AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Note moyenne 4.12 /5 (sur 1442 notes)

Nationalité : Australie
Biographie :

C. S. Pacat est une auteure australienne.

Elle est l'auteure de la trilogie "Captive Prince".


Ajouter des informations
Bibliographie de C. S. Pacat   (17)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Du 25 au 29 juin 2018, c'est la #GrosseOP, avec chaque jour une sélection de 100 ebooks à 0,99 ? ! Cette année, pour accompagner la #GrosseOP, on vous propose de participer à notre jeu de la #Grossebattle ! le principe ? Chaque jour, nous vous présentons chacune un ebook de la sélection quotidienne en vidéo. Vous pourrez ensuite voter pour le livre qui vous a le plus convaincu et participer ainsi à un tirage au sort à la fin de semaine pour tenter de gagner une Bookeen Saga bleue avec les 5 ebooks gagnants. Pour participer au tirage au sort, rdv ici : http://unbouncepages.com/grossebattle/ Bonne chance ! ----------------------------------------- Les livres dont nous parlons dans cette vidéo : - Les jours meilleurs de Ceclia Ahern : https://bit.ly/2M7ypJF - L'esclave de C.S. Pacat : https://bit.ly/2tmLy9V - Les 100 titres du jour 5 : https://bit.ly/2tuuxuP ----------------------------------------- Les musiques utilisées dans cette vidéo sont sous licence CC : - Back to the Woods de Jason Shaw https://bit.ly/2mGO6hC - MOUNTAIN SUN by Jason Shaw https://bit.ly/2M7JTgq ----------------------------------------- Vous pouvez également venir parler littérature et lecture numérique avec nous sur : - Twitter : https://twitter.com/Bookeen - Facebook : https://www.facebook.com/Bookeen - Instagram : https://www.instagram.com/bookeen_cafe/

+ Lire la suite

Citations et extraits (134) Voir plus Ajouter une citation
Ninie067   17 mai 2015
Prince captif, tome 2 : Le guerrier de C. S. Pacat
Il sentit ses poings se serrer, entendit l’amertume dans sa propre voix.

— Parce qu’une intrigante choisirait toujours l’homme le plus faible. Plus il est faible, plus il sera facile à manipuler.

La stupéfaction envahit Damen, et il se retourna vers Laurent, qui le regardait sans malice. Le silence s’installa. Ce n’était pas… Ce n’était pas ce qu’il attendait de sa part. Tandis qu’il le dévisageait, ses paroles le traversèrent d’une manière inattendue. Il les sentit toucher quelque chose de dur et tranchant en lui, sentit que très doucement, ces mots faisaient bouger en lui ce qui y était cruellement, profondément enfoncé, et qu’il avait cru jusqu’à présent inébranlable. Il demanda :

— Qu’est-ce qui vous fait croire que Kastor est plus faible que moi ? Vous ne le connaissez pas.

— Mais je commence à te connaître, toi, dit Laurent.
Commenter  J’apprécie          130
Odlag   29 avril 2015
Prince captif, tome 1 : L'esclave de C. S. Pacat
- Je veux voir mon frère, dit-il.

- Tu n'as pas de frère, répondit Jokaste. Tu n'as pas de famille. Tu n'as ni nom, ni position. Tu devrais l'avoir compris, à présent.

- T'attends-tu à ce que je me soumette ? A ce que j'obéisse à... qui ? Adrastus ? Je vais lui arracher les yeux.

- Je te crois sans peine. Mais tu ne serviras pas ici, au palais.

- Où ? interrogea-t-il, menaçant.

Elle se contenta de le dévisager.

- Qu'as-tu fait ? siffla Damen.

- Rien, répondit-elle. Je n'ai fait que choisir entre deux frères.

[...]

-Pourquoi m'avoir gardé en vie ? Quel besoin cela satisfaisait-il ? Tout concorde, hormis cela. Est-ce que c'est...

Il se mordit les lèvres. Jokaste fit exprès de ne pas comprendre ce qu'il allait dire.

- L'amour d'un frère ? dit-elle. Tu ne le connais vraiment pas, on dirait. La mort, n'est-ce pas l'issue la plus facile, la plus rapide ? Non, tu dois demeurer hanté par l'idée qu'il ne t'a battu qu'une fois, mais que cette fois-là était la seule qui comptait.

Damen sentit son visage se décomposer.

-... Quoi ?

Elle lui effleura hardiment la joue. Ses doigts étaient fuselés, blancs, d'une élégance incomparable.

- Je comprends pourquoi tu préfères les teints pâles, dit-elle. Le tien ne laisse pas voir les marques de blessure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
gabrielleviszs   03 juin 2015
Prince captif, tome 1 : L'esclave de C. S. Pacat
Il ne connaissait qu'une seule issue valable : la cour adjacente au champ d'entrainement, au premier étage.

