AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.44 /5 (sur 16 notes)

Nationalité : Côte d'Ivoire
Né(e) à : Katiola, Vallée du Bandama , le 10/11/1955
Biographie :

Camara Nangala est un écrivain.

Après des études en électronique et télécommunications, il devient professeur de mathématiques et de sciences physiques. Il enseigne présentement dans le secondaire général à Abidjan.

Parallèlement à cet emploi salarié, Camara Nangala écrit des livres de poésies, des nouvelles, des romans et des ouvrages pour la jeunesse. Au cours des années 1989 et 1999, il est consacré lauréat des concours Raconte-moi une histoire et Une histoire pour l'an 2000 organisés par les Éditions CEDA, à Abidjan (Côte d'Ivoire).

Camara Nangala est considéré comme l'un des écrivains ivoiriens les plus prolixes dans le domaine de la production littéraire.

site de l'auteur: http://www.camaranangalapierre.com/accueil.php

Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
gouliolgamireillenahand   15 juin 2017
Le cahier noir de Camara Nangala
LE CAHIER NOIR à été le premier roman que nous avons utilisés en classe de sixiéme,qui a revele comment est ce que souffre les enfants lorsque leur pere se remarie à une autre femme,ce genre de cas est plus frequent actuellement en AFRIQUE et demeure tjrs en societe.



MERCI a l auteur d avoir mis a nu ce genre de situatio

Commenter  J’apprécie          370
le_Bison   17 septembre 2012
Le printemps de la liberté de Camara Nangala
La voix traînante de John Lee Hooker semble repousser obstinément le flux ravageur du désespoir, de la mort lente. Chaque chanson est une opportunité de jeter dans le combat pour la vie toute sa dévotion, tout son dévolu, comme si l’apocalypse était pour l’instant d’après. Cette voix a quelque chose d’obstiné, de résolu, d’absolu ; quelque chose de renversant, de bouleversant ; quelque chose qui prend d’assaut, et le corps, et l’esprit, et qui les pétrit rythmiquement dans le spleen. Elle exprime la misère, la souffrance, l’humiliation, la solitude de l’homme d’ébène qui endure la plus tragique destinée de tous les temps.
Commenter  J’apprécie          330
le_Bison   15 septembre 2012
Le printemps de la liberté de Camara Nangala
La voix rocailleuse de John Lee Hooker monte des confins des mouroirs pour nègres qui firent jadis la fortune du Sud profond des États-Unis. Au milieu des décombres de voitures accablées par l’insulte du temps, elle chante l’amour et l’espérance. Elle rallume la flamme de l’espoir. L’espoir d’une aube nouvelle. L’aube tant attendue. Les doigts rugueux de John Lee Hooker courant sur les cordes de sa guitare sèche – dans la pure tradition des antiques chanteurs de blues, ces vagabonds de l’amour – font vibrer les carcasses calcinées des automobiles qui jonchent le vieux sud.

Dès l’aube de sa vie, l’univers du virtuose de la guitare qu’est John Lee Hooker – comme celui de nombre de ses frères nègres de ce pays qui se targue d’incarner la liberté – fut bâti de misère, de privations, de coups de fouet, de coups de pied au cul, de pendaisons, d’assassinats, de survie tragique au quotidien. Sa guitare – acquise au prix de tant de sacrifices – lui a offert la voix royale de l’élévation sublime ainsi qu’à ses frères qui chantent et dansent leur saoul pour oublier, pour conjurer le mauvais sort, pour déjouer les machinations démoniaques du Blue Devil. De là, l’élan fantastique du blues.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
le_Bison   14 septembre 2012
Le printemps de la liberté de Camara Nangala
Un air musical – qui convie au recueillement – flotte au salon. Les haut-parleurs distillent les morceaux choisis de Louis Armstrong. Pessa invite Wonouplet à s’installer en face de lui. Sans plus lui accorder la moindre attention, il s’enferme dans une attitude de concentration quasi mystique. Il écoute de toutes ses fibres, de tout son être.

