AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.84 /5 (sur 19 notes)

Nationalité : Brésil
Né(e) à : Santiago de Boqueirão (Rio Grande do Sul) , le 12/09/1948
Mort(e) à : Porto Alegre , le 25/02/1996
Biographie :

Caio Fernando Loureiro de Abreu, né le 12 septembre 1948 à Santiago de Boqueirão (Rio Grande do Sul), près de la frontière argentine, et décédé le 25 février 1996 à Porto Alegre, est un écrivain et journaliste brésilien.

Après des études de littérature et d'art dramatique à l'Université fédérale du Rio Grande do Sul, à Porto Alegre, Caio Fernando Abreu renonça à son cursus et commença à publier des articles dans des revues grand public telles que Revista Nova, Revista Manchete, Revista Veja et Revista Pop. En 1968, poursuivi par le Departamento de Ordem Política e Social, la police répressive instaurée par le régime militaire brésilien, il trouva refuge dans la propriété de son amie la femme de lettres Hilda Hilst, à Campinas, dans l'État de São Paulo. Au début des années 1970, il s'exila pour une durée d'un an en Europe, où il séjourna en Angleterre, en Suède, en France, aux Pays-Bas et en Espagne.
La Gay Pride à São Paulo

En 1983, Abreu quitta Porto Alegre et s'installa à Rio de Janeiro, puis, en 1985, à São Paulo. En 1994, il fit un nouveau voyage en France et revint au Brésil la même année, se sachant porteur du virus du sida. Il regagna alors Porto Alegre et passa les deux dernières années de sa vie chez ses parents, à retravailler ses propres textes et à s'adonner au jardinage.
+ Voir plus
Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Caio_Fernando_Abreu
Ajouter des informations
Bibliographie de Caio Fernando Abreu   (6)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (8) Ajouter une citation
Amorina   10 janvier 2015
Petites épiphanies de Caio Fernando Abreu
Mon coeur est un soir d'été, dans une petite ville au bord de la mer. La brise souffle, la première étoile s'est levée. Il y a des filles aux fenêtres, des garçons sur la place, des gazes mauves sur les montagnes où se couche le soleil. La pleine lune monte sur la mer. Les amoureux soupirent. Et s'aiment plus encore.

Mon coeur est un ange de pierre à l'aile brisée.
Commenter  J’apprécie          50
Danieljean   20 avril 2016
Brebis galeuses de Caio Fernando Abreu
J’ai pensé à vous. Il était exactement trois heures de l’après-midi quand j’ai pensé à vous. Je le sais parce que j’ai secoué la tête comme si j’étais pris de vertige, et regardé l’affichage horaire au milieu de l’avenue.
Commenter  J’apprécie          50
oliviersavignat   21 mai 2020
Petites épiphanies de Caio Fernando Abreu
Avant de devenir aussi laid, aussi violent et sale que toi, je demande le divorce. A tes torts, conflictuellement. Je m'en vais sans retour : dire du mal de toi à la table la plus oubliée du coin le plus sombre et plein de mouches du bar le plus louche du plus affreux des faubourgs d'Asuncion, Paraguay.



Calamité publique
Commenter  J’apprécie          40
Danieljean   20 avril 2016
Brebis galeuses de Caio Fernando Abreu
Je t’aime comme les bégonias tarentules aiment leurs congénères, comme les serpents s’aiment en s’enroulant lentement les uns très verts et d’autres sombres, le signe au front, lents lourds, avec cette intensité qui m’entoure, même si ça te foudroie ou qu’un coup au visage me fasse moins os et plus vérité, je t’aime.
Commenter  J’apprécie          40
VACHARDTUAPIED   05 avril 2013
Bien loin de Marienbad de Caio Fernando Abreu
Il est huit heures du soir ; il n’y a personne à la gare.

Non, ce n’est pas exact. Pour être précis, le TGV arrive ponctuellement à vingt heures et sept minutes - et il n’y a rien de plus ponctuel qu’un TGV peut-être l’omnibus suédois de Kungshambra, il y a si longtemps, est-ce que ça va continuer ainsi ? - , donc il est bien huit heures du soir, un peu plus, mais à peine. S’il importe toute fois de savoir l’heure à laquelle tout cela commence.

Supposons que j’aie trois, au maximum cinq minutes, pour attraper mon fourre-tout, bagage typique et minimal de celui qui se moque d’aller d’un endroit à l’autre sans cesse et sans halte, pour sauter du train et monter les escaliers du quai jusqu’au couloir de sortie, de ce pas hésitant des gens frais débarqués dans un lieu où ils ne sont jamais allés auparavant. Supposons aussi que j’aie regardé alentour, à la recherche de K ou de quelque autre personne complètement inconnue debout dans la gare déserte, tenant un écriteau avec mon nom ; qu’alors je me sois attardé un moment à cette pensée vague que tel est depuis toujours l’un de mes rêves : débarquer dans un egare déserte et inconnue pour rencontrer quelqu’un de pareillement inconnu portant un écriteau avec mon nom brandi bien haut, au-dessus des têtes de ceux qui partent ou arrivent, car telle est la gare que j’imagine, pleine de gens qui montent et descendent les escaliers, chargés de valises, venant de ou allant vers des lieux, d’autres gens ; et au-dessus de leurs têtes anonymes, en transit mon nom serait le seul inscrit en grandes lettres visibles, peut-être rouges, brandies bien haut, les lettres de mon nom.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
VACHARDTUAPIED   05 avril 2013
Petites épiphanies de Caio Fernando Abreu
J’ai rêvé que vous rêviez de moi. Ou le contraire ? Quoi qu’il en soit, peu importe : ne me réveillez pas, s’il vous plaît, je ne vous réveillerai pas. »
Commenter  J’apprécie          40
VACHARDTUAPIED   05 avril 2013
Petites épiphanies de Caio Fernando Abreu
C’est vrai, je suis mort. Ce que vous voyez n’est qu’un revenant ; je suis revenu parce que je n’arrive pas à me libérer du jardin, je vais rester à y errer comme un egum (esprit)
Commenter  J’apprécie          20
Amorina   15 janvier 2015
Petites épiphanies de Caio Fernando Abreu
Au delà des fenêtres, je retrouve ce moment de miel et de sang que Dieu a placé avec tant de brièveté, et de délicatesse, devant mes yeux depuis si longtemps incapables de voir : une possibilité d'amour. J'incline la tête, reconnaissant. Et si je tends la main, dans la poussière du dedans de moi, je peux aussi toucher autre chose. Cette petite épiphanie. Avec un corps et un visage. Que je parcours lentement, trait à trait, quand je suis seul et que j'ai peur. Alors je souris. Et cesse presque d'avoir faim.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Epitaphes

Epitaphe de Martin Luther King (1929-1968): « Enfin libre, enfin libre. ..….. Dieu tout-puissant, je suis enfin libre »

Louange à toi
Merci
Accueille-moi

10 questions
5 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur