno d'Halluin
Le fjord était prodigue, mais il réclamait parfois son tribut. Une barque s'attardait ; sur la côte, l'attente commençait. Les heures, les jours passaient, l'espoir s'amenuisait. Alors, le fjord dévoilait sa face hideuse et pouvait s'abreuver aux larmes des veuves. La mer nourricière se faisait mangeuse d'hommes. Pourtant, les marins remettaient inlassablement les barques à l'eau.
Commenter  J’apprécie          70
Mimeko   06 avril 2015
L'égaré de Lisbonne de Bruno d'Halluin
J'eus ainsi l'occasion de visiter la cabine de ce prétentieux d'Amerigo Vespucci . Il nous montra son astrolabe personnel, au laiton si rutilant que je pensai qu'il servait davantage pour la montre que pour prendre des mesures. D'ailleurs ses cartes marines étaient comme neuves. Sur le Bate-Cabelo, nous avions un astrolabe plein de vert-de-gris et des cartes déchirées. Bref, du matériel qui avait navigué.
Commenter  J’apprécie          60
michelekastner   08 décembre 2014
L'égaré de Lisbonne de Bruno d'Halluin
Gonçalo Sanchez avait survécu à son naufrage. Il faisait partie de ceux qui pour l'heure survivaient à notre voyage. S'il ne devait en rester qu'un, ce serait lui. Derrière lui, des dizaines de morts, qui n'avaient pas eu son instinct de survie, formidable et animal. Combien d'autres périraient en ce siècle naissant ? Quel peuple de dégénérés la route des Indes pourrait-elle engendrer ?
Commenter  J’apprécie          60
michelekastner   29 juillet 2013
Jón l’Islandais de Bruno d'Halluin
Jon Thorsteinsson, tu dois avoir passé trop de temps à l'étranger, cat tu ne comprends pas la spécificité de l'Islande. Notre beau pays est une terre exigeante. Le climat y est rude, commenous l'avons éprouvé cet été. Nous devons composer sans cesse avec la nature. Quand on néglige la terre s'ensuivent de terribles famines. N'as-tu pas entendu patler de l'histoire de Flöki aux Corbeaux ? On l'appelait ainsi car c'est l'un de ces oiseaux qui lui a indiqué la direction de l'Islande. Il aurait pu en être le premier colonisateur, s'il n'avait pas fait preuve de négligence coupable. Il avait trouvé, au nord du Breidafjord, un endroit si poissonneux qu'il a dédaigné la récolte du fourrage. Alors, tout le bétail amené de Norvège et des Hébrides a péri durant l'hiver. Et Flöki a dû abandonner ses terres. Il n'a laissé à notre pays que son nom, l'Islande. Des générations de bons Islandais ont médité et compris la leçon.
Commenter  J’apprécie          50
luocine   02 novembre 2015
Jón l’Islandais de Bruno d'Halluin
Tu sais mon fils, un mari et une femme, c’est comme les deux berges d’une rivière : il y a des méandres et des rapides, mais aussi des gués. Il faut prendre la rivière comme elle va. Et le temps n’était plus loin où elle allait devenir un torrent infranchissable. Pourtant, on s’aimait sincèrement. J’ai aimé ton père pour son esprit ouvert, sa curiosité,son caractère libre, aventureux. Je l’ai détesté pour les mêmes raisons.
Commenter  J’apprécie          50
myriampele   07 juillet 2014
L'égaré de Lisbonne de Bruno d'Halluin
Alors que je jetais un coup d'oeil à la ruelle adjacente, mon regard fut attiré par l'encadrement ouvragé d'une porte. Je m'approchai de l'entrée. une sculpture en bois faisait office de montant: un monstre mi-homme, mi-poisson aux traits hideux soufflait puissamment dans une conque et menaçait de son trident le client hésitant. C'est ainsi que je commençai à fréquenter la taverne à l'enseigne du Triton Joufflu.
Commenter  J’apprécie          50
michelekastner   08 décembre 2014
L'égaré de Lisbonne de Bruno d'Halluin
Je fis de nouveaux cauchemars, où se déroulaient des scènes atroces du massacre des juifs. Même quand j'étais éveillé, des images terribles me traversaient l'esprit. Je tentais de chasser mes sombres pensées, sans grand succès. Comment les hommes pouvaient-ils être aussi abominables ? Et cela, où qu'ils vécussent. En Europe, en Afrique, à Vera Cruz, aux Indes. Y avait-il, quelque part dans le monde, des terres, des îles épargnées ? Tout compte fait, la mer n'était peut-être pas pire que la terre.
Commenter  J’apprécie          40

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Jon l'Islandais

De quelle contrée viennent les marins qui ont enlevé Jon lorsque celui-ci était enfant ?

Angleterre
Ecosse
France

4 questions
2 lecteurs ont répondu
Thème : Jón l’Islandais de Bruno d'HalluinCréer un quiz sur cet auteur

.. ..