AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.9/5 (sur 323 notes)

Nationalité : Argentine
Né(e) à : La Falda , le 28/02/1982
Biographie :

Camila Sosa Villada est une actrice de théâtre, de cinéma et de télévision, chanteuse et écrivaine transgenre.

Elle a fait pendant trois ans des études en communication sociale et pendant quatre ans des études théâtrales à l'Université nationale de Córdoba.

Elle a travaillé comme prostituée, vendeuse de rue et femme de chambre. En 2009, elle a créé son premier spectacle, "Carnes tolendas, retrato escénico de un travesti".

"Les Vilaines" ("Las malas", 2019), en cours de traduction dans cinq langues, est son premier roman.

Source : editions-metailie.com
Ajouter des informations
Bibliographie de Camila Sosa Villada   (2)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Camila Sosa Villada remporte le Grand Prix de l'Héroïne Madame Figaro 2021 dans la catégorie « Roman étranger », pour son premier roman « Les Vilaines ». Pour en savoir plus sur ce roman : https://bit.ly/2SrEzgz

Citations et extraits (103) Voir plus Ajouter une citation
-- Elle m'a montré son flanc gauche, d'où sortaient de minuscules plumes grises, comme on voit sur les poules cendrées.
Elle pleurait et semblait inconsolable, et moi, la seule chose qui m'est venue à l'idée, ça a été de passer la main sur ses plumes, pensant qu'elle les avait collées avec de la glu. Mais non.
Pour me prouver que les plumes sortaient bien de son corps, elle en a arraché une et l'a mise devant mes yeux : une larme de sang est apparue à l'endroit d'où elle l'avait enlevée. J'ai pensé qu'elle allait devenir une sainte; là devant moi, que tel était son destin.

Elle était effrayée. Sur l'ardoise qu'elle utilisait pour communiquer avec nous, elle a écrit KI VA MAIME KOMESA
Que pouvais-je répondre ?
L'homme qui ne voudrait pas aimer une femme qui promettait de devenir un oiseau était un idiot qu'il valait mieux oublier.
Commenter  J’apprécie          2610
S'il est vrai que le bien est contagieux, Maria la Muette était capable de rendre les gens heureux.
Eclat des Yeux ne pouvait que la regarder, surpris et amusé à la fois.
Nous pouvions entendre ses éclats de rire quel que soit l'endroit de la maison où il se trouvait avec Maria.
Le rire de l'enfant se déplaçait dans l'air, et parvenait jusqu'à nous. Et il était si joyeux, si manifestement vivant, qu'aussitôt nous étions sur le diapason de son énergie.
Commenter  J’apprécie          242
Moi, je dis que peu à peu je suis devenue la femme que je suis aujourd'hui par pure nécessité. Cette enfance de violence, avec un père qui, à la moindre occasion, balançait sur nous ce qui lui tombait sous la main, enlevait son ceinturon et donnait une correction, devenait furieux et tapait sur tout ce qu'il trouvait près de lui : femme, fils, objet, chien. Cet animal féroce, qui me hantait, qui était mon cauchemar : tout ça était trop horrible pour avoir envie d'être un homme. Je ne pouvais pas être un homme dans ce monde-là.
Commenter  J’apprécie          224
Le désir de mourir remonte à mon enfance, un fantasme de suicide précoce, qui m’accompagne depuis que je suis petit. Je sais qu’il est là, je l’identifie clairement, je le distingue parmi tous les désirs possibles, mais j’ignore encore que je m’en libérerai en devenant trans, je ne sais pas encore que, contrairement à ce qu’on m’avait annoncé, le salut pour moi allait être une paire de chaussures à talons et un rouge à lèvres couleur vieux rose.
Commenter  J’apprécie          180
J'ai passé beaucoup de nuits à prier et prier encore pour qu'au réveil la vie soit différente, pour que le lendemain soit un autre jour. Au début, je prie pour changer, pour être comme ils veulent que je sois. Mais à mesure que je plonge dans cette foi chaque jour plus intense, je commence à prier pour me réveiller, le lendemain, transformée en la femme que je veux être. Transformée en la femme que je sens à l'intérieur de moi, de manière tellement claire que je passe des heures à prier pour elle. Quand je tombe amoureuse de mes camarades d'école, je prie pour qu'ils me voient comme une petite fille. Quand je commence à m'épanouir, je prie pour que, durant la nuit, il me pousse des seins, pour que mes parents me pardonnent, pour qu'un vagin apparaisse entre mes jambes.
Pourtant, non. Entre les jambes, j'ai un couteau.
Commenter  J’apprécie          152
Chaque jour, il fallait cacher sa barbe, épiler sa moustache à la cire, passer des heures à lisser ses cheveux avec le fer à repasser, marcher avec des chaussures impossibles, il faut bien le dire, impossibles, comment a-t-on pu inventer ces chaussures en plastique, tellement hautes que de là-haut on pouvait voir le monde entier, tellement hautes qu'on avait pas envie d'en descendre, tellement hautes que les clients nous priaient de ne pas les enlever, et ils les léchaient en espérant savourer un peu de la gloire trans, cette frivolité si profonde, ces grands panards de garçon couronnés par des chaussures de prostituée princière.
Commenter  J’apprécie          10
Ce que la nature ne te donne pas, l’enfer te le prête.
Commenter  J’apprécie          140
"Baisse la tête quand tu auras envie de disparaître, mais garde la tête haute le reste de l'année, ma chérie."
Commenter  J’apprécie          110
Ce que la nature ne te donne pas, l'enfer te le prête. Là, dans ce Parc qui jouxte le centre-ville, le corps des trans emprunte à l'enfer la substance de ses charmes.
Commenter  J’apprécie          103
"Ce que j'apprends très vite, c'est que nous sommes nécessaires au désir, au désir interdit que les habitants de la terre éprouvent à notre égard. Cela doit pourtant être interdit par un châtiment éternel, car nous avons décidé de ne pas nous soumettre. Pour nous punir, ils disent: vous ne serez pas désirées. Mais la vie ne pourrait pas fonctionner sans nous, là, expulsées de tout. L'économie s'effondrerait, l'existence sauvage dévorerait toutes les normes si les putes ne donnaient pas de l'amour charnel. Sans les prostituées, ce monde sombrerait dans la noirceur de l'univers." p.68
Commenter  J’apprécie          80

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Camila Sosa Villada (442)Voir plus

Quiz Voir plus

Complétez ces titres de contes...

Aladin ou la Lampe... (Les mille et une nuits)

magique
merveilleuse
à huile

10 questions
78 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..