AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.7 /5 (sur 727 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Fort Lauderdale, Floride , le 12/03/1953
Biographie :

Carl Hiaasen est un journaliste et romancier américain. Il écrit aussi bien pour les adultes que pour la jeunesse.

Après des études à l'université de Floride, Carl Hiaasen devient journaliste au Miami Herald, à l'âge de vingt-trois ans. Il travaille toujours dans ce journal où l'on peut consulter ses articles. Il a obtenu des prix de journalisme.

Son roman Striptease (1993) a été adapté au cinéma en 1996 avec Demi Moore. Il a écrit aussi pour la jeunesse : Chouette (Hoot, 2002) (adapté au cinéma) et Comme un poisson dans l'eau.

Il a écrit une vingtaine de romans, traduits dans 34 langues.

Ses derniers romans sont :
- Presse-people (Star Island), paru en 2012
- Niak (Gallimard Jeunesse), paru en 2013
- Mauvais coucheur (Bad Monkey), paru en 2014
- Dans la gueule de l'alligator, paru en 2015

Nous attendons donc avec patience la traduction de 'Razor Girl', paru aux States en 2016
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (107) Voir plus Ajouter une citation
torpedo   17 octobre 2018
Pêche en eau trouble de Carl Hiaasen
Vivre à Miami avait tendance à vous faire relativiser vos opinions personnelles sur la santé mentale.
Commenter  J’apprécie          280
Marymary   22 mai 2015
Queue de poisson de Carl Hiaasen
Il alluma la télé et hop, voilà Dame Oprah, cette black qui avait son émission. Tool avait entendu sur une station de radio chrétienne qu'Oprah était plus riche que certains Blancs les plus riches de la planète, aussi décida-t-il de ne pas zapper un moment pour voir à quoi rimait tout ce cirque. Et merde, voilà-t'y pas qu'Oprah jacassait avec trois actrices de cinéma, qui se plaignaient du harcèlement qu'entraîne la célébrité avec tous ces paparazzi furetant partout, vous suivant jusqu'à l'épicerie, au DAB ou ailleurs. Tool ne se sentit pas un chouïa navré pour elle ni les autres nanas, étant donné qu'elles étaient assez riches pour faire bâtir des murs de six mètres de haut autour de leurs résidences de luxe si elles en avaient envie.

Majordomes, gardes du corps, le meilleur de tout.

Tool se surprit à repenser à Maureen, la vieille dame du Manoir de l'Élysée en train de mourir seule de Dieu sait quel cancer merdique. Ces connes d'infirmières voulaient même pas la laisser mettre le pied par terre pour prendre une douche ou aller aux chiottes. Voilà quelqu'un qui échangerait tout de suite sa place avec ces actrices, se dit Tool, Maureen, elle n'hésiterait pas. Elle sourirait aux photographes avec un petit signe de la main, tant elle serait soulagée de ne plus être malade.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
torpedo   21 octobre 2018
Pêche en eau trouble de Carl Hiaasen
Decker enfila deux paires de chaussettes en frissonnant ; vivre en Floride du Sud, constamment à la chaleur, vous donne du sang de navet.
Commenter  J’apprécie          200
Marymary   22 mai 2015
Queue de poisson de Carl Hiaasen
Chaz Perrone se remit à penser à cette soirée au Colorado, vieille seulement de quatre mois, revivant dans le moindre détail érotique comment la femme qu'il appelait autrefois tendrement "ma monstresse blonde" l'avait retourné comme une crêpe. Chaz se retrouva bientôt gratifié d'une érection formidable, qui l'expédia tout guilleret à la salle de bains, saisi d'un optimisme injustifié.

Une fois là, il peina et s'acharna à la tâche, le visage cramoisi et déformé sous l'effort, jusqu'à en avoir une crampe dans le poignet, puis dans les deux.

Aucun soulagement à l'horizon.

Chaz fusilla d'un regard noir l'objet de son tourment et jura. Ma bite n'a jamais été fidèle à Joey tant qu'elle vivait, songea-t-il, alors pourquoi le serait-elle maintenant ? Il était cinglant de constater que le peu de chétive conscience morale qu'il possédait se manifestait de façon aussi humiliante.