Il s'obligea à marcher calmement, d'un air décidé, comme un serviteur que son maître aurait envoyé s'acquitter d'une commission. Son esprit était rempli de gorges tranchées, de combat rapproché et de poignards. Il repoussa ces pensées et réfléchit plutôt à l'itinéraire qu'il emprunterait pour traverser le palais. La voie était libre, pour l'instant.

Passer devant sa propre chambre lui fit une impression étrange. Il avait été surpris, depuis le moment où il avait été installé là, à quel point ses quartiers étaient proches de ceux de Laurent, adossés aux appartements princiers. La porte était entrouverte, comme les trois hommes à présent morts l'avaient laissée. La pièce paraissait... vide, et donnait la sensation que quelque chose clochait. Poussé par un instinct inextricable, peut-être le désir de masquer tout signe de son évasion, Damen s'arrêta pour fermer la porte. Lorsqu'il se retourna, quelqu'un l'observait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
LaChroniquedesPassions   23 septembre 2015
Prince captif, tome 2 : Le guerrier de C. S. Pacat
— Tu ne sais rien, dit alors Laurent d’une voix froide et effroyable. Tu ne sais rien de moi. Ni de mon oncle. Tu es aveugle. Tu ne vois même pas… ce que tu as devant les yeux. (Laurent eut soudain un rire bas et moqueur.) Tu as envie de moi ? Tu es mon esclave ?

Damen rougit.

— Ça ne va pas marcher, prévint-il.

— Tu n’es rien, déclara Laurent, rien d’autre qu’un échec

ambulant qui s’est laissé enchaîner par le bâtard d’un roi, parce qu’il n’arrivait pas à satisfaire sa maîtresse au lit.



http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/
Commenter  J’apprécie          100
Parthenia   02 juin 2015
Prince captif, tome 2 : Le guerrier de C. S. Pacat
Damen se débarrassa de son épée de bois et partit voir Laurent.

Il marcha dans les broussailles. Laurent ne prit pas la peine de venir à sa rencontre, mais se contenta de l'attendre. Une brise s'était levée. Les pans de la tente claquaient bruyamment.

- Vous me cherchiez ?

Laurent ne répondit pas, et Damen ne parvint pas à interpréter son expression.

- Qu'y-a-t-il ? demanda Damen.

- Tu es meilleur que moi.

Damen ne put s'empêcher de lâcher un soupir amusé, ni de balayer lentement Laurent du regard, de la tête aux pieds et des pieds à la tête, ce qui était sans doute un peu insultant. Mais tout de même...

Laurent rougit. Ses joues s'empourprèrent violemment, et un muscle se crispa le long de sa mâchoire tandis qu'il réprimait une émotion inconnue. Sa réaction surpassait toutes celles que Damen lui avait connues jusque-là, mais il ne put résister à la tentation de le provoquer un peu.

- Pourquoi ? Vous voulez que nous échangions quelques passes d'armes ? En toute amitié, proposa Damen.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
maylibel   02 juillet 2015
Prince captif, tome 2 : Le guerrier de C. S. Pacat
Je ne reproche pas aux insectes de bourdonner lorsque quelqu’un renverse leur ruche […]. Je préfère me demander qui a souhaité me faire piquer.

(p. 191)
Commenter  J’apprécie          100
Milene51   13 août 2016
Prince captif, tome 2 : Le guerrier de C. S. Pacat
Il tendit la main et puisa une autre pièce dans la bourse que portait Damen, puis referma son poing sur l'écu.

- Regarde, j'ai appris un nouveau tour.

Lorsqu'il ouvrit la main, sa paume était vide, comme par magie. Une seconde plus tard, la pièce tomba de sa manche.

_ Enfin, je ne l'ai pas encore tout à fait maîtrisé.

_ Si le tour consiste à faire disparaître l'argent, je trouve que tu t'en sors très bien, au contraire.
Commenter  J’apprécie          80
Odlag   17 juillet 2016
Prince captif, tome 2 : Le guerrier de C. S. Pacat
— Non, vraiment ? Tu es tombé amoureux de la maîtresse du roi ?

— Il n’était pas roi, à l’époque. Et elle n’était pas sa maîtresse. Ou si elle l’était, tout le monde l’ignorait, répondit Damen.

Une fois que les mots eurent commencé à sortir, il ne parvint plus à les arrêter.

— Elle était intelligente, cultivée, belle. Elle était tout ce que je rêvais de trouver chez une femme. Mais c’était une intrigante. Elle briguait le pouvoir. Elle a dû penser que sa seule manière d’accéder au trône était de séduire Kastor.

