AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.13 /5 (sur 756 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Decazeville, Aveyron , 1963
Biographie :

Fils de comédiens, Carl Aderhold a poursuivi des études d’histoire avant de se spécialiser dans la littérature du XVIIIe siècle.

Directeur éditorial chez Larousse, il a ensuite fondé la maison d'éditions Vendémiaire.

Il est également l'auteur d'un premier roman, "Mort aux cons" (50 000 exemplaires vendus, toutes éditions confondues), et de "Les poissons ne connaissent pas l’adultère" (15 000 exemplaires vendus en première édition).



Source : www.livredepoche.com
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Carl Aderhold vous présente son ouvrage "Le théâtre des nuits" aux éditions Stock. Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2392917/carl-aderhold-le-theatre-des-nuits Notes de Musique : Youtube Library Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite

Citations et extraits (118) Voir plus Ajouter une citation
isajulia   03 novembre 2013
Mort aux cons de Carl Aderhold
Vous préférez l'opéra ou l'apéro? déclara Patinex, qui s'esclaffa. Parce que dans la vie il y a ceux qui aiment rigoletto et ceux qui aiment rigoler tard !
Commenter  J’apprécie          482
isajulia   05 novembre 2013
Mort aux cons de Carl Aderhold
Tel un pêcheur repérant les bons coins, je devais, l'expérience aidant, apprendre à connaître les lieux propices à l'épanouissement de la connerie. Outre les transports en commun, qui sont le vivier le plus riche, on peut citer aussi les stades, ou s'épanouissent des véritables bans de cons, les supermarchés, ou l'on trouve du gros, quoiqu'un peu commun, mais avec un brin de patience, on peut débusquer dans les rayons ou dans les queues aux caisses quelques belles pièces, les salles d'attente, ou le con habituellement guère patient se repère aisément, et de manière générale tous les endroits de forte promiscuité.
Commenter  J’apprécie          400
isajulia   02 novembre 2013
Mort aux cons de Carl Aderhold
Je n'ai jamais compris l'espèce de nostalgie qu'éprouvent certains à l'égard des concierges. Leur capacité de nuisance n'est plus à prouver tant elles usent et abusent de leur petit pouvoir sur les habitants des immeubles. Quand elles ne sont pas à surveiller ou à médire, elles jalousent, convoitent et, pis encore, mouchardent. C'est bien simple, elles portent en elles le bacille de la dénonciation. D'ailleurs, Vichy ne s'y était pas trompé qui en avait fait une de ses principales sources d'information... Et je ne parle même pas de la cérémonie des étrennes ou, sous couvert de remerciements, elles vous font comprendre que les voisins ont donné plus que vous...
Commenter  J’apprécie          331
isajulia   01 novembre 2013
Mort aux cons de Carl Aderhold
Le porno intello, c'est l'avenir, reprit-il. Enfin simple. Du genre "je bande donc je suis". La gonzesse en train de lire un classique de la littérature avant de se faire enfiler. Avec les intellos, il suffit juste qu'on leur fasse un petit clin d'oeil. Et hop, ils perdent tout sens critique. Parce que, entre nous, il n'y a que deux choses qui fonctionnent chez eux : le cerveau et la queue. La tête froide et la bite chaude !
Commenter  J’apprécie          301
sasmira44   02 septembre 2011
Mort aux cons de Carl Aderhold
Le con joint, qui partage la vie de l'autre et finit par la lui pourrir (...) ; le con sanguin, qui s'énerve pour un oui ou pour un non, surtout quand son interlocuteur est une femme ou fait trois têtes de moins que lui, car le con sanguin est rarement un con fort (...) ; le con fraternel, est celui qui vous prend en affection et ne vous lâche plus, gentil mais très vite pesant (...) ; le con disciple, celui qui a trouvé un maître (...) ; assez proche de ce dernier, le con vecteur, qui propage la rumeur et les on-dit (...) ; le con citoyen, qui trie ses ordures avec méticulosité (...) ; le con tracté, (...) qui s'énerve au volant (...); le con casseur, qui sévi surtout dans les banlieues...
Commenter  J’apprécie          180
isajulia   02 novembre 2013
Mort aux cons de Carl Aderhold