- Je voulais pas la tuer ! cria-t-il à son bourreau, tout irrité et déjà rabougri. Elle ne m'a pas laissé le choix !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
torpedo   11 octobre 2018
Pêche en eau trouble de Carl Hiaasen
L'entretien en était encore au stade où Decker était censé passer pour sérieux et taciturne, stade où le client potentiel le jaugeait. Decker savait que, sur ce plan-là, il assurait plutôt. Il avait le physique d'un linebacker : un mètre quatre-vingt-cinq, quatre-vingt-quinze kilos, le genre armoire à glace avec des bras de déménageur. Il avait le cheveu brun bouclé et l'oeil vif marron qui ne trahissait rien. S'il avait souvent l'air amusé, il souriait rarement aux inconnus. Il savait, à ses heures, très bien écouter, ou du moins faire semblant. Decker n'était ni timide ni d'une patience à toute épreuve ; il était simplement en alerte rouge permanente vis-à-vis des connards. La vie était trop courte pour la gaspiller avec eux. A moins que ça ne se révèle absolument nécessaire, comme c'était le cas à présent.
Commenter  J’apprécie          150
Marymary   19 février 2016
De l'orage dans l'air de Carl Hiaasen
Un homme barbu se hissa sur le pont par l'un des piliers. Il était grand, avec d'épais cheveux argent tout emmêlés qui lui tombaient sur les épaules. L'individu, au torse nu strié de fines éraflures rosâtres, avait coincé sous son bras plusieurs rouleaux d'une corde crasseuse. Il portait un pantalon de camouflage et de vieux rangers marronnasses sans lacets. Il tenait dans sa main droite une boîte de Coors écrasée et le cadavre d'un écureuil.

- Z'êtes cubain ? demanda Jack Fleming.

Webo Drake était horrifié.

- Blague à part, je t'parie que c'est un balsero, fit Jack, baissant le ton.

Ce qui n'était pas dépourvu de sens. Les réfugiés cubains avaient coutume de débarquer dans les Keys.

Jack demanda à haute voix à l'homme à la corde :

- Usted Cubano ?

L'homme brandissant la boîte de bière répliqua :

- Usted connardo ?

Sa voix tonnante s'accordait à son gabarit.

- Vous avez pas bientôt fini, têtes de noeud, de balancer comme ça vos ordures à la flotte ? dit-il, couvrant le vent.

Le type s'avança et brisa d'un coup de pied l'une des vitres de la Lexus du père de Jack. Il jeta la boîte de bière et l'écureuil mort sur le siège arrière.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Marymary   18 février 2016
De l'orage dans l'air de Carl Hiaasen
L'impression que le nouveau gouverneur était mentalement dérangé fut renforcée par son refus d'accepter des pots-de-vin. Fait encore plus atterrant, il fit part des détails de ces propositions illicites aux agents du F.B.I. De sorte que l'un des promoteurs les plus riches et les mieux introduits dans la sphère politique de l'État dut mettre la clé sous la porte, accusé et condamné pour corruption. Clinton Tyree était un individu positivement dangereux.

Aucun gouverneur précédent n'avait osé interrompre le bétonnage juteux de la Floride. Depuis soixante-dix glorieuses années, l'État s'était ratatiné lentement mais sûrement sous la poigne de ceux qui avaient montré le plus d'efficacité dans le pillage de ses ressources naturelles. Et voilà soudain que ce jeune parvenu téméraire agitait les foules comme un sale communiste. Sauvez les rivières. Sauvez les côtes. Sauvez le marécage de Big Cypress. Où cela s'arrêterait-il ? Il faisait la couverture de Time Magazine. David Brinkley le traitait de néo-populiste. La Société nationale Audubon lui avait décerné une putain de médaille...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
StephaneMei   16 avril 2014
Croco-Deal de Carl Hiaasen
Trente ans dans le commerce des fruits de mers, combinés avec des habitudes d'hygiène corporelle d'une irrégularité crasse, avaient nappé Louis Piejack d'une puanteur distincte et invincible. S'il s'était agi d'une eau de toilette, seraient entrés dans sa composition de la peau de maquereau espagnol, du frai de mulet noir, des entrailles de mérou, de la cervelle essorée de langouste et de la laitance d'huître crue. Ce musc émanait le plus âcrement du cou et des bras de Piejack, qui avaient acquis un éclat jaune verdâtre sous le trempage quotidien de mucosités de branchie et de merde de poisson. Rien sinon de la chaux industrielle n'aurait pu assainir le bonhomme...

Il puait comme un plein seau d'appâts.
Commenter  J’apprécie          90
torpedo   21 octobre 2018
Pêche en eau trouble de Carl Hiaasen
Initialement, Weeb avait refusé de croire que des adultes, majeurs et vaccinés, resteraient assis des heures durant à visionner des émissions de pêche sur le câble. La pêche était déjà, in vivo, une activité plutôt chiante ; regarder autrui s'y livrer lui semblait une preuve de masochisme aigu.
Commenter  J’apprécie          90
Shan_Ze   20 juillet 2014
Niak de Carl Hiaasen
- Personne ne peut creuser un canoë en entier avec un couteau de poche de rien du tout ! N'importe quoi !

- Bienvenue dans la réalité de la télé-réalité.
Commenter  J’apprécie          80

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Il fait chaud

Cet auteur suisse a signé un polar intitulé Chaleur:

C. F. Ramuz
Joseph Incardona
Martin Suter

10 questions
34 lecteurs ont répondu
Thèmes : chaleur , canicule , soleil , ete , littérature , romans policiers et polars , adapté au cinéma , cinema , Actrices , acteur , vacancesCréer un quiz sur cet auteur

.. ..