— Mon honorable barbare… Ce n’est pas ainsi que je m’imaginais ton type.

— Mon type ?

— Un joli visage, un esprit déviant et une âme impitoyable.

— Non. Ce n’est pas… J’ignorais qu’elle était… J’ignorais ce qu’elle était.

— En es-tu certain ? insista Laurent.

— Peut-être que je… Je savais qu’elle était gouvernée par son esprit, et non par son cœur. Je savais qu’elle était ambitieuse, et qu’elle pouvait parfois se montrer impitoyable, en effet. J’avoue que cela… m’attirait. Mais je n’aurais jamais deviné qu’elle me trahirait au profit de Kastor. Cela, je l’ai compris trop tard.

— Auguste était comme toi, dit Laurent. Il ne possédait pas le moindre penchant pour la tromperie. Cela le rendait incapable de la déceler chez les autres.

— Et vous ? demanda Damen après avoir pris une profonde inspiration.

— J’ai un penchant très développé pour la tromperie.

— Non, je voulais dire…

— Je sais ce que tu voulais dire.

[...]

— Je vais te dire pourquoi Jokaste a choisi Kastor, dit Laurent.

Damen contempla le foyer. Il observa la bûche à demi consumée, les flammes lui léchant les flancs, les braises à sa base.

— Il était prince, dit Damen. Il était prince et je n’étais…

Il ne put poursuivre. Ses épaules étaient si crispées qu’elles lui faisaient mal. Son passé lui revenait en plein visage ; il ne voulait pas le voir. Mentir signifiait avouer qu’en vérité, il ne savait pas. Il ignorait ce qu’il avait fait pour provoquer, non pas une, mais deux trahisons : celle de sa bien-aimée, et celle de son frère.

— Ce n’est pas la vraie raison. Elle l’aurait choisi même si du sang royal coulait dans tes veines, même si tu étais du même sang que Kastor. Tu ne comprends pas comment fonctionne un esprit comme le sien. Moi, si. Si j’étais Jokaste, et que j’étais une intrigante, j’aurais choisi Kastor plutôt que toi, moi aussi.

— Et vous allez vous faire un plaisir de m’expliquer pourquoi, dit Damen.

Il sentit ses poings se serrer, entendit l’amertume dans sa propre voix.

— Parce qu’une intrigante choisirait toujours l’homme le plus faible. Plus il est faible, plus il sera facile à manipuler.

[...]

— Qu’est-ce qui vous fait croire que Kastor est plus faible que moi ? Vous ne le connaissez pas.

— Mais je commence à te connaître, toi, dit Laurent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Letempodeslivres   30 avril 2017
Prince captif, tome 1 : L'esclave de C. S. Pacat
— Vous ne seriez pas le premier jeune homme à qui une tendre inclination, grisante de nouveauté, ferait tourner la tête. L’inexpérience pousse parfois à confondre les plaisirs de la chair avec l’amour véritable. L’esclave a pu vous convaincre de nous mentir, après avoir abusé de votre innocence.

— Abusé de mon innocence, répéta Laurent.

— Nous vous avons tous vu lui témoigner de la faveur. L’asseoir près de vous à table, le nourrir de votre main. À la vérité, on vous a à peine aperçu sans lui, ces derniers jours.

— Hier, je le brutalisais. Aujourd’hui, je me pâme entre ses bras. Je préférerais que les accusations formulées à mon encontre conservent une certaine cohérence. Choisissez l’une ou l’autre.

— Je n’en ai pas besoin, neveu ; vous faites montre d’un grand nombre de vices, et l’inconstance les surpasse tous.

— Oui, j’ai apparemment couché avec mon ennemi, intrigué contre mes intérêts, et fomenté mon propre assassinat. J’ai hâte de découvrir quelles autres prouesses je m’apprête à accomplir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
paraty62   02 mai 2015
Prince captif, tome 1 : L'esclave de C. S. Pacat
Il était vêtu succinctement à la manière des esclaves akieloniens, et propre des pieds à la tête. Il supposa que cela signifiait qu'on avait pris soin de lui, bien qu'il ne puisse en convoquer le moindre souvenir. Il portait toujours le collier et les menottes dorées. Son collier était relié par une chaîne et un verrou à un anneau de fer au sol.

Il faillit éclater d'un rire hystérique : un léger parfum de rose émanait de son corps.
Commenter  J’apprécie          70

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Harry Potter à l'école des sorciers

La famille Dursley vit à Privet Drive, à quel numéro exactement?

3
4
6
8

15 questions
6133 lecteurs ont répondu
Thème : Harry Potter, tome 1 : Harry Potter à l'école des sorciers de J. K. RowlingCréer un quiz sur cet auteur