Il ne me restait plus qu'à attendre l'indigestion télévisuelle (...), je ne fus pas déçu. La bêtise s'étalait, paradait - plastronnait. On dirait que plus les gens sont bêtes, d'une bêtise telle que même le plus abruti des téléspectateurs peut se moquer d'eux, plus ils ont de chance d'être choisis.
Commenter  J’apprécie          180
isajulia   05 novembre 2013
Mort aux cons de Carl Aderhold
Le con est celui qui abuse de son pouvoir, qu'il soit petit ou grand. A la base, la connerie est toujours une histoire de pouvoir.
Commenter  J’apprécie          170
Amnezik666   03 janvier 2013
Mort aux cons de Carl Aderhold
Passé un certain âge, le moindre crétin se croit en droit de nous infliger les pires âneries, comme s'il s'agissait du résultat de sa longue réflexion. Il y a probablement là quelque chose d'hormonal. Le passage aux cheveux blancs doit sans doute s'accompagner d'un dérèglement physiologique qui amène les vieux à croire soudain qu'ils sont devenus des sages.
Commenter  J’apprécie          140
liliba   03 février 2013
Mort aux cons de Carl Aderhold
Nous commençâmes par ceux qui nous paraissaient évident, enfin sur lesquels il n’y avait pas de débat entre nous : le con joint, qui partage la vie de l’autre et finit par la lui pourrir (en moi-même, je pensai à Christine) ; le con sanguin, qui s’énerve pour un oui ou pour un non, surtout quand son interlocuteur est une femme ou fait trois têtes de moins que lui, car le con sanguin est rarement un con fort (là, je plaçai le beauf de la tour) ; le con fraternel, celui qui vous prend en affection et ne vous lâche plus, gentil mais très vite pesant, toujours prêt à se mettre à pleurer et à vous reprocher votre dureté ; le con disciple, celui qui a trouvé un maître, ne jure que par lui, et n’a de cesse de vous convertir à sa vision (« Fabienne », me dis-je) ; assez proche de ce dernier, le con vecteur, qui propage la rumeur et les on-dit (entraient dans cette catégorie Suzanne et les concierges, mais aussi les cafetiers et parfois les journalistes) ; le con citoyen, qui trie ses ordures avec méticulosité, allant jusqu’à laver ses pots de yaourt avant de les jeter ; le con tracté, très répandu celui-là, qui s’énerve au volant (mon chauffard sur l’autoroute en était l’archétype) ; le con casseur, qui sévit surtout dans les banlieues (le fils du beauf au chien et sa bande)… Nous décidâmes aussi, pour plus de justesse et par souci de précision, d’instaurer des degrés dans leur niveau de connerie, entre celui dont c’est héréditaire (le con génital), celui qui reste égal à lui-même quelle que soit la situation (le con stable), celui qui bat tous les records (le con sidérant ou le con primé), et enfin celui qui est guéri (le con vaincu), ce dont moi-même je doutais fortement, pensant qu’il s’agissait d’un trait de caractère tandis que Marie, lui, penchait pour un était pouvant se révéler passager.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          111
thedoc   16 février 2020
Mort aux cons de Carl Aderhold
Remarque : Je suis allergique à toute cette quincaillerie spirituelle, soi-disant made in Orient. M'insupporte ce mélange des genres qui établit un lien quasi mystique entre l'âme et le corps, ce dont la médecine européenne a mis deux mille ans à se défaire. Croyance pour croyance, je préfère encore la religion des antibiotiques qui se limite à la prise d'un comprimé matin et soir. Et je ne parle même pas de l'absence totale d'humour et de distance de tous ces praticiens bio, qui semblent tous penser que la guérison dépend de leur air d'austérité monacale.
Commenter  J’apprécie          122

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Enigme [5] (actualité brûlante)

En 1985, les éditions Bernard Barrault publiaient "37,2° le matin" de Philippe Djian. L'auteur y dénonçait avec clairvoyance (et 35 ans d'avance !) les méfaits du réchauffement climatique.

c'est vrai
c'est faux
et vous trouvez ça drôle ?
Depuis, Djian est mon auteur de SF préféré !

1 questions
26 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature française , roman , humourCréer un quiz sur cet auteur