Wonouplet a souvent entendu les titres d’anthologie de celui que les mordus du jazz appellent avec affection et déférence le pape Louis Ier. Mais, jamais elle n’a été autant pénétrée, autant chavirée par sa puissance d’évocation du martyre de ses frères de race noire. Le calme et le silence des lieux, le petit côté mystérieux de la maison, l’attitude recueillie de Pessa sont autant de facteurs qui contribuent à caresser sa fibre essentielle, à flatter généreusement son âme, à la plonger dans une sorte de nirvana.

Et comme des gouttes de cristal pur, tombent les premières notes de Nobody knows the trouble I’ve seen. Un fluide étrange et mielleux envahit Wonouplet. Elle est prise de part en part par cette musique extraordinaire avec laquelle elle fait corps. Et toutes ses fibres participent de la même vibration qui insuffle un baume merveilleux dans les profondeurs les plus intimes, les plus insondables, de son âme. Elle est foudroyée. Littéralement.

Pessa lève sur elle un regard embué de larmes. Le fleuve de l’émotion entre en crue en elle. Pessa ne dit pas un mot mais ils se sont compris. La magie des notes de musique, la voix de Louis Armstrong, imposante et savoureuse, l’évocation de la plus grande tragédie de l’humanité ont opéré en lui une métamorphose plurielle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
le_Bison   13 septembre 2012
Le printemps de la liberté de Camara Nangala
Il est vrai que l’empreinte de l’éléphant dans la boue sert de nid au crapaud !
Commenter  J’apprécie          190
le_Bison   18 septembre 2012
Le printemps de la liberté de Camara Nangala
Ah, Sonny Boy Williamson ! Quel souffle prodigieux dans ce petit corps d’ébène ! Son harmonica pousse sa longue, très longue complainte ; tantôt craintive, douce, caressante, veloutée ; tantôt capricieuse, chevrotante, nerveuse, survoltée. Et qui s’échappe par étirements successifs comme un envol d’aigles royaux. Il chante : Don’t lose your eyes, let your conscience be your guide, I dont know why, I never do wrong, Stop crying. C’est la douceur du blues authentique quand apparait dans le ciel des plantations de tabac, de coton et de cannes à sucre le Blue Devil. L’élan de l’espoir et de l’amour au cœur de la tragédie de l’esclavage.
Commenter  J’apprécie          160
Nuageuse   31 janvier 2016
Le printemps de la liberté de Camara Nangala
Il y aura toujours hégémonie d'un peuple sur un autre. L'histoire de l'humamité est là qui nous enseigne cette vérité tragique. La souveraineté d'un peuple se mesure à sa capacité d'en imposer directement ou indirectement aux autres peuples. Qu'on ne vienne pas seriner à Wonouplet qu'il existe un droit international qui préside aux relations entre nations du monde et garantit le droit de chaque peuple à disposer de lui-même. Les plus forts économiquement et militairement se sont attribués des pérogatives qui choquent l'entendement.
Commenter  J’apprécie          150
aouatef79   20 octobre 2019
Le printemps de la liberté de Camara Nangala
Un homme qui pleure , un homme qui souffre n 'est pas un

ours qui danse .
Commenter  J’apprécie          130
ellalizie   13 avril 2015
Le cahier noir de Camara Nangala
quand à t'il été écris

Commenter  J’apprécie          130
sylvie2   23 novembre 2014
Le printemps de la liberté de Camara Nangala
Tu as arraché à la kora de mon corps

De splendides accords

Tu as planté dans les jardins de mon corps

Un merveilleux décors

Tu as exhumé des profondeurs de mon corps

De fabuleux trésors

Tu as donné au fleuve endormi de mon corps

Un nouvel essor

Tu as foulé le sable tiède de mon corps

Réveillé les vagues de mon corps

Tu as dormi dans le lit de mon corps

Ensemencé le limon de mon corps.
Commenter  J’apprécie          90

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Êtes-vous incollable sur The Book of Ivy ?

Commençons facile. Quel est le nom du garçon qu'Ivy doit épouser (et tuer) ?

Bishop
Luke
Alexander
Samuel

9 questions
332 lecteurs ont répondu
Thème : The book of Ivy de Amy EngelCréer un quiz sur cet auteur

.